Archives de catégorie : Livres anciens

Une bibliothèque populaire modèle

Vous trouverez ci-dessous une satire de Louis Leroy parue dans Le Charivari du 5 août 1867. J’y ai ajouté des liens vers les versions numérisés des livres supposés subversifs qui y sont évoqués. J’y reviendrais peut-être plus longuement dans d’autres chroniques. De toute façon, une analyse de cette satire et de quelques autres textes du Charivari en faveur de la liberté de la lecture a été publiée par Agnès Sandras dans Bibliothèques populaires, carnet fort intéressant dédié à l’histoire des bibliothèques et de la lecture populaires…

__________________________________________________

Continuer la lecture de Une bibliothèque populaire modèle

Le bibliothécaire idéal selon un livre de 1828

Voici une trouvaille de Juliette Jestaz de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Grand merci à elle d’en avoir fait profiter les membres de la liste bibliopat. Mais lisez plutôt.

Bonjour,

Je vous fais partager cette définition, qui reste toujours intéressante, me semble-t-il, donnée par le bibliothécaire Jean-Louis Bailly en 1828, dressant le portrait de Bonamy, le premier bibliothécaire de la Ville de Paris, qui officia de 1763 à 1770 dans la bibliothèque installée hôtel de Lamoignon (siège actuel de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris) :

(Sa première phrase est très alambiquée).
« Il ne faut pas qu’on s’imagine qu’un bibliothécaire public ne soit, en raison d’un savant, que ce qu’est, par rapport à un livre, la table dés matières; il ne suffit pas pour lui de connaître sa bibliothèque, il faut qu’il soit lui-même une espèce de bibliothèque vivante. Sans parler de la bibliographie qui, grâce à l’activité infatigable de la presse, devient tous les jours une plus vaste nomenclature, il a besoin d’une érudition assez variée, pour n’être étranger à aucun genre de savoir; d’une érudition qui embrasse assez de détails pour qu’il soit en état d’indiquer à ceux qui viennent le consulter sur les ouvrages qu’ils entreprennent, les sources où ils peuvent puiser; d’une sagacité rare pour deviner les énigmes des consultans, et redresser leurs à-peu-près; d’une politesse, d’une patience à toute épreuve, pour écouter, sans rire, des questions ridicules ; pour apprendre aux ignorans ce qu’ils doivent demander; pour leur prêter son savoir, et les renvoyer satisfaits de celui qu’ils s’attribuent : toutes ces qualités se trouvèrent dans M. Bonamy. »

J’apprécie particulièrement « pour apprendre aux ignorans ce qu’ils doivent demander », et « les renvoyer satisfaits (du savoir) qu’ils s’attribuent »… où l’on retrouve cette bienveillance teintée d’arrogance qui nous menace si souvent.

J.-L. Bailly, Notices historiques sur les bibliothèques anciennes et modernes , suivies d’un tableau comparatif des produits de la presse de 1812 à 1825 et d’un recueil de lois et ordonnances concernant les bibliothèques, Paris, 1828, p. 125
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54898318/f136.image

Un mot sur Jean de La Brète

Connaissez vous Mon oncle et mon curé, charmant roman paru pour la première fois en 1889 ? Il connut de nombreuses rééditions jusqu’en 1977, dont deux dans la très populaire collection Nelson, et fut même porté à l’écran en 1939. C’est dire son succès durable auprès du public.

Il s’agit du premier livre de Jean de La Brète, pseudonyme d’Alice Cherbonnel (1858-1945). Cette native de Saumur a publié trente-six romans de 1889 à 1939, dont deux, Mon oncle et mon curé et Un vaincu, furent couronné le prix Montyon de l’Académie française, qui récompense l’ouvrage littéraire le plus utile aux mœurs.

Continuer la lecture de Un mot sur Jean de La Brète

Festin joyeux

J’ai déjà eu l’occasion de me référer à une chronique de Gérard Oberlé parue dans le n° 474 de Lire en avril 2019 où il dresse une liste de livres décrivant des voyages paradoxaux parodiant précisément les livres de voyages. Celle publiée dans le même magazine en novembre de la même année porte sur un ouvrage intitulée Festin joyeux, ou La cuisine en musique, en vers libres que je vous invite à découvrir sur Gallica.

Et surtout, lisez chaque mois les articles que Gérard Oberlé consacre dans Lire aux livres oubliés ou méconnus. Un vrai plaisir pour le bibliophile.

A noter que ces chroniques font suite à d’autres parues pendant plusieurs années dans le même magazine dans la rubrique Lettres à Emilie et qui ont fait l’objet d’une publication chez Grasset en 2012 sous le titre Emilie, une aventure épistolaire.

D’autre part, il a publié dans le domaine gastronomique

  • Une bibliothèque bachique (Loudmer, 1993)

Références pour le livre ancien (9) Marques de provenances

En complément à mon ancienne chronique sur les ex-libris, je vous signale ici diverses répertoires, bases de données, webographies et autres ressources en ligne sur les marques de provenances.

Cette webographie doit tout aux échanges récemment intervenus sur la liste de diffusion de Bibliopat et notamment aux références indiquées par Eduard Frunzeanu de Biblissima, aux informations données par Hanno Wijsman au sujet de Bibale et à la liste publiée par J.-L. Deuffic. Rendons à César ce qui est à César…

Continuer la lecture de Références pour le livre ancien (9) Marques de provenances

L’histoire de France racontée par les contemporains

En fouillant dans un casier du bureau de mon père, j’ai découvert plusieurs ouvrages ayant vraisemblablement appartenu à mon arrière-grand-père : ils traitent pour la plupart de différentes périodes du Moyen-Âge et datent de la fin du XIXe siècle.

Après une petite recherche, j’ai constaté qu’ils appartiennent à une sous-collection de 65 volumes intitulée L’histoire de France racontée par les contemporains qui a été active de 1876 à 1897 avec comme éditeur scientifique l’historien Berthold Zeller. Elle s’insérait dans une collection plus vaste, éditée en format petit in-16 par la Librairie Hachette et Cie : la Petite bibliothèque illustrée.

Continuer la lecture de L’histoire de France racontée par les contemporains

Un citateur littéraire, Léonard Gallois

Voici quelques années, j’avais consacré une chronique au Citateur de Pigault-Lebrun. Il s’agissait d’un recueil de citations contre la religion chrétienne publié pour la première fois en 1803 et qui, saisi et condamné sous la Restauration, a connu de nombreuses éditions après 1830.  Ce titre jouissait d’une telle popularité, même au temps de la censure, qu’il a été repris pour  deux ouvrages parus chez Jean-Nicolas Barba sous la plume d’un opposant au régime de la Restauration, le libéral Léonard Gallois. Nul doute que l’éditeur, qui était aussi celui de Pigault-Lebrun, ait été pour quelque chose dans ce choix.

Les deux ouvrages de Léonard Gallois

Le citateur dramatique. Paris : Barba, 1922.

5e éd. Paris : Ledoyen, 1829.

Le citateur des fabulistes français. Paris : J. N. Barba, 1830.

Voir aussi pour ce titre l’ABU

Qui était Léonard Gallois

Gallois [Charles-André-Gustave-Léonard], historien et publiciste, né à Monaco, de parents français, le 30 novembre 1789. Persécuté en 1816 pour cause d’opinions politiques, et arrêté à Toulouse par les verdets, cet écrivain quitta la France et se retira dans sa ville natale, où il fonda un journal dont la publication ne tarda pas à êtra défendue. Il revintalors à Paris, où il rédigea Aristarque et le Bulletin des Chambres, et publia des brochures politiques, dont plusieurs furent déférées aux tribunaux. M. Léonard Gallois, qui s’est signalé parmi les champions les plus énergiques du parti libéral sous la Restauration, a donné ses soins à beaucoup de compilations utiles et de traductions estimées. [Voy. la Biog. de Rabbe . Suppl., et la France littér., t. III, p. 248.]

Joseph Marie Quérard. La littérature française contemporaine, vol.4

Voir aussi la notice Wikipédia.

Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

J’ai abandonné Eugénie Grandet. Je me suis mis au travail, mais sans courage. L’Autodidacte, qui voit que j’écris, m’observe avec une concupiscence respectueuse. De temps en temps, je lève un peu la tête, je vois l’immense faux col droit d’où sort son cou de poulet. Il porte des vêtements râpés, mais son linge est d’une blanchisseur éblouissante. Sur le même rayon il vient de prendre un autre volume, dont je déchiffre le titre à l’envers: La Flèche de Caudebec, chronique normande par Mlle Julie Lavergne. Les lectures de l’Autodidacte me déconcertent toujours.
Tout d’un coup les noms des derniers auteurs dont il a consulté les ouvrages me reviennent à la mémoire: Lambert, Langlois, Lastex, Lavergne. C’est une illumination ; j’ai compris la méthode de l’Autodidacte : il s’instruit dans l’ordre alphabétique.
Je le contemple avec une espèce d’admiration. Quelle volonté ne lui faut-il pas pour réaliser lentement, obstinément un plan de si vaste envergure? Un jour, il y a sept ans (il m’a dit qu’il étudiait depuis sept ans) il est entré en grande pompe dans cette salle. Il a parcouru du regard les innombrables livres qui tapissent les murs et il a dû dire, à peu près comme Rastignac: « A nous, Science humaine ». Puis il est allé prendre le premier livre du premier rayon d’extrême droite ; il l’a ouvert à la première page, avec un sentiment de respect et d’effroi joint à une décision inébranlable. Il en est aujourd’hui à L. K après J, L après K. Il est passé brutalement de l’étude des coléoptères à celle de la théorie des quanta, d’un ouvrage sur Tamerlan à un pamphlet catholique contre le darwinisme: pas un instant il ne s’est déconcerté. Il a tout lu; il a emmagasiné dans sa tête la moitié de ce qu’on sait sur la parthénogenèse, la moitié des arguments contre la vivisection. Derrière lui, avant lui, il y a un univers. Et le jour approche où il se dira, en fermant le dernier volume du dernier rayon d’extrême gauche: « Et maintentant? »

Jean Paul Sartre, La Nausée

Je diffère un peu de l’Autodidacte de Jean-Paul Sartre, car mes lectures tiennent plus du hasard que de la méthode préétablie. Si j’ai lu moi aussi quelques contes et nouvelles de Julie Lavergne (1823-1886), c’est que plusieurs de ses ouvrages figurent dans une annexe estivale de la bibliothèque familiale. Ils viennent de mes arrière-grands-parents dont les idées étaient sans doute en parfaite adéquation avec les écrits de cette monarchiste catholique.

Continuer la lecture de Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

Biblissima, l’observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Je vous transmets ci-dessous un message de Régis Robineau, coordinateur de l’équipe Portail Biblissima, l’observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance. Encore une belle ressource à explorer !

Bonjour,

Biblissima, l’observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance, a lancé il y a quelques mois un prototype de moteur de recherche de manuscrits et imprimés antérieurs à 1800 dans les bibliothèques numériques conformes aux standards IIIF [1] : https://iiif.biblissima.fr/collections [2]

La version en cours de ce moteur « IIIF-Collections » agrège les métadonnées des manuscrits et imprimés anciens issus de 10 bibliothèques numériques : Gallica-BnF, Digital.Bodleian (Bodleian Libraries, Oxford), BVMM (IRHT), e-codices, British Library (BL-BnF Polonsky project), Europeana Regia, Parker Library On the Web, Bibliothèque Mazarine, Ghent University, Cambridge University, Durham University and Cathedral Library.

Ce prototype a rencontré un écho favorable et de nombreuses sollicitations en provenance de France et de l’étranger nous sont parvenues. D’autres jeux de données seront intégrés au fur et à mesure au cours des prochains mois.

L’approche générale de cette expérimentation est non seulement de collecter et d’indexer les métadonnées telles que présentes à la source, mais aussi de réconcilier, « clusteriser » et normaliser certains éléments de métadonnées afin de proposer une recherche et des facettes qui soient utiles et efficaces. Ce traitement de données présente l’avantage de s’appuyer sur les référentiels d’autorités constitués pour le portail Biblissima (https://biblissima.fr), qui sont bien sûr au cœur de l’interopérabilité des données.

Toutes les entités « réconciliées » viennent ensuite enrichir ces mêmes référentiels, aujourd’hui publiés sur une plateforme dédiée et accessible à l’adresse https://data.biblissima.fr :

– Personnes physiques (~27 000 entités): ex. https://data.biblissima.fr/entity/Q2785
– Noms géographiques (~5500 entités): ex. https://data.biblissima.fr/entity/Q27525
– Organisations (en cours): ex. https://data.biblissima.fr/entity/Q32811
– Cotes de manuscrits et imprimés anciens (en cours): ex. https://data.biblissima.fr/entity/Q50036
– Oeuvres textuelles (fin 2019)
– Descripteurs iconographiques (fin 2019)

Au final, tout ce travail de réconciliation, de désambiguïsation et d’alignement des données vers des référentiels du Linked Open Data est ainsi exposé et librement réutilisable selon les principes du Web de données [3] par les bibliothèques d’origine ou des projets de recherche.

Nous sommes ouverts à toute collaboration dans ce projet, que ce soit pour le référencement de nouvelles bibliothèques numériques dans le moteur IIIF-Collections ou pour l’alimentation et l’exploitation des référentiels d’autorités.

Pour l’équipe Biblissima,
Régis Robineau

[1] Voir https://iiif.biblissima.fr
[2] Présentation du prototype IIIF-Collections lors de la dernière conférence internationale IIIF à Göttingen en juin : Digital Manuscripts Without Borders: A Discovery Platform of Manuscripts and Rare Books. https://projet.biblissima.fr/en/digital-manuscripts-without-borders-a-discovery-platform-manuscripts-and-rare-books
[3] Plus d’informations sur l’API et les données RDF accessibles sur data.biblissima.fr : https://data.biblissima.fr/w/Accueil#Acc.C3.A8s_aux_donn.C3.A9es. La mise en place d’un point d’accès SPARQL est également prévu dans quelques mois.


Régis Robineau
Coordinateur de l’équipe Portail Biblissima
regis.robineau@biblissima-condorcet.fr

+33 (0)1 55 93 93 88
Campus Condorcet
20 avenue George Sand
93210 La Plaine Saint-Denis
biblissima.fr@biblissima

Petits voyages excentriques

Dans une chronique intitulée « Etonnant petits voyages » parus dans le n° 474 de Lire en avril dernier, Gérard Oberlé dresse une liste de livres décrivant des voyages paradoxaux parodiant précisément les livres de voyages. Son article, fort instructif comme toujours, m’a donné envie de chercher sur la grande toile ce que je pourrais trouver sur ces différents titres ainsi sur quelques autres que je connais ou que j’ai découvert par ailleurs, notamment dans l’ouvrage Susan Pickford, Le voyage excentrique : Jeux textuels et paratextuels dans l’anti-récit de voyage, 1760-1850 (ENS Éditions, Institut d’histoire du livre, 2018), notamment dans son Annexe 1 « Voyages autour d’espaces réduits ou atypiques dans l’édition francophone, 1799-1900 » et dans sa Bibliographie qui comporte notamment un « Corpus des anti-récits de voyage et voyages excentriques en anglais, français et allemand ».

Continuer la lecture de Petits voyages excentriques