Archives de catégorie : Trésor des contes

Bibliographie concernant Mélusine

Je reprend ici pour l’essentiel la bibliographie figurant sur le site de la Société de mythologie française. J’ai simplement adopté pour les études un ordre alphabétique par auteurs et ajouté quelques références et des liens vers le texte intégral quand j’en ai trouvés.

Pour mettre à jour cette bibliographie, je vous invite à consulter le SUDOC ou le catalogue de la BNF qui signalent de nombreux  ouvrages sur Mélusine.
Continuer la lecture de Bibliographie concernant Mélusine

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La Belle et la Bête

Paru d’abord en 1740 dans un recueil de contes de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve, La Jeune Américaine et les contes marins, ce conte n’a connu la célébrité que lorsqu’il fut abrégé par Jeanne-Marie Leprince de Beaumont dans son Magasin des enfants en 1756, laquelle a supprimé notamment toute la seconde partie où Madame de Villeneuve relatait la querelle des fées expliquant l’origine royale de la Belle. Cette dernière version servira de base à la plupart des adaptations ultérieures.

Edition du Cabinet des fées disponible sur Gallica.

Paul Remy. « Une version méconnue de « La Belle et la Bête » ». Revue belge de philologie et d’histoire, t. 35 n° 1 (1957), p. 5‑18, en ligne dans Persée.

Madame de Villeneuve, La Jeune Américaine et les contes marins (La Belle et la Bête), Les Belles Solitaires – Madame Leprince de Beaumont, Magasin des enfants (La Belle et la Bête), édition critique établie par Elisa Biancardi, « Bibliothèque des Génies et des Fées, vol. 15 », Paris, Honoré Champion, 2008, 1636 p.

Compte-rendu de l’ouvrage : Anne Defrance. « Madame de Villeneuve, La Jeune Américaine et les contes marins (La Belle et la Bête), Les Belles Solitaires – Madame Leprince de Beaumont, Magasin des enfants (La Belle et la Bête), édition critique établie par Elisa Biancardi, « Bibliothèque des Génies et des Fées, vol. 15 », Paris, Honoré Champion, 2008, 1636 p. » Féeries. Études sur le conte merveilleux, XVIIe-XIXe siècle, n° 6 (2009): p. 255‑258, en ligne dans Revues.org.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le conte de Cendrillon chez les Chams et autres contes du Cambodge collectés par Adhémard Leclère

Adhémard Leclère est surtout connu pour sa contribution à la connaissance de la société khmère, qu’il côtoya pendant plus d’une vingtaine d’années de 1886 à 1910, comme administrateur colonial.

Il a notamment collecté des contes et légendes de la littérature orale du pays qui furent publiés entre 1898 et 1912 dans la Revue des Traditions Populaires et que l’AEFEK offre à la lecture de ses internautes. Le premier est un conte de Centrillon chez les Chams paru en décembre 1898.

En 1895, dans Cambodge, contes et légendes, Leclère avait déjà donné un conte cambodgien sur le même thème, mis en parallèle avec la version annamite que M. Landes avait publié dans le fascicule daté de mars-avril 1885 des Excursions et reconnaissances de Saïgon.

Voir aussi ma chronique du 20 août 2014 sur le Cambodge dans le fonds Adhémard Leclère de la bibliothèque d’Alençon.

Plus d’informatin sur Adhémard Leclère :

Grégory Mikaelian, Un partageux au Cambodge : biographie d’Adhémard Leclère suivie de l’inventaire du Fonds Adhémard Leclère, Paris, Association Péninsule, Les Cahiers de Péninsule n°12, 2011, 474 p. Présentation de l’ouvrage : Etudes coloniales, 14 juin 2011 ; Bulletin de l’AEFEK, n° 18, janvier 2012.

Ma chronique du 20 août 2014 sur le Cambodge dans le fonds Adhémard Leclère de la bibliothèque d’Alençon.

(Dernière modification : 20 août 2014)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’araignée salvatrice, la religion, la littérature, le cinéma et la bande-dessinée

En lisant le billet intitulé La fiole et la tête du Prophète du carnet Culture et politique arabe, je suis tombé en arrêt sur cette carte postale algérienne des années 1920-1930 :

Cela vous rappelle peut-être quelque chose. Non ? Allez, je vous aide : une réminiscence cinématographique. Voilà, je pense que certains d’entre vous voient à quoi je fais allusion. Mais avant tout, voyons un peu cette carte postale.

Que représente-t-elle ? Mahomet (Mohamed, Muhammad…) s’apprête à rentrer dans une grotte avec un compagnon. En arrière-plan, ses ennemis, les Koreïchites (Qoraïchites…) lancés à sa poursuite. A l’entrée de la grotte, une araignée tisse sa toile…

Une rapide recherche sur internet me permet d’apprendre ce que bien des musulmans savent dès leur enfance : l’histoire de l’araignée, de la colombe et du prophète. Cette histoire, tirée des hadiths (ne me demandez pas plus de précisions, car je n’ai pu en trouver), raconte que Mahomet et Abou Bakr, son plus proche compagnon, se réfugièrent dans une grotte pour échapper à leurs poursuivants Qoraïchites. Une fois qu’ils furent à l’intérieur, une araignée tissa sa toile à l’entrée de la grotte et une colombe pondit ses œufs sur une branche qui barrait cette même entrée. Lorsque les soldats arrivèrent, ils crurent que personne n’avait pu y pénétrer  sans déchirer la toile d’araignée ni faire fuir la colombe et ils rebroussèrent chemin (voir aussi l’addendum).

Il s’agit d’un des miracles de Mahomet qui a inspiré à François Coppée son poème, « L’araignée du Prophète » (disponible sur Gallica et Wikisource). Cependant, comme j’ai pu le constater sur divers sites et forums consacrés à l’islam et le plus souvent d’obédience musulmane, bien des docteurs considèrent les hadiths relatant la toile d’araignée devant la grotte comme « forgés ou faibles », en d’autre termes non authentiques. Un bref résumé de ces disputes est donnée dans cette vidéo du Cheikh Mohamed Hassan.

D’ailleurs, cette belle histoire aurait eu un précédent, et là encore les hasards de la navigation webienne m’apprennent ce que bien des juifs savent aussi dès leur enfance, puisqu’il s’agit d’une anecdote mettant en scène le roi David. Celui-ci, voyant un jour une araignée dans son jardin, s’étonna devant Dieu: « Pourquoi avoir créé cette créature inutile? » Dieu répondit:  » Le jour où tu comprendras viendra ». Il comprit en effet, lorsque plus tard, pourchassé par Saül, il se cacha dans une grotte. Une araignée tissa alors sa toile sur toute la surface de l’entrée. Saül, voyant la toile, en déduisit qu’aucun homme n’était dans cette grotte et s’en alla. David était sauvé.

Ajoutons que l’araignée aurait tissé une toile prenant la forme d’une étoile à six branche et que cette étoile était également présente sur le bouclier des soldats lors de toutes les batailles remportées par Israël sur ses ennemis, le bouclier de David ou Magen David (voir l’article Etoile de David de Wikipédia).

D’où cette histoire est-elle tirée ? Selon la réponse donnée par le rabbin Jacques Kohn à une question posée sur le site Cheela,

Ce récit se trouve dans le אלפא ביתא דבן סירא (« Alphabet de Ben Sira »), un ouvrage anonyme datant de l’an 700 à l’an 1000 de l’ère commune que l’on peut consulter sur le site http://www.daat.ac.il/daat/hasfarim/alfa-bensira1.PDF

Ne connaissant pas l’hébreu, j’aurais bien voulu trouver une traduction de cet Alphabet de Ben Sira, lequel est surtout connu sur la grande toile comme une des sources du mythe de Lilith. Mais laissons cela et voyons plutôt la date de rédaction de l’ouvrage : entre les débuts du VIIIe et la fin du Xe siècle. A l’époque, l’islam existait déjà (l’Hégire date de 622) et connaissait une assez forte expansion avec la conquête du Maghreb et bientôt celle de la péninsule ibérique (711-732). Ainsi un écrivain juif vivant en milieu musulman aurait très bien pu entendre l’histoire de Mahomet et de l’araignée – si tant est que celle-ci existait déjà – et la réécrire en changeant les principaux personnages : l’histoire de David pourrait fort bien être postérieure à celle de Mahomet. Etonnant, non ?

Alors, laquelle des deux versions est à l’origine de l’autre ? Pour l’heure, je me garderai bien de trancher et peut-être faudrait-il leur chercher des origines communes dans un vieux fonds méditerranéen. N’étant pas assez savant en la matière, je vous laisse juge, et si certains d’entre vous ont des lumières sur la question, qu’ils n’hésitent pas à les partager.

Une question se pose cependant : lorsqu’il réalisa Le Tombeau hindou, Fritz Lang connaissait-il une de ces deux versions, et si oui, laquelle ? Et oui, voici la réminiscence cinématographique annoncée plus haut, et si, ici encore, je ne pense pas pouvoir répondre à la question posée, je me ferai un plaisir de vous rappeler cet épisode de l’aventure exotique en deux volets de l’architecte Harald Berger et la danseuse Seetha (Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou). Ayant fui la cour du roi Chandra, les héros trouvent refuge dans une grotte où se trouve une statue de Shiva à laquelle Seetha demande de l’aide par la prière. Une araignée tisse alors sa toile à l’entrée de la grotte avec le même effet sur leurs poursuivants que celui constaté sur les Qoraïchites ou sur Saül. Ici encore l’araignée est la fidèle exécutrice de la volonté divine, qui peut du reste changer, car lorsque cet imbécile d’Harald ne trouve rien de mieux que de manger les offrandes offertes à la déesse, ils sont découverts et emprisonnés.

Est-ce tout ? Non. Le titre de ce billet mentionne la religion (islam et judaïsme), la littérature (poème de François Coppée), le cinéma (Fritz Lang). Et qu’en est-il de la bande dessinée ? J’y arrive avec cette perle extraite de Mustang n°62 (Photonik, 1ère série, épisode 9) et trouvée dans un bille de Zaitchick, dans un billet de Zait intitulé… Quand Photonik cite Fritz Lang !

Et vive l’intertextualité… ou le plagiat, à votre guise !

 

Addendum

Voici une note trouvée au bas de la page 71 du tome 15 de l’Histoire universelle: depuis le commencement du monde jusqu’a présent (Amsterdam et Leipzig, chez Askée et Merkus, 1760). La polémique religieuse n’y est jamais bien loin.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’oiseau des contes (2) L’oiseau des contes littéraires

En complément d’un précédent billet sur une anthologie de contes issus de la tradition oral sur le thème de l’oiseau, voici un début de liste de contes issus de la littérature savante et portant sur ce même thème. Evidement elle sera complétée, corrigée, et si vous avez des remarques et informations.. 

 

 Le langage des oiseaux (ou la conférence des oiseaux)

Auteur : Farid-Uddin Attar

Texte en ligne :

  • Une version en format html sur Simorg.net
  • Une version html en persan
  • Une version numérisée d’édition ancienne dans Google livres : 1857

Bibliographie

 

L’oiseau blanc

Auteur : Denis Diderot.

Texte en ligne :

  • Une versions en format html dans les pages dédiées à Denis Diderot dans Wikisource.
  • Les version numérisées d’éditions anciennes dans Gallica ou Google livres  : 1821 ; 1875. 

 

L’oiseau bleu

Auteur : Madame d’Aulnoy.

Texte en ligne :

Une version gasconne du conte sur le site Pyrene.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le cabinet des fées

Ce qu’était le Cabinet des fées

Selon une notice bibliographique  de la BnF :

Collection de contes rassemblés entre 1785 et 1786 et publiés à Amsterdam par Charles-Joseph Mayer et Charles-Georges-Thomas Garnier ; le t. 37 contient les notice des auteurs ainsi que la liste complète de leurs oeuvres ; les 4 derniers vol. (t. 38-41) ont été publiés à Genève en 1788-1789 ; ils contiennent une suite des « Mille et une nuits ».

Continuer la lecture de Le cabinet des fées

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La classification Aarne-Thompson

Dernière mise à jour : 27 avril 2011

Sur la classification Aarne-Thompson

La classification Aarne-Thompson en deux phrases

La classification Aarne-Thompson est née de la notion de conte-type définie au début du XXe siècle par le Finlandais Antti Aarne pour permettre la classification des nombreux contes collectés au cours du siècle précédent. L’Américain Stith Thompson complète son travail et, avec les éditions successives de The Types of the Folktale depuis 1921, la classification Aarne-Thompson devient internationale et permet d’établir des monographies de contes par comparaison des différentes variantes et d’entrependre des catalogues nationaux,  comme le Catalogue raisonné des contes populaires français de Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze. Continuer la lecture de La classification Aarne-Thompson

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’oiseau des contes (1) Une anthologie

Fabienne Raphoz, L’Aile bleue des contes, l’oiseau : une anthologie commentée, éditions Corti, 2009.

 Choix de 101 contes traditionnels du monde entier mettant en scène des oiseaux.

Voir la présentation et le plan de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Cet ouvrage est le n° 41 de la collection Merveilleux.

Cela m’a donné envie de chercher les contes mettant en scène des oiseaux disponibles sur internet. J’y reviendai dans une prochaine chronique.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les Mille et un jours

Contes orientaux ou supercherie littéraire ?

Les Mille et un jours, contes persans paraissent en cinq volumes en 1710, 1711 et 1712. L’ouvrage se présente comme la traduction d’un manuscrit que l’orientaliste François Pétis de La Croix aurait reçu le « Dervis Moclès » (le derviche Fidèle), ce dernier ayant traduit et adapté en persan des récits indiens connus dans une version en langue turque, sous le titre d’al-Farage bada al-schidda. Le conte-cadre est l’histoire d’une princesse du Cachemire, Farrukhnaz, qui, à la suite d’un songe où elle a vu un cerf abandonner une biche dans un piège,

juge les hommes par ce cerf et est persuadée que ce sont tous des ingrats et des perfides.

Continuer la lecture de Les Mille et un jours

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le langage des animaux, un conte européen

Voici trois contes, l’un français, le deuxième italien et le troisième allemand, qui pourraient bien n’en former qu’un.

  1. J’ai trouvé le premier sur le site de la bibliothèque électronique de Lisieux. Il s’intitule Le langage des bêtes et a été transcrit par Jean-Joseph-Bonaventure Fleury (1816-1894) dans Littérature orale de Basse-Normandie (Hague et Val-de-Saire) chez Maisonneuve et Cie en 1883, ouvrage accessible dans son intégralité sur Internet Archive.

  2. Par la suite, j’ai découvert qu’Italo Calvino avait lui-même retranscrit pour sa compilation de contes folkloriques du XIXe siècle, Fiabe italiane, un conte intitulé Il languaggio degli animali, traduit par Ugo Pratelli sur son excellent site consacré aux littératures latine, grecque… et italienne (un peu).

  3. Le commentaire que fait Fleury sur le premier conte m’a mis sur la piste de Die drei Sprachen, un conte des frères Grimm. Il est bien difficile d’en trouver une traduction française sur internet. Le texte original se trouve sur Wikisource et sur deux sites germanophones spécialisés dans le domaine du conte : Maerchen.com et 1000 Maerchen.

Je vous laisse lire ces trois contes et nous en reparlons plus loin. Continuer la lecture de Le langage des animaux, un conte européen

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts