Archives de catégorie : Littérature et autres arts

Fantasmagoriana, ses sources et son influence

Brève présentation de Fantasmagoriana

Lors de l’été pourri de 1816, un groupe de jeunes Anglais réfugiés près du lac Léman tue le temps en lisant les histoires fantastiques L’un d’eux, le poète Lord Byron, suggère que chacun écrive une nouvelle de ce genre. Deux seulement vont rédiger des récits qui seront publiés : Le Vampire, un court récit de John Polidori, et surtout Frankenstein ou le Prométhée moderne par Mary Shelley.

Cette histoire est généralement bien connue. Je voudrais ici vous présenter brièvement l’ouvrage dont ces jeunes gens étaient tout imprégnés quand ils se sont lancés dans ce concours d’écriture.

Continuer la lecture de Fantasmagoriana, ses sources et son influence

Dystopies : les lendemains qui déchantent

Contre-utopie, anti-utopie et dystopie sont des mots qui, bien que parfois synonymes, ne désignent pas toujours la même chose. Il sera traité ici des dystopies comme des inverses des utopies. Les utopies délivrent la description d’une société ordonnée, rationnelle et donc enviable alors que les dystopies racontent un système cauchemardesque pour les populations qui y vivent. Autre élément, les utopies proposent de régénérer les populations grâce à des valeurs comme l’égalité ou la solidarité alors que les dystopies développent une société atomisée et dont les valeurs morales disparaissent. Au niveau de la structure du récit, les utopies classiques comme celle d’Etienne Cabet se structurent autour du récit de voyage qui analyse un système et des coutumes dans leur généralité d’un point de vue extérieur qui est celui de l’explorateur qui raconte son aventure. Les dystopies, quant à elles, concentrent le récit sur la vision d’un seul personnage principal qui est un habitant qui a toujours vécu dans la dystopie ou vécu déjà plusieurs années dedans.

Il s’agit ici d’une biblio-webographie et non d’une étude sur les dystopies, pour laquelle je ne me sens pas qualifié. Des mises à jour seront faites plus ou moins régulièrement.

Continuer la lecture de Dystopies : les lendemains qui déchantent

Ex-voto marins de Notre-Dame de la Garde et d’ailleurs : biblio-webographie

Les ex-voto de Notre-Dame de la Garde à Marseille

L’idée de cette biblio-webographie m’est venue en parcourant Ex-voto marins de Notre-Dame de la Garde, un livre de Félix Reynaud paru à Marseille aux éditions La Thune en 1996. Dans cet ouvrage qui précède deux autres volumes sur les ex-voto consacrés à la vie quotidienne et à la vie publique, l’auteur étudie 135 ex-voto se rapportant à la mer (peintures de naufrages et portraits de bateaux ; maquettes de navires ; plaques de marbre…) déposés de 1810 à 1988 à la « Bonne Mère ». A la description et au texte de l’ex-voto s’ajoute un compte-rendu détaillé des circonstances de son élaboration. Très intéressant pour l’historien, mais aussi pour l’écrivain en quête d’inspiration…

Continuer la lecture de Ex-voto marins de Notre-Dame de la Garde et d’ailleurs : biblio-webographie

Joaquín Sorolla, lumières espagnoles

J’ai déjà évoqué par deux fois des expositions de l’Hôtel de Caumont à Aix-en-Provence, celles sur les collections des princes de Lichtenstein et les grands maîtres de l’estampe japonaise. Ce centre d’art fort actif vous propose jusqu’au 1er novembre un bel échantillon de l’œuvre de Joaquín Sorolla, peintre espagnol majeur de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Continuer la lecture de Joaquín Sorolla, lumières espagnoles

Deux cents ans d’utopies parisiennes

Au hasard de mes divagations sur la toile, j’ai découvert un intéressant article de Laurent Portes sur le blog de Gallica : « Paris vu par les utopistes du XIXe siècle ». Cela m’a incité à chercher un peu sur ce thème, collectant au passage

  • Paris Utopie, réédition du livre Paris des utopies publié en 1970 par Yvan Christ
  • Paris au XXe siècle, roman de Jules Verne refusé par l’éditeur Hetzel en 1860 et finalement été publié… en 1994 avec des illustrations de Schuiten

…. en attendant d’autres merveilles !

Théâtre d’ombres

En consultant le catalogue des publications des éditions Honoré Champion et Slatkine pour la période d’avril à septembre 2020, j’ai noté la parution début septembre d’un ouvrage de Mariel Oberthür, qui a publié en 2007 Le Cabaret du Chat Noir à Montmartre (1881-1897). Intitulé Ombres et lumière au théâtre de Séraphin au Chat Noir, son nouveau livre est consacré au théâtre d’ombres, lancé en France dans le dernier quart du XVIIIe siècle par Dominique Séraphin et qui atteindra son apogée avec les spectacles mis en scène par le peintre Henri Rivière au Cabaret du Chat Noir. Art optique accompagné de musique et de chansons, précurseur du cinématographe, spectacle fort prisé de nos aïeux au même titre que la lanterne magique et les panoramas, il s’est comme eux un peu effacé de la culture commune française, même si certains, comme la compagnie Coppélius, en maintiennent encore l’héritage.

Continuer la lecture de Théâtre d’ombres

Dictionnaires biographiques d’artistes (peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs…)

Répertoires biographiques d’artistes : ce mémo de la BnF propose des pistes de recherche permettant de trouver des informations sur un artiste, qu’il soit mort ou vivant, français ou étranger, quelle que soit la discipline qu’il ait pratiquée (beaux-arts, arts décoratifs et arts appliqués).

Liste de dictionnaires biographiques artistiques sur Wikipédia

Dictionnaire Bénézit ou Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays : principal dictionnaire biographique d’artistes en français, il recense environ 170 000 artistes du monde entier de l’Antiquité à nos jours. La premère édition de 1911, est accessible en ligne sous forme de deux réimpressions numérisées :

  • Réimpression datée de 1939 de la première édition

Dictionnaire biographique des pensionnaire de l’Académie de France à Rome

Dictionnaire des peintres belges : une des nombreuses bases de données de l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA) présentes sur BALaT

Quelques critiques de la société de consommation

En complément de mes chroniques sur la décroissance, je voudrais assembler ici quelques documents sur la critique de la société de consommation. Moquée par Boris Vian (La complainte du progrès)…

Jacques Debroncard (J’suis heureux)…

Continuer la lecture de Quelques critiques de la société de consommation

Le tailleur de pierre japonais et autres histoires sur la relativité de la puissance et de la richesse pour une vie heureuse

Il était une fois un homme qui taillait des pierres dans le rocher. Son labeur était très dur, et il peinait beaucoup, mais son salaire était maigre et il n’était pas satisfait. Il soupirait parce que son labeur était dur. Et il s’écriait : « Ah, si seulement j’étais riche pour pouvoir reposer sur un baleh-baleh au klambu de soie rouge. »
Or voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était riche. Et il reposait sur un baleh-baleh, et son klambu était en soie rouge.

Or le roi du pays vint à passer, des cavaliers précédant sa voiture. Et derrière la voiture il y avait d’autres cavaliers, et l’on tenait le payong d’or au-dessus de la tête du roi. Et lorsque l’homme riche vit cela, il fut chagriné qu’on ne tînt pas de payong d’or au-dessus de sa tête. Il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être roi. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était roi. Et devant sa voiture galopaient de nombreux cavaliers, et d’autres venaient derrière sa voiture, et au-dessus de sa tête on tenait le payong d’or.

Et le soleil brillait de ses rayons brûlants et roussissait la terre, et le brin d’herbe se desséchait. Et le roi se plaignait que le soleil lui brûlait le visage, et était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être le soleil. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était le soleil. Et il envoyait ses rayons vers le haut et vers le bas, vers la droite et vers la gauche, et de toutes parts. Et il roussissait le brin d’herbe à la surface de la terre, et le visage des princes qui y vivaient.

Et un nuage s’interposa entre la terre et lui, et il repoussa les rayons du soleil. Et il fut courroucé de voir qu’on résistait à sa puissance, et se plaignit que ce nuage était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il voulait être le nuage, qui était si puissant.
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il devint nuage et se plaça entre le soleil et la terre et arrêta les rayons, en sorte que l’herbe verdit. Et le nuage pleuvait à grosses gouttes à la surface de la terre, et faisait s’enfler les rivières et des banjirs emportaient les troupeaux.
Et il dévastait les campagne par la masse de ses eaux.

Et il tomba sur un rocher, qui ne céda pas. Et il cascadait en larges torrents, mais le rocher ne cédait pas. Et il fut courroucé parce que le rocher ne voulait pas céder, et parce que la puissance de ses torrents était vaine. Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Ce rocher a reçu une puissance supérieure à la mienne. Je voudrais être ce rocher. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : »Qu’il vous advienne comme vous avez dit. »
Et il devint rocher, et il ne bougeait pas quand le soleil brillait, ni quand il pleuvait.

Or voici qu’arriva un homme avec une pique, et un ciseau pointu, et un lourd marteau, qui taillait des pierres dans le rocher. Et le rocher dit : « Qu’est-ce donc, cet homme est plus puissant que moi, et il taille des pierres dans mon sein ? » Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Je suis plus faible que celui-là. Je voudrais être cet homme. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il fut tailleur de pierre.

Et il taillait des pierres dans le rocher, au prix d’un dur labeur, et il peinait beaucoup pour un maigre salaire, et il était satisfait.

Jeronimus, pseudonyme du baron Van Hoëvell, pasteur de Batavia (1812-1879)

Continuer la lecture de Le tailleur de pierre japonais et autres histoires sur la relativité de la puissance et de la richesse pour une vie heureuse