Archives de catégorie : Sciences humaines et sociales

Quelques critiques de la société de consommation

En complément de mes chroniques sur la décroissance, je voudrais assembler ici quelques documents sur la critique de la société de consommation. Moquée par Boris Vian (La complainte du progrès)…

Jacques Debroncard (J’suis heureux)…

Continuer la lecture de Quelques critiques de la société de consommation

Le temps des ouvriers

Je voudrais vous recommander chaleureusement Le temps des ouvriers, un fabuleux documentaire de Stan Neumann sur l’histoire du monde ouvrier européen du début du XVIIIe siècle à nos jours récemment diffusé sur Arte. Vous trouverez ci-dessous les références de ses quatre parties.

Le Temps de l’usine (1700-1820)

Le Temps des barricades (1820-1890)

Le Temps à la chaîne (1880-1935)

Le Temps de la destruction (de 1936 à nos jours)

Le parisianisme, voilà l’ennemi

Comme je l’écrivais dans une précédente chronique, les accents régionaux sont issus de langues régionales disparues ou en voie de disparition pour des raisons tant politiques (jacobinisme) que sociales (parisianisme). Cependant, dans ce couple mortifère, le parisianisme est de loin le plus insidieux et le plus dangereux, car il gangrène l’esprit de bien des Français, Parisiens ou non, s’étendant ainsi à tous les domaines de la vie sociale, alors que le jacobinisme ne repose que sur des décisions et des institutions politiques.

Continuer la lecture de Le parisianisme, voilà l’ennemi

De la rapacité des ayants-droits (suite)

Je vous ai entretenu, voici quelques temps, de tout le mal que je pensais des ayant-droits. J’ai découvert récemment une preuve de plus de leur extrême nocivité. Voir ci-dessous que j’ai pu lire sur le site de l’association En Envor. Il serait temps que les associations à vocation culturelle et/ou scientifique soient protégées contre les excès de la sphère juridico-commerciale qui mettent en danger leur existence. Mais, lisez plutôt :

Continuer la lecture de De la rapacité des ayants-droits (suite)

Cours et conférences, colloques et congrès en texte intégral et en vidéos en ligne

Comme je l’ai déjà fait en précédemment en mars 2017 sur l’éclatement des collections de périodiques numérisés, en novembre 2017 sur l’IGN et en février 2019 sur Epsilon, la bibliothèque numérique de la statistique publique française, je vous propose ci-dessous un document réalisé pour une formation interne à la bibliothèque où je travaille. J’y reprends des éléments développés dans mes chroniques sur les colloques en vidéos de la Cour de cassation et sur les cours, conférences, colloques et congrès en ligne.

Je voudrais aborder ici les cours, conférences, colloques et congrès disponibles en ligne sur internet. Il s’agira surtout de documents audiovisuels. En effet, les congrès, colloques, journées d’études… avant de faire l’objet de publication (les fameux actes de congrès) de même que les cours et conférences, ont d’abord lieu en un espace et un temps donnés, un peu comme les représentations théâtrales, et, comme ces dernières, font de plus en plus l’objet d’enregistrements audios ou vidéos. Certains, de plus en plus nombreux, sont disponibles en ligne.

Cependant, je n’oublie pas que le texte de ces diverses communications peut aussi faire l’objet d’une publication papier et/ou électronique, que ce soit dans un numéro spécial de revue, dans une monographie ou sur un site accueillant des actes de colloques. Il en sera donc également question, et particulièrement dans la première partie de cet atelier c’est même par eux que nous allons commencer.

Enfin, comme nos lecteurs s’adonnent aux sciences juridiques, à l’économie et à la géographie, vous ne serez pas surpris si j’insiste un peu plus sur ces domaines.

Continuer la lecture de Cours et conférences, colloques et congrès en texte intégral et en vidéos en ligne

Publictionnaire. dictionnaire encyclopédique et critique des publics

En explorant les ressources en ligne des bibliothèques universitaires de l’université de Lorraine, j’ai découvert le Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. Placé sous la responsabilité scientifique du Centre de recherche sur les médiations (Crem), ce dictionnaire est un projet collaboratif, interdisciplinaire et évolutif mêlant noms communs (audience, client, usager…) et noms propres (Anna Arendt, Walter Benjamin, Wolfgang Iser, Nicolas Machiavel…) et se structuré autour de 5 grandes catégories (acteurs et métiers, dispositifs et lieux, genres et discours, notions et théories, pratiques et usages). Il a pour ambition de clarifier la terminologie et le profit heuristique des connaissances relatives à la notion de public et aux méthodes d’analyse des publics pour, in fine, en proposer un état des lieux et susciter de nouveaux travaux.

Le Darknet ou comment résister au pouvoir des puissants

Le Darknet n’est pas si sombre que ça et, malgré des dérives, reste un espace de liberté et de résistance aux puissants (Etats, multinationales, etc.). La preuve avec cette explication Jean-Philippe Rennard, docteur en économie, professeur à Grenoble Ecole de Management et auteur de Darknet : mythes et réalités (Ellipses, 2016. 2e éd. 2018) :

Continuer la lecture de Le Darknet ou comment résister au pouvoir des puissants

L’effondrement et les collapsologues

Il y a une incompatibilité radicale entre notre système économique et politique et la biosphère. L’un ou l’autre doit mourir.

Pablo Servigne

Après l’anthropocène, il était inévitable que je m’intéresse aux notions d’effondrement et de collapsologie. Sur la question, l’Institut Monumentum est une mine d’informations, il est vrai un peu partiale, puisqu’il s’agit d’un laboratoire d’idées où se regroupent les principaux collapsologues français comme Pablo Servigne, l’inventeur du terme, et Yves Cochet. Ceux-ci sont souvent considérés comme des prophètes de malheur, des catastrophistes, un peu comme Cassandre pendant la guerre de Troie. Ces discours, qui dérangent notre confort, nos habitudes, nos certitudes, ont du mal à être entendus. Mais Cassandre avait raison et Troie s’est bien effondrée sous les assauts des Achéens. Alors, pourquoi ne pas s’intéresser un peu à ces idées qui nous dérangent, des fois que certaines se révèlent exactes ? En attendant mieux, voici un peu de documentation.

Continuer la lecture de L’effondrement et les collapsologues

L’Anthropocène ou l’homme comme facteur géologique

Parmi les mots qui s’inscrivent avec insistance dans notre vocabulaire ces dernières années, deux forment une alliance singulière. l’apocalypse, vieux mythe qui mobilise plus que jamais philosophes, spécialistes des sciences sociales et critiques littéraires, et l’anthropocène, concept de géologie qui suscite désormais la discussion chez les historiens, les géographes, les anthropologues, etc. Le couple qu’ils forment suggère à la fois la fascination de la fin, l’idée que « l’homme » en est responsable et la banalisation d’un certain fatalisme devant l’échelle des phénomènes ; comment lutter contre une ère géologique ?

Jean-Paul Engélibert, Fabuler la fin du monde

L’ouvrage de Jean-Paul Engélibert m’a incité à établir un programme de lecture sur les fictions d’apocalypse et à m’intéresser un peu à la notion encore récente et discutée d’anthropocène. Récente, car le mot ne date que du début des années 2000. Discutée parce que, même parmi ses partisans, tous ne sont pas d’accord sur le début de cette nouvelle ère, hésitant notamment entre le néolithique ou la révolution industrielle. Dans ce dernier cas, certains jugent qu’il est inapproprié de rendre l’humanité (anthropos) entière responsable de ce qui relève surtout du développement d’un certain genre de sociétés humaines, la société occidentale, capitaliste et industrielle. Aussi lui préfèrent-ils le mot capitalocène.

J’ai souhaité rassembler ici un peu de documentation sur la question. Peut-être cela vous intéressera-t-il ?

Continuer la lecture de L’Anthropocène ou l’homme comme facteur géologique