Archives de catégorie : Oulipo

Chroniques sur l’Oulipo, ses précurseurs et sa mouvance

Bizarre, revue littéraire et artistique

En 2009 Jean-Marie Lhôte a fait paraître chez Berg International une Anthologie de textes et de dessins extraits de la revue Bizarre (1953-1968). Je l’ai alors pacourue avec délice.

Sur cette publication inspirée des surréalistes et autres excentriques, je vous invite à lire l’article d’Emmanuel Dreux paru dans La Revue des revues, 2013/1 (n° 49).

Vous trouverez une bibliographie exhaustive de tous les numéros de la revue sur l’Alamblog.

Une bonne partie de ces fascicules ont un thème. Par exemple, dans le numéro 4 présenté par Raymond Queneau, Les hétéroclites et les fous litteraires (voir le sommaire).

Plus surprenant, le numéro 21-22,  A-t-on LU Rimbaud ? daté du 4e trimestre 1961. Dans le premier tirage de cette étude sur Rimbaud, le nom de l’auteur est caché et simplement indiqué par ses initiales : R.F. Une deuxième édition sort quelques mois plus tard avec son nom : René Faurisson. Ce dernier est alors un obscur professeur de lycée. Il ne devait gagner sa sinistre réputation de négationniste que 18 ans plus tard. Mais son travail sur le poète aux semelles de vent est déjà un  cas de révisionnisme en histoire littéraire, car il attribue au sonnet « Voyelles », un sens érotique. Sa thèse fera grand bruit et le numéro 23 de Bizarre, paru le  2e  trimestre 1962, sera consacré à L’affaire Rimbaud.

Mais oublions ce triste individu pour nous intéresser aux numéros consacrés à la littérature populaire (Tarzan, Gaston Leroux), aux précurseurs du surréalisme et de l’Oulipo comme Raymond Roussel, aux dessinateurs (Chaval, qui fait l’objet des numéros 38 et 41, Grandville, Wolinski) et tant d’autres que je vous laisse découvrir.

NB : Ne pas confondre cette revue avec le magazine érotique Bizarre publié de 1946 à 1959 par John Alexander Scott Coutts, alias John Willie …

Dernière mise à jour : 21 juin 2019.

Bandes-dessinées détournées (2) Substitutions

Dans « Un premier bouquet de contraintes » (Oubapo Oupus 1, 1997), Thierry Groensteen indique, parmi les contraintes transformatrices, la substitution qui peut être soit verbale, soit iconique, ou encore complète, en « double aveugle ». Je ne m’arrêterai pas à ce dernier type, qui nécessite trois intervenants et m’intéresserai aux deux premiers……

Substitution iconique

Principe : garder les textes d’origine et changer les dessins.

Thierry Groensteen donne l’exemple de deux planches de François Schuiten parues en1983 dans le numéro hors série de (A Suivre) en hommage à Hergé. Les dessins évoquent un panorama urbain avant de pénétrer par la fenêtre d’une pièce où un enfant est plongé dans la lecture de L’Etoile mystérieuse. Or le texte d’un dialogue entre Tintin et l’astronome Calys extrait de cet album et annonçant la fin du monde accompagne les dessins de Schuiten, telles deux voix off. Le mouvement des planches nous mène à l’enfant absorbé dans sa lecture :

… nous « écoutions » donc résonner en lui les phrases les plus frappantes de cette scène mémorable, avant qu’il ne nous apparaisse. Dans la dernière vignette, placés derrière son épaule, nous découvrons les images qu’il contemple, entrant ainsi complètement en phase avec le cours de sa lecture. Ces deux pages constituent un hommage émouvant, où la mort d’un auteur inlassablement fréquenté depuis l’âge tendre, est, par le biais d’un adieu à l’enfance, assimilée à la fin d’un certain monde.

En cherchant d’autres exemples, je me suis poser la question suivante : peut-on considérer comme une substitution iconique la reprise d’un album déjà paru avec un autre dessinateur ? Un exemple : les deux pages planches de Chlorophylle contre les rats noirs redessinées par Andreas parues dans parues dans Le Journal de Tintin no 316 en 1981 (NB : l’une d’elles figure dans l’article de Pascal Lefèvre, traduit par… Thierry Groensteen : « Pour une approche sensuelle de la bande dessinée, paru en 1997 dans le n° 2 de 9e Art). Le style et l’atmosphère sont radicalement différents de ceux de l’album de Raymond Macherot. Cependant, je pense que nous avons ici affaire à une sorte de remake, une réinterprétation graphique, plutôt qu’à une substitution iconique proprement dite.

Substitution verbale

Principe : garder la planche et changer les textes.

Cette pratique remonte au moins aux années 1960, avec les créations des situationnistes. Voici ce qu’écrit sur le sujet Thomas Genty dans La critique situationniste ou la praxis du dépassement de l’art (cf. The Situatonist Internationale ou Infokiosques).

La pratique révolutionnaire de la poésie, c’est entre autres le détournement actif du langage. René Viénet ne manque pas d’idées pour le réaliser efficacement : plusieurs mois avant l’explosion de 1968, il propose (et exécute) l’expérimentation du détournement des romans-photos, des photos dites pornographiques et de toutes les affiches publicitaires (par l’emploi de phylactères subversifs). S’inspirant des guérilleros argentins qui avaient investi le poste de commande d’un journal lumineux (en plein air) pour y lancer leurs propres messages et slogans, Viénet vante la promotion de la guérilla dans les mass media et le piratage de ces derniers de manière générale (tout en se référant plus à la propagande par le fait des anarchistes qu’à la guérilla urbaine clandestine de différents groupuscules sud-américains). Viénet lance également l’idée de mise au point de comics situationnistes (déjà réalisée à Strasbourg), les bandes dessinées étant à ce moment la forme de « littérature » la plus populaire, et relance l’idée de la réalisation de films situationnistes (ou plutôt d’usage situationniste du cinéma). Ce sont ces deux dernières propositions que nous allons maintenant étudier.

Le détournement de comics (petites bandes dessinées américaines, pour la plupart) par les situationnistes commence en 1964 en Espagne, sous forme de tracts clandestins (il s’agit en l’occurrence de photos érotiques détournées par des bulles aux messages défiant à la fois la censure politique du régime franquiste et la censure morale des curés). La même année, le même style de détournement provocateur est utilisé dans des tracts distribués lors de manifestations diverses au Danemark. C’est à Strasbourg, en octobre 1966, que Le retour de la colonne Durruti, comics par détournement d’André Bertrand, met le feu aux poudres dans l’Université juste avant la distribution du pamphlet situationniste De la misère en milieu étudiant…. Aussi radicale que ce dernier, la bande dessinée strasbourgeoise en cite quelques passages et annonce l’extension de la critique de l’Université à la révolte contre la société tout entière. Constituée de détournements divers et variés, cette bande dessinée forme un tout sans qu’aucune image ou presque (en tant que représentation picturale) n’ait de rapport direct l’une avec l’autre : dessin du cheval de Troie, photos issues de la revue Positif, de scènes de vie quotidienne d’enfants, de western, gravures anciennes et peinture de la Renaissance, une photo de brosses à dents et une de Ravachol, toutes ces illustrations ont des « choses à dire ». Le retour de la Colonne Durruti, iconoclaste, offense étudiants et hiérarchie de l’Université de Strasbourg, et pas seulement puisque le tract-B.D. sera distribué par la suite dans plusieurs autres Universités de France.

Quelques réalisations sont visibles sur les sites Les inventeurs d’incroyances (voir aussi ici) Rocbo ou de la librairie Lecointre Drouet. Cet héritage est toujours vivant avec par exemple « Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre« , substitution verbale à partir d’un extrait de Corto Maltese, dans Ne sauvons pas le monde qui nous broie ! : manifeste pour une désobéissance générale (Le Passager clandestin, 2009).

L’OuBaPo reprend le procédé hors de toutes références au militantisme politique. S’y illustre notamment François Ayroles qui greffe un texte extrait de laTraumdeutung de Freud dans une planche de Little Nemo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.42-43), place un  dialogue de Platon dans Placid et Muzo font du judo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.4) ou détourne des planches d’un vieux Michel Vaillant, Le 13 est au départ, avec un dialogue sur l’ontologie de la bande dessinée où les personnages se moquent des artifices utilisés par Jean Graton, créateur de Michel Vaillant, pour faire avancer la narration (Oupus 2 de l’OuBaPo, p.43-49).

Hors de l’OuBaPo officiel, les dimanches oubapiens de Phylacterium suivent le même principe avec des textes de romans ou de bandes dessinées placés dans les phylactères de la planche d’un autre auteur.

Mise à jour du 20 août 2019 : Voici quelques années, « Un faux graphiste » s’est fait connaître par ses détournements de Tintin s’attirant ainsi les foudres de Moulinsart !

L’OuBaPo et la bande dessinée sous contrainte

L’OuBaPo est à la bande dessinée ce que l’OuLiPo est à la littérature : il s’agit pour ses membres de créer des bandes dessinées sous contrainte artistique volontaire. Fondé en 1992 au sein de l’Ou-X-Po et très lié à la fameuse maison d’édition L’Association, cet Ouvroir de Bande dessinée Potentielle est composé de François Ayroles, Anne Baraou, Gilles Ciment, Jochen Gerner, Thierry Groensteen, Étienne Lécroart, Killoffer, Jean-Christophe Menu et Lewis Trondheim.

Il convient d’y ajouter les oubapiens américains Tom Hart, Jason Little et Matt Madden, qui ont créé le site OuBaPo – America, quelques oubapiens suisses (Alex Baladi, Ibn El Rabin, Andréas Kündig) et un oubapien ibérique (Sergio Garcia).

D’autres auteurs, sans faire formellement partie de l’OuBaPo, ont collaboré aux OuPus ou publié des livres « oubapiens » : Alex Baladi, Stanislas Barthélémy, Denis Bourdaud, Philippe Coudray, Emmanuel Guibert, Matt Konture, Andréas Kündig, Axel Renaux, Vincent Sardon, Joann Sfar, Tanitoc, Jean-Michel Thiriet.

Cependant l’utilisation de contraintes dans la création de bandes dessinées s’étend au-delà de l’OuBapo « officielle », puisque nous pouvons la retrouver notamment chez Marc-Antoine Mathieu (cf. chronique) ou chez Luc et François Shuiten avec la construction en palindrome de NogegoN (cf. Wikipedia). András Tóth, dans L’hyperbédé et la métabédé. Interactivité et jeux avec le médium en bande dessinée, donne d’autres exemple de contraintes dans des bandes dessinées non-oubapienne : Schuiten et Peeters avec le Catalogue du musée Desombres, Christin et Bilal dans Los Angeles, Cosey avec Saigon – Hanoi… Plus loin dans le temps, il faudrait citer Gustave Verbeek et son Upside-down (cf. Sunday Press et Fric Frac Club).

Sur les auteurs oubapiens

Outre leurs sites, voir pour certains leur notice dans Wikipedia.

Voir aussi les les interviews de François Ayroles et de Killofer sur le site du9, l’autre bande dessinée.

Sur Matt Madden, voir le site son entretien avec Xavier Guibert (en français / en anglais) et la brève sur ses 99 way of tell a story : exercices in style.

Sur l’OuBaPo

Un article sur Wikipedia

Un article de Phylacterium

Un article sur le blog de la libraire d’images Contrebandes

Un dossier de Neuvième art 2.0

Les jeudis de l’Oulipo – Oubaposhow François Ayroles, Alex Baladi, Andréas Kündig, Etienne Lécroart, Matt Madden. Conférence du é( avril 2013

Sur les contraintes oubapiennes

Thierry Groensteen, « Un premier bouquet de contraintes » in OuBaPo, Oupus 1, L’Association, 1996. L’auteur y fait notamment une distinction entre

contraintes génératrices à l’origine de bandes dessinées originales : restriction iconique, restriction plastique, restriction énonciative (ex. : bandes dessinées muettes), itération iconique, itération iconique partielle, pluri-lecturabilité, réversibilité, recouvrement, consécution aléatoire, distribution réglée, ordonnancement géométrique

contraintes transformatrices intervenant sur des bandes dessinées déjà existantes : substitution, S+7, expansion, réduction, recadrage, réinterprétation graphique, hybridation

Une bibliographie sur Fatrazie.

Un article du blog Textualités

Quelques bédés oubapiennes produites lors des rencontres de Bastia de 2003.

Dernière mise à jour : 8 décembre 2020.

L’OuLiPo à Rennes

Dernier projet en date des élèves de Lisaa

Des Chicago, des sardinosaures, des paronomases… Ces appellations incongrues sont des jeux oulipiens,des classiques du genre. Dans le cadre d’un partenariat avec Lisaa Rennes, soixante étudiants en design graphique se sont emparés des contraintes définies par l’OuLiPo et du vocabulaire technique des bibliothèques (désherbage, récolement, massicot…) pour en proposer une création plastique. “A la façon de”, ces compositions graphiques, tout en lettres, en couleurs et en formes surprenantes, offrent un regard poétique et humoristique sur la création littéraire.

Les contraintes ne sont pas toujours faciles à deviner, c’est là toute la difficulté et le jeu.

Présentée sous la forme d’une vingtaine de pièces uniques, l’exposition s’affiche sur les vitres de deux espaces de la bibliothèque, la mezzanine jeunesse et le 5e étage.

Oulipo du 8 octobre 2010 au 02 janvier 2011 Bibliothèque / Les Champs Libres / Rennes

Patrice Guinche / directeur d’études section design graphique
p.guinche@lisaa.com
tel 02 99 79 23 79td

la blogosphère de lisaa Rennes
http://lisaa-line.blogspot.com/2010/07/entre-guillemets-oulipo.html

 

Voir sur le site Les champs libres des photographies de l’exposition et l’annonce de plusieurs conférences sur l’Oulipo :

13 octobre : François Le Lionnais, un érudit visionnaire, par Olivier Salon

20 octobre : l’OuLiPo et les mathématiques, par Michèle Audin

et quelques autres

Littérature à contraintes

En fouinant sur le site de l’Université ouverte des humanités, je suis tombé sur la perle ci-dessous que je vous laisse découvrir :

Langue, texte, énigme : c’est autour de ces trois pôles que l’écriture littéraire s’essaie à fabriquer de l’art : la poésie – et dans une moindre mesure le roman et la prose de fiction – sont d’abord des objets sonores, qui par le rythme, les sonorités créent une musique en même temps qu’ils offrent du sens ; la portée du texte s’enrichit des sonorités qui le soutiennent. L’objet poétique est également un objet visuel : qu’il soit imprimé ou manuscrit, le mot s’affiche d’abord sur la page, et joue d’une spatialité, d’une beauté graphique en créant d’autres relations, de proximité ou de hiérarchie. Il n’y a pas enfin de bonheur poétique sans que le sens échappe un peu, sans que le texte qui nous est offert ne joue à se cacher en même temps qu’il se montre ; c’est notre perspicacité, notre finesse, notre regard au monde qui sont exercés sur l’objet poétique ; qu’on la lise ou la compose, l’œuvre poétique, l’œuvre à contraintes exercent notre connaissance de l’âme humaine.

Trois modules interactifs sur la littérature à contraintes du 8ième siècle à aujourd’hui.

Poésie et prouesses :
Denis Hüe, professeur de littérature française à l’Université Rennes 2.

OuLiPo, Extension à la prose :
Frédéric Forte, poète et membre de l’OuLiPo ;
Anne-Françoise Garreta, maître de conférences en littérature française à l’Université Rennes 2 en alternance à l’Université de Duke (E-U), écrivaine, membre de l’OuLiPo .

Lecture potentielle, à la recherche d’une contrainte connue :
Dominique Raymond, doctorante à l’Université Laval (Québec) et chargée de cours en littérature à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Litterature-contraintes

Auteurs :        Frédéric FORTE
Anne-Françoise GARRETA
Denis HÜE
Dominique RAYMOND

 Conception :  Francis BLANCHEMANCHE
Damien COLLOC
Yann GARANDEL
Amélie ROULEAU 

E S A R T I N U L O C

Extrait de Fatrazie, excellent site dédié aux jeux de lettres et d’esprit, à l’Oulipo, à la ‘Pataphysique… et au célébrissime philosophe Jean-Baptiste Botul :

LIPOGRAMME : Un mot savant pour désigner une contrainte simple :  il s’agit de produire un texte sans utiliser une (ou plusieurs) lettre(s) donnée(s). La rédaction est d’autant plus difficile que le texte est long , que le nombre de lettres interdites augmente ou que ces dernières ont une fréquence importante. Rappelons qu’en français les onze lettres les plus fréquentes sont dans l’ordre

E S A R T I N U L O C

Selon Perec, dans un entretien recueilli par Jacques Bens et Alain Ledoux, publié dans Jeux & Stratégie n°1 (1980),  ce « mot » n’aurait qu’un anagramme en français : ulcérations (1). Cet entretien est consultable sur les sites suivants :

Fatrazie 

 Hic sunt chamelones

Jerôme Hubert

Molloy

Dans une note de bas de page de l’article de Dominique de Liège, « Unica Zürn, Bellmer et Perec », Essaim, n° 16, 2006/1 (cf. Cairn) , je peux lire ceci :

[86] Grâce aux travaux de Rémi Schulz, j’apprends, le 8 décembre 2005, en corrigeant ce texte, que le premier titre envisagé par Georges Perec pour son recueil de poèmes hétérogrammatiques Alphabets était : Roselanuit, en hommage et claire allusion à l’œuvre de Hans Bellmer Rose ouverte la nuit. Roselanuit est l’anagramme de la suite des lettres esartinulo, les dix lettres les plus employées en français et qui sont la base de la construction des poèmes d’Alphabets. « Ce qui n’est pas confirmé par le hasard n’a aucune validité… »

Dans un billet de Rémi Schulz sur Quaternité, nous pouvons lire, au sujet du recueil Alphabets de Perec

[…] Il s’agit d’un recueil de 176 onzains composés de 1974 à 76, répartis en 16 séries de 11 onzains. Un onzain est un poème de 121 lettres répétant 11 fois une séquence de 11 lettres différentes, le tout présentant si possible un sens minimal.

Perec a débuté son entreprise par une série ESARTINULOC, avec des contraintes supplémentaires portant sur toute la série […]

Dans Désordre alphabétique, chapitre 38 du Bestiaire ébloui des lexies tératoïdes(2), les deux listes des lettres classées par fréquence alphabétique décroissante y sont un peu différentes : 

E A S I N T R L U O D C P M V G F B Q H X J Y Z K W

E A S I T N R U O L D C M P V Q F G H B J X Y Z K W

Une autre version de l’article ci-dessus, parue dans Le Soir du 19 novembre 1997 et reproduite dans typographie@listes.irisa.fr, complète la série de la manière suivante : 

E S A R T I N U L O C M P D G B F V H Z Y Q X J K W 

Voir aussi un billet de Bernard G sur son blog.

Un exemple d’ulcérations de Perec trouvé parmi les Oulipian Exercises de Gilles Esposito-Farèse :

  

 (1) Extrait du site Cette adresse comporte cinquante signes

Mais sait-on que Georges Perec composa un poème de 400 vers qui ne sont qu’anagrammes mises bout à bout du même tirage ESARTINULOC (« Ulcérations », Bibliothèque oulipienne, n°1) ? Le même Perec qui suggéra qu’Henri Beyle choisit Stendhal en hommage aux îles Shetland

(2) Ce dernier a fait l’objet d’une éditition papier, malheureusement épuisée :

Éric Angelini, Daniel Lehman. Mots en forme : bestiaire ébloui des lexies tératoïdes. Paris : Quintette, 2001

Oulipien par anticipation (1)

Pour débuter ces chroniques, voici un bref  billet sur l’Oulipo et ses précurseurs.

Fondé par Raymond Queneau et François Le Lionnais et illustré par notamment Geoges Perec, Italo Calvino ou François Roubaud, l’OUvroir de LIttérature POtentielle fait l’objet de nombreux sites qui lui sont consacrés ou qui s’en inspirent. Continuer la lecture de Oulipien par anticipation (1)