Archives de catégorie : Livres anciens

Autour de… Capital et travail, ou, M. Bastiat-Schulze (De Delitzch) par Ferdinand Lassalle


Le théoricien socialiste prussien Ferdinand Lassalle (1825-1864) a publié Herr Bastiat-Schulze von Delitzsch, der ökonomische Julian, oder: Capital und Arbeit en janvier 1864, année de sa mort tragique. Dans ce dernier écrit publié de son vivant, il s’en prend à son principal en­nemi, l’économiste libéral Hermann Schulze-Delitzsch (1808-1888), qu’il assimile à l’économiste libéral Frédéric Bastiat (1801-1850), et expose ses conceptions de l’économie dominées par l’idée d’association.

La première traduction française a été réalisée par Benoît Malon (1841-1893) et a eu deux éditions successives.

  • Ferdinand Lassalle. Capital et travail : ou, M. Bastiat-Schulze (De Delitzch) ; première traduction française avec une notice sur le développement du socialisme en France et en Allemagne et sur la vie de Ferdinand Lassalle par B. Malon. 2e édition. Paris : Derveaux, 1881. (Oeuvres complètes de Benoît Malon).

La bibliothèque universitaire des Deux Lions (Tours) conserve un exemplaire de la première édition parmi les ouvrage du fonds Elleinstein provenant de la bibliothèque de l’historien spécialiste du communiste Jean Elleinstein (1927-2002).

Quant à la deuxième édition, il ne vous a pas échappé qu’elle a été publiée parmi les Oeuvres complètes de Benoît Malon. C’est que Benoît Malon (1841-1893), le traducteur et commentateur de l’ouvrage de Lassalle n’est pas n’importe qui au sein le mouvement ouvrier. Il figure parmi les fondateurs de l’Internationale et les membres de la Commune de Paris et a collaboré a de très nombreux journaux et revues en France et à l’étranger.

Mais d’autres traductions existent. D’abord celle d’Eugène Montin, avec une préface et une biographie par le socialiste belge César de Paepe (1841-1890) dès 1881.

Enfin celle du journaliste et socialiste libertaire Victor Dave (1845-1922) et du syndicaliste et militant socialiste Léon Remy (1871-1910).

Autour de… La monarchie et la classe ouvrière de Georges Valois

Georges Valois. La monarchie et la classe ouvrière. Paris : Nouvelle Librairie Nationale, [préf. 1909].

La bibliothèque universitaire des Deux Lions à Tours recelle dans son fond Elleinstein au moins deux ouvrages en rapport avec Georges Valois : l’ouvrage dont il est l’auteur, publié en 1909 et dont la notice figure ci-dessus, et Littérature et révolution, un livre de Victor Serge publié par la Librairie Valois en 1932.

Sur le surprenant itinéraire de Georges Valois, je vous renvoie à la chronique que j’ai consacrée à l’ouvrage de Victor Serge voici quelques années. Je remarquerai simplement que La monarchie et la classe ouvrière a été publié du temps de ses années à l’Action français, mouvement auquel il a adhéré en 1906, et peu avant la création du Cercle Proudhon en 1911 où il tentera de regrouper syndicalistes révolutionnaires et nationalistes maurrassiens dans l’espoir de réaliser d’une synthèse des deux mouvements.

Continuer la lecture de Autour de… La monarchie et la classe ouvrière de Georges Valois

Autour des dictionnaires bilingues annamite-français et français-Annamite de Victor Barbier

Je viens de cataloguer ces deux ouvrages de Victor Barbier :

  • Dictionnaire annamite-français. Hanoi-Haiphong : Imprimerie d’Extrême-Orient, 1922.
  • Dictionnaire français-annamite. 3e éd. Hanoi-Haiphong : Imprimerie d’Extrême-Orient, 1924.

Tous deux portent le même ex-libris manuscrit : « Robequain Mars 1925 ».

Voici qui me conduit à me poser les questions suivantes

  • Qui est Victor Barbier ?
  • Qui estt Robequain ?
  • Ces dictionnaires ont-ils d’autres éditions et d’autres localisations et sont-ils numérisés ?
  • Quels sont les autres dictionnaires annamite-français et sont-ils numérisés ?
Continuer la lecture de Autour des dictionnaires bilingues annamite-français et français-Annamite de Victor Barbier

Visite virtuelle de la bibliothèque Inguimbertine

Une visite virtuelle de la bibliothèque Inguimbertine est depuis peu accessible en ligne.

Bonne occasion de (re)découvrir cette bibliothèque publique crée au milieu du XVIIIe siècle par Joseph-Dominique (en religion dom Malachie) d’Inguimbert, évêque de Carpentras, bibliophile et bibliothécaire. Elle est, avec la bibliothèque Séguier de Nîmes, le musée Calvet d’Avignon et la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, une des quatre grandes bibliothèques publiques fondées par des érudits dans l’espace bas-rhodanien. Elle a du reste été la première à ouvrir dès 1735.

Un code secret pour philosophes athées au temps des Lumières

Marmontel dans sa jeunesse recherchait beaucoup le vieux Boindin, célèbre par son esprit & son incrédulité. Le vieillard lui dit ; trouvez-vous au café Procope. — Mais nous ne pourrons pas parler de matières philosophiques. — Si fait, en convenant d’une langue particulière, d’un argot. Alors ils firent leur dictionnaire. L’Ame s’appelait Margot ; la Religion, Javotte ; la Liberté, Jeanneton, & le Père éternel, M. de l’Être. Les voilà disputant & s’entendant très-bien. Un homme en habit noir, avec une fort mauvaise mine, se mêlant à la conversation, dit à Boindin : Monsieur, oserais-je vous demander ce que c’était que ce M. de l’Être qui s’est si souvent mal conduit & dont vous êtes si mécontent ? Monsieur, reprit Boindin, c’était un espion de police. On peut juger de l’éclat de rire, cet homme étant lui-même du métier.

  • Chamfort. Maximes, Pensées, Caractères et Anecdotes, 1796, éd. Ginguené, p. 204.

Les ensablés, un blog consacré aux auteurs oubliés

Voici quelques années, j’avais consacré une chronique à l’excellent ouvrage d’Eric Dussert, Une forêt cachée : 156 portraits d’écrivains oubliés.

Or je viens de découvrir sur le site Actualitté une rubrique dédiée à ce thème par d’Hervé Bel : Les ensablés. Je vous invite à lire l’article intitulé quelques idées sur l’oubli en littérature, puis à butiner dans dans les nombreuses chroniques parues depuis octobre 2010.

Lire aussi :

  • les chroniques de Gérard Oberlé dans Lire

Voyage d’un livre à travers la Bibliothèque nationale : propos de bibliophile par Henri Beraldi

Voyage d’un livre à travers la Bibliothèque nationale : propos de bibliophile est un ouvrage d’Henri Beraldi paru en 1893. Bibliophile passionné, l’auteur s’y inquiète des arrivées de livres toujours croissantes et nous convie à un voyage au cœur de la Bibliothèque Nationale.

Une réédition préfacé par Eric Dussert est récemment parue chez Tschann au prix de 8.50 €. Me contenterai-je de la version numérisée de Gallica ou me laisserai-je tenter ?

Pour en savoir plus, lire les chroniques des Ensablés et du Gallicanaute des naines brunes et noires.

Danses des morts des collections numérisées de la Bibliothèque d’État de Berlin

A la mémoire de mes parents

Il y a onze ans, j’avais réalisé une webographie sur les danses des morts. Mon père était alors au début de son combat contre son second cancer et mes pensées étaient plutôt sombres. En cette fin mai, cela fait bientôt trois mois que ma mère est décédée. Est-ce pour cela que je viens de découvrir dans les collections numérisées de la Bibliothèque d’État de Berlin une série de danses des morts ? Allez savoir…

Continuer la lecture de Danses des morts des collections numérisées de la Bibliothèque d’État de Berlin

La Lorelei

La Lorelei est le nom d’un rocher dressé au-dessus du Rhin près de Sankt Goarshausen, mais aussi d’une fée, digne héritière des sirènes, qui charme les bateliers imprudents… Certains de ceux qui ont appris l’allemand en leurs jeunes années se souviennent sans doute du poème de Heinrich Heine à propos de cette belle ensorceleuse. Mais connaissent-ils l’ensemble de la légende ? Clemens Brentano en a donné sa version vingt ans avant Heine et Alexandre Dumas la sienne une trentaine d’année après la parution de Das Buch der Lieder (1827). Mais lisez plutôt.

Continuer la lecture de La Lorelei