Archives de catégorie : 4 z’ arts

Chroniques sur la peinture, la gravure, la sculpture et l’ architecture

Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques et autres objets impossibles

Tout ce que j’ai reçu jusqu’à présent pour le plus vrai et assuré, je l’ai appris des sens, ou par les sens : or j’ai quelquefois éprouvé que ces sens étaient trompeurs, et il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompés.

Descartes, Méditations métaphysiques, I

Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques, trompe-l’œil et objets impossibles sont une illustration parfaite de ce qu’écrit Descartes à propos du caractère trompeur de nos sens et notamment de la vue. Mon intérêt pour ces étrangetés iconiques remonte à loin, à ma découverte des œuvres de M. C. Escher. Je voudrais réunir ici quelques exemples de ces images trompeuses et quelques sites et ouvrages où il en est question.

Continuer la lecture de Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques et autres objets impossibles

Découvrir les insectes avec une drôle de gazecte

Depuis le début du mois d’octobre, les habitués du site GrandMont de l’université de Tours découvrent la vie des insectes grâce au Forficule Fortif, gazecte (sic) mensuelle de 4 pages paraissant le premier jeudi du mois. Sa rédactrice en cheffe, Alexia DeFluff, est une artiste digitale en résidence à l’université de Tours auprès l’Institut de Recherche sur la Biologie de l’Insecte (IRBI).

Sa gazette est accessible en ligne à partir du site de l’université :

Joaquín Sorolla, lumières espagnoles

J’ai déjà évoqué par deux fois des expositions de l’Hôtel de Caumont à Aix-en-Provence, celles sur les collections des princes de Lichtenstein et les grands maîtres de l’estampe japonaise. Ce centre d’art fort actif vous propose jusqu’au 1er novembre un bel échantillon de l’œuvre de Joaquín Sorolla, peintre espagnol majeur de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Continuer la lecture de Joaquín Sorolla, lumières espagnoles

Dictionnaires biographiques d’artistes (peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs…)

Répertoires biographiques d’artistes : ce mémo de la BnF propose des pistes de recherche permettant de trouver des informations sur un artiste, qu’il soit mort ou vivant, français ou étranger, quelle que soit la discipline qu’il ait pratiquée (beaux-arts, arts décoratifs et arts appliqués).

Liste de dictionnaires biographiques artistiques sur Wikipédia

Dictionnaire Bénézit ou Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays : principal dictionnaire biographique d’artistes en français, il recense environ 170 000 artistes du monde entier de l’Antiquité à nos jours. La premère édition de 1911, est accessible en ligne sous forme de deux réimpressions numérisées :

  • Réimpression datée de 1939 de la première édition

Dictionnaire biographique des pensionnaire de l’Académie de France à Rome

Dictionnaire des peintres belges : une des nombreuses bases de données de l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA) présentes sur BALaT

Le Réfractaire amoureux

Agrandir l’image

L’estampe ci-dessus date des année 1792-1794. C’est un des deux exemplaires (NB : l’autre est sans lettres) figurant dans un des 169 recueils d’estampes relatives à l’histoire de France de la collection Michel Hennin de la BnF, pour être précis dans le tome 123 qui contient un grand nombre de gravures des années 1789-1794. Léguée en 1863 par Michel Hennin au département des Estampes de la Bibliothèque Impériale, cette collection est avec celle du baron de Vinck une les deux grandes collections d’estampes d’Histoire de France. Elle ne comporte pas moins de 14807 pièces allant de 1650 à 1820 (cf. Henri Bouchot, Le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale : guide du lecteur et du visiteur).

Continuer la lecture de Le Réfractaire amoureux

Une exposition d’estampes japonaises à Aix-en-Provence et quelques références bibliographiques sur le sujet

Extrait des Trente-six vues du mont Fuji: Ejiri dans la province de Suruga / Katsushika Hokusaï

Si vous passez par ma ville d’origine, je vous conseille d’aller voir à l’hôtel de Caumont une exposition consacrée aux maîtres de l’estampe japonaise, Hokusaï, Hirorishige, Utamaro et quelques autres. Les œuvre exposées sont pour la plupart issues de la collection de Georges Leskowicz consacrée à l’art de l’ukiyo-e.

Voir l’article de présentation sur le site de la revue.

Un numéro hors-série de Connaissance des arts ainsi qu’un catalogue sont consacrés à cet événement culturel qui doit durer jusqu’au 22 mars 2020.

Pour compléter la documentation sur le sujet, je vous renvoie à ma tentative de webographie sur les estampes japonaises de l’ukiyo-e au japonisme ainsi qu’aux nombreux livres figurant dans le catalogue de la BnF.

Continuer la lecture de Une exposition d’estampes japonaises à Aix-en-Provence et quelques références bibliographiques sur le sujet

Baigai tu – 百丐圖 – Rouleau des mendiants et personnages de rue

Le Baigai tu – 百丐圖 est un rouleau horizontal et anonyme datant vraisemblablement de la dynastie des Qing (1644-1911). Il représente une succession de scènes évoquant 47 mendiants et autres personnages de rue.

Réalisé en couleurs et à l’encre sur papier, il fait partie des collections numérisées de la bibliothèque des hautes études chinoises accessibles sur Salamandre, bibliothèque numérique patrimoniale et catalogue des archives du Collège de France.

Mise en ligne des Nouvelles de l’estampe

J’ai reçu hier ce message du plus grand intérêt pour ceux qui s’intéressent à l’estampe et à la gravure. Donc, je diffuse…

Chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que les Nouvelles de l’estampe viennent d’inaugurer leur espace sur OpenEdition Journals : https://journals.openedition.org/estampe/
C’est sur cette plateforme publique d’édition électronique en sciences humaines et sociales, qui propose plus de 500 revues scientifiques représentant le meilleur de la recherche française, que notre revue, la seule revue académique sur l’estampe et la gravure, des origines à nos jours, fera désormais paraître l’intégralité de ses articles.

Vous pouvez d’ores et déjà y trouver les numéros 227 à 261, c’est-à-dire les neuf dernières années de parution. Les nouvelles parutions viendront s’y ajouter au fur et à mesure de leur acceptation et de leur traitement éditorial.

Le fonctionnement de la revue ne change bien sûr pas : le comité de lecture reçoit les textes et juge de leur intérêt et validité scientifique, avant leur éventuelle prise en charge pour publication par la revue. De même pour les textes sur la création contemporaine, dans le respect du droit d’auteur des artistes dont il sera question.

N’hésitez pas à diffuser la nouvelle autour de vous, dans les cercles pouvant être intéressés par notre publication : nous vous remercions d’ainsi contribuer à faire vivre cette revue unique en son genre !

Bien à vous,
Rémi Mathis
Rédacteur en chef