Archives de catégorie : Littérature et autres arts

L’éléphant dans le noir

Voici quelques années, j’avais abordé la parabole des aveugles et de l’éléphant, pendant asiatique de la parabole chrétienne des aveugles. Les hasards de la sérendipité m’ont conduit à au compte rendu suivant, concernant un ouvrage que j’espère bien trouvé à l’occasion dans les bacs des bouquinistes :

Idries Shah (1924-1996) est un sage soufi né en Inde. Sans doute est-ce dans son pays d’origine qu’il a entendu cette version de l’histoire qui met en scène, non plus des aveugles, mais des voyageurs perdus dans la nuit :

Il était une fois des voyageurs qui, dans la nuit noire, se heurtèrent à un éléphant endormi sur ses pattes. Chacun en tâta avec effroi une partie ; sur ce, l’éléphant se réveilla et s’éloigna pacifiquement, toujours dans le noir de cette nuit sans lune. Aussitôt les voyageurs encore sous le choc se mirent à décrire l’étrange animal que seules leurs mains avaient touché. Si tous étaient d’accord pour lui trouver la peau rugueuse et couverte de poils durs, ils ne purent se mettre d’accord sur sa forme: c’est comme un énorme pilier, dit celui qui avait tâté le pied de la bête ; non cela a plutôt la forme d’un grand éventail, affirma celui qui avait palpé l’oreille ; mais pas du tout, c’est une espèce de corde, estima celui qui en avait saisi la queue … Ainsi en est-il de l’homme qui n ‘a l’expérience que d’une partie de la réalité de l’Etre, et dont l’esprit limité ne peut en appréhender la totalité.

Cité par Lylian Kesteloo dans son compte rendu.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Apocalypses de notre temps : fictions de fin du monde de l’anthropocène

Le monde va finir ; la seule raison pour laquelle il pourrait durer, c’est qu’il existe. Que cette raison est faible, comparée à toutes celles qui annoncent le contraire, particulièrement à celle-ci : Qu’est-ce que le monde a désormais à faire sous le ciel ? []

Charles Baudelaire, Fusées

Je suis en train de lire un très intéressant essai de Jean-Paul Engélibert sur les fictions d’apocalypse. Du coup, j’ai commencé une petite bibliographie sur les les fins du monde dans la littérature et les autres arts au temps de l’anthropocène, ce dernier terme pris dans son acception d’ère débutant à la fin du XVIIIe siècle, avec le début de la révolution industrielle. Si ce petit programme de lecture vous intéresse…

Continuer la lecture de Apocalypses de notre temps : fictions de fin du monde de l’anthropocène

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Quitter la Terre, une pièce de Joël Maillard entre rire et angoisse existentielle

Ce jeudi 17 octobre, à la salle Thélème de l’université de Tours, j’ai assisté avec délectation à Quitter la Terre, un excellent spectacle de Joël Maillard. En voici l’argument :

Il y a quelque temps, j’ai découvert dans une cave un carton rempli d’un chaos de documents divers qui constituent, si j’ai bien compris, les fondements d’une proposition ambivalente de “nouveau départ”, prévoyant l’extinction de la majeure partie de l’humanité devenue stérile, et la survie dans le cosmos de quelques poignées d’individus qui tiendraient des journaux intimes en écoutant de la musique qui calme.

Lire la suite

Cette pièce, qui débute comme une conférence loufoque pour dériver vers de la science-fiction délirante, oscille sans cesse entre rire et questions existentielles, avec une certaine inspiration borgesienne et des réminiscences du Fahrenheit 451 de Bradbury. Jouée par Joëlle Fontannaz et Joël Maillard de la compagnie SNAUT, elle a fait partie de la sélection suisse du festival Off d’Avignon 2018.

Créée en juiillet 2017, elle continue à tourner en France et en Suisse romande en alternant avec une autre pièce de Joël Maillard, Imposture posthume, qui semble être de la même veine de science-fiction existentielle, si j’en crois sa présentation :

En 2099, âgé de 121 ans, le cerveau particulièrement bien conservé grâce à la médecine régénérative, un certain Joël Maillard grave ses souvenirs (ou alors sa dernière pièce) sur un morceau de plastique (son assistant robotique n’ayant pas trouvé de papier).

Bien des siècles plus tard, des archéologues découvrent le manuscrit gravé par le vieux Maillard en 2099, qui est l’un des rares témoignages écrits relatifs à la vie sur Terre dans la seconde moitié du 21e siècle à n’avoir pas disparu…

Lire la suite

Je serais bien curieux de la voir aussi, si l’occasion s’en présentait. En tout cas, je vous recommande chaudement Quitter la Terre. C’est le genre de spectacle dont on sort en ayant l’impression d’être moins bête tout en s’étant amusé et qui donne à réfléchir tout en faisant rire. Comme le dit Joël Maillard, dans La Nouvelle République,

Je fais des spectacles « avec blagues », car je crois au pouvoir libérateur du rire et à son absolue nécessité,

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La littérature jeunesse à la Bnf

Du 17 septembre au 1er décembre, à l’occasion des 70 ans de la loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, l’exposition “Ne les laissez pas lire !” se penche sur l’histoire des livres pour enfants qui, du début du XXe siècle à nos jours, ont suscité débats et polémiques. Une bonne occasion de découvrir les collection concernant la littérature pour la jeunesse à la Bnf, le centre national de la littérature jeunesse (CNLJ) et les multiples ressources en ligne qui y sont liées.

  • La Revue des livres pour enfants, consultable en ligne depuis son premier numéro (Bulletin d’analyses de livres pour enfants, n° 1, septembre 1965), à l’exception des deux dernières années de parution.
  • La bibliothèque idéale du CNLJ, une sélection de plus de 4000 titres dans les différents genres de la littérature de jeunesse : albums, bande dessinée, conte, documentaire, poésie, comptines, chansons théâtre, roman, théâtre, et s’adressant aux enfants et aux jeunes entre 6 mois et 14 ans.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

MONtaigne à L’Œuvre

Je voudrais vous signaler ici le projet MONtaigne à L’Œuvre (MONLOE).

Porté par le programme Bibliothèques Virtuelles Humanistes du Centre d’études Supérieures de la Renaissance (CESR) de Tours, son objectif est de réunir les éléments principaux d’un ample corpus (éditions des Essais ; traduction de Raymond Sebon ; édition des traductions et poèmes de La Boétie ; La Servitude volontaire…) auquel s’ajoutera une sélection d’ouvrages ayant servi de sources majeures des Essais.

Dans le cadre de ce projet, il faut également signaler la « Librairie » de Montaigne en 3D et les Essais audio-vidéo synchronisés, qui seront présentés, avec d’autres programmes du CESR lors des Journées européennes du patrimoine 2019.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Vies romancées de Jésus

Comme je l’ai écrit précédemment à propos des poèmes de Nerval et de Vigny sur Gethsemani, je suis un parfait (?) agnostique. Néanmoins, ceux qui fréquentent ce carnet depuis quelques temps ont constaté un certain intérêt de ma part pour le Nazaréen à l’origine du christianisme, Paul de Tarse en étant le véritable fondateur. Qu’il s’agisse de certains ouvrages de la bibliothèque de Léon Morin, des documentaires de Gérard Mordillat et de Jérôme Prieur ou de divers sujets inspirés par les évangiles apocryphes, cela fait quelques temps que j’effleure le sujet.

Ayant lu dernièrement King Jesus par Robert Graves, cela m’a donnée envie d’établir une bibliographie de vies romancées de Jésus en vue de futures lectures. Cette bibliographie est nécessairement incomplète et fera l’objet de mises à jour. N’y seront pas inclus les évangiles, qu’ils soient canoniques ou apocryphes, même s’ils contiennent les uns et les autres une large part de fiction, ni les vies écrites par des philologues, des théologiens, des historiens, ce qui laisse notamment de côté la Vie de Jésus par Ernest Renan qui eut cependant une réelle influence sur les littérateurs.

Continuer la lecture de Vies romancées de Jésus

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les éditions polystyrène

La 15e édition du Festival A Tours de Bulle où j’ai découvert avec ravissement le dernier album de Benoît Dahan a aussi été pour moi l’occasion de retrouver les publications des éditions polystyrène qui explorent les différentes manières de faire de la bande dessinée au-delà du classique album. Mais je préfère les laisser se présenter eux-même :

Continuer la lecture de Les éditions polystyrène

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Dans la tête de Sherlock Holmes, une bande dessinée de Benoît Dahan et Cyril Lieron

Ce week-end avait lieu la 15e édition du Festival A Tours de Bulle. L’invité d’honneur était le lauréat de la Tour d’ivoire 2018, Benoit Dahan, pour L’héritage de l’Homme-Siècle., 4e tome de son Psycho-Investigateur Il a aussi publié récemment avec Cyril Lieron le premier tome d’un récit en deux volumes intitulé Dans la tête de Sherlock Holmes. Un grand plaisir de lecture que je vous laisse découvrir !

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Réflexions décousues sur le droit d’auteur, les ayants droit, le piratage et le domaine public

Voici quelques mois, j’ai eu un léger  différend avec les responsables de la plateforme Hypothèses, au sujet d’un possible non respect des droits d’auteur dans un de mes billets Hypothèses : j’avais  republiés deux extraits d’une bande dessinée. J’avoue ne toujours pas comprendre en quoi la citation d’images serait d’une atteinte intolérable au droit d’auteurs. En quoi cela est-il plus problématique que la citation d’un extrait d’article ou de livre ? Mystère, surtout qu’en plus, cela fait de la publicité gratuite à l’ouvrage et à ses auteurs…

Continuer la lecture de Réflexions décousues sur le droit d’auteur, les ayants droit, le piratage et le domaine public

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts