Archives de catégorie : Extraits d’une bibliothèque familiale

Ouvrages et gravures anciennes de ma bibliothèque familiale

Le Bon Genre n°65, Le Baiser à la Capucine

La gravure ci-dessus est identique à l’exemplaire que je possède. Elle appartient à la série Le Bon Genre, éditée par Pierre La Mésangère entre 1800 et 1822. En fait, Richard Le Menn – nous l’avons déjà rencontré à propos du Gôut du jour n° 29 – donne des détails précis tant sur cette série ainsi que sur le baiser à la Capucine représenté sur la gravure (cf. “Elégances françaises du XIXe siècle”, site La Mesure de l’Excellence). Je préfère donc lui laisser la parole avant d’y ajouter quelques précisions.

Continuer la lecture de Le Bon Genre n°65, Le Baiser à la Capucine

Le Goût du jour n° 29, L’Original

Image trouvée sur le site The Dayly Doll, à l’article “Charmant jabot”

La gravure ci-dessus ressemble comme une sœur à celle que j’ai chez moi, à ceci près que mon exemplaire porte en outre la mention “Le Goût du jour n° 29”.

Richard Le Menn en donne la description suivante : Le jeune homme porte les cheveux en arrière, une cravate attachée par un noeud sur un haut col, un jabot … ainsi qu’une châtelaine, comprenant un coeur, un carquois de Cupidon, un sceau … (cf. “Elégances françaises du XIXe siècle”, site La Mesure de l’Excellence).

Continuer la lecture de Le Goût du jour n° 29, L’Original

Musée grotesque n° 5, L’Arrivée. Un Anglais attaqué du Spleen, vient se faire traiter en France

De même que le traité d’Amiens, le traité du 30 mai 1814 fut suivi d’une véritable invasion pacifique. En 1814-15, comme en 1802-3, un grand nombre d’Anglais franchirent le détroit et vinrent se distraire en France (voir le Journal de Paris du 28 juin 1814). L’afflux des insulaires eut encore pour résultat la publication de nombreuses estampes satiriques. Mais tandis qu’en 1803 les caricatures contre les Anglais avaient un caractère nettement politique, celles qui parurent sous la Restauration ridiculisèrent surtout les moeurs des gens d’Outre-Manche

Extrait de la notice bibliographique de l’estampe à la BnF

Encore une gravure venue de l’héritage familial. Comme La Promenade à cheval présentée précédemment, elle a été publiée par Aaron Martinet (1762-1841), même si cela ne figure explicitement pas sur la gravure.En bas à droite de l’estampe, la mention “G. de Ca..” désigne le dessinateur et graveur Godissard de Cari, caricaturiste surtout connu par le Musée grotesque, un recueil de caricatures publié par Martinet sous la Restauration. L’exemplaire que j’ai en ma possession porte sur son bord supérieur “Musée Grotesque N° 5”. Je vous en donne ci-dessous une bien médiocre photographie…

Continuer la lecture de Musée grotesque n° 5, L’Arrivée. Un Anglais attaqué du Spleen, vient se faire traiter en France

Le Suprême bon ton n° 25, La Promenade à cheval, : à propos d’une estampe et de sa collection

Parmi les diverses estampes héritées de mes aïeux, La Promenade à cheval fait partie de mes préférées. Selon la notice de l’exemplaire accessible sur Gallica, elle aurait été éditée en 1815, et il est précisé sur la gravure “A Paris, chez Martlnet“. Il s’agit d’une maison fondée en 1796 par l’imprimeur-libraire Aaron Martinet (1762-1841), fils du graveur François-Nicolas Martinet (1731-1800?). Il sera actif comme libraire jusqu’en 1824, date à laquelle il se démet en faveur de son gendre Herménégilde-Honorat Hautecoeur (17.. -18..) ou à Étienne Rosier (17..-1842), les notices bnf.data étant un peu contradictoires sur ce point… Il continue à faire commerce d’estampes jusqu’à sa mort.

Continuer la lecture de Le Suprême bon ton n° 25, La Promenade à cheval, : à propos d’une estampe et de sa collection

Deux gravures d’après Jenny Berger-Desoras

Je voudrais vous présenter ici deux autres gravures, cette fois d’après Jenny Berger-Desoras. Tout comme les gravures abolitionnistes d’après George Morland que je vous ai présentées en janvier dernier, elles me sont chères, même si les exemplaires auxquels je pense ne sont pas en couleur, au contraire de ceux que j’ai pu trouver en ligne. Les deux tableaux dont elles sont inspirées figuraient en 1817 (qu’en est-il aujourd’hui ?) dans les collections du musées de la ville de Lille.

Comme vous le verrez, les sujets sont plus légers que pour les gravures faites d’après Georges Morand ou Pierre-Alexandre Wille, sans aller jusqu’à friser l’érotisme coquin du Réfractaire amoureux. Autant de gravures que j’ai connues grâce aux collections familiales…

Continuer la lecture de Deux gravures d’après Jenny Berger-Desoras

Deux gravures, deux peintures, une histoire ?

Voici deux gravures réalisées par Jean-Jacques Avril (1744-1831) d’après deux peintures de Pierre-Alexandre Wille (1748-1821). Ces dernières sont conservées aujourd’hui à Briancourt au musée national de la coopération franco-américaines qui les a acquises en 1931. Elles ont d’abord appartenu à la famille de Maistre, puis à la galerie Van den Beigh et à Anne Morgan.

Continuer la lecture de Deux gravures, deux peintures, une histoire ?

Deux gravures abolitionnistes d’après George Morland

Je souhaite vous présenter brièvement deux gravures qui me sont chères, car je les connais depuis fort longtemps. Réalisées à la fin du XVIIIe siècle d’après deux tableaux du peintre  anglais George Morland mais imprimées en France, elle représentent des sujets favorables à l’abolition de l’esclavage et de la traite. Elles sont contemporaines de la première abolition en 1794.

Dénommé aussi The Slave Trade, le tableau Execrable human Traffick, or The Affectionate Slaves a été peint en 1789. Les gravures dont il a fait l’objet en France s’intitulent Traite des nègres. En noir et blanc (voir plus de détails ici) …

Continuer la lecture de Deux gravures abolitionnistes d’après George Morland

Un mot sur Jean de La Brète

Connaissez vous Mon oncle et mon curé, charmant roman paru pour la première fois en 1889 ? Il connut de nombreuses rééditions jusqu’en 1977, dont deux dans la très populaire collection Nelson, et fut même porté à l’écran en 1939. C’est dire son succès durable auprès du public.

Il s’agit du premier livre de Jean de La Brète, pseudonyme d’Alice Cherbonnel (1858-1945). Cette native de Saumur a publié trente-six romans de 1889 à 1939, dont deux, Mon oncle et mon curé et Un vaincu, furent couronné le prix Montyon de l’Académie française, qui récompense l’ouvrage littéraire le plus utile aux mœurs.

Continuer la lecture de Un mot sur Jean de La Brète

Le Réfractaire amoureux

Agrandir l’image

L’estampe ci-dessus date des année 1792-1794. C’est un des deux exemplaires (NB : l’autre est sans lettres) figurant dans un des 169 recueils d’estampes relatives à l’histoire de France de la collection Michel Hennin de la BnF, pour être précis dans le tome 123 qui contient un grand nombre de gravures des années 1789-1794. Léguée en 1863 par Michel Hennin au département des Estampes de la Bibliothèque Impériale, cette collection est avec celle du baron de Vinck une les deux grandes collections d’estampes d’Histoire de France. Elle ne comporte pas moins de 14807 pièces allant de 1650 à 1820 (cf. Henri Bouchot, Le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale : guide du lecteur et du visiteur).

Continuer la lecture de Le Réfractaire amoureux

L’histoire de France racontée par les contemporains

En fouillant dans un casier du bureau de mon père, j’ai découvert plusieurs ouvrages ayant vraisemblablement appartenu à mon arrière-grand-père : ils traitent pour la plupart de différentes périodes du Moyen-Âge et datent de la fin du XIXe siècle.

Après une petite recherche, j’ai constaté qu’ils appartiennent à une sous-collection de 65 volumes intitulée L’histoire de France racontée par les contemporains qui a été active de 1876 à 1897 avec comme éditeur scientifique l’historien Berthold Zeller. Elle s’insérait dans une collection plus vaste, éditée en format petit in-16 par la Librairie Hachette et Cie : la Petite bibliothèque illustrée.

Vous en trouverez la liste ci-dessous où les titres sont classés par ordre chronologique des périodes concernées, de la Gaule à la fin du règne d’Henri IV. J’ai également tenté de vous donner les liens les versions numérisées existantes. Je n’en ai trouvé que quatre dans Gallica, mais heureusement Archive.org propose plus de quarante de ces petits recueils d’extraits :

Continuer la lecture de L’histoire de France racontée par les contemporains