Archives de catégorie : Thèmes littéraires et artistiques

Arles selon… Alexandre Arnoux

Alexandre ARNOUX
1884-1975

Membre de l’Académie Goncourt, Alexandre Arnoux est l’auteur d’une oeuvre abondante et variée. Dans un livre de souvenirs, Rhône mon fleuve, il raconte un voyage à Arles. Il y arrive par le car. Un compagnan de voyage, Tréfume Quiqueran, Arlésien lui-même lui décrit la ville, puis Alexandre Arnoux fait le récit de sa promena dans les rues de la cité.

Alexandre Arnoux. Rhône mon fleuve. Paris : Bernard Grasset, 1944, p. 351-358.

Arles selon… L’Arioste

Ludovico ARIOSTO dit L’Arioste
1474-1533

Après des études à Ferrare, Ludovico Ariosto a mené une vie de fonctionnaire au service du cardinal Hippolyte d’Este, puis de son frère Alphonse Ier duc de Ferrare. A partir de 1504, il commence à écrire le Roland furieux, poème contamment remanié qui a connu un immense succès.

Roland, amoureux malchanceux d’Angélique devient fou si bien que les armées chrétiennes risquent d’être battues. Mais il retrouvera sa raison et sa place dans l’armée. Un deuxième aspect est constitué par les obstacles qui s’opposent à l’amour entre le Sarrasin Roger et Bradamante la Chrétienne. Ils disparaitront quand Roger, passé dans le camp des Francs, reçoit le baptême et épouse Bradamante. Enfin la guerre entre Charlemagne et le roi sarrasin Agramant est un autre élément de ce poème. Dans les chants 32, 38 et 39, Arles est au centre des évènements. Agramant s’y étant réfugié, Charles vient y mettre le siège. S’y déroule la bataille décisive dont les nombreux tobeaux dans la campagne proche rappelle la mort des combattants des deux camps.

Roland furieux

L’Ariote. Roland furieux, traduction nouvelle avec une introduction et des notes par C. Hippeau. Paris : Garnier frères, 1876.

Chant 32, III à IX | Chant 38, VII | Chant 39, LXX à LXXII

Arles selon… Joseph d’Arbaud

Joseph d’ARBAUD
1874-1950

Né à Meyrargues, mort à Aix, il à passé des années dans les terres du delta du Rhône. Il est l’écrivain de la Camargue et des gardians (La bête du Vacarès ; Le regret de Pierre Guilhem) et le poète de la la ville d’Arles à laquelle il a consacré le recueil Lou Lausié d’Arles – Le Laurier d’Arles d’où est extrait le poème suivant.

Josephe d’Arbaud. Lou Lausié d’Arles – Le Laurier d’Arles. Paris : éditions de la revue “Le Feu”, 1913.

Continuer la lecture de Arles selon… Joseph d’Arbaud

Biblio-webographie du temps qui passe, qui fuit et qui n’existe pas…

Le temps s’en va, le temps s’en va, madame,
Las! Le temps, non, mais nous nous en allons,
Et tôt serons étendus sous la lame.

Le temps est la substance dont je suis fait. Le temps est un fleuve qui m’emporte, mais je suis le fleuve ; c’est un tigre qui me déchire, mais je suis le tigre ; c’est un feu qui me consume, mais je suis le feu.

  • Jorge Luis Borges. Une Nouvelle réfutation du temps.

Qu’est-ce que donc le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Si quelqu’un pose la question et que je veuille l’expliquer, je ne sais plus. Toutefois, j’affirme avec force ceci : si rien ne passait, il n’y aurait pas de passé ; si rien n’advenait, il n’y aurait pas de futur ; si rien n’était, il n’y aurait pas de présent. Mais ces deux temps, le passé et le futur, comment peut-on dire qu’ils “sont”, puisque le passé n’est plus, et que le futur n’est pas encore ? Quant au présent, s’il restait toujours présent sans se transformer en passé, il cesserait d’être “temps” pour être “éternité”.

Après ma chronique sur les voyages temporels, je voudrais essayer de rassembler ici de la documentation en ligne ou pas sur le temps qui passe sous ses divers aspects. C’est peu dire que le sujet m’intéresse et ma bibliothèque personnelle a quelques ouvrages sur ce thème. J’en compléterai la liste par ce que j’ai pu trouver en ligne.

Continuer la lecture de Biblio-webographie du temps qui passe, qui fuit et qui n’existe pas…

La traite, l’esclavage et leur abolition chez les écrivains et artistes de l’époque : petite biblio-webographie

Sites à visiter

Francophone Slavery

The Image of the Black in Western Art

Traite négrière, esclavage et abolition : pour un inventaire muséographique

Ouvrages littéraires, philosophiques et autres

Gabriel Mailhol. Le philosophe nègre, et les secrets des Grecs. 1764.

Louis-François Archambault, dit Dorvigny. Le Nègre blanc. 1775.

Continuer la lecture de La traite, l’esclavage et leur abolition chez les écrivains et artistes de l’époque : petite biblio-webographie

Les cartes géographiques dans les Voyages extraordinaires

Carte figurant dans Le Tour du monde en 80 jours. Extrait de la page Maps from the Extraordinary Voyages sur le site Garmt’s Jules Verne Pages.

Dans ses Voyages extraordinaires, Jules Verne a proposé de nombreuses cartes aux lecteurs. Tel est en résumé le propos de l’article ci-dessous.

Napoléon (16) Uchronies diverses

J’ai déjà consacré trois chroniques à des uchronies concernant Napoléon. Il y était question de Napoléon et la conquête du monde: 1812 à 1832 de Louis-Napoléon Geoffroy-Château (1803-1858), de la conquête de l’Orient par l’ambitieux général ou du recueil publié par Philippe Éthuin, Les autres vies de Napoléon Bonaparte. Je voudrais vous signaler ici quelques titres supplémentaires, anthologies et/ou études d’uchronies napoléoniennes.

Continuer la lecture de Napoléon (16) Uchronies diverses

La Révolution, l’Empire et la Restauration en quelques séries et feuilletons télévisés des années 1970-1980

Quand j’étais enfant et adolescent, il existait un certain nombre de séries et de feuilletons télévisés se déroulant entre la fin de la Révolution et les débuts de la Monarchie de Juillet, une période dont l’unité réside dans l’ascension d’un certain général devenu empereur (cf. Vidocq ; Schulmeister), puis dans son souvenir persistant, des conspirations bonapartistes de la Restauration (cf. Les Mohicans de Paris ; Ardéchois Cœur-Fidèle) au retour de ses cendres en 1840.

Il pouvait s’agir d’adaptations de mémoires de contemporains (Vidocq, Schulmeister) et de romans du XIXe siècle ou de créations purement télévisuelles. Des noms reviennent fréquemment parmi les scénariste et les réalisateurs : Marcel Bluwal, Jean Chatenet, Jean Cosmos, Stellio Lorenzi

Je vous propose ici une brève sélection de ces créations télévisuelles d’un autre temps. Je pense que cela vaudrais la peine que quelqu’un prennent la peine de les étudier plus avant…

Continuer la lecture de La Révolution, l’Empire et la Restauration en quelques séries et feuilletons télévisés des années 1970-1980

Les mutants, variations sur un thème de science-fiction

Dernièrement, en recherchant certaines séries télévisées des années 1970-1980, je me suis rappelé de l’une d’elles, diffusée en 1978. J’avais alors 14 ans et j’étais fort friand de science-fiction, domaine auquel appartient Le mutant. Cette mini-série télévisée, écrite par Alain Page et réalisée par Bernard Toublanc-Michel, reprend un thème fort à la mode, surtout à partir de l’entre deux-guerres, avec notamment Le Nouvel Adam (The New Adam) de Stanley G. Weinbaum. On pourrait cependant en trouver des racines plus anciennes, comme nous le verrons chemin faisant.

Continuer la lecture de Les mutants, variations sur un thème de science-fiction

Uchronies individuelles : tentative de classification

Voici quelques années, je vous avais proposé une chronique sur les uchronies. Celles-ci ont généralement pour cadre et pour un objet un déroulement alternatif de l’histoire à partir d’un point de divergence qui peut être un phénomène naturel, comme la peste noire de 1348, l’Europe étant touchée plus durement que dans notre réalité (La Porte des mondes de Robert Silverberg ou Chroniques des années noires  de Kim Stanley Robinson) ou un évènement politico-militaire, les plus classiques étant  la victoire de l’Allemagne lors de la Seconde guerre mondiale (Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick ou Fatherland de Robert Harris) ou celle de Napoléon en Russie (Napoléon et la conquête du monde: 1812 à 1832 de Louis-Napoléon Geoffroy-Château), au Moyen-Orient (Histoire de ce qui n’est pas arrivé de Joseph Méry) ou à Waterloo (Echec au temps de Marcel Thiry et pas mal autres…). Par rapport à notre propre histoire, les modifications  sont telles qu’elles touchent des sociétés entières.

Il existe cependant des uchronies ne concernant que la vie d’une personne ordinaire : les modifications apportées n’intéressent que cette personne et son proche entourage. Ce sont en quelque sorte des ubiographies ou des ubiochronies. Elles ont  pour point commun de nous proposer au moins deux destins possibles d’une même personne. Elles me semblent pouvoir être classées dans trois catégories différentes que je me propose de vous présenter ici.

Continuer la lecture de Uchronies individuelles : tentative de classification