Archives de catégorie : Thèmes

Les séries des cartes de la France et leur tableaux d’assemblage de 1756 à 2016

Dans La France en cartes, 1756-2016, Jean-Luc Arnaud a regroupé les tableaux d’assemblage de 91 séries cartographiques qui figurent la France depuis le milieu du XVIIIe siècle. Un document très utile, pour ne pas dire indispensable pour qui s’intéresse aux cartes de notre beau pays.

Je reproduis ci-dessous la liste des séries en rajoutant un lien vers tel ou tel tableau d’assemblage lorsqu’il existe en ligne, notamment sur le site de l’IGN, Cartomundi ou Gallica.

Continuer la lecture de Les séries des cartes de la France et leur tableaux d’assemblage de 1756 à 2016

Biblio-webographie du temps qui passe, qui fuit et qui n’existe pas…

Le temps s’en va, le temps s’en va, madame,
Las! Le temps, non, mais nous nous en allons,
Et tôt serons étendus sous la lame.

Le temps est la substance dont je suis fait. Le temps est un fleuve qui m’emporte, mais je suis le fleuve ; c’est un tigre qui me déchire, mais je suis le tigre ; c’est un feu qui me consume, mais je suis le feu.

  • Jorge Luis Borges. Une Nouvelle réfutation du temps.

Qu’est-ce que donc le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Si quelqu’un pose la question et que je veuille l’expliquer, je ne sais plus. Toutefois, j’affirme avec force ceci : si rien ne passait, il n’y aurait pas de passé ; si rien n’advenait, il n’y aurait pas de futur ; si rien n’était, il n’y aurait pas de présent. Mais ces deux temps, le passé et le futur, comment peut-on dire qu’ils “sont”, puisque le passé n’est plus, et que le futur n’est pas encore ? Quant au présent, s’il restait toujours présent sans se transformer en passé, il cesserait d’être “temps” pour être “éternité”.

Après ma chronique sur les voyages temporels, je voudrais essayer de rassembler ici de la documentation en ligne ou pas sur le temps qui passe sous ses divers aspects. C’est peu dire que le sujet m’intéresse et ma bibliothèque personnelle a quelques ouvrages sur ce thème. J’en compléterai la liste par ce que j’ai pu trouver en ligne.

Continuer la lecture de Biblio-webographie du temps qui passe, qui fuit et qui n’existe pas…

Elections. Comment choisir ? Faut-il choisir ?

Cette indifférence que je sens, lorsque je ne suis point emporté vers un côté plutôt que vers un autre par le poids d’aucune raison, est le plus bas degré de la liberté, et fait plutôt apparaître un défaut dans la connaissance, qu’une perfection dans la volonté ; car si je connaissais toujours clairement ce qui est vrai et ce qui est bon, je ne serais jamais en peine de délibérer quel jugement et quel choix je devrais faire ; et ainsi je serais entièrement libre, sans jamais être indifférent.

Douze candidats à ces présidentielles. Cela ne vous donne pas moins de quatorze choix, car l’abstention et le vote blanc ne sont pas moins des choix que celui de l’un ou l’autre candidat. Certes, Descartes estimerait qu’il s’agirait là du plus bas degré de la liberté, mais liberté il y a quand même.

Du reste notre choix fait pour un candidat donné est-il vraiment d’essence supérieure, plus éclairé, libre et rationnel ? N’y rentre-t-il aucun préjugé et de conditionnements social ? Si je vote à gauche, n’est-ce pas en bonne partie parce que mon écosystème familial gravitait autour du PCF ? Et si je rejette aujourd’hui un candidat de gauche, fort sympathique par ailleurs, au seul motif qu’il est pour le développement du nucléaire civil, n’est-ce pas là encore un conditionnement social lié à l’air du temps et à mon propre cheminement vers des préoccupations plus écologistes sur le changement climatique ?

Continuer la lecture de Elections. Comment choisir ? Faut-il choisir ?

L’héritage d’URBAMA

En 1977 une équipe de recherches associée au CNRS, l’ERA 706, est fondée à Tours par Jean-François Troin et quelques collègues spécialistes du Maghreb. Elle deviendra ultérieurement le Centre d’Études et de Recherches sur l’Urbanisation du Monde Arabe (URBAMA).

Très actif pendant plus d’un quart de siècle au cous duquel se succèdent à sa tête les géographes Jean-François Troin (1977-1988) et Pierre Signoles (1988-1997) et le sociologue politique Pierre Robert Baduel (1998-2003), le laboratoire se fond en 2004 dans une UMR élargie, CITERES (Cités, Territoires, Environnement et Sociétés) dont il constitue un des quatre pôles : EMAM (Equipe Monde Arabe et Méditerranée).

La bibliothèque où je travaille a hérité, directement ou non au cours des années, d’une grande partie du fonds documentaire (livres, périodiques, cartes….) de ce laboratoire de recherche. Je souhaite rassembler ici un peu de documentation concernant cet important acteur de la recherche sur le monde arabe.

Continuer la lecture de L’héritage d’URBAMA

Voyages temporels

C’est arrivé demain (It Happened Tomorrow), film américain René Clair réalisé en 1944

Après mon voyage en uchronie et ma tentative de classification des uchronies individuelles , je voudrais aborder ici le voyage temporel. Il ne s’agit pas ici d’étudier la faisabilité ou non d’un tel voyage, ni d’établir une liste de d’œuvres, même si je ne manquerai pas d’en citer chemin faisant, mais de noter des informations décousues sur divers aspects liés à ce thème.

Dernière mise à jour : 15 avril 2022.

Continuer la lecture de Voyages temporels

Les tableaux d’assemblage des cartes de France : des outils multi-usages

Au cours de son histoire, de nombreuses séries cartographiques ont eu pour ambition de couvrir la totalité ou une partie du territoire national. En 2017, dans le cadre de la préparation de son livre consacré aux cartes de France, Jean-Luc Arnaud a eu l’excellente idée de réunir les différents tableaux d’assemblage de 91 d’entre elles, parues entre 1756 et 2016. Ce document précieux pour les cartothécaires et les historiens de la cartographie est accessible dans HAL sous le titre La France en carte, 1756-2016.

Pour compléter, je voudrais vous indiquer ici quelques tableaux d’assemblages des cartes de France accessibles en ligne. Comme vous le verrez, leurs usages peuvent être assez divers.

Mise à jour du 15 avril 2022

Voir aussi Les séries des cartes de la France et leur tableaux d’assemblage de 1756 à 2016.

Continuer la lecture de Les tableaux d’assemblage des cartes de France : des outils multi-usages

Exposition (en ligne): caricatures de la guerre Franco-Prussienne et de la Commune à la Bibliothèque Universitaire de Cambridge

Je relaie ci-dessous un courriel d’Irène Fabry-Tehranchi, sur la liste Bibliopat. Il porte sur les caricatures de la guerre franco-prussienne et la Commune de Paris, thèmes qui m’intéressent particulièrement…

_______________________

Continuer la lecture de Exposition (en ligne): caricatures de la guerre Franco-Prussienne et de la Commune à la Bibliothèque Universitaire de Cambridge

Demain, la Commune ! une anthologie

Je suis en train d’achever la lecture d’une anthologie intitulée Demain, la Commune ! publiée l’an dernier et regroupant des anticipations sur la Commune parues entre 1872 et 1899, Les textes ont été réunis par Philippe Éthuin, que nous avons déjà rencontrés à propos d’une anthologie d’uchronies sur Napoléon. Il faut dire qu’il s’y connait un peu dans ce domaine et dans celui des anticipations anciennes dont il explore la richesse dans la collection Archéosf, chez Publie.net.

La préface donne un panorama des ouvrages littéraires inspirés par la Commune de Paris. Son auteur est Jean-Guillaume Lanuque, professeur d’histoire-géographie et collaborateur de la revue Dissidence et du Maitron, où il est spécialiste de l’extrême-gauche marxiste, ce qui n’exclut pas un intérêt certain pour l’histoire de la science-fiction et du merveilleux scientifique.

Vous trouverez ci-dessous les textes qui figurent dans l’anthologie. Les genres littéraires représentés sont divers, de la pochade fantaisiste (Allais) à la nouvelle anarchiste (Souêtre) en passant par la pièce revancharde (Bailly) et la chanson révolutionnaire (Pottier).

Continuer la lecture de Demain, la Commune ! une anthologie

Crime de guerre et armes non-conventionnelles : une réflexion de 1872

Dans Histoire de la décadence d’un peuple (1872-1900), une anticipation d’Émile Second publiée en 1872, l’auteur imagine qu’après le retour de la monarchie en 1874, avec l’Orléans Louis-Philippe II, une nouvelle guerre franco-allemande a lieu une douzaine d’année plus tard. Comme en 1870-1871, Paris est assiégé.

A ce moment du récit, Second introduit une réflexion que je trouve assez pertinente sur les soi-disant lois de la guerre. Comme vous le verrez, les fusées-satan employées par les assiégés rappellent les bombes à phosphores et autres armes chimiques dont nous feignons de nous indigner à l’occasion le la guerre d’Ukraine. N’est-ce pas la guerre elle-même qu’il faudrait condamner ? Le pacte Briand-Kellog l’a tenté en 1928.

Quant à Second, désabusé, il semble se résigner à une course à l’armement annonciatrice de la dissuasion nucléaire, voire même de la destruction totale. N’est-ce pas ce qu’il faut comprendre quand il évoque une pacification générale et définitive ?

Continuer la lecture de Crime de guerre et armes non-conventionnelles : une réflexion de 1872

Vocabulaire de la cartographie

Ce matin, lors d’un atelier concernant le logiciel PeriCart , j’ai entendu pour la première fois le terme crevé dans un sens que je ne connaissais pas. Peut-être que vous non plus ? Vous voyez sur la carte ci-dessous le petit bout en bas à gauche qui déborde hors de la ligne continue limitant la partie normalement utilisée de la surface cartographique, autrement dit l’orle ? Et bien, c’est ça, un crevé

Consulter la carte dans Gallica
Continuer la lecture de Vocabulaire de la cartographie