Archives de catégorie : Sherlock & Co.

Une défense du roman policier… de 1910

Je ne sais quel gredin, ayant commis une sale action, s’est avisé, l’autre jour de déclarer qu’il avait été entraîné dans la voie du crime par la lecture des romans policiers. Et aussitôt tous les gobeurs de lever les bras au ciel :
— Ah ! c’est bien vrai ! Ces romans corrompent les consciences ! ils invitent les apaches à fonctionner et leur dévoilent les moyens de travailler, au moindre péril possible.
C’est un thème tout fait et les variations ne manquent pas.Eh bien, n’en déplaise à tous ces débineurs de romanciers, je me permettrai de leur affirmer qu’au temps passé, les enseignements donnés au peuple et surtout aux enfants n’étaient ni plus moraux ni plus anodins.
— Mais, vous écriez-vous, il n’y avait pas de journaux avant la fin du XVIIIe siècle !
Soit ! mais il y avait les veillées, il y avait les conteurs de village, il y avait la vieille qui venait s’asseoir au coin du foyer et à qui l’on criait :
— Mère grand, une histoire !
Et selon l’époque, l’histoire, —le conte de la veillée,— était toujours le même, soit une légende brutale, des bandits traqués dans la vallée voisine et se livrant aux pires atrocités, soit une histoire de diable bête à pleurer et qui donnait aux gens le goût du pacte signé avec du sang.
Sont-ce les journaux, —et les romanciers,— qui ont créé, la popularité des Cartouche et des Mandrins, qui ont fait des héros de tous les massacreurs de peuple, —y compris Napoléon, dont on parla beaucoup trop sous le chaume ?
N’est-ce pas dans les chaumières que l’esprit clérical entretenait, par des récits absurdes et mensongers, les histoires de juifs sacrifiant des enfants ou de protestants livrant leurs filles au démon ?
Vous rappelant cette propagande du mal qui se fit pendant des siècles sous le couvert de l’ignorance, de la sottise ou du fanatisme, croyez-vous que vraiment les Gaboriau, les Ponson du Terrail et plus récemment les créateurs de “Sherlock Holmes” ou d’ “Arsène Lupin” soient de si grands criminels ?
Non, certes, car depuis Frédéric Soulié, Alexandre Dumas jusqu’à Rochebourg ou Jules Mary, les romanciers populaires, tout en compliquant leurs intrigues de crimes et d’invraisemblances, ont toujours et quand même dirigé la trame de leurs imaginations vers un dénouement de bonté et de justice. “Nick Carter” ou “Toto Fouinard” sont des chevaliers qui, Don Quichottes modernes, courent le monde pour la défense de la jeune victime, de l’orphelin ou de la veuve éplorée.
Dites que c’est bête : bon ! quoique vous ne soyez pas fichus d’en faire autant ! Mais ne répétez pas cette sottise que nos bandits trouvent en les romans actuels des incitations au crime. C’est faux ! 

Cette défense du roman policier par le romancier Jules Lermina a paru dans les colonnes de L’Aurore, le samedi 6 août 1910. Je l’ai trouvée dans l’introduction de Détectives et policiers #1, une anthologie présentée par Frédéric Serva. Elle est téléchargeable sur eBooks, un site à découvrir, ainsi que Redux, la constellation dont il fait partie.

Dans la tête de Sherlock Holmes, une bande dessinée de Benoît Dahan et Cyril Lieron

Ce week-end avait lieu la 15e édition du Festival A Tours de Bulle. L’invité d’honneur était le lauréat de la Tour d’ivoire 2018, Benoit Dahan, pour L’héritage de l’Homme-Siècle., 4e tome de son Psycho-Investigateur Il a aussi publié récemment avec Cyril Lieron le premier tome d’un récit en deux volumes intitulé Dans la tête de Sherlock Holmes. Un grand plaisir de lecture que je vous laisse découvrir !

Sherlock Holmes dans une uchronie steampunk chinoise

Parmi les trois traductions de nouvelles SF chinoises à lire dans le numéro 7 de la revue Impressions d’Extrême-Orient, je voudrais signaler particulièrement « Gastronotopia » (Meishi wutuobang 美食乌托邦) de Han Song 韩松. C’est une uchronie steampunk qui se déroule le monde des Neuf-Régions (c’est aussi l’ancien nom donné à la Chine) où l’ère de la vapeur semble avoir supplanté l’ère de l’électricité et de l’informatique, et dans lequel Sherlock Holmes et le Docteur Watson vont devoir enquêter sur une étrange invention chinoise : l’estomac artificiel externe.

Comme quoi, la liste des pastiches de Sherlock Holmes est sans fin…

Pastiches de Sherlock Holmes

Sherlock Holmes a donné lieu à une multitude d’adaptations et de pastiches. J’ai découvert que même Conan Doyle a écrit des pastiches de Sherlock Holmes. On trouve des Sherlock Holmes contre Dracula, des Sherlock Holmes contre Fu Manchu, des trucs assez incroyables. Et c’est quasiment toujours intéressant. La Solution à 7 % de Nicholas Meyer, qui explique pourquoi Sherlock est devenu détective, est un très bon roman. L’Ultime défi de Sherlock Holmes, de Michael Dibdin, où Sherlock Holmes est Jack l’Éventreur, est extraordinaire. Les bouquins de René Réouven, La Vie privée de Sherlock Holmes de Mollie et Michael Hardwick… Ce qui est fascinant avec Sherlock Holmes, c’est que c’est un des cas dans la littérature où l’auteur est dépassé par son personnage. Bien sûr, c’est Conan Doyle qui invente le fait que Sherlock Holmes se drogue ou inscrit les initiales de la reine Victoria au revolver sur le mur. C’est Conan Doyle qui lui donne cette passion pour la musique ou qui le fait se retirer dans sa chambre quand, d’un seul coup, il a le cafard. C’est aussi lui qui fait vivre Sherlock Holmes avec un homme, Watson… Avec Sherlock Holmes, Doyle invente un personnage sur lequel on peut broder à l’infini, qui offre toutes les interprétations possibles. J’irai même plus loin, je trouve que finalement, les aventures de Sherlock Holmes les plus belles ne sont peut-être pas celles que Conan Doyle a écrites. Le dernier recueil de nouvelles signé Conan Doyle, qui s’intitule je crois, Son dernier coup d’archet , est magnifique. Mais Une étude en rouge, c’est quand même une intrigue assez simple. Et la moitié du livre est consacrée à la croisade anti-mormons de Conan Doyle… C’est bien, c’est très bien même, mais je trouve que ce n’est pas la plus belle aventure de Sherlock Holmes, alors que L’Ultime défi de Sherlock Holmes, de Michael Dibdin, c’est quasiment un chef-d’œuvre.
Cet extrait des entretiens de François Guérif avec Philippe Blanchet (Du polar. Rivages, 2016) montre toute la richesse et la variété des pastiches consacrés à Sherlock Holmes. Une richesse telle (voir les listes ci-dessous) que cette bibliographie fera nécessairement l’objet de mises à jour régulières.

Continuer la lecture de Pastiches de Sherlock Holmes

Le Canon holmésien

Le Canon holmésien se compose de 60 histoires (4 romans et 56 nouvelles) publiées de 1887 à 1927 dans le Strand Magazine par  Arthur Conan Doyle. Il s’oppose aux pastiches, que ceux-ci soient inspirés par les untold tales ou untold stories, enquêtes mentionnées, mais non racontées par le Docteur Watson (ex. : Les Exploits de Sherlock Holmes écrit par Adrian Conan Doyle) ou qu’il s’agisse de récits purement apocryphes, inventés de toute pièce hors de toute référence dans le Canon. Continuer la lecture de Le Canon holmésien

Sherlock Holmes dans la bande-dessinée

Je me contenterai de vous signaler ici la bibliographie commentée réalisée par Jérome Peugnez  sur le site Zonelivre.

Je ne vois rien à y ajouter, si ce n’est que j’apprécie particulièrement les deux bandes dessinées suivantes parmi celles qui sont présentées. Continuer la lecture de Sherlock Holmes dans la bande-dessinée

Ils ont incarné Sherlock Holmes au cinéma et à la télévision

Je voudrais vous présenter ci-dessous quelques visages de Sherlock Holmes à travers des adaptations cinématographiques ou télévisuelles. Voir à ce propos la sélection de Bepolar.

Dernière mise à jour : 17 mars 2020.

Continuer la lecture de Ils ont incarné Sherlock Holmes au cinéma et à la télévision

Maximilien Heller, un précurseur de Sherlock Holmes

A l’été 1876, [Doyle] rend visite à Paris à son grand-oncle Michael Conan Doyle auquel il doit son deuxième prénom), et sans doute lit-il alors un roman publié en 1871 : Maximilien Heller de Henri Cauvain. Le portrait d’un misanthrope génial génial, ancien avocat aux facultés intellectuelles aigües, mais dont l’humeur alterne entre exaltation et neurasthénie.

Cet extrait de Sherlock Holmes, une vie ne pouvait qu’attiser ma curiosité et je me suis mis en quête de plus d’informations sur le roman cité et son auteur. Continuer la lecture de Maximilien Heller, un précurseur de Sherlock Holmes

Sherlock Holmes & Co.

Je suis en train de lire l’édition de poche parue récemment de Sherlock Holmes, une vie de Xavier Mauméjean et André François Ruaud. Ouvrage fort instructif.

Sans être comme eux un spécialiste du génie de Bakerstreet, j’apprécie fort ses enquêtes, tant dans les nouvelles d’Arthur Conan Doyle que dans les adaptations qui ont pu en être données comme la classique série réalisée de 1984 à 1994 avec Jeremy Brett …

Continuer la lecture de Sherlock Holmes & Co.