Archives de catégorie : Thèmes

Le Darknet ou comment résister au pouvoir des puissants

Le Darknet n’est pas si sombre que ça et, malgré des dérives, reste un espace de liberté et de résistance aux puissants (Etats, multinationales, etc.). La preuve avec cette explication Jean-Philippe Rennard, docteur en économie, professeur à Grenoble Ecole de Management et auteur de Darknet : mythes et réalités (Ellipses, 2016. 2e éd. 2018) :

Continuer la lecture de Le Darknet ou comment résister au pouvoir des puissants

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La beauté du Nord, des terrils… et du traquet motteux

Jean-François Caron, maire de Loos-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais, parle de belle manière de son pays et de sa renaissance après le temps des mines.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La Commune est en lutte

Chanson de Jean-Roger Caussimon et Philippe Sarde
écrite pour le film Le Juge et l’Assassin de Bertrand Tavernier (1975)

Sans doute, mon amour, on n’a pas eu de chance
Il y avait la guerre
Et nous avions vingt ans
L’hiver de 70 fut hiver de souffrance
Et pire est la misère
En ce nouveau printemps…
Les lilas vont fleurir les hauteurs de Bell’ville
Les versants de la Butte
Et le Bois de Meudon…
Nous irons les cueillir en des temps plus faciles…

La Commune est en lutte
Et demain, nous vaincrons…

Suite du texte de la chanson

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Fins du monde – ou plutôt fins des temps médiévales,

Je poursuis mon tour d’horizon autour des fins du monde ou fins d’un monde par deux références sur la fin des temps telle qu’elle était au Moyen-Âge :

Huguette Taviani-Carozzi et Claude Carozzi (éd. et trad.). La fin des temps : terreurs et prophéties au Moyen Age. Nouv. éd. corr. et augm. Paris : Flammarion, 1999. (Champs, n° 446).

  • Cet ouvrage est paru initialement chez Stock en 1982, avec une préface de Georges Duby. D’ailleurs, seul le nom de Georges Duby apparaissait en gros sur la couverture : les éditeurs savent vendre, et tant pis pour ceux qui prennent la peine de traduire et éditer les textes…

Centre universitaire d’études et de recherches médiévales d’Aix. Fins des temps et temps de la fin dans l’univers médiéval. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 1993.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Romans de la fin d’un monde

Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles.
 
Nous avions entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins ; descendus au fond inexplorable des siècles avec leurs dieux et leurs lois, leurs académies et leurs sciences pures et appliquées, avec leurs grammaires, leurs dictionnaires, leurs classiques, leurs romantiques et leurs symbolistes, leurs critiques et les critiques de leurs critiques. Nous savions bien que toute la terre apparente est faite de cendres, que la cendre signifie quelque chose. Nous apercevions à travers l’épaisseur de l’histoire, les fantômes d’immenses navires qui furent chargés de richesse et d’esprit. Nous ne pouvions pas les compter. Mais ces naufrages, après tout, n’étaient pas notre affaire.
 
Élam, Ninive, Babylone étaient de beaux noms vagues, et la ruine totale de ces mondes avait aussi peu de signification pour nous que leur existence même. Mais France, Angleterre, Russie… ce seraient aussi de beaux noms. Lusitania aussi est un beau nom. Et nous voyons maintenant que l’abîme de l’histoire est assez grand pour tout le monde. Nous sentons qu’une civilisation a la même fragilité qu’une vie. Les circonstances qui enverraient les œuvres de Keats et celles de Baudelaire rejoindre les oeuvres de Ménandre ne sont plus du tout inconcevables : elles sont dans les journaux.

Paul Valéry, La Crise de l’ Esprit, première lettre (1919)

Avant la fin du monde à laquelle j’ai consacré trois chroniques récécentes, il y a eu de multiples fins d’un monde au cours de la longue histoire de l’humanité. Fin de l’Empire perse face à Alexandre, fin de l’Empire romain d’Occident par pourrissement interne, fin de la Chrétienté médiévale avec la déflagration de la Réforme.

Continuer la lecture de Romans de la fin d’un monde

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’effondrement et les collapsologues

Il y a une incompatibilité radicale entre notre système économique et politique et la biosphère. L’un ou l’autre doit mourir.

Pablo Servigne

Après l’anthropocène, il était inévitable que je m’intéresse aux notions d’effondrement et de collapsologie. Sur la question, l’Institut Monumentum est une mine d’informations, il est vrai un peu partiale, puisqu’il s’agit d’un laboratoire d’idées où se regroupent les principaux collapsologues français comme Pablo Servigne, l’inventeur du terme, et Yves Cochet. Ceux-ci sont souvent considérés comme des prophètes de malheur, des catastrophistes, un peu comme Cassandre pendant la guerre de Troie. Ces discours, qui dérangent notre confort, nos habitudes, nos certitudes, ont du mal à être entendus. Mais Cassandre avait raison et Troie s’est bien effondrée sous les assauts des Achéens. Alors, pourquoi ne pas s’intéresser un peu à ces idées qui nous dérangent, des fois que certaines se révèlent exactes ? En attendant mieux, voici un peu de documentation.

Continuer la lecture de L’effondrement et les collapsologues

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Anthropocène ou l’homme comme facteur géologique

Parmi les mots qui s’inscrivent avec insistance dans notre vocabulaire ces dernières années, deux forment une alliance singulière. l’apocalypse, vieux mythe qui mobilise plus que jamais philosophes, spécialistes des sciences sociales et critiques littéraires, et l’anthropocène, concept de géologie qui suscite désormais la discussion chez les historiens, les géographes, les anthropologues, etc. Le couple qu’ils forment suggère à la fois la fascination de la fin, l’idée que « l’homme » en est responsable et la banalisation d’un certain fatalisme devant l’échelle des phénomènes ; comment lutter contre une ère géologique ?

Jean-Paul Engélibert, Fabuler la fin du monde

L’ouvrage de Jean-Paul Engélibert m’a incité à établir un programme de lecture sur les fictions d’apocalypse et à m’intéresser un peu à la notion encore récente et discutée d’anthropocène. Récente, car le mot ne date que du début des années 2000. Discutée parce que, même parmi ses partisans, tous ne sont pas d’accord sur le début de cette nouvelle ère, hésitant notamment entre le néolithique ou la révolution industrielle. Dans ce dernier cas, certains jugent qu’il est inapproprié de rendre l’humanité (anthropos) entière responsable de ce qui relève surtout du développement d’un certain genre de sociétés humaines, la société occidentale, capitaliste et industrielle. Aussi lui préfèrent-ils le mot capitalocène.

J’ai souhaité rassembler ici un peu de documentation sur la question. Peut-être cela vous intéressera-t-il ?

Continuer la lecture de L’Anthropocène ou l’homme comme facteur géologique

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’éléphant dans le noir

Voici quelques années, j’avais abordé la parabole des aveugles et de l’éléphant, pendant asiatique de la parabole chrétienne des aveugles. Les hasards de la sérendipité m’ont conduit à au compte rendu suivant, concernant un ouvrage que j’espère bien trouvé à l’occasion dans les bacs des bouquinistes :

Idries Shah (1924-1996) est un sage soufi né en Inde. Sans doute est-ce dans son pays d’origine qu’il a entendu cette version de l’histoire qui met en scène, non plus des aveugles, mais des voyageurs perdus dans la nuit :

Il était une fois des voyageurs qui, dans la nuit noire, se heurtèrent à un éléphant endormi sur ses pattes. Chacun en tâta avec effroi une partie ; sur ce, l’éléphant se réveilla et s’éloigna pacifiquement, toujours dans le noir de cette nuit sans lune. Aussitôt les voyageurs encore sous le choc se mirent à décrire l’étrange animal que seules leurs mains avaient touché. Si tous étaient d’accord pour lui trouver la peau rugueuse et couverte de poils durs, ils ne purent se mettre d’accord sur sa forme: c’est comme un énorme pilier, dit celui qui avait tâté le pied de la bête ; non cela a plutôt la forme d’un grand éventail, affirma celui qui avait palpé l’oreille ; mais pas du tout, c’est une espèce de corde, estima celui qui en avait saisi la queue … Ainsi en est-il de l’homme qui n ‘a l’expérience que d’une partie de la réalité de l’Etre, et dont l’esprit limité ne peut en appréhender la totalité.

Cité par Lylian Kesteloo dans son compte rendu.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Apocalypses de notre temps : fictions de fin du monde de l’anthropocène

Le monde va finir ; la seule raison pour laquelle il pourrait durer, c’est qu’il existe. Que cette raison est faible, comparée à toutes celles qui annoncent le contraire, particulièrement à celle-ci : Qu’est-ce que le monde a désormais à faire sous le ciel ? []

Charles Baudelaire, Fusées

Je suis en train de lire un très intéressant essai de Jean-Paul Engélibert sur les fictions d’apocalypse. Du coup, j’ai commencé une petite bibliographie sur les les fins du monde dans la littérature et les autres arts au temps de l’anthropocène, ce dernier terme pris dans son acception d’ère débutant à la fin du XVIIIe siècle, avec le début de la révolution industrielle. Si ce petit programme de lecture vous intéresse…

Continuer la lecture de Apocalypses de notre temps : fictions de fin du monde de l’anthropocène

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts