Archives de catégorie : Danger de la lecture

Chroniques sur des textes interdits et censurés des siècles passés

Une bibliothèque populaire modèle

Vous trouverez ci-dessous une satire de Louis Leroy parue dans Le Charivari du 5 août 1867. J’y ai ajouté des liens vers les versions numérisés des livres supposés subversifs qui y sont évoqués. J’y reviendrais peut-être plus longuement dans d’autres chroniques. De toute façon, une analyse de cette satire et de quelques autres textes du Charivari en faveur de la liberté de la lecture a été publiée par Agnès Sandras dans Bibliothèques populaires, carnet fort intéressant dédié à l’histoire des bibliothèques et de la lecture populaires…

__________________________________________________

Continuer la lecture de Une bibliothèque populaire modèle

Romans à lire et romans à proscrire de l’abbé Louis Bethleem ou quand le clergé osait se mêler de nos lectures

Voici quelques d’années j’ai abordé ici les livres interdits, notamment ceux figurant dans l’Index librorum prohibitorum. Cependant, en dehors  de la Congrégation de l’Index, bien des membres du clergé ont exercé leur censure au moyen d’ouvrages ad hoc. Parmi eux, l’abbé Louis Bethléem (1869-1940) a publié en 1904 Romans à lire et romans à proscrire qui sera plusieurs fois réédité pendant la première moitié du XXe siècle. Il y condamne Emile Zola et George Sand, Sigmund Freud, Les Pieds Nickelés, Le Journal de Mickey et tant d’autres figures de la culture commune. Signe des temps ambigus où nous vivons, les éditions Ligaran l’ont réédité en 2015…

A noter que dans un même esprit, il a lancé en 1908 Romans-revue : guide de lecture devenue par la suite la Revue des lectures. Continuer la lecture de Romans à lire et romans à proscrire de l’abbé Louis Bethleem ou quand le clergé osait se mêler de nos lectures

Le Citateur, un traité d’athéologie de Pigault-Lebrun

Voici bientôt quatre ans, j’ai consacré une chronique à Pigault-Lebrun, auteur de pièces de théâtre et de romans qui, pour être légers, n’en ont pas moins eu un réel succès en son temps et même plusieurs décennies après sa mort. J’avais également découvert qu’il avait écrit un recueil de citations contre la religion chrétienne intitulé Le Citateur, publié pour la première fois en 1803 et qui, saisi et condamné sous la Restauration, a connu de nombreuses éditions après 1830.  Comme je préparais alors une webographie sur l’athéisme, j’avais entrepris d’en faire la liste et de repérer celles qui étaient disponibles en ligne. Puis j’avais laissé cela parmi les très nombreux brouillons qui constituent la partie immergée de ce blog. Continuer la lecture de Le Citateur, un traité d’athéologie de Pigault-Lebrun

Der Bücherwurm et les autres : représentations de lecteurs… et de lectrices jusqu’au début du XXe siècle

(Dernière mise à jour : 18 juillet 2012)

En cherchant sur la grande toile quelques images du Bücherwurm de Spitzweg, j’ai découvert quelques tableaux portant le même nom.

Comme vous le voyez, le même mot peut renvoyer à des réalités bien différentes. C’est que l’allemand Bücherwurm, littéralement  « ver de livre », est l’équivalent de la locution française utilisée pour désigner un gros lecteur « dévoreur de livre » : rat de bibliothèque.

Or les réalités et surtout les représentations culturelles de la lecture sont multiples. Au sein de la société européenne du XIXe siècle, ces peintures représentent la lecture savante et attentive de l’érudit bibliomane (voir Spitzweg et Schleicher) et celle rêveuse de l’enfant et de la femme. Notons en passant que nudité et sensualité semble un complément si naturel de la lecture féminine qu’aujourd’huiencore, dans la catégorie d’images sélectionnées par la version anglo-saxonne de Wikipedia sur les représentations  de lectrices, il existe une sous-catégorie Nude females reading in art. Continuer la lecture de Der Bücherwurm et les autres : représentations de lecteurs… et de lectrices jusqu’au début du XXe siècle

Le baron de La Hontan et son ombre

Dans une chronique du 8 mars dernier sur les dangers de la lecture, j’annonçais de prochaines chroniques sur les auteurs qui se sont heurtés à la censure et à l’intolérance religieuse au cours des siècles passés. J’avais laissé ce chantier de côté jusqu’à une chronique sur l’abbé Raynal en septembre dernier. J’y reviens maintenant pour le baron de La Hontan. Continuer la lecture de Le baron de La Hontan et son ombre

L’abbé Raynal

Parmi les plus éminents acteurs des Lumières, l’abbé Raynal est quelque peu oublié aujourd’hui. Avec le site Sur les pas de l’abbé Raynal, la Société d’Etude Guillaume-Thomas Raynal répare cette injustice, en rappelant sa place auprès de Diderot, avec lequel il collabore pour la fameuse Encyclopédie et l’Histoire des deux Indes, de Rousseau, qu’il encourage à publier son fameux discours à l’Académie de Dijon sur progrès des sciences et des arts, ou de Voltaire, qui le recommande auprès de l’Académie de Berlin.

Vous pouvez découvrir ses œuvres sur Gallica ou dans la liste proposée par Wikipédia. Continuer la lecture de L’abbé Raynal

Livres interdits : quelques références

Livres interdits et censure au XVIIe siècle

Ce site du CRHL17 – Centre de recherches sur l’histoire du livre au XVIIe siècle propose notamment

une importante bibliographie rétrospective complétée par une bibliographie annuelle de 2000 à 2007, mais aucune depuis cette date…

un répertoire général des livres interdits, défendus, clandestins, des libelles, pamphlets, et autres « mauvais livres » du XVIIe siècle (1661-1715) Continuer la lecture de Livres interdits : quelques références

De l’horrible danger de la lecture

Cette chronique est consacrée à ce vice impuni (?), la lecture. Elle doit son nom à un texte satirique de 1765, dans lequel Voltaitre s’en prend à l’intolérance religieuse et à la censure obscurantiste. Il n’est pas très difficile à trouver sur internet : Continuer la lecture de De l’horrible danger de la lecture