Archives de catégorie : Sic transit gloria mundi

Chroniques sur des auteurs, artistes et personnages méconnus ou oubliés

Les ensablés, un blog consacré aux auteurs oubliés

Voici quelques années, j’avais consacré une chronique à l’excellent ouvrage d’Eric Dussert, Une forêt cachée : 156 portraits d’écrivains oubliés.

Or je viens de découvrir sur le site Actualitté une rubrique dédiée à ce thème par d’Hervé Bel : Les ensablés. Je vous invite à lire l’article intitulé quelques idées sur l’oubli en littérature, puis à butiner dans dans les nombreuses chroniques parues depuis octobre 2010.

Lire aussi :

  • les chroniques de Gérard Oberlé dans Lire

Un mot sur Jean de La Brète

Connaissez vous Mon oncle et mon curé, charmant roman paru pour la première fois en 1889 ? Il connut de nombreuses rééditions jusqu’en 1977, dont deux dans la très populaire collection Nelson, et fut même porté à l’écran en 1939. C’est dire son succès durable auprès du public.

Il s’agit du premier livre de Jean de La Brète, pseudonyme d’Alice Cherbonnel (1858-1945). Cette native de Saumur a publié trente-six romans de 1889 à 1939, dont deux, Mon oncle et mon curé et Un vaincu, furent couronné le prix Montyon de l’Académie française, qui récompense l’ouvrage littéraire le plus utile aux mœurs.

Continuer la lecture de Un mot sur Jean de La Brète

Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

J’ai abandonné Eugénie Grandet. Je me suis mis au travail, mais sans courage. L’Autodidacte, qui voit que j’écris, m’observe avec une concupiscence respectueuse. De temps en temps, je lève un peu la tête, je vois l’immense faux col droit d’où sort son cou de poulet. Il porte des vêtements râpés, mais son linge est d’une blanchisseur éblouissante. Sur le même rayon il vient de prendre un autre volume, dont je déchiffre le titre à l’envers: La Flèche de Caudebec, chronique normande par Mlle Julie Lavergne. Les lectures de l’Autodidacte me déconcertent toujours.
Tout d’un coup les noms des derniers auteurs dont il a consulté les ouvrages me reviennent à la mémoire: Lambert, Langlois, Lastex, Lavergne. C’est une illumination ; j’ai compris la méthode de l’Autodidacte : il s’instruit dans l’ordre alphabétique.
Je le contemple avec une espèce d’admiration. Quelle volonté ne lui faut-il pas pour réaliser lentement, obstinément un plan de si vaste envergure? Un jour, il y a sept ans (il m’a dit qu’il étudiait depuis sept ans) il est entré en grande pompe dans cette salle. Il a parcouru du regard les innombrables livres qui tapissent les murs et il a dû dire, à peu près comme Rastignac: « A nous, Science humaine ». Puis il est allé prendre le premier livre du premier rayon d’extrême droite ; il l’a ouvert à la première page, avec un sentiment de respect et d’effroi joint à une décision inébranlable. Il en est aujourd’hui à L. K après J, L après K. Il est passé brutalement de l’étude des coléoptères à celle de la théorie des quanta, d’un ouvrage sur Tamerlan à un pamphlet catholique contre le darwinisme: pas un instant il ne s’est déconcerté. Il a tout lu; il a emmagasiné dans sa tête la moitié de ce qu’on sait sur la parthénogenèse, la moitié des arguments contre la vivisection. Derrière lui, avant lui, il y a un univers. Et le jour approche où il se dira, en fermant le dernier volume du dernier rayon d’extrême gauche: « Et maintentant? »

Jean Paul Sartre, La Nausée

Je diffère un peu de l’Autodidacte de Jean-Paul Sartre, car mes lectures tiennent plus du hasard que de la méthode préétablie. Si j’ai lu moi aussi quelques contes et nouvelles de Julie Lavergne (1823-1886), c’est que plusieurs de ses ouvrages figurent dans une annexe estivale de la bibliothèque familiale. Ils viennent de mes arrière-grands-parents dont les idées étaient sans doute en parfaite adéquation avec les écrits de cette monarchiste catholique.

Continuer la lecture de Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

Charles de Gaulle, barde breton

Dans un article publié dans le n° 95 (mars 2019) de Books, Ferdinand Mount fait allusion à un poète nationaliste breton, oncle du général de Gaulle, également prénommé Charles.

Charlez a Vro-C’hall […] avait appris le gallois, le breton et le gaélique mais ne s’était jamais rendu là où ces langues étaient parlées, étant cloué dans son appartement parisien en raison d’une paralysie progressive.

Comme il se trouve que la Bretagne et le breton suscitent depuis quelques temps mon intérêt, j’ai souhaité en savoir plus.

Continuer la lecture de Charles de Gaulle, barde breton

Eugène Bizeau, poète vigneron libertaire en Touraine

Je me suis rendu voici quelques mois à Véretz, près de Tours, pour stage de tai chi qui avait lieu dans une salle polyvalente portant le nom d’Eugène Bizeau. Un sympathique portrait de ce dernier en ornait l’entrée, représentant un  vieillard barbu et souriant affublé d’un grand chapeau de paille. Mes explorations sur internet m’ont permis d’en savoir un peu plus sur ce poète vigneron libertaire. Voici ma moisson. Continuer la lecture de Eugène Bizeau, poète vigneron libertaire en Touraine

Maximilien Heller, un précurseur de Sherlock Holmes

A l’été 1876, [Doyle] rend visite à Paris à son grand-oncle Michael Conan Doyle auquel il doit son deuxième prénom), et sans doute lit-il alors un roman publié en 1871 : Maximilien Heller de Henri Cauvain. Le portrait d’un misanthrope génial génial, ancien avocat aux facultés intellectuelles aigües, mais dont l’humeur alterne entre exaltation et neurasthénie.

Cet extrait de Sherlock Holmes, une vie ne pouvait qu’attiser ma curiosité et je me suis mis en quête de plus d’informations sur le roman cité et son auteur. Continuer la lecture de Maximilien Heller, un précurseur de Sherlock Holmes

Fin du livre et bibliothèques de l’avenir selon Octave Uzanne

Dans Les Contes pour les bibliophiles qu’Octave Uzanne et Albert Robida ont publiés en 1895 figure un texte intitulé « La fin du livre« , publié initialement en anglais dans le n° 2 du Scribner’s Magazine du mois d’août 1894. Le narrateur s’y inquiète de l’avenir du livre face aux nouvelles technologies d’alors, à savoir le kinétoscope et le phonographe.  André Lange en donne une bonne présentation sur son site consacré à l’histoire de la télévision.

Si vous souhaitez le lire, vous trouverez sur Wikisource et le Projet Gutenberg, à moins que vous ne préfériez  un vrai livre sur papier. Dans ce cas, je vous renvoie à la réédition parue 2008 aux éditions Manucius dont je vous ai déjà parlé au sujet du Musée de la conversation.

Octave Uzanne est revenu sur le sujet dans un article paru dans la Revue Franco-Allemande, au mois de février de l’année 1901 : « Les bibliothèques de l’avenir. » Voir aussi ici et .

Nouvelles de nulle part par William Morris

Je suis en train de découvrir les Nouvelles de nulle part dans une traduction publiée en 1961 aux Éditions sociales. Cet ouvrage de William Morris (1934-1896) a paru initialement en 1890 sous le titre  News from nowhere or an Epoch of rest. L’auteur, plus connu de nos jours pour sa participation au mouvement préraphaélite et son apport aux arts décoratifs, fait partie de la Socialist League de tendance socialiste libertaire dont il est est question dans le premier chapitre du roman. Dans ce dernier comme dans celui auquel il est censé répondre, Looking Backward (C’était demain ou Cent ans après ou l’an 2000) d’Edward Bellamy (1850-1898), le narrateur s’endort pour se réveiller des décennies plus tard. Il découvre alors une nouvelle société, nécessairement plus juste et harmonieuse selon le modèle de l’utopie, mais une utopie transposée non plus en un autre lieu comme chez Thomas More, mais dans le futur. Si le procédé n’est pas neuf (cf. Louis Sébastien Mercier, précurseur du roman d’anticipation, en 1771 avec L’An 2440, rêve s’il en fut jamais), le résultat est des plus stimulants, du moins pour ce que j’en ai lu jusqu’à présent. Continuer la lecture de Nouvelles de nulle part par William Morris

Mais qui est donc Alexandre Herculano ?

Lors de mes vacances au Portugal en juillet dernier, j’ai séjourné chez ma cousine à Peniche. Le nom de la rue où elle habite m’avait frappé : Alexandre Herculano. Je présumais qu’il s’agissait là d’une célébrité locale au nom quelque peu pompeux et présomptueux. Après tout, Arbois a bien sa rue Auguste-Napoléon ParandierContinuer la lecture de Mais qui est donc Alexandre Herculano ?