Archives de catégorie : Livres anciens et histoire de l’imprimerie

L’Arrivée. Un Anglais attaqué du Spleen, vient se faire traiter en France

De même que le traité d’Amiens, le traité du 30 mai 1814 fut suivi d’une véritable invasion pacifique. En 1814-15, comme en 1802-3, un grand nombre d’Anglais franchirent le détroit et vinrent se distraire en France (voir le Journal de Paris du 28 juin 1814). L’afflux des insulaires eut encore pour résultat la publication de nombreuses estampes satiriques. Mais tandis qu’en 1803 les caricatures contre les Anglais avaient un caractère nettement politique, celles qui parurent sous la Restauration ridiculisèrent surtout les moeurs des gens d’Outre-Manche

Extrait de la notice bibliographique de l’estampe à la BnF

Encore une gravure venue de l’héritage familial. Comme La Promenade à cheval présentée précédemment, elle a été publiée par Aaron Martinet (1762-1841), même si cela ne figure explicitement pas sur la gravure.En bas à droite de l’estampe, la mention “G. de Ca..” désigne le dessinateur et graveur Godissard de Cari, caricaturiste surtout connu par le Musée grotesque, un recueil de caricatures publié par Martinet sous la Restauration. L’exemplaire que j’ai en ma possession porte sur son bord supérieur “Musée Grotesque N° 5”. Je vous en donne ci-dessous une bien médiocre photographie…

Continuer la lecture de L’Arrivée. Un Anglais attaqué du Spleen, vient se faire traiter en France

La Promenade à cheval, Le Suprême bon ton n° 25 : à propos d’une estampe et de sa collection

Parmi les diverses estampes héritées de mes aïeux, La Promenade à cheval fait partie de mes préférées. Selon la notice de l’exemplaire accessible sur Gallica, elle aurait été éditée en 1815, et il est précisé sur la gravure “A Paris, chez Martlnet“. Il s’agit d’une maison fondée en 1796 par l’imprimeur-libraire Aaron Martinet (1762-1841), fils du graveur François-Nicolas Martinet (1731-1800?). Il sera actif comme libraire jusqu’en 1824, date à laquelle il se démet en faveur de son gendre Herménégilde-Honorat Hautecoeur (17.. -18..) ou à Étienne Rosier (17..-1842), les notices bnf.data étant un peu contradictoires sur ce point… Il continue à faire commerce d’estampes jusqu’à sa mort.

Continuer la lecture de La Promenade à cheval, Le Suprême bon ton n° 25 : à propos d’une estampe et de sa collection

L’Algérie par Ferdinand Quesnoy

Quand il publie L’Algérie en 1885, Ferdinand-Désiré Quesnoy est médecin-inspecteur en retraite. Mais avant ce repos mérité, il a connu diverses affectations au cours de sa carrière de médecin militaire, de l’Algérie à l’hôtel des Invalides en passant par l’armée d’Orient en Crimée et l’armée du Rhin de la guerre de 1870. En attestent ses divers ouvrages parus de 1850 à 1892.

Lire la suite dans le carnet Ressources sur le Maghreb et le monde arabe.

Les Français en Algérie, par Louis Veuillot

La première édition de l’ouvrage de Louis Veuillot Les Français en Algérie date de 1845 chez Alfred Mame. La deuxième édition devait suivre chez le même éditeurs dès 1847 et c’est un exemplaire de cette dernière qui est conservé à la BU des Deux Lions. Bien d’autres éditions devaient suivre.

Le livre porte comme complément de titre souvenirs d’un voyage fait en 1841. A cette date, la conquête de l’Algérie n’est pas encore achevée. L’émirAbd-el-Kader, qui est représenté sur le frontispice et dont Louis Veuillot dresse un portrait plutôt flatteur (p. 266-289), ne se rendra qu’en 1847. Il dirige alors un État indépendant, avec Mascara comme capitale. Cependant, celle-ci tombe aux mains des Français le 30 mai 1841.

Lire la suite sur le carnet Ressources sur le Maghreb et le monde arabe.

Voyage au Mont Sinaï par Louis de Tesson

Le plus ancien ouvrage sur le monde arabe conservé à la BU des Deux Lions est un exemplaire de la deuxième édition du Voyage au Mont Sinaï publiée par Louis de Tesson en 1846 chez Alfred Mame à Tours, dans la collection Bibliothèque des écoles chrétiennes. Il s’agit d’un héritage de la bibliothèque d’URBAMA issu du fonds Barbey.

Lire la suite sur le carnet Ressources sur le Maghreb et le monde arabe.

Deux gravures d’après Jenny Berger-Desoras

Je voudrais vous présenter ici deux autres gravures, cette fois d’après Jenny Berger-Desoras. Tout comme les gravures abolitionnistes d’après George Morland que je vous ai présentées en janvier dernier, elles me sont chères, même si les exemplaires auxquels je pense ne sont pas en couleur, au contraire de ceux que j’ai pu trouver en ligne. Les deux tableaux dont elles sont inspirées figuraient en 1817 (qu’en est-il aujourd’hui ?) dans les collections du musées de la ville de Lille.

Comme vous le verrez, les sujets sont plus légers que pour les gravures faites d’après Georges Morand ou Pierre-Alexandre Wille, sans aller jusqu’à friser l’érotisme coquin du Réfractaire amoureux. Autant de gravures que j’ai connues grâce aux collections familiales…

Continuer la lecture de Deux gravures d’après Jenny Berger-Desoras

Les polices de caractères typographiques et leurs classifications nous incitent au voyage dans le temps et l’espace

Nous devrions considérer la diversité typographique comme la conséquence de la créativité humaine.

Devise de l’ABC typographie.

Dans un article de la rubrique Typote Time de Musée de l’imprimerie, Fernande Nicaise nous propose une invitation au voyage… typographique. Il s’agit d’un texte quasi-oulipien, puisque nous y trouvons 36 polices ou familles de caractères citées avec en plus 12 expressions du langage typographique…

C’est un voyage tout autant dans l’espace que dans le temps – je pense notamment aux polices placées sous le patronage de l’Égypte antique, qui donne son nom à une des famille de la classification de Thibaudeau ou de la Mésopotamie… – dont les étapes sont tantôt à une police isolée, tantôt à toute une famille de caractères. J’ai voulu voir à quoi ressemblent les polices citées dans l’article et, chemin faisant, j’en ai trouvé quelques autres. Dans le “calligramme” ci-dessous, les premières sont en italique, les secondes en romain.

Continuer la lecture de Les polices de caractères typographiques et leurs classifications nous incitent au voyage dans le temps et l’espace

Coquilles et autres erreurs typographiques

Mais toutes les erreurs typographiques ne sont pas des coquilles. Elles sont multiples, diverses. Citons le bourdon ; le doublon ; l’addition/suppression ; l’interversion ; la transposition ; l’ânerie ; la facétie ; le mastic ou la lézarde.

Fernande Nicaise

Suite à un message d’un ami portant à ma connaissance un article de Fernande Nicaise, j’ai rassemblé ci-dessous un peu de documentation sur les coquilles et autres erreurs typographiques.

La loi mise en vers

Dans un article d’Alain Moreau, “Versifier la loi !”, paru en avril 2012 dans Le Gnomon. Revue internationale d’histoire du notariat n° 171, il est question des ouvrages suivants dont j’ai pu trouver des versions numérisées en ligne. Alors, si ça vous intéresse..

Edme-Hilaire Garnier-Deschênes

La Coutume de Paris mise en vers, avec le texte à côté. Paris : Sangrain, 1768.

Joseph-Henri Flacon Rochelle (1781-1834)

Code civil des français , mis en vers, avec le texte en regard. Paris : Théodore Le Clerc jeune, 1805.

Benoît-Michel Decomberousse (1754-1841)

Code Napoléon , mis en vers français, par D***, ex-législateur. Paris : Clament frères, 1811.

Amédée Pons-Euzière

Code civil en vers français. Lyon : A. Storck ; Paris : A. Chérié, 1882.

A propos de la Collection du Centenaire de l’Algérie 1830-1930 et des Cahiers du Centenaire de l’Algérie

La Collection du Centenaire de l’Algérie 1830-1930

La Collection du centenaire de l’Algérie 1830-1930 est une collection éditoriale dans laquelle sont parus un certain nombre d’ouvrages entre 1924 et 1939. Combien exactement ? C’est ce que je vais tenter d’établir en utilisant les catalogues suivants :

Continuer la lecture de A propos de la Collection du Centenaire de l’Algérie 1830-1930 et des Cahiers du Centenaire de l’Algérie