Archives de catégorie : Fonds patrimonial BU Tours

Ouvrages, périodiques et cartes de la BU des Deux-Lions (droit, économe, géographie) de l’université de Tours où je travaille

La Touraine vue par les écrivains et les artistes, un recueil de textes publié par Adolphe van Bever

Adolphe van Bever (1871-1927) est un bibliographe et érudit français. S’il est l’auteur de plusieurs études érudites sur Ami Paul Léautaud dont il partage la passion pour la poésie, il a publié avec lui l’anthologie Poètes d’Aujourd’hui (1880-1900), parue en 1900 et qui fera l’objet de nombreuses éditions revues et corrigées. A partir de 1908, il publie aux éditions C. Delagrave Les poètes du terroir : du XVe siècle au XXe siècle, en quatre volumes. Le quatrième et dernier, contenant entre autres les poètes de la Touraine paraît en 1914.

Continuer la lecture de La Touraine vue par les écrivains et les artistes, un recueil de textes publié par Adolphe van Bever

Géographie de l’abbé Gaultier

Louis Gaultier (1746-1818), dit l’abbé Gaultier, fut en son temps un pédagogue reconnu, considéré comme un précurseur de l’école mutuelle. Son Cours d’études élémentaires pour les enfans comprend les différents matières étudiées à l’école primaire. Il se compose de 22 volumes in-18, 6 volumes in-12, 7 cahiers in folio et plusieurs boîtes et étuis.

Alors que l’abbé a commencé à enseigner et à publier dans les années 1780, ses différents ouvrages pédagogiques vont être réédités jusque dans les années 1880, Ce sont ses élèves qui en en poursuivi leur publication, non sans les refondre et les augmenter. Il s’agit de Jean Jacques Célestin Pantaléon Le Barbier de Blignières, (1797-1869), fondateur de l’ Institution de Blignières, François Demoyencourt (1797-1857), l’avocat Jean Pierre Ducros (1786-1855), propagateur de l’enseignement par la joie et fondateur de la Société pour l’enseignement élémentaire, et Jean Leclerc aîné.

Continuer la lecture de Géographie de l’abbé Gaultier

Cartes de l’Europe politique de 1815 aux années 1920

Les cinq cartes ci-dessous sont appartiennent à quatre ouvrages dont des exemplaires sont conservés à la BU des Deux Lions de Tours. Les sites suivants ont été utilisés pour les images et les liens :

David Rumsey Map Collection | Gallica | Imago Mundi | NuBIS

A travers ces cinq cartes, nous assistons à la progressive émergence de la souveraineté des nations qui se sont construites contre la domination des grands empires, mais aussi contre leur voisins, ce à quoi l’Union européenne est censée remédier avec plus moins de succès depuis les années 1950…

L’Europe politique en 1815

Paul Vidal-Lablache. Atlas classique Vidal-Lablache,… 342 cartes et cartons, index alphabétique de 30 000 noms. Nouvelle édition.Paris, Armand Colin, 1905. Pages 44-45.

Continuer la lecture de Cartes de l’Europe politique de 1815 aux années 1920

De Paris à Bucharest : causeries géographiques

Villeneuve-Saint-Georges, 1er août [1860]

Mon cher ami,

Vous êtes bien fidèle à votre titre et, chaque semaine, vous faites faire le tour du monde à vos quarante mille lecteurs. Grâce à vous, nous savons ce qu’il y a sous le pôle et ce qui se trouve sous l’équateur. Vous levez, d’une main fort peu discrète, les voiles dont l’Afrique centrale s’était jusqu’à ce jour enveloppée, et vous suivez pas à pas, sous toutes les latitudes, ces infatigables pionniers de la science, qui veulent achever la reconnaissance de notre globe, pour en livrer la possession au génie de la civilisation moderne.
Il est fort agréable de voyager si lestement et si loin. Vous pensez que ce ne le serait pas moins d’aller un peu plus près, et de laisser un moment les antipodes pour regarder autour de nous. L’Europe vous semble aussi curieuse à étudier que l’Australie ou le pays des Yakoutes et le Rhin ou l’Elbe ne vous paraissent pas moins intéressants que le fleuve Jaune ou le Mackensie. Je suis assez de votre avis, puisque je me propose de descendre le Danube durant quatre ou cinq cents lieues. Vous me demandez les notes que je ramasserai en courant ; je vous les enverrai volontiers, parce qu’après le plaisir de voir et de comprendre, il n’y en a pas de plus grand que de raconter à ses amis, et tout lecteur bienveillant en est un, ce que l’on a vu et ce que l’on a compris.
Seulement je vous préviens que je ne serai probablement le Christophe Colomb d’aucun nouveau monde. Je ne prétends découvrir ni l’Allemagne, ni l’Autriche, ni la Hongrie, pas même les Carpathes ou la Roumanie, comme Alexandre Dumas, à ma place, le ferait certainement. Je ne verrai que de vieilles choses. Il est vrai que le vieux vaut quelquefois le neuf ; il ne s’agit que de sa voir s’y prendre pour regarder

Suite de ce texte sur Gallica

Le texte ci-dessus est extrait de la lettre d’introduction au journal de voyage de Paris à Bucaret entrepris en août 1860 par Victor Duruy (1811-1894). Cet historien connu pour son Histoire des Romains et son Abrégé de l’histoire de France s’adresse à François Edouard Charton (1807-1890), l’éditeur du Tour du monde : nouveau journal des voyages. Ainsi que la lettre le souligne, l’hebdomadaire de vulgarisation géographique créé cette même année 1860 publie non seulement des relations de voyages dans des pays lointains, mais aussi en l’Europe – « Un mois en Sicile » par Félix Bourquelot – et en France – « Excursions dans le Dauphiné » par Adolphe Joanne et Élisée Reclus

Continuer la lecture de De Paris à Bucharest : causeries géographiques

L’Algérie par Ferdinand Quesnoy

Quand il publie L’Algérie en 1885, Ferdinand-Désiré Quesnoy est médecin-inspecteur en retraite. Mais avant ce repos mérité, il a connu diverses affectations au cours de sa carrière de médecin militaire, de l’Algérie à l’hôtel des Invalides en passant par l’armée d’Orient en Crimée et l’armée du Rhin de la guerre de 1870. En attestent ses divers ouvrages parus de 1850 à 1892.

Lire la suite dans le carnet Ressources sur le Maghreb et le monde arabe.

Les Français en Algérie, par Louis Veuillot

La première édition de l’ouvrage de Louis Veuillot Les Français en Algérie date de 1845 chez Alfred Mame. La deuxième édition devait suivre chez le même éditeurs dès 1847 et c’est un exemplaire de cette dernière qui est conservé à la BU des Deux Lions. Bien d’autres éditions devaient suivre.

Le livre porte comme complément de titre souvenirs d’un voyage fait en 1841. A cette date, la conquête de l’Algérie n’est pas encore achevée. L’émirAbd-el-Kader, qui est représenté sur le frontispice et dont Louis Veuillot dresse un portrait plutôt flatteur (p. 266-289), ne se rendra qu’en 1847. Il dirige alors un État indépendant, avec Mascara comme capitale. Cependant, celle-ci tombe aux mains des Français le 30 mai 1841.

Lire la suite sur le carnet Ressources sur le Maghreb et le monde arabe.

Voyage au Mont Sinaï par Louis de Tesson

Le plus ancien ouvrage sur le monde arabe conservé à la BU des Deux Lions est un exemplaire de la deuxième édition du Voyage au Mont Sinaï publiée par Louis de Tesson en 1846 chez Alfred Mame à Tours, dans la collection Bibliothèque des écoles chrétiennes. Il s’agit d’un héritage de la bibliothèque d’URBAMA issu du fonds Barbey.

Lire la suite sur le carnet Ressources sur le Maghreb et le monde arabe.

A propos d’une carte de l’Indre-et-Loire du début du XXe siècle extraite de l’atlas Migeon

La bibliothèque où je travaille conserve dans ses collections une carte de l’Indre-et-Loire, datée vraisemblablement de 1902 ou de 1903, comme le suggère le faisceau d’indices concordants suivants : la notice d’accompagnement mentionne la nouvelle et remarquable basilique dédiée à Saint-Martin, laquelle a été achevée en 1902 mais aussi les statues de Descartes et de Rabelais face à l’hôtel de ville et au musée qui se trouvaient alors sur l’actuelle place Anatole France, donc avant l’achèvement du nouvel hôtel de ville en 1904… En outre, deux mentions en dessous de la carte elle-même – Dressée sous la direction de J. Migeon et Migeon, éditeur imp. 11 rue du Moulin Vert Paris – permettent de penser qu’elle serait extraite d’une version tardive de l’atlas Migeon. Mais à propos, qu’est-ce que l’atlas Migeon ?

Cette carte de l’édition de 1889 trouvée sur Ebay est identique à celle de l’édition de 1902. Est_ce à dire que si la notice est de 1902, la carte a été conçue plus de dix ans auparavant ?
Continuer la lecture de A propos d’une carte de l’Indre-et-Loire du début du XXe siècle extraite de l’atlas Migeon

Autour de la carte Algérie – Nord

Alors que les cartes officielles de l’Algérie étaient dressées et éditées au XIXe siècle par le Service Géographique de l’Armée, celles du XXe siècle sont désormais le fait de la Direction de l’Agriculture, du Commerce et de la Colonisation du Gouvernement général de l’Algérie, même si peut apparaître ici et là la mention complémentaire d’un “Service Géographique”, sans qu’il soit précisé si c’est celui de l’Armée.

Ces cartes officielles représentent les divisions administratives de l’Algérie ou certaines thématiques intéressant le pouvoir politique (agriculture, colonisation…). Si certaines incluent les territoires du sud comme la Carte des divisions administratives de l’Algérie de 1910, d’autres se limitent, comme celles du XIXe siècle depuis 1851, aux trois départements d’Oran, d’Alger et de Constantine, à savoir le nord de la colonie où s’est concentrée la colonisation : voir la Carte de la colonisation officielle publiée en 1902 ou celle intitulée Territoire civil et territoire de commandement de 1894

Parmi celles intitulées Algérie-Nord, certaines sont constituées d’une seule feuille au 1:1 600 000, comme celle de 1905 dressée par N. Calleja.

Continuer la lecture de Autour de la carte Algérie – Nord

Notes géographiques sur le Sud Tunisien par Alexandre Joly

Voir la version complétée de cette chronique
dans le carnet Ressources sur le Maghreb et le monde arabe

Parmi les ouvrages dont ma bibliothèque universitaire a hérité d’URBAMA, j’ai trouvé un extrait du Bulletin de la Société de Géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord intitulé Notes géographiques sur le Sud Tunisien.. Paru a Alger à l’imprimerie S. Léon, il reprend un article paru en trois parties dans les tomes suivants du périodique sus-nommé :

L’auteur, Alexandre Joly (1870-1913), est un géographe arabisant alors titulaire de la chaire supérieure d’arabe de Constantine. Fils aîné du chimiste Alexandre Joly (1845-1897), il a fait ses études au lycée Henri-IV, puis choisit pour des raisons de santé une carrière algérienne. Opérateur dessinateur aux Ponts et Chaussées, il prépare les diplômes d’arabe et d’études historiques à l’école des Lettres d’Alger. Professeur de sciences à la médersa d’Alger en 1896, il participe en 1899-1900 à la mission de Georges-Barthélemy-Médéric Flamand dans l’extrême Sud oranais. Nommé à la médersa de Constantine, il effectue aussi des missions dans le Sud algérois et en Tunisie. En 1907, il est nommé à la chaire publique d’arabe de Constantine. C’est dans cette ville qu’il décède subitement le 27 février 1913.

Continuer la lecture de Notes géographiques sur le Sud Tunisien par Alexandre Joly