Archives de catégorie : Penser/classer

Autour d’une représentation de la classification Dewey, quelques bribes sur l’organisation des connaissances humaines

Cohérence et logique de la classification décimale Dewey. Gérard Martin, compilateur ; J. Ant. Pelletier, réalisateur. © Ottawa, 1947. Grossir l’image.

Nous partirons du “mandala” ci-dessus. Il s’agit d’une représentation de la classification Dewey. Il fusionne deux conceptions de l’organisation des savoirs.

Continuer la lecture de Autour d’une représentation de la classification Dewey, quelques bribes sur l’organisation des connaissances humaines

Shiyali Ramamrita Ranganathan et la classification à facettes

Cela faisait longtemps que je pensais faire une chronique sur Shiyali Ramamrita Ranganathan et la classification à facettes. Or, lors des échanges sur le parfait bibliothécaire qui ont eu lieu surla liste Bibliopat, Paul Paumier nous a fait profité d’une excellente synthèse sur la question, avec des précisions d’Emmanuelle Bermès. C’est cette dernière que je reproduis ci-dessous

____________

Continuer la lecture de Shiyali Ramamrita Ranganathan et la classification à facettes

La phonothèque de la MMSH et la classification Aarne-Thompson

Dernièremment, je vous ai brièvement présenté la phonothèque de la MMSH. Pour indexer les quelque 200 contes conservés dans ses archives sonores, elle utilise la classification Aarne-Thompson que je vous avais présentée voici plus de huit-ans.

Je vous invite à lire sur ce sujet les deux articles suivants, extraits des Carnets de la Phonothèque :

Classifications médicales en bibliothèques universitaires : la classification NLM et les autres

Dans la chronique que j’ai consacrée voici un peu plus de deux ans aux instructions de 1962,  vous avez pu constater que lesdites instructions excluaient les bibliothèques de médecine de leur champs d’action. Et il est vrai que ces dernières conservent encore aujourd’hui comme hier une spécificité propre dans leur cadre de classement tant en magasin qu’en libre-accès. Continuer la lecture de Classifications médicales en bibliothèques universitaires : la classification NLM et les autres

Un héritage des instructions de 1962 : les divisions spécialisées utilisées pour le classement des ouvrages

Tableau des divisions spécialiséesCertains collègues se demandent parfois pourquoi les ouvrages rangés dans certains magasins(1) des bibliothèques universitaires le sont selon des lettres majuscules de l’alphabet et à quoi correspondent ces dernières.

Pour répondre à cette double question, je vous invite

à consulter le tableau ci-dessus, qui donnent le cadre de classement en divisions spécialisées établi par les instructions de 1962(2) ;

à parcourir les 3 documents suivants qui vous donnerons plus de précisions sur lesdites instructions.

Je vous préviens, c’est assez rébarbatif, mais si le sujet vous intéresse…

« Instructions concernant les nouvelles sections et les sections transférées des bibliothèques des universités (à l’exclusion des sections « Médecine») », Bulletin des bibliothèques de France, n° 8, 1962

Daumas, Alban. « Les bibliothèques universitaires », Bulletin des bibliothèques de France, n° 7, 1973

Sansen, Jean-Raoul. « L’accès aux documents dans les bibliothèques universitaires », Bulletin des bibliothèques de France, n° 6, 1988

_______________

(1) En bibliothécais, cela signifie en accès indirect.

(2) Ces mêmes instructions ont imposé, pour classer les ouvrages en libre accès, la CDU (classification décimale universelle), cette dernière ayant été abandonnée progressivement au profit de la classification décimale Dewey à partir de 1988 à la suite d’autres instructions… Cf. Sansen, Jean-Raoul. « L’Accès aux documents dans les bibliothèques universitaires ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1988, n° 6, p. 456-466 ; Filiole, Anne-Marie. « Un débat de classes ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1992, n° 4, p. 70-72.

Dernière mise à jour : 2 mars 2020.

Sérendipité, suite…

serendipiteVoici bientôt trois ans, j’ai déjà eu l’occasion de vous proposer une chronique sur la sérendipité. Or voici qu’en parcourant le Livres hebdo n° 976 du 29 novembre dernier, j’ai trouvé l’avant-critique d’un ouvrage de Sylvie Catellin à paraître au Seuil le 9 janvier 2014, Sérendipité : du conte au concept. 

L’auteur est spécialiste du sujet : un de ses cours  à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines s’intitule « Histoire du mot et de l’idée de sérendipité », son Habilitation à Diriger des Recherches soutenue en septembre dernier est une « Enquête sur la sérendipité : genèse d’un concept » et elle a également écrit plusieurs articles et contributions sur ce sujet.

– « Sérendipité et réflexivité », Alliage (Culture, Science, Technique), n° 70, juillet 2012, p. 74-84.

– « De la transmission du récit millénaire à la transmission des modalités de la découverte sérendipienne : l’effet de suspens chez Verville et Voltaire », dans La Sérendipité. Le hasard heureux, D. Bourcier et P. van Andel (dir.), actes du Colloque de Cerisy « La sérendipité dans les sciences, les arts et la décision », Paris, Hermann, 2011, pp. 19-29.-« Raisonner. La gestion de l’inattendu », in Jacques Perriault (dir.), Éducation et nouvelles technologies. Théorie et pratiques, Paris, Nathan Université, 2002, pp. 43-50.

-« Sérendipité, abduction et recherche sur Internet », actes du XIIe Congrès national des sciences de l’information et de la communication, Émergences et continuité dans les recherches en information et communication, Paris-Unesco, 2001, pp. 361-367.

– « La Sérendipité », Pour l’Histoire des Sciences de l’Homme, Bulletin de la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme, 25, Automne-Hiver 2003, p. 27-32.

Ajout du 15 mai 2018 :

L’Encyclopédie est sur Wikisource !

Encore un message de ma collègue Darya, vous savez, celle qui m’a déjà signalé The Public Domain Review, divers sites de musique libres et Romaine lubrique, le site qui enlace le domaine public. Aujourd’hui, il est question de la fameuse Encyclopédie de Diderot et de d’Alembert. Mais lisez plutôt :

Bonjour Jean,

Olivier Ertzscheid, chercheur en sciences de l’information et de la communication, vient de poster un billet passionnant, comme à son habitude, sur l’inclusion de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert dans Wikisource.

J’en cite un extrait : “En arrivant sur cette version, on est saisi de l’ampleur du manque : celui du volume, de la somme, de la linéarité. Vient alors un second saisissement : celui du gain, de l’addition, de l’hypertextualité. Consultable, navigable, éditable, copiable parce que copiée et recopiée, et pour cela partageable, appropriable.”

Voici le lien vers l’article du blog : http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2013/11/dideropedia-et-dalemberpedie.html

et celui de Wikisource : http://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Encyclop%C3%A9die

L’Encyclopédie est, bien entendu, présente de longue date sur Gallica, mais la BNF ajoute une couche de droit sur les œuvres du domaine public qu’elle numérise (certaines personnes qualifient d’ailleurs ces pratiques de “copyfraud”), limitant ainsi leur réutilisation et leur appropriation par le plus grand nombre. Alors que Wikipédia est placée la licence Creative Commons BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr).

Vive la culture libre !

Darya

Sérendipité

Lu dans Livres hebdo, n° 849, 21 janvier 2011

A Rennes, des lecteurs regrettent leur bibliothèque.

“Sous couvert d’études sociologiques attestant la défection des bibliothèques municipales, nous subissons dans notre quartier rennais une amputation “vitale” qui nous condamne à ne plus amener aussi librement ni nous-mêmes ni nos enfants aux joies de la sérendipité…”

La quoi ? Sérendipité. Vite, mon dico. Rien dans le Robert. Idem dans le Larousse. Par contre, dès que je tape dans Google, ce n’est pas le vide, mais le trop plein. Ce mot, apparu au XVIIIe siècle a déjà une longue existence dans le monde anglo-saxon (serendipity), alors que les lexicographes français semblent tarder à l’adopter.

La sérendipité est le fait de réaliser une découverte inattendue au cours d’une recherche dirigée initialement vers un objet différent de cette découverte. Ce concept discuté est, en particulier, utilisé en recherche scientifique.

Extrait de l’article de Wikipédia

Le site Intelligence créative propose plusieurs autres définitions, à commencer par celle de Horace Walpole, inventeur du mot en 1754, défintion qui me semble, ô combien correspondre à ce qu’est une recherche sur internet, au fil des rayons d’une bibliothèque, dans un catalogue ou un dictionnaire :

Le fait de découvrir quelque chose par accident et sagacité alors que l’on est à la recherche de quelque chose d’autre (accident and sagacity while in pursuit of something else).

Ledit Walpole se serait inspiré d’un conte persan,  Voyages et aventures des trois princes de Serendip, paru à Venise deux siècles plus tôt.

Je signalerai encore trois articles qui me semblent bien faits sur le sujet :

  • Le premier, daté du 19 juillet 2009 sur Internetactu, est de Rémi Sussan qui s’intéresse particulièrement à un ouvrage  Pek van Andel, chercheur en sciences médicales à l’université de Groningue, et Danièle Bourcier, directrice de recherche en sciences sociales au CNRS, De la sérendipité dans la science, la technique, l’art et le droit : Leçons de l’inattendu, paru chez L’Act Mem. Voir aussi sur le même site un article de Xavier de la Porte daté du 20 décembre 2010.

  • Le deuxième, daté du 1er février 2005 sur Automates intelligents, est aussi signé par ce même Pek van Andel.

  • Le troisième, daté du daté du 27 novembe 2009 sur le site Les devenirs de la philosophie à Paris 8 est de Anthony Le Cazals.

Sans doute la plupart d’entre vous connaissaient-ils déjà ce mot, mais en ce qui me concerne, j’ai appris quelque chose, et cela par une découverte et une interrogation de hasard. Mais n’est-ce pas là une des formes de la sérendipité ?

(Dernière mise à jour : 9 mars 2011)