Archives de catégorie : Danger de la lecture

Chroniques sur des textes interdits et censurés des siècles passés

Le Citateur, un traité d’athéologie de Pigault-Lebrun

Voici bientôt quatre ans, j’ai consacré une chronique à Pigault-Lebrun, auteur de pièces de théâtre et de romans qui, pour être légers, n’en ont pas moins eu un réel succès en son temps et même plusieurs décennies après sa mort. J’avais également découvert qu’il avait écrit un recueil de citations contre la religion chrétienne intitulé Le Citateur, publié pour la première fois en 1803 et qui, saisi et condamné sous la Restauration, a connu de nombreuses éditions après 1830.  Comme je préparais alors une webographie sur l’athéisme, j’avais entrepris d’en faire la liste et de repérer celles qui étaient disponibles en ligne. Puis j’avais laissé cela parmi les très nombreux brouillons qui constituent la partie immergée de ce blog. Continuer la lecture de Le Citateur, un traité d’athéologie de Pigault-Lebrun

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Der Bücherwurm et les autres : représentations de lecteurs… et de lectrices jusqu’au début du XXe siècle

(Dernière mise à jour : 18 juillet 2012)

En cherchant sur la grande toile quelques images du Bücherwurm de Spitzweg, j’ai découvert quelques tableaux portant le même nom.

Comme vous le voyez, le même mot peut renvoyer à des réalités bien différentes. C’est que l’allemand Bücherwurm, littéralement  “ver de livre”, est l’équivalent de la locution française utilisée pour désigner un gros lecteur “dévoreur de livre” : rat de bibliothèque.

Or les réalités et surtout les représentations culturelles de la lecture sont multiples. Au sein de la société européenne du XIXe siècle, ces peintures représentent la lecture savante et attentive de l’érudit bibliomane (voir Spitzweg et Schleicher) et celle rêveuse de l’enfant et de la femme. Notons en passant que nudité et sensualité semble un complément si naturel de la lecture féminine qu’aujourd’huiencore, dans la catégorie d’images sélectionnées par la version anglo-saxonne de Wikipedia sur les représentations  de lectrices, il existe une sous-catégorie Nude females reading in art.

Celle-ci n’a pas d’équivalent dans la sélection concernant les lecteurs masculins. ‎ La représentation picturale de lecteurs nus semble du reste rare sur internet (et peut-être aussi dans l’histoire de la peinture ?) à quelques exceptions plus récentes comme la peinture de  Chirico ci-contre.

La lectrice nue, quant à elle, semble être un lieu commun éculé, qui remonte à loin. C’est que la lecture féminine a longtemps été tenue pour une activité immorale et dépravée les incitant à négliger leurs devoirs publics et privés, une activité qui met en péril non seulement les lectrices elles-mêmes, mais également la famille et la société toute entière, menacées avec l’impudeur, la lascivité et l’adultère.

Voilà qui renvoie à la vision de la femme tentée et tentatrice dont le premier avatar est Eve avec le fruit de l’arbre du savoir. Bref, pour reprendre le titre d’un livre bien connu, les femmes qui lisent sont dangereuses.

D’autres représentations de la lecture féminine existent pourtant. Ainsi la Bible ayant longtemps été la seule lecture qui leur fût autorisée, des représentations de femmes plongées dans les Saintes Ecritures ne manquent pas, au premier rang desquelles la Vierge (Virgin Mary reading constitue d’ailleurs une sous-catégorie de la sélection de Wikipedia) et Marie-Madeleine suivies par toute une série de saintes et également de pieuses personnes, souvent d’un certain âge…

Il n’en reste pas moins que la lecture féminine, lorsqu’elle n’a pas la légitimité que lui confère la religion et qu’elle ne verse pas dans les excès de la lascivité et de l’érotisme, reste désordonnée ou rêveuse (cf. le titre de la peinture illustrant la couverture des Femmes qui lisent sont dangereuses). C’est notamment la lecture de romans, dont le lectorat féminin assure le succès à partir du XVIIIe siècle..

Elle s’oppose à la  concentration des lecteurs masculins à la recherche de savoir et d’information plus que de rêve et d’évasion. Au Moyen-Age, les saints et les ecclésiastiques sont  d’abord les seuls à être représentés lisant. Par la suite les hommes de pouvoir (rois, nobles, hommes politiques) et de savoir (philosophes, littérateurs et savants en tous genres) viennent les concurrencer, avant que la représentation de la lecture ne s’étende au simple particulier. Dans le même temps, nous passons du livre au journal.

Toutes les considérations ci-dessus sont à prendre pour ce qu’elles sont : des approximations sommaires sur l’histoire de la lecture et de ses représentations. N’y voyez qu’un prétexte pour aborder ce thème multiforme et son traitement sur internet où  il est présent sur de nombreux sites : Portraits de lecteurs ou Reading and Art y sont entièrement consacrés ; des sélections d’images sont proposées sur le blog de Patricia Putoy dans une série intitulée Energie renouvelable : la lecture, mais aussi dans Mes petites idéesFluctuat, La petite maison des arts, Les mille étangs, Harriet Devine’s Blog… Cependant, si vous souhaitez une sélection à la fois très étendue et bien référencée, je vous conseille de visiter la base Joconde et sa sélection sur la lecture.

Pour la lecture féminine spécifiquement, voir les sélections qui accompagnent des recensions des ouvrages de Stefan Bollmann sur La marchande de nuages, Thé au jasminL’internaute, Enigm-artPour une étude d’un portrait de lectrice en peinture, voir l’article d’Odete Jubilado, “Lorsque le tableau est une fenêtre ouverte sur la lecture…“, consacré en bonne partie à La liseuse de Fragonard.

Vous aurez remarqué que les représentations de lecteurs que je vous ai présentées sont essentiellement des tableaux. Et qu’en est-il de la sculpture ? Les documents sur le sujet semblent plus rares et il  me faudra sans doute y revenir. En attendant, je vous propose de rechercher dans la base Joconde ou de découvrir les quelques lectrices statufiées sélectionnées par Wikipedia.

A voir aussi,  L’éducation maternelle du sculpteur Eugène Delaplanche, qui n’est pas sans rappeler la représentation traditionnelle de Sainte Anne faisant lire la Bible à Marie.

Enfin je vous renvoie à une statue en bronze réalisée en Allemagne au début du XXe siècle et intitulée … Bücherwurm ! Et la boucle est bouclée…

Bibliographie succincte

Il n’y a pas qu’internet et pour approfondir  ce qui précède,  voici une petite bibliographie à compléter au fil de mes propres découvertes et de vos suggestions.

Sur la lecture et sa représentation en générale

François Dupuigrenet Desroussilles (dir). La symbolique du livre dans l’art occidental du haut Moyen Age à Rembrandt. Bordeaux : Société des Bibliophiles de Guyenne ; Paris : Institut d’étude du livre, 1995.

Alberto Manguel. Une Histoire de la lecture,  essai traduit de l’anglais par Christine Le Boeuf. Arles : Actes Sud, 1998.

Fritz Nies. Imagerie de la lecture : exploration d’un patrimoine millénaire de l’Occident. Paris : Presses universitaires de France, 1995.

Sur la lecture féminine

Les ouvrage sur le sujet sont nombreux. Je rappellerai d’abord ceux de Stefan Bollmann, préfacés par Laure Adler, Les femmes qui lisent sont dangereuses (2006)et sa suite, Les femmes qui lisent sont de plus en plus dangereuses (2011). Il s’agit de beaux livres, l’essentiel de l’ouvrage étant consacré à l’iconographie. Voir leur présentation sur le site de Flammarion et sur Parutions.com.

Voici quelques autres ouvrages, plus universitaires :

Lectrices : au miroir des femmes, textes rassemblés par Marianne Camus et Françoise Rétif. Dijon : Éditions universitaires de Dijon, 2004.

Lectrices d’Ancien Régime, actes du colloque, 27-29 juin 2002, UFR ALC, Université de Rennes II, sous la dir. de Isabelle Brouard-Arends. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2003.

Livres et lectures de femmes en Europe entre Moyen-Âge et Renaissance,  colloque international tenu à l’Université de Lille 3, les 24, 25 et 26 mai 2004,  textes réunis par Anne-Marie Legaré. Turnhout : Brepols, DL 2007.

Sandrine Aragon. Des liseuses en péril : les images de lectrices dans les textes de fiction de “La Prétieuse” de l’abbé de Pure à “Madame Bovary” de Flaubert (1656-1856). Paris : H. Champion, 2003. Texte remanié de la thèse de l’auteur.

Jean Mainil. Don Quichotte en jupons ou Des effets surprenants de la lecture Texte imprimé essai d’interprétation de la lectrice romanesque au dix-huitième siècle. Paris : Éditions Kimé, 2007.

Noë Richter. Les femmes et la lecture au dix-neuvième siècle. Bernay : Société d’histoire de la lecture, 2004.

Alexandre Wenger. La fibre littéraire : le discours médical sur la lecture au XVIIIe siècle. Genève : Droz, 2007. Texte remanié d’une thèse de doctorat soutenue à Genève en 2005.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Livres censurés, livres de l’Enfer

Au sujet de la censure des livres, voici quelques références. A compléter…

100 livres censurés

Paru en 2010 aux éditions du Chêne, ce livre d’Emmanuel Pierrat est ainsi présenté sur le site Le choix des libraires :

Chefs-d’oeuvre romanesques, essais de génie, théories novatrices… 100 livres relatifs à la sexualité, la religion, la politique, le pouvoir, la science ou encore la drogue et la sorcellerie et ayant tous fait l’objet de condamnations, d’anathèmes, d’autodafés et autres mises à l’index, sont ici présentés par Emmanuel Pierrat, avocat bibliophile et spécialiste de la censure. À travers un parcours érudit et joyeux, et à l’aide d’anecdotes et de mises en perspective, l’auteur nous raconte l’histoire de ce patrimoine culturel de l’humanité, qui a pour point commun d’avoir bousculé idées reçues et pouvoirs en place. Des nouveaux contes de La Fontaine aux révolutions des sphères célestes de Copernic, de Darwin à Hugo, en passant par Diderot et Soljénitsyne ou Nabokov, ce sont autant d’histoires de livres et d’écrivains édifiantes, servies par une plume alerte et une iconographie variée.

Emmanuel Pierrat, avocat bibliophile et spécialiste de la censure, invite, à travers une centaine de livres relatifs à la sexualité, la religion, la politique, le pouvoir, la science ou encore la drogue et la sorcellerie, à redécouvrir des chefs d’œuvre romanesques, des essais de génie, des théories novatrices ayant tous fait l’objet de condamnations, d’anathèmes, d’autodafés et autres mises à l’index. Des Contes de La Fontaine à la Théorie des planètes de Copernic, de Darwin à Sade, en passant par Diderot et L’Archipel du Goulag ou Lolita, ce sont autant d’histoires de livres et d’écrivains édifiantes, servies par une plume alerte et une iconographie allant des livres en cage aux pages caviardées, des « unes » dénonçant le scandale aux portraits des gens de lettres stigmatisés. L’auteur nous raconte, à l’aide d’anecdotes et de mises en perspective, l’histoire de ce patrimoine culturel de l’humanité, qui a pour point commun d’avoir bousculé idées reçues et pouvoirs en place.

Voir aussi d’Emmanuel Pierrat

L’Enfer de la Bibliothèque nationale

Quelques généralités

Un billet paru dans L’Œil électronique, également disponible sur le blog  Biblio.

La bibliographie de Guillaume Apollinaire (1880-1918)

Guillaume Apollinaire s’y connaît un peu en matières de livres érotiques censurés : Les Onze mille verges sont parues pour la première fois en 1907, Les Exploits d’un jeune Don Juan en 1911.

En 1913, avec Fernand Fleuret et Louis Perceau, il fait paraître au Mercure de France L’Enfer de la Bibliothèque nationale : icono-bio-bibliographie descriptive, critique et raisonnée, complète à ce jour de tous les ouvrages composant cette célèbre collection avec un index alphabétique des titres et noms d’auteurs. Cette bibliographie de 415 pages  aura une 2e édition la même année chez le même éditeur.

Léger changement de titre en 1919 pour la parution d’une nouvelle édition dans la Bibliothèque des curieux : L’Enfer de la Bibliothèque nationale : bibliographie méthodique et critique de tous les ouvrages composant cette célèbre collection, avec une préface, un index des titres et une table des auteurs. Celle-ci connaîtra 3 rééditions en fac-similé par Slatkine (1970), Martino publishing (2002) et Ressouvenances (2009).

La bibliographie de Pascal Pia (1903-1979)

Les Livres de l’Enfer : bibliographie critique des ouvrages érotiques dans leurs différentes éditions du XVIe siècle à nos jours. Paris : C. Coulet et A. Faure, 1978. 2 vol., 839 p.

Les livres de l’Enfer : bibliographie critique des ouvrages érotiques dans leurs différentes éditions du XVIe siècle à nos jours. Paris : Fayard, 1998. 887 p.

L’exposition “Eros au secret” (BNF, 4 décembre 2007 au 2 mars 2008)

L’Enfer de la Bibliothèque : Éros au secret.  Bibliothèque nationale de France, 2007. 460 p.

Bibliographie disponible sur le site de la BNF.

Présentation dans les Chroniques de la BNF.

Communiqué de presse sur le site de la BNF :

Dans les années 1830, les ouvrages imprimés dits « contraires aux bonnes mœurs » publiés sous le manteau, poursuivis ou condamnés, sont séparés du reste des collections de la Bibliothèque royale et rassemblés afin de constituer une section distincte intitulée Enfer et conservée à la Réserve des livres rares. Quelques années plus tard, le cabinet des Estampes procède à l’identique.

Dès lors, l’Enfer devient un lieu mythique, objet de toutes les curiosités et de tous les fantasmes. Pour la première fois, la Bibliothèque nationale de France expose cette part obscure de ses collections et lève le voile sur l’Enfer.

A travers plus de 350 œuvres, un double parcours est offert au public. L’un explore le contenu de l’Enfer : quels sont les livres, les documents, les images que l’on a classés là ? L’autre concerne son histoire : comment l’Enfer s’est-il constitué au département des Imprimés et au département des Estampes ? Comment a-t-il évolué ?

« Avec l’Enfer, nous entrerons dans la littérature telle qu’elle n’est pas enseignée », annoncent les commissaires de l’exposition qui ajoutent : « de l’Arétin aux romans libertins du XVIIIe siècle, nous nous aventurerons dans un monde imaginaire où les personnages obéissent à toutes les fantaisies du désir ; avec Sade, nous accéderons à la volupté quand elle s’accorde avec le crime ; nous ferons entendre l’excès de la parole pamphlétaire, quand le discours politique devient pornographique. Nous nous engagerons dans le monde de l’anonymat, du pseudonyme, des fausses adresses, des dates trompeuses. Un regard sur l’édition clandestine, plus précisément aux XIXe et XXe siècles, permettra d’entrevoir ses réseaux, et ses supercheries ».

Outre Sade, plusieurs grandes figures de la littérature rythmeront l’exposition, tels Guillaume Apollinaire, à l’origine, en 1913, du premier catalogue imprimé de L’Enfer de la Bibliothèque nationale, Pierre Louÿs, Georges Bataille ou Pierre Guyotat, mais aussi quelques autres, acteurs méconnus ou à jamais anonymes de la célébration de l’érotisme et du sexe.

Une large place sera offerte aux premières manifestations de la photographie pornographique ainsi qu’aux estampes japonaises, entrées à la Bibliothèque grâce à la générosité des premiers collectionneurs occidentaux.

Pénétrer dans l’Enfer de la Bibliothèque, c’est plonger dans l’atmosphère des lieux clos, celle des couvents, des boudoirs, des bordels, des prisons mais aussi des bibliothèques.

Si la cote « Enfer » apparaît sous le règne de Louis-Philippe, elle n’est en aucune façon une création du pouvoir ou une décision du législateur mais elle relève de la seule décision de la Bibliothèque. Nous montrerons à travers des catalogues, des circulaires, des correspondances, comment l’Enfer s’est enrichi, comment, d’une cote « mal famée », on est passé à un objet reconnu par le monde de la recherche et de la bibliophilie. Pour chaque lecteur, elle demeure, encore aujourd’hui, le territoire obscur et brûlant de l’interdit et du désir.

Voir aussi sur ce thème le dossier “Erotisme et pornographie” dans la Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 7, 2001.

Autres bibliothèques, autres enfers

Voici quelques enfers évoqués par Emmanuel Pierrat sur le site du Dilettante :

Il existe d’ailleurs un modèle mythique à ce type d’Enfer : tous les amateurs de curiosa savent que la plus impressionnante et la plus ancienne des collections de porn books est conservée à la Bibliothèque vaticane. Mais il est aussi un Enfer, dénommé Réserve spéciale, à la Bibliothèque de l’Arsenal, un Private Case à la British Library, une section réservée à Saint-Petersbourg…

Sur l’enfer de la Britih Library, voir The Private case : an annotated bibliography of the private case erotica collection in the British (museum) library, de Patrick J. Kearney parue en 1981 et complétée sur le site de l’auteur. Une présentation de cet ouvrage figure dans Studies in human sexuality: a selected guide de Suzanne G. Frayser etThomas J. Whitby.

D’autres bibliothèques que ces prestigieux établissement ont leur enfer, comme la Bibliothèque municipale de Lisieux.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le baron de La Hontan et son ombre

Dans une chronique du 8 mars dernier sur les dangers de la lecture, j’annonçais de prochaines chroniques sur les auteurs qui se sont heurtés à la censure et à l’intolérance religieuse au cours des siècles passés. J’avais laissé ce chantier de côté jusqu’à une chronique sur l’abbé Raynal en septembre dernier. J’y reviens maintenant pour le baron de La Hontan.

Biographie

Sa vie est ainsi résumée sur Weblettres

Le baron de La Hontan (1666-1716) : fils d’un gentilhomme ruiné du Béarn, il part à dix-sept ans pour le Canada, avec les troupes de la Marine envoyées par la France pour coloniser le pays et combattre les Iroquois. Participant aux expéditions militaires, il explore la région des grands lacs, découvre la vie des Amérindiens, et juge sévèrement les méthodes de colonisation. Il en ramène des récits de voyage qui connaîtront un grand succès au début du XVIIIe siècle (voir ci-dessous). En 1693, il remplit l’office de lieutenant du roi à Terre-Neuve. Il s’enfuit la même année et parcourt l’Europe. A la fin de sa vie, il se lie d’amitié avec Leibniz et termine ses jours à Hanovre.

Pour plus de détails, voir

Wikipedia

La bibliothèque indépendantiste (ajout du 22 février 2013)

Bibliographie universelle de Michaud dans Google livres,

Dictionnaire biographique du Canada en ligne

Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française

L’article de Henri Froidevaux “Un document inédit sur Lahontan” (Journal de la Société des Américanistes, 1903, vol. 4, n° 4-2, p. 196-203), disponible dans Persée, porte uniquement sur un épisode de la vie de La Hontan du temps où il était réfugié aux Provinces-Unies.

Bibliographie

Victor Hugo Paltsits. Bibliography of the writings of baron Lahontan. Chicago : A. C. Mc Clurg, 1905. In-16, paginé LI-XCIII. Separate from the Reprint of “La Hontan’s New voyages to North-America, edited by Reuben Gold Thwaites”

Œuvres complètes

Œuvres complètes, éd. critique par Réal Ouellet. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 1990. (Bibliothèque du nouveau monde)

Voyages dans l’Amérique septentrionale

Nouveaux voyages de M. le baron de La Hontan dans l’Amérique septentrionale. La Haye : les frères L’Honoré, 1703. 2 tomes. Les 2 tomes sur >Gallica, et tome 1 sur Google.

Voyages du baron de La Hontan dans l’Amérique septentrionale. Amsterdam : chez François L’Honoré, 1705. Tome 1 sur Google.

Un outre-mer au XVIIe siecle : voyages au Canada du baron de La Hontan, Paris : Plon-Nourrit et Cie, 1900. Archive internet et Gallica.

Dialogues de M. le baron de Lahontan et d’un sauvage

C’est l’œuvre la plus connue de La Hontan, celle qui a eu le plus d’influence sur ses contemporain avec son mythe du bon sauvage repris par Diderot ou Voltaire. Pourtant, comme le rappelle dans une chronique du 17 mars dernier Bertrand Galimard-Flavigny, ils sont généralement attribués à Nicolas Gueudeville.

Les éditions anciennes en ligne

Dialogues de M. le baron de Lahontan et d’un sauvage, dans l’Amérique : contenant une description exacte des moeurs et des coutumes de ces peuples sauvages ; Avec les voyages du même en Portugal et en Danemarc… Amsterdam : Vve de Boeteman, 1704. Gallica, Google livres et Archive.org.

Suite du Voyage de l’Amérique, ou Dialogue de M. le baron de Lahontan et d’un sauvage de l’Amérique :contenant une description exacte des moeurs et coutumes de ces peuples sauvages, avec les voiages du même en Portugal et en Danemarc… Amsterdam : Vve de Boeteman, 1728. Gallica. Le catalogue de la BNF, qui se fie à Barbier, l’attribue à Nicolas Gueudeville.

Les éditions récentes

Dialogues curieux entre l’auteur et un sauvage de bon sens qui a voyagé et Mémoires de l’Amérique Septentrionale, publiés par Gilbert Chinard. The Johns Hopkins Press, Baltimore, Maryland. A. Margraff, Paris. Oxford University Press, London, 1931. (cf. Bookinerie.com)

Dialogues avec un sauvage / introduction et notes par Maurice Roelens. Paris : Éditions sociales, 1973.

Dialogues de Monsieur le baron de Lahontan et d’un sauvage dans l’Amérique , éd. présentée, établie et annotée par Henri Coulet. Paris : Desjonquères, 1992. Réédité en 1993 et 2007.

Dialogues curieux entre l’auteur et un sauvage de bon sens qui a voyagé, texte établi et présenté par Thierry Galibert. Arles : Sulliver : 2005.

Des extraits sont proposés sur les sites suivants

Littérature Québecoise

Apophtegme

Séminaire de romanistique de l’Université de Fribourg

La réception

Voir ce qu’en disent des contemporains de La Hontan, comme Jacques Basnage dans le vingtième volume de so Histoire des ouvrages des sçavants (1704), Jonathan Carver dans Voyage dans les parties intérieures de l’Amérique septentrionale (1734) ou les auteurs du dix-huitième tome de la Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savans de l’Europe, (1737). Dans ce dernier ouvrage, les fameux dialogues sont déjà attribués à Gueudeville.

Voir aussi des études récentes :

Paola Basile. La Hontan et l’évolution moderne du mythe du bon sauvage. Mémoire de maîtrise : Unversité McGill (Montréal), 1997. En ligne.

Réal Ouellet. “Lahontan et Exquemelin : deux exemples de dérive textuelle (XVIIe-XVIIIe siècles)”, Tangence, n° 74, hiver 2004, p. 45-57. Erudit.

Et qu’en est-il de Nicolas Gueudeville ?

Pour le savoir, je vous renvoie à un article bien documenté de Wikipédia qui renvoie notamment à la Biographie rouennaise de Théodore Eloi Lebreton (1865), disponibe sur Google :

GUEUDEVILLE (Nicolas), ne en 1652, d’un médecin de Rouen , embrassa la vie monastique dans la congrégation des Bénédictins de Saint-Maur, et fit profession dans l’abbaye de Jumiéges, le 8 juillet 1671. 11 commençait à se distinguer dans la prédication, lorsque son esprit d’indépendance et la singularité de ses opinions sur les matières les plus respectables lui attirèrent les reproches de ses supérieurs. Pour éviter les punitions qu’on était sur le point de lui infliger, Gueudeville résolut de prendre la fuite , ce qu’il exécuta en escaladant les murs de son couvent.

S’étant retiré en Hollande, il y embrassa le calvinisme, se maria et alla ensuite s’établir à Rotterdam, où il se livra à l’enseignement de la langue latine. Comme il écrivait avec beaucoup de facilité, il songea à faire ressource de sa plume et publia à La Haye, en 1699, sous le voile de l’anonyme, une espèce de journal intitulé : Esprit des Cours de l’Europe, publication qui eut une grande vogue dans ce pays, à cause des traits satiriques qu’il contenait contre les ministres de France.

M. d’Avaux, notre ambassadeur, demanda et obtint, en 1701, la suppression de ce pamphlet périodique ; mais, après son départ, Gueudeville reprit sa publication sous le nouveau titre de : Nouvelles des Cours de l’Europe, et la continua avec succès tant que les circonstances lui fournirent les moyens d’amuser la malignité publique, ce qui dura jusqu’en 1710. La collection de ce journal se compose de dix-huit volumes in-12.

Les principaux ouvrages de ce publiciste, qui a beaucoup écrit dans tous les genres et fait un grand nombre de traductions , sont : le Grand Théâtre historique universel, Leyde , 1705 , 5 vol. in-fol., fig., traduction libre d’un ouvrage allemand d’Imhof ; Atlas historique, ou Nouvelle Introduction à l’histoire, avec un supplément par Limiers, Amsterdam, 1713-1721, 7 vol. in-fol. ; Eloge de la Folie, par Erasme , Leyde , 1713, in-12, traduction ; Comédies de Plaute , Leyde , 1719; Colloques d’Erasme , Leyde , 1750 , 6 vol. in-12 ; Traité de Corneille Agrippa sur la noblesse et excellence du sexe féminin , avec une traduction sur l’instabilité et vérité des sciences, Leyde ‘, 1726, 3 vol. in-8. Malgré le nombre de ses ouvrages, Gueudeville mourut à La Haye , vers 1720, dans un état voisin de la misère.

Voir aussi, sur ses idées politiques et sociales :

Myriam Yardeni. “Gueudeville et Louis XIV. Un précurseur du socialisme, critique des structures sociales louis-quatorziennes”, Revue d’histoire moderne et contemporaine, T. 19, n° 4 (oct. – dec., 1972), p. 598-620. Cet article, accessible sur Gallica, a été repris dans l’ouvrage du même auteur, Enquêtes sur l’identité de la “nation France” de la Renaissance aux Lumières, 2005, p. 218 et suiv.

Aubrey Rosenberg. Nicolas Gueudeville and his work (1652-172?). La Haye : Martinus Nijhoff, 1982. Voir sur cet ouvrage une chronique de Michèle Mat parue dans la Revue belge de philologie et d’histoire, 1986 , vol. 64 n° 4, p. 865-866, disponible sur Persée.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’abbé Raynal

Parmi les plus éminents acteurs des Lumières, l’abbé Raynal est quelque peu oublié aujourd’hui. Avec le site Sur les pas de l’abbé Raynal, la Société d’Etude Guillaume-Thomas Raynal répare cette injustice, en rappelant sa place auprès de Diderot, avec lequel il collabore pour la fameuse Encyclopédie et l’Histoire des deux Indes, de Rousseau, qu’il encourage à publier son fameux discours à l’Académie de Dijon sur progrès des sciences et des arts, ou de Voltaire, qui le recommande auprès de l’Académie de Berlin.

Vous pouvez découvrir ses œuvres sur Gallica ou dans la liste proposée par Wikipédia.

Histoire des deux Indes

L’abbé Raynal est surtout connu pour son Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens dans les deux Indes, dont la première édition est de 1770. Il y en aura beaucoup d’autres. Il y rejoint d’autres grands noms du XVIIIe siècle dans sa condamnation de l’esclavage. L’ouvrage fait l’objet, en 1781, d’une condamnation du Parlement “à être lacéré et brûlé par l’exécuteur de la Haute-Justice” ce qui contraint l’auteur à s’exiler quelques années.

Listes non exhaustives des diverses éditions avec les liens vers les versions en ligne. (Mise à jour du 15 mars 2011 :  voir la présentation des 49 éditions de l’Histoire des deux Indes sur le site présenté ci-dessus, et merci à Gilles Bancarel)

Amsterdam : [s.n.], 1770. 6 vol. in-8. Disponible sur Gallica : t.1 (+ 2e ex. ) ; t.2 ; t.3 ; t.4 ; t.5 ; t.6

Amsterdam : [s.n.], 1772. 6 vol. in-8.

Amsterdam : [s.n], 1773. 6 vol.

Amsterdam, La Haye : Gosse fils, 1773-1774. 7 vol. in-12. Partiellement disponible sur Google livres : t.1

Amsterdam : J.-P. Dufour, 1775.  7 vol. in-8

Genève : chez les libraires associés, 1775.  3 vol. in-4 + 1 atlas. in-4. Voir sur Gallica les illustration de Charles Eisen et de Marillier

La Haye : Gosse fils, 1776. 7 vol. in-12. Partiellement disponible sur Google livres : t.6

Genève : J.-L. Pellet, 1780. 8 vol. in-12

Genève : J.-L. Pellet, 1780. 4 vol. in-4 + 1 atlas in-4

Genève : [s.n.], 1781. 10 vol. in-12. Disponible sur Gallica :  t.1 ; t.2 ; t.3 ; t.4 ; t.5 ; t.6 ; t.7 ; t.8 ; t.9 ; t.10 [Liens à faire]

[Liste à compléter]

Lettre à l’Assemblée nationale

Précurseur de la Révolution, il en condamne les excès dans une longue lettre à l’Assemblée nationale lue lors de la séance du 31 mai 1791. Ce texte est reproduit, ainsi que la réponse de Robespierre, dans l’ouvrage de Prosper-Charles Roux, Histoire parlementaire de la révolution française, t. 9, p. 461-468 (cf. Google livres).

Voir aussi  parmi les condamnations contemporaines de cette Lettre :

  • la brochure Boissy d’Anglas, à Guillaume-Thomas Raynal, sur sa lettre à l’Assemblée, 1791 (cf. Gallica)
  • les réflexions de M. de Sinety contenues dans les Archives parlementaires (cf. Gallica).

Par contre, bien des années après cet événement, Lucien Bonaparte cite cette Lettre en termes élogieux dans ses Mémoires parus en 1836 (cf. Gallica).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Livres interdits : quelques références

Livres interdits et censure au XVIIe siècle

Ce site du CRHL17 – Centre de recherches sur l’histoire du livre au XVIIe siècle propose notamment

une importante bibliographie rétrospective complétée par une bibliographie annuelle de 2000 à 2007, mais aucune depuis cette date…

un répertoire général des livres interdits, défendus, clandestins, des libelles, pamphlets, et autres “mauvais livres” du XVIIe siècle (1661-1715)

Dictionnaire critique, littéraire et bibliographique des principaux livres condamnés au feu, supprimés ou censurés

Paru en 1806 sous la plume du bibliographe, bibliophile et bibliothécaire – mais ces trois termes sont-ils séparables ? – Gabriel Peignot, ce classique comporte 2 volumes accessibles sur internet :

Tome 1. Sur Gallica et sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

Tome 2. Sur Google livres

Il a fait l’objet d’un reprint en 1966.

Index librorum prohibitorum

C’est évidemment la référence sur les livres interdits en pays catholiques et un vrai guide du bibliophile, les ouvrages condamnés étant par définition difficiles à trouver. Pour plus d’information sur ce symbole de la censure ecclésiastque, voir

Wikipédia.org

Le blog du bibliophile. Voici un extrait d’un billet du 3 août 2007 :

Pour un livre, dans une Europe très catholique, la mise à l’index signifiait souvent un “arrêt de mort” puisqu’il pouvait par exemple être mis au bûcher.

C’est au 16ème siècle que le pape Paul IV publia le premier index. Vous ne serez pas surpris d’apprendre que ce fût à la demande de l’Inquisition. Cette liste fût ensuite confirmée en 1564 au Concile de Trente aboutissant peu après à la création d’une Congrégation de l’Index (1571), chargée de remettre à jour la fameuse liste, d’elle même ou sur l’ordre du pape.

Ce que vous savez peut-être moins, c’est que l’Index fût régulièrement complété et mis à jour jusqu’en 1948, et la 32ème édition, qui contenait alors 4000 livres prohibés pour des raisons diverses (“hérésie”, ce qui ouvre des possibilités assez larges, mais aussi immoralité, licence sexuelle, etc.). Des suppléments furent ajoutés jusqu’en 1961, avant la suppression de l’index par Vatican II en 1966.

Franz Heinrich Reusch, Der Index der verbotenen Bücher : ein Beitrag zur Kirchen- und Literaturgeschichte, 1883-1886, consultable sur Archive.org :

Tome 1 (ex. 1ex. 2 ; ex. 3ex. 4)

Tome 2, 1ère section (ex. 1ex. 2 )

Tome 2, 2e section ( ex. 1ex. 2)

Plusieurs éditions sont accessibles sur internet :

  1. 1569. Sur Google livres

  2. 1596. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  3. 1597.Sur Google livres

  4. 1664.Sur Google livres

  5. 1667. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  6. 1704. Sur Google lixres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  7. 1711. Sur Google livres

  8. 1717. Sur Google lixres

  9. 1726. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

  10. 1744. Sur Google livres

  11. 1747. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

  12. 1758. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  13. 1770. Sur Google livres

  14. 1786. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  15. 1806. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

  16. 1819. Sur Google livres

  17. 1821. Sur Google livres

  18. 1834. Sur Google livres

  19. 1835. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex.3 ; ex. 4)

  20. 1838. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

De l’horrible danger de la lecture

Cette chronique est consacrée à ce vice impuni (?), la lecture. Elle doit son nom à un texte satirique de 1765, dans lequel Voltaitre s’en prend à l’intolérance religieuse et à la censure obscurantiste. Il n’est pas très difficile à trouver sur internet : Continuer la lecture de De l’horrible danger de la lecture

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts