Archives de catégorie : Extraits d’une bibliothèque familiale

Ouvrages et gravures anciennes de ma bibliothèque familiale

Deux gravures d’après Jenny Berger-Desoras

Je voudrais vous présenter ici deux autres gravures, cette fois d’après Jenny Berger-Desoras. Tout comme les gravures abolitionnistes d’après George Morland que je vous ai présentées en janvier dernier, elles me sont chères, même si les exemplaires auxquels je pense ne sont pas en couleur, au contraire de ceux que j’ai pu trouver en ligne. Les deux tableaux dont elles sont inspirées figuraient en 1817 (qu’en est-il aujourd’hui ?) dans les collections du musées de la ville de Lille.

Comme vous le verrez, les sujets sont plus légers que pour les gravures faites d’après Georges Morand ou Pierre-Alexandre Wille, sans aller jusqu’à friser l’érotisme coquin du Réfractaire amoureux. Autant de gravures que j’ai connu grâce aux collections familiales…

Continuer la lecture de Deux gravures d’après Jenny Berger-Desoras

Deux gravures, deux peintures, une histoire ?

Voici deux gravures réalisées par Jean-Jacques Avril (1744-1831) d’après deux peintures de Pierre-Alexandre Wille (1748-1821). Ces dernières sont conservées aujourd’hui à Briancourt au musée national de la coopération franco-américaines qui les a acquises en 1931. Elles ont d’abord appartenu à la famille de Maistre, puis à la galerie Van den Beigh et à Anne Morgan.

Continuer la lecture de Deux gravures, deux peintures, une histoire ?

Deux gravures abolitionnistes d’après George Morland

Je souhaite vous présenter brièvement deux gravures qui me sont chères, car je les connais depuis fort longtemps. Réalisées à la fin du XVIIIe siècle d’après deux tableaux du peintre  anglais George Morland mais imprimées en France, elle représentent des sujets favorables à l’abolition de l’esclavage et de la traite. Elles sont contemporaines de la première abolition en 1794.

Dénommé aussi The Slave Trade, le tableau Execrable human Traffick, or The Affectionate Slaves a été peint en 1789. Les gravures dont il a fait l’objet en France s’intitulent Traite des nègres. En noir et blanc (voir plus de détails ici) …

Continuer la lecture de Deux gravures abolitionnistes d’après George Morland

Un mot sur Jean de La Brète

Connaissez vous Mon oncle et mon curé, charmant roman paru pour la première fois en 1889 ? Il connut de nombreuses rééditions jusqu’en 1977, dont deux dans la très populaire collection Nelson, et fut même porté à l’écran en 1939. C’est dire son succès durable auprès du public.

Il s’agit du premier livre de Jean de La Brète, pseudonyme d’Alice Cherbonnel (1858-1945). Cette native de Saumur a publié trente-six romans de 1889 à 1939, dont deux, Mon oncle et mon curé et Un vaincu, furent couronné le prix Montyon de l’Académie française, qui récompense l’ouvrage littéraire le plus utile aux mœurs.

Continuer la lecture de Un mot sur Jean de La Brète

Le Réfractaire amoureux

Agrandir l’image

L’estampe ci-dessus date des année 1792-1794. C’est un des deux exemplaires (NB : l’autre est sans lettres) figurant dans un des 169 recueils d’estampes relatives à l’histoire de France de la collection Michel Hennin de la BnF, pour être précis dans le tome 123 qui contient un grand nombre de gravures des années 1789-1794. Léguée en 1863 par Michel Hennin au département des Estampes de la Bibliothèque Impériale, cette collection est avec celle du baron de Vinck une les deux grandes collections d’estampes d’Histoire de France. Elle ne comporte pas moins de 14807 pièces allant de 1650 à 1820 (cf. Henri Bouchot, Le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale : guide du lecteur et du visiteur).

Continuer la lecture de Le Réfractaire amoureux

L’histoire de France racontée par les contemporains

En fouillant dans un casier du bureau de mon père, j’ai découvert plusieurs ouvrages ayant vraisemblablement appartenu à mon arrière-grand-père : ils traitent pour la plupart de différentes périodes du Moyen-Âge et datent de la fin du XIXe siècle.

Après une petite recherche, j’ai constaté qu’ils appartiennent à une sous-collection de 65 volumes intitulée L’histoire de France racontée par les contemporains qui a été active de 1876 à 1897 avec comme éditeur scientifique l’historien Berthold Zeller. Elle s’insérait dans une collection plus vaste, éditée en format petit in-16 par la Librairie Hachette et Cie : la Petite bibliothèque illustrée.

Continuer la lecture de L’histoire de France racontée par les contemporains

Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

J’ai abandonné Eugénie Grandet. Je me suis mis au travail, mais sans courage. L’Autodidacte, qui voit que j’écris, m’observe avec une concupiscence respectueuse. De temps en temps, je lève un peu la tête, je vois l’immense faux col droit d’où sort son cou de poulet. Il porte des vêtements râpés, mais son linge est d’une blanchisseur éblouissante. Sur le même rayon il vient de prendre un autre volume, dont je déchiffre le titre à l’envers: La Flèche de Caudebec, chronique normande par Mlle Julie Lavergne. Les lectures de l’Autodidacte me déconcertent toujours.
Tout d’un coup les noms des derniers auteurs dont il a consulté les ouvrages me reviennent à la mémoire: Lambert, Langlois, Lastex, Lavergne. C’est une illumination ; j’ai compris la méthode de l’Autodidacte : il s’instruit dans l’ordre alphabétique.
Je le contemple avec une espèce d’admiration. Quelle volonté ne lui faut-il pas pour réaliser lentement, obstinément un plan de si vaste envergure? Un jour, il y a sept ans (il m’a dit qu’il étudiait depuis sept ans) il est entré en grande pompe dans cette salle. Il a parcouru du regard les innombrables livres qui tapissent les murs et il a dû dire, à peu près comme Rastignac: “A nous, Science humaine”. Puis il est allé prendre le premier livre du premier rayon d’extrême droite ; il l’a ouvert à la première page, avec un sentiment de respect et d’effroi joint à une décision inébranlable. Il en est aujourd’hui à L. K après J, L après K. Il est passé brutalement de l’étude des coléoptères à celle de la théorie des quanta, d’un ouvrage sur Tamerlan à un pamphlet catholique contre le darwinisme: pas un instant il ne s’est déconcerté. Il a tout lu; il a emmagasiné dans sa tête la moitié de ce qu’on sait sur la parthénogenèse, la moitié des arguments contre la vivisection. Derrière lui, avant lui, il y a un univers. Et le jour approche où il se dira, en fermant le dernier volume du dernier rayon d’extrême gauche: “Et maintentant?”

Jean Paul Sartre, La Nausée

Je diffère un peu de l’Autodidacte de Jean-Paul Sartre, car mes lectures tiennent plus du hasard que de la méthode préétablie. Si j’ai lu moi aussi quelques contes et nouvelles de Julie Lavergne (1823-1886), c’est que plusieurs de ses ouvrages figurent dans une annexe estivale de la bibliothèque familiale. Ils viennent de mes arrière-grands-parents dont les idées étaient sans doute en parfaite adéquation avec les écrits de cette monarchiste catholique.

Continuer la lecture de Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

L’Ami des enfans de Berquin

Dans la fameuse annexe de la bibliothèque familiale que j’ai plusieurs fois évoquée ici, j’ai découvert douze petits volumes in-16 de L’Ami des enfans (oui, ça s’écrivait comme ça avant la réforme orthographique de 1835) mis en ordre par Jean-Joseph Regnault-Warin (1773-1844) dans une édition de 1824 publiée à Paris chez Louis Mame-Delaunay (1775-1839). En cette période de Restauration, cet imprimeur-libraire royaliste juge bon de réimprimer ce qui fut initialement un périodique pour enfants français paru en vingt-quatre volumes in-12 aux cours des années 1782 et 1783 et qui eut un succès certain dans les dernières années de l’Ancien Régime. L’écrivain et pédagogue Arnaud Berquin (1747-1791) en était le fondateur ainsi que celui de L’Ami de l’adolescence paru les deux années suivantes. On trouve dans les deux périodiques des histoires morales, des dialogues, des drames en un, deux ou trois actes, des poèmes, visant toujours l’éducation enfantine, ce qui explique qu’après la tourmente révolutionnaire les éditions se succédent pendant tout le XIXsiècle bourgeois et bien pensant jusqu’en 1910. Voici ce qu’en dit le prospectus inséré dans le premier volume en janvier 1782 : Continuer la lecture de L’Ami des enfans de Berquin

Les Histoires et paraboles du Père Bonaventure et leurs suites

Un petit livre très-naïf et, dans le genre qui lui est propre, très-curieux, est : Les Paraboles du père Bonaventure, in-18,12 pag., Pont-à-Mousson, 1841; in-18, 10 pag., Épinal, Pellerin, S. D. Le véritable auteur est le père Giraudeau, jésuite, qui le publia en 1760, sous le pseudonyme de père Bonaventure. On l’a bien souvent réimprimé, notamment dans la Bibliothèque bleue de la veuve Oudot, et dernièrement encore la Société de Saint-Victor pour la propagation des bons livres, en a donné une édition complète sous le titre de: Histoires et paraboles du P. Bonaventure-Giraudeau, in-12, 261 pag., Plancy, 1850. Mais il n’y a peut-être pas deux exemplaires de ces éditions qui se ressemblent ou qui soient conformes à l’original. Il a été continué par Champion de Nilon, autre jésuite, en 1786. Dans les éditions que j’ai sous les yeux, il se compose de trois paraboles seulement (on en compte ordinairement environ une quarantaine), suivies chacune d’un commentaire ou paraphrase qui en explique le sens moral […]

Histoire des livres populaires et de la littérature de colportage par Charles Nisard

Une annexe de la bibliothèque familiale recèle un exemplaire des Histoires et paraboles du Père Bonaventure Giraudeau. Il s’agit d’une édition imprimée par J. Petit à Besançon en 1824, édition qui n’est visiblement pas celle que Charles Nisard a sous les yeux, car elle contient bien plus que trois paraboles. De 1766 à 1903, ce livre a connu plus de cent tirages ou rééditions, avec de fortes variations de contenu.

Continuer la lecture de Les Histoires et paraboles du Père Bonaventure et leurs suites

Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet

Quand j’étais enfant, je m’étais familiarisé avec la mythologie grecque dans un livre de Mario Meunier intitulé La Légende dorée des Dieux et des Héros. Plus tard, je découvrais l’ouvrage plus ardu de Robert Graves sur Les mythes grecques.

Aurais-je vécu à la fin du XVIIIe ou dans la première moitié du XIXe siècle, ç’aurait sans doute été grâce aux Lettres à Émilie sur la mythologie que j’aurais abordé ce domaine. Continuer la lecture de Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet