Archives de catégorie : Thèmes littéraires et artistiques

Le savant fou

Quand j’étais enfant, j’écoutais souvent L’étrange docteur Clair, gravé sur un vieux 78 tours qui craquait un peu.

Je me souviens encore de cette chanson légèrement terrifique et j’ai découvert récemment que Georges Ulmer en était l’auteur et que Willy Louis l’avait aussi interprété, deux noms qui, je l’avoue, m’étaient parfaitement inconnus.

Continuer la lecture de Le savant fou

Qu’est-ce que la vérité ? La poursuite d’une illusion : l’univers est un rêve et notre vie aussi…

La vidéo ci-dessus est un extrait de My Dinner with Andre, un film américain réalisé par Louis Malle. Comme vous le verrez, elle a tout d’un délire complotiste qui contient en germe Matrix et les X-Files. Depuis la Mâyâ hindouiste et le démiurge trompeur du gnosticisme, l’idée que la vérité nous échappe a parcouru le monde et les époques.

Continuer la lecture de Qu’est-ce que la vérité ? La poursuite d’une illusion : l’univers est un rêve et notre vie aussi…

Relire Face aux feux du soleil au temps du corona

Face aux feux du soleil (titre original : The naked sun) d’Isaac Azimov fait partie du cycle des Robots. Pour être précis, il s’agit de la suite des Cavernes d’acier, qui met en scène le tandem formé par l’inspecteur Lije Baley et son collègue R. Daneel Olivaw. R. pour Robot, car R. Daneel est un androïde.

Pourquoi s’intéreser à cet ouvrage ? C’est que m’est revenue en mémoire une des caractéristiques les plus frappantes de Solaria, la planète où se déroule la deuxième enquête de notre duo de policiers : les habitants y sont habitués dès l’enfance à ne communiquer que par les moyens de télécommunication (écrans, hologrammes) et à n’avoir aucun contact physique direct. Cela ne vous rappelle rien, en ces temps de réseaux sociaux omniprésents et de distanciation sociale décrétée d’en haut ?

Continuer la lecture de Relire Face aux feux du soleil au temps du corona

Épidémies et littérature

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)
Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n’en voyait point d’occupés
A chercher le soutien d’une mourante vie ;
Nul mets n’excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n’épiaient
La douce et l’innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d’amour, partant plus de joie. […]

Jean de La Fontaine, Les animaux malades de la peste

L’étonnante crise sanitaire que nous traversons ne manquera pas d’inspirer dans quelques mois ou quelques années des romans ou d’autres œuvres littéraires. Du coup, je vais explorer un peu le thème des épidémies en littérature. Je commencerai par quelques études sur ce thème avant de vous proposer une liste d’œuvres.

Dernière mise à jour : 07 juillet 2020.

Continuer la lecture de Épidémies et littérature

Festin joyeux

J’ai déjà eu l’occasion de me référer à une chronique de Gérard Oberlé parue dans le n° 474 de Lire en avril 2019 où il dresse une liste de livres décrivant des voyages paradoxaux parodiant précisément les livres de voyages. Celle publiée dans le même magazine en novembre de la même année porte sur un ouvrage intitulée Festin joyeux, ou La cuisine en musique, en vers libres que je vous invite à découvrir sur Gallica.

Et surtout, lisez chaque mois les articles que Gérard Oberlé consacre dans Lire aux livres oubliés ou méconnus. Un vrai plaisir pour le bibliophile.

A noter que ces chroniques font suite à d’autres parues pendant plusieurs années dans le même magazine dans la rubrique Lettres à Emilie et qui ont fait l’objet d’une publication chez Grasset en 2012 sous le titre Emilie, une aventure épistolaire.

D’autre part, il a publié dans le domaine gastronomique

  • Une bibliothèque bachique (Loudmer, 1993)

Quelques éloges paradoxaux

Voici quelques années, j’avais abordé le thème des éloges paradoxaux dans plusieurs chroniques. Je viens d’en découvrir toute une collection publiée par Hachette en 1925 et 1926.

Sur treize auteurs, cinq – Abel Bonnard, Émile Henriot, Eugène Marsan, Francis de Miomandre et Jean-Louis Vaudoyer – sont issus du club des Longues moustaches, qui, entre 1908 et 1911, réunissait des écrivains français autour d’Henri de Régnier au Caffè Florian à Venise. Or l’auteur de l’Éloge de la coquetterie, Gérard d’Houville, est en fait Marie de Heredia, la femme d’Henri de Régnier. Est-ce un hasard ou l’indice d’un réseau littéraire ?

Continuer la lecture de Quelques éloges paradoxaux

Chants pour toutes les résistances

Les résistances étant aussi diverses que les groupes humains subissant l’oppression sous quelque qu’elle soit, ce florilège est bien loin d’être exhaustif et fera l’objet de mises à jour régulières.

Chant des partisans ou Chant de la Libération

Pour les paroles, voir le site Résister par l’art et la littérature

Continuer la lecture de Chants pour toutes les résistances

L’éléphant dans le noir

Voici quelques années, j’avais abordé la parabole des aveugles et de l’éléphant, pendant asiatique de la parabole chrétienne des aveugles. Les hasards de la sérendipité m’ont conduit à au compte rendu suivant, concernant un ouvrage que j’espère bien trouvé à l’occasion dans les bacs des bouquinistes :

Idries Shah (1924-1996) est un sage soufi né en Inde. Sans doute est-ce dans son pays d’origine qu’il a entendu cette version de l’histoire qui met en scène, non plus des aveugles, mais des voyageurs perdus dans la nuit :

Il était une fois des voyageurs qui, dans la nuit noire, se heurtèrent à un éléphant endormi sur ses pattes. Chacun en tâta avec effroi une partie ; sur ce, l’éléphant se réveilla et s’éloigna pacifiquement, toujours dans le noir de cette nuit sans lune. Aussitôt les voyageurs encore sous le choc se mirent à décrire l’étrange animal que seules leurs mains avaient touché. Si tous étaient d’accord pour lui trouver la peau rugueuse et couverte de poils durs, ils ne purent se mettre d’accord sur sa forme: c’est comme un énorme pilier, dit celui qui avait tâté le pied de la bête ; non cela a plutôt la forme d’un grand éventail, affirma celui qui avait palpé l’oreille ; mais pas du tout, c’est une espèce de corde, estima celui qui en avait saisi la queue … Ainsi en est-il de l’homme qui n ‘a l’expérience que d’une partie de la réalité de l’Etre, et dont l’esprit limité ne peut en appréhender la totalité.

Cité par Lylian Kesteloo dans son compte rendu.

Dans la tête de Sherlock Holmes, une bande dessinée de Benoît Dahan et Cyril Lieron

Ce week-end avait lieu la 15e édition du Festival A Tours de Bulle. L’invité d’honneur était le lauréat de la Tour d’ivoire 2018, Benoit Dahan, pour L’héritage de l’Homme-Siècle., 4e tome de son Psycho-Investigateur Il a aussi publié récemment avec Cyril Lieron le premier tome d’un récit en deux volumes intitulé Dans la tête de Sherlock Holmes. Un grand plaisir de lecture que je vous laisse découvrir !