Archives de catégorie : Livres anciens et histoire de l’imprimerie

Autour du Code civil (2) Traités, cours et commentaires du XIXe siècle

Au cours du XIXe siècle, le Code civil a été peu modifié. Constitution civile de la France, il est la référence des professeurs de droit civil qui utilisent son ordre rigoureux dans leurs enseignement et leurs publications qui prennent alors la forme de commentaires du Code Napoléon (cf. Charles Toullier, Théodore Trolong et Charles Demolombe), quand ce ne sont pas des catéchismes par questions et réponses (cf. Prosper Rambaud).

Continuer la lecture de Autour du Code civil (2) Traités, cours et commentaires du XIXe siècle

Fonds culinaires en bibliothèques : quelques pistes

Suite à une question de Sophie Danis(1) sur les fonds culinaires ou gastronomiques, certains membres de la listes Bibliopat(2) ont apporté quelques informations sur le sujet. Je trouverais dommage de ne pas en faire profiter un plus large public.

Continuer la lecture de Fonds culinaires en bibliothèques : quelques pistes

Imprimer ! L’Europe de Gutenberg 1450-1520 : une biblio-webographie autour de l’exposition de la BnF

Cette exposition est passée, mais lui sont consacrées une vidéo (ci-dessus) et une page sur le site de la BnF. Parmi les merveilles exposées, la Bible de Gutemberg

… mais aussi bien des documents correspondant aux origines de l’imprimerie comme le bois Protat.

Continuer la lecture de Imprimer ! L’Europe de Gutenberg 1450-1520 : une biblio-webographie autour de l’exposition de la BnF

Autour du Code civil. (1) Projets, travaux préparatoires, éditions

Le 30 ventôse an XII de la République (21 mars 1804 de l’ère commune) était promulgué le Code civil des Français voulu par le Premier Consul Bonaparte.

Ce texte essentiel pour les juristes a fait l’objet voici bientôt vingt ans d’expositions organisées dans le cadre de son bicentenaire par les entités suivantes :

A l’occasion d’une plongée récente dans notre fonds patrimonial, j’ai pêché quelques ouvrages du XIXe siècle ayant trait aux travaux préparatoires du Code civil et à ses premières éditions, avant qu’il ne prenne les formes bien connues du livre rouge de Dalloz ou du livre bleu de LexisNexis, sans parler des versions en ligne de Legifrance ou de codes.droit.org. Les voici, avec quelques autres trouvés en chemin.

Voir aussi les deux chroniques suivantes :

Continuer la lecture de Autour du Code civil. (1) Projets, travaux préparatoires, éditions

A propos d’une lecture de Sherlock Holmes

Hier soir dans Le Signe des Quatre, je notais ce conseil de lecture donné par Sherlock Holmes au Docteur Watson :

Laissez moi vous recommander ce livre, l’un des plus remarquable jamais écrit. C’est Le Martyre de l’homme de Winwood Reade.

Quand la nouvelle de Conan Doyle est publié en 1890, cela fait dix-huit ans qu’a paru la première édition The Martydom of Man et quinze ans que son auteur est décédé. L’explorateur et historien William Winwood Reade (1838–1875) souhaitait promouvoir dans cet ouvrage la philosophie du libéralisme politique et du darwinisme social. Considéré comme une “bible de substitution pour les laïques”, son ouvrage avait été violemment condamné comme irréligieux par le premier ministre lui-même, William Gladstone. C’est qu’il osait s’en prendre au dogme chrétien.

Continuer la lecture de A propos d’une lecture de Sherlock Holmes

Autour d’Oliver Byrne et de son ouvrage sur les éléments d’Euclide

Exemplaires sur Archive.org. : exemplaire 1 ; exemplaire 2 ; exemplaire 3

A la Noël 2015, je trouvais dans mes petits souliers une curieuse bande-dessinée de Bezian intitulé Le courant d’art (ci-contre) avec en sous-titre, selon le sens où je prenais cet album en accodéon, De Byrne à Mondrian ou De Mondrian à Byrne. C’est qu’il y était question de l’influence qu’avait exercé sur Piet Mondrian et Walter Gropius The first six books of the Elements of Euclid, in which coloured diagrams and symbols are used instead of letters (voir ci-dessus) publié en 1847 par le mathématicien Oliver Byrne. A moins que ce ne soit ce dernier qui, par une curieuse interférence temporelle, ait été marqué par les artistes du Bauhaus et de De Stijl, selon le principe du plagiat par anticipation, bien connu des Oulipiens, de Jorge Luis Borges et de Paul Bayard

Continuer la lecture de Autour d’Oliver Byrne et de son ouvrage sur les éléments d’Euclide

Le Bon Genre n°65, Le Baiser à la Capucine

La gravure ci-dessus est identique à l’exemplaire que je possède. Elle appartient à la série Le Bon Genre, éditée par Pierre La Mésangère entre 1800 et 1822. En fait, Richard Le Menn – nous l’avons déjà rencontré à propos du Gôut du jour n° 29 – donne des détails précis tant sur cette série ainsi que sur le baiser à la Capucine représenté sur la gravure (cf. “Elégances françaises du XIXe siècle”, site La Mesure de l’Excellence). Je préfère donc lui laisser la parole avant d’y ajouter quelques précisions.

Continuer la lecture de Le Bon Genre n°65, Le Baiser à la Capucine

Le Goût du jour n° 29, L’Original

Image trouvée sur le site The Dayly Doll, à l’article “Charmant jabot”

La gravure ci-dessus ressemble comme une sœur à celle que j’ai chez moi, à ceci près que mon exemplaire porte en outre la mention “Le Goût du jour n° 29”.

Richard Le Menn en donne la description suivante : Le jeune homme porte les cheveux en arrière, une cravate attachée par un noeud sur un haut col, un jabot … ainsi qu’une châtelaine, comprenant un coeur, un carquois de Cupidon, un sceau … (cf. “Elégances françaises du XIXe siècle”, site La Mesure de l’Excellence).

Continuer la lecture de Le Goût du jour n° 29, L’Original

Musée grotesque n° 5, L’Arrivée. Un Anglais attaqué du Spleen, vient se faire traiter en France

De même que le traité d’Amiens, le traité du 30 mai 1814 fut suivi d’une véritable invasion pacifique. En 1814-15, comme en 1802-3, un grand nombre d’Anglais franchirent le détroit et vinrent se distraire en France (voir le Journal de Paris du 28 juin 1814). L’afflux des insulaires eut encore pour résultat la publication de nombreuses estampes satiriques. Mais tandis qu’en 1803 les caricatures contre les Anglais avaient un caractère nettement politique, celles qui parurent sous la Restauration ridiculisèrent surtout les moeurs des gens d’Outre-Manche

Extrait de la notice bibliographique de l’estampe à la BnF

Encore une gravure venue de l’héritage familial. Comme La Promenade à cheval présentée précédemment, elle a été publiée par Aaron Martinet (1762-1841), même si cela ne figure explicitement pas sur la gravure.En bas à droite de l’estampe, la mention “G. de Ca..” désigne le dessinateur et graveur Godissard de Cari, caricaturiste surtout connu par le Musée grotesque, un recueil de caricatures publié par Martinet sous la Restauration. L’exemplaire que j’ai en ma possession porte sur son bord supérieur “Musée Grotesque N° 5”. Je vous en donne ci-dessous une bien médiocre photographie…

Continuer la lecture de Musée grotesque n° 5, L’Arrivée. Un Anglais attaqué du Spleen, vient se faire traiter en France

Le Suprême bon ton n° 25, La Promenade à cheval, : à propos d’une estampe et de sa collection

Parmi les diverses estampes héritées de mes aïeux, La Promenade à cheval fait partie de mes préférées. Selon la notice de l’exemplaire accessible sur Gallica, elle aurait été éditée en 1815, et il est précisé sur la gravure “A Paris, chez Martlnet“. Il s’agit d’une maison fondée en 1796 par l’imprimeur-libraire Aaron Martinet (1762-1841), fils du graveur François-Nicolas Martinet (1731-1800?). Il sera actif comme libraire jusqu’en 1824, date à laquelle il se démet en faveur de son gendre Herménégilde-Honorat Hautecoeur (17.. -18..) ou à Étienne Rosier (17..-1842), les notices bnf.data étant un peu contradictoires sur ce point… Il continue à faire commerce d’estampes jusqu’à sa mort.

Continuer la lecture de Le Suprême bon ton n° 25, La Promenade à cheval, : à propos d’une estampe et de sa collection