Archives de catégorie : Sciences

Un ciné-débat de La SEPANT autour du film documentaire Anthropocène l’époque humaine

La SEPANT (Société d’Etude, de Protection, et d’Aménagement de la Nature en Touraine) animera un ciné-débat le lundi 16 à 20h au CGR Tours – Centre avec la diffusion du film documentaire Antropocène : l’époque humaine (2017) de Jennifer Baichwal, Nicholas De Pencier et Edward Burtynsky.

Critique du film

  • par Sarah Petitbon sur Polka.

Voyage au coeur de nos poubelles

Voyage au cœur de nos poubelles, du 13 mai au 16 juillet 2022 dans la grande serre du Jardin Botanique de Tours

Une exposition scientifique présentant  les savoirs des chercheurs dans un objectif de médiation et communication au grand public des connaissances sur l’archéologie des déchets, l’histoire de la récupération et du recyclage ou encore l’évolution de la législation. Elle donnera également à voir les grands enjeux et défis écologiques et environnementaux liés aux déchets à l’échelle internationale, à partir des travaux des chercheurs spécialistes de ces domaines.

Une exposition esthétique et artistique présentant des archives, des objets muséaux, des installations originales et des œuvres artistiques réalisées localement.

Continuer la lecture de Voyage au coeur de nos poubelles

Biblio-webographie du temps qui passe, qui fuit et qui n’existe pas…

Le temps s’en va, le temps s’en va, madame,
Las! Le temps, non, mais nous nous en allons,
Et tôt serons étendus sous la lame.

Le temps est la substance dont je suis fait. Le temps est un fleuve qui m’emporte, mais je suis le fleuve ; c’est un tigre qui me déchire, mais je suis le tigre ; c’est un feu qui me consume, mais je suis le feu.

  • Jorge Luis Borges. Une Nouvelle réfutation du temps.

Qu’est-ce que donc le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Si quelqu’un pose la question et que je veuille l’expliquer, je ne sais plus. Toutefois, j’affirme avec force ceci : si rien ne passait, il n’y aurait pas de passé ; si rien n’advenait, il n’y aurait pas de futur ; si rien n’était, il n’y aurait pas de présent. Mais ces deux temps, le passé et le futur, comment peut-on dire qu’ils “sont”, puisque le passé n’est plus, et que le futur n’est pas encore ? Quant au présent, s’il restait toujours présent sans se transformer en passé, il cesserait d’être “temps” pour être “éternité”.

Après ma chronique sur les voyages temporels, je voudrais essayer de rassembler ici de la documentation en ligne ou pas sur le temps qui passe sous ses divers aspects. C’est peu dire que le sujet m’intéresse et ma bibliothèque personnelle a quelques ouvrages sur ce thème. J’en compléterai la liste par ce que j’ai pu trouver en ligne.

Continuer la lecture de Biblio-webographie du temps qui passe, qui fuit et qui n’existe pas…

Voyages temporels

C’est arrivé demain (It Happened Tomorrow), film américain René Clair réalisé en 1944

Après mon voyage en uchronie et ma tentative de classification des uchronies individuelles , je voudrais aborder ici le voyage temporel. Il ne s’agit pas ici d’étudier la faisabilité ou non d’un tel voyage, ni d’établir une liste de d’œuvres, même si je ne manquerai pas d’en citer chemin faisant, mais de noter des informations décousues sur divers aspects liés à ce thème.

Dernière mise à jour : 15 avril 2022.

Continuer la lecture de Voyages temporels

Sept pères du calcul écrit

Voici quelques années, en complément de la chronique Compter avec les doigts de la main, je vous avais signalé l’ouvrage de Jérôme Gavin et Alain Schärlig intitulé Sur les doigts, jusqu’à 9999. Les mêmes auteurs ont fait paraître voici un peu plus d’un an un ouvrage qui me semble bien intéressant, Sept pères du calcul écrit. Des chiffres romains aux chiffres arabes 799 – 1202 – 1619 dont voici la présentation sur le site de EPFL Press :

Continuer la lecture de Sept pères du calcul écrit

Le Darknet ou comment résister au pouvoir des puissants

Le Darknet n’est pas si sombre que ça et, malgré des dérives, reste un espace de liberté et de résistance aux puissants (Etats, multinationales, etc.). La preuve avec cette explication Jean-Philippe Rennard, docteur en économie, professeur à Grenoble Ecole de Management et auteur de Darknet : mythes et réalités (Ellipses, 2016. 2e éd. 2018) :

Continuer la lecture de Le Darknet ou comment résister au pouvoir des puissants

L’effondrement et les collapsologues

Il y a une incompatibilité radicale entre notre système économique et politique et la biosphère. L’un ou l’autre doit mourir.

Pablo Servigne

Après l’anthropocène, il était inévitable que je m’intéresse aux notions d’effondrement et de collapsologie. Sur la question, l’Institut Monumentum est une mine d’informations, il est vrai un peu partiale, puisqu’il s’agit d’un laboratoire d’idées où se regroupent les principaux collapsologues français comme Pablo Servigne, l’inventeur du terme, et Yves Cochet. Ceux-ci sont souvent considérés comme des prophètes de malheur, des catastrophistes, un peu comme Cassandre pendant la guerre de Troie. Ces discours, qui dérangent notre confort, nos habitudes, nos certitudes, ont du mal à être entendus. Mais Cassandre avait raison et Troie s’est bien effondrée sous les assauts des Achéens. Alors, pourquoi ne pas s’intéresser un peu à ces idées qui nous dérangent, des fois que certaines se révèlent exactes ? En attendant mieux, voici un peu de documentation.

Continuer la lecture de L’effondrement et les collapsologues

L’Anthropocène ou l’homme comme facteur géologique

Parmi les mots qui s’inscrivent avec insistance dans notre vocabulaire ces dernières années, deux forment une alliance singulière. l’apocalypse, vieux mythe qui mobilise plus que jamais philosophes, spécialistes des sciences sociales et critiques littéraires, et l’anthropocène, concept de géologie qui suscite désormais la discussion chez les historiens, les géographes, les anthropologues, etc. Le couple qu’ils forment suggère à la fois la fascination de la fin, l’idée que « l’homme » en est responsable et la banalisation d’un certain fatalisme devant l’échelle des phénomènes ; comment lutter contre une ère géologique ?

Jean-Paul Engélibert, Fabuler la fin du monde

L’ouvrage de Jean-Paul Engélibert m’a incité à établir un programme de lecture sur les fictions d’apocalypse et à m’intéresser un peu à la notion encore récente et discutée d’anthropocène. Récente, car le mot ne date que du début des années 2000. Discutée parce que, même parmi ses partisans, tous ne sont pas d’accord sur le début de cette nouvelle ère, hésitant notamment entre le néolithique ou la révolution industrielle. Dans ce dernier cas, certains jugent qu’il est inapproprié de rendre l’humanité (anthropos) entière responsable de ce qui relève surtout du développement d’un certain genre de sociétés humaines, la société occidentale, capitaliste et industrielle. Aussi lui préfèrent-ils le mot capitalocène.

J’ai souhaité rassembler ici un peu de documentation sur la question. Peut-être cela vous intéressera-t-il ?

Continuer la lecture de L’Anthropocène ou l’homme comme facteur géologique

Réflexions décousues sur le droit d’auteur, les ayants droit, le piratage et le domaine public

Voici quelques mois, j’ai eu un léger  différend avec les responsables de la plateforme Hypothèses, au sujet d’un possible non respect des droits d’auteur dans un de mes billets Hypothèses : j’avais  republiés deux extraits d’une bande dessinée. J’avoue ne toujours pas comprendre en quoi la citation d’images serait d’une atteinte intolérable au droit d’auteurs. En quoi cela est-il plus problématique que la citation d’un extrait d’article ou de livre ? Mystère, surtout qu’en plus, cela fait de la publicité gratuite à l’ouvrage et à ses auteurs…

Continuer la lecture de Réflexions décousues sur le droit d’auteur, les ayants droit, le piratage et le domaine public