Archives de catégorie : Sciences

L’homme dans l’infini

Que l’homme contemple donc la nature entière dans sa haute et pleine majesté, qu’il éloigne sa vue des objets bas qui l’environnent. Qu’il regarde cette éclatante lumière mise comme une lampe éternelle pour éclairer l’univers, que la terre lui paraisse comme un point au prix du vaste tour que cet astre décrit et qu’il s’étonne de ce que ce vaste tour lui‑même n’est qu’une pointe très délicate à l’égard de celui que ces astres, qui roulent dans le firmament, embrassent. Mais si notre vue s’arrête là que l’imagination passe outre, elle se lassera plutôt de concevoir que la nature de fournir. Tout ce monde visible n’est qu’un trait imperceptible dans l’ample sein de la nature. Nulle idée n’en approche, nous avons beau enfler nos conceptions au-delà des espaces imaginables, nous n’enfantons que des atomes au prix de la réalité des choses. C’est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part. Enfin c’est le plus grand caractère sensible de la toute‑puissance de Dieu que notre imagination se perde dans cette pensée. Continuer la lecture de L’homme dans l’infini

Le Dictionnaire des scientifiques de Touraine, le Docteur Georget et les monomanes de Géricault

Dans le fort intéressant Dictionnaire des scientifiques de Touraine publié par l’Académie de Touraine aux Presses de l’université François Rabelais, j’ai lu aujourd’hui la notice consacrée au médecin aliéniste Étienne-Jean Georget (1795-1828), auteur de plusieurs ouvrages sur la folie. Il commanda au peintre Géricault une série de toiles représentant des monomanes alors qu’il exerçait à la Salpêtrière (plus d’infos) et si je vous en parle ce soir, c’est tout bêtement parce qu’une rue de Tours porte son nom et que j’y vis.

Théodore Géricault. La Monomane de l’Envie. Musée des beaux arts de Lyon.

Tintin et le monde réel : deux exemples d’inspiration pris par Hergé dans l’actualité de son temps

Dans la collection d’ouvrages dont je vous ai parlé au sujet du livre de Chris Marker Le fond de l’air est rouge, j’ai trouvé deux perles pour tintinophiles, touchant des personnes réelles ayant inspiré à Hergé deux de ses personnages.

Continuer la lecture de Tintin et le monde réel : deux exemples d’inspiration pris par Hergé dans l’actualité de son temps

Histoires de voyages dans le temps

Histoires-de-voyages-dans-le-tempsLe titre de ce bref billet reprend celui du dixième volume de la première série de La Grande anthologie de la science-fiction, volume qui renferme 21 nouvelles sur ce thème. Ce dernier se retrouve aussi bien dans de nombreux ouvrages de science fiction (voir à ce sujet la notice figurant dans le tome 2 du Science-fictionnaire de Stan Barets) que dans des travaux scientifique fort sérieux comme le suggère la conférence ci-dessous du physicien Étienne Klein (voir aussi ses propos sur cette question dans le débat Science-Fiction et philosophie).

Quelques liens sur Edouard Lucas

En feuilletant les comptes-rendus de la 13e session de l’Association française pour l’avancement des sciences tenue à Blois en septembre 1884, j’ai découvert une conférence sur le calcul et les machines à calculer (accessible aussi ici) .

Voulant en savoir plus sur son auteur, Edouard Lucas, je n’ai pas tardé à me rendre compte qu’il était assez connu, Continuer la lecture de Quelques liens sur Edouard Lucas

La Phytonomatotechnie universelle de Jean-Pierre Bergeret

Phytonomatotechnie universelle, c’est-à-dire l’art de donner aux plantes des noms tirés de leurs caractères : nouveau systême au moyen duquel on peut de soi-même, sans le secours d’aucun livre, nommer toutes les plantes qui croissent sur la surface de notre globe. Que voici un titre long ! La première fois que j’ai vu un exemplaire cet ouvrage de Jean-Pierre Bergeret, c’était il y a plus de vingt ans, quand je terminais mon DEA sur la collection du Marquis de Méjanes tout en préparant le CAFB et le DEUST Métiers du livre. Je fréquentais alors assidûment la bibliothèque Méjanes et c’est lors d’une exposition d’ouvrages du fonds ancien que je fis cette découverte, ainsi que bien d’autres, comme la Myologie de Gautier d’Agoty.

L’auteur

Jean-Pierre Bergeret est un chirurgien féru de botanique. Sur les détails de sa vie, je voue renvoie à sa notice dans Wikipedia ainsi qu’à celles ci-desseous, extraites du premier tome du Dictionnaire de botanique (1876) de Henri-Ernest Baillon et le tome quatre de la Bibliographie universelle (1842) de Louis Gabriel Michaud, toutes deux proposées ci-dessous.

BERGERET (Jean-Pierre). Né le 25 nov. 1751 à Lasseube, dans la généralité d’Auch. On connaît de lui un mémoire sur les Amanites, publié dans le Journal de médecine, en octobre 1783, et surtout sa Phylonomatotechnie universelle (Paris, Didot jeune, 1783-85, 3 vol. in-fol.), où il désignait les plantes sous des noms bizarres, tels, par exemple, que Jyptypjiajeqeiv, nom dont chaque lettre, l’une après l’autre, conduit, par le système de Bergeret, à la connaissance de l’espèce à laquelle appartient la plante qui le porte. La dernière livraison, qui devait contenir la clef du système, n’a pas paru. Les exemplaires les plus complets de la Phylonomatotechnie contiennent 328 planches. [E. F.]

BERGERET (jean-pierre), botaniste, naquit le 25 novembre 1751, à Lasseube, dans la généralité d’Auch. Après avoir suivi les cours de chirurgie et d’anatomie à Bordeaux, il étudia l’histoire naturelle, et vint à Paris, où il s’attacha surtout à perfectionner ses connaissances en botanique. II avait entrepris, en 1776, la description des plantes qui croissent aux environs de Paris; mais, ayant ouvert un cours de botanique, il dut renoncer à ce travail pour préparer ses leçons et se dévouer à l’instruction de ses élèves. 11 acquit, en 1785, une charge de chirurgien de Monsieur ( depuis Louis XVIII). Pendant la révolution, à laquelle d’ailleurs il resta complètement étranger, il reprit l’exercice de la chirurgie, qu’il avait négligée pour la botanique, et s’acquit la réputation d’un praticien habile. Il mourut à Paris, le 28 mars 1813. On connait de lui : 1° Remarques sur l’ouvrage de Paulet, intitulé : Mémoire sur un ordre de champignons qu’on peut appeler coiffés ou bulbeux (dans le Journal de médecine, octobre 1783, t. 60, p. 538) En terminant cet article, Bergeret dit qu’il avait fait un travail plus étendu sur les dix-sept espèces de champignons décrites par Paulet, mais que le docteur Descemet l’avait prévenu. 2° Observations de grossesse extra-utérine ( dans le Journal de médecine par Sedillot, t. 14, p. 288). 3° Phylonomatotechnie universelle, ou l’Art de donner aux plantes des noms tirés de leurs caractères, Paris, Didot jeune, 1783-85, 5 vol. in-fol. Cet art consiste à désigner les caractères des plantes par les lettres de l’alphabet. Si l’on rapporte ensuite ces lettres, on aura un mot à l’aide duquel on pourra déterminer la classe, le genre et l’espèce de la plante inconnue. Cet ouvrage, dont l’exécution est très-remarquable pour l’époque, était annoncé comme ne devant être tiré qu’à deux cents exemplaires. L’auteur l’avait promis en trente livraisons; mais les deux dernières n’ont point paru, non plus que la vingt et unième, qui devait contenir le système de Bergeret. Les exemplaires les plus complets sont composés de trois cent vingt-huit planches en noir ou en couleur, représentant autant de plantes, dont le texte offre la description. Cet ouvrage est maintenant peu recherché, bien que ce soit le plus important de l’auteur.

La Phytonomatotechnie universelle, une phytographie post-linnéenne et une pasigraphie pré-maimieusienne

Comme l’indique les notices ci-dessus, la Phytonomatotechnie universelle (Gallica ; Biblioteca Complucense) est l’ouvrage principal de Jean-Pierre Bergeret. Publié de 1783 et 1785 en 3 volumes in folio chez Didot jeune.Il comporte de nombreuses planches en couleur et s’inscrit dans le domaine de la phytographie, cette partie de la botanique qui traite de la description des plantes. Ce domaine est fort ancien et Alphonse de Candolle en retrace la chronologie dans son ouvrage paru en 1880, La phytographie ou L’art de décrire les végétaux considérés sous différents points de vue. Il est surtout postérieur à la Philosophia botanica de Linnée  et cela n’est pas sans importance car, si d’autres systèmes ont été proposés par la suite, ce sera dans le cadre de débats par rapport à celui de l’illustre Suédois :

Jamais traité de botanique n’avait eu  un si grand mérite et aucun n’a influé d’une manière aussi puissante sur le fond et la forme des ouvrages subséquents. La moitié du volume roule sur des questions de nomenclature et de phytographie, résolues ordinairement d’une manière qui était aussi nouvelle que judicieuse.

Alphonse de Candolle

L’originalité de la Phytonomatotechnie est d’être non seulement une phytographie, mais aussi une pasigraphie, (de πᾶς / pâs (« tout ») et γραφή / graphế (« écriture »)), un système de notation universel. Si l’invention de ce terme est attribué à  Joseph de Maimieux en 1797, d’autres systèmes pasigraphiques ont existé auparavant, comme l’ouvrage de Johann Joachim Becher, Character pro notitia linguarum universali (1661). Si une partie des pasigraphies ont un domaine d’application particulier ( navigation pour le code international des signaux maritimes ; bibliothéconomie pour la classification bibliographique décimale Dewey ; botanique pour l’ouvrage de Jean-Pierre Bergeret),  d’autres visent à être.des langues universelles (pasilalie d’Abel Burja ; stœchiophonie de Henri Joseph François Parrat).

Un exemplaire de la clé de la  Phytonomatotechnie est conservé à la Bodleian Library et a même été numérisé. Il s’agit d’un ensemble de 13 tableaux correspondant aux 13 caractéristiques  qui permettent de distinguer chaque plante et correspondent chacune à une lettre du nom de la plante :

  1. fructification
  2. pistil
  3. étamines
  4. corolle
  5. découpures de la corolle
  6. nectars
  7. calice
  8. découpures du calices
  9. enveloppe
  10. péricarpe
  11. loges du péricarpe
  12. semences
  13. réceptacle

Pour voir l'ensemble des tableaux, cliquez sur cet extrait

Un projet concurrent : la Phytographie universelle de l’abbé de Las

En 1783 également, l’abbé de Las publie à Stockholm un ouvrage qui n’est pas sans quelques ressemblances avec celui de Bergeret. Intitulé Phytographie universelle : ou Nouveau Systême de Botanique Fondé sur une Méthode descriptive de toutes les parties de la Fleur ; avec une nouvelle langue antho-phyllographique (Google livres), il débute par cet avertissement :

La Phytographie que j’annonce, n’avoit d’abord été conçue que pour satisfaire aux empressemens d’un de mes Confrères, auquel je m’étois proposé de faciliter l’étude de la Botanique , ou pour mieux dire, la connoissance des Plantes. Les applaudissmens qu’elle mérita dans sa naissance , de la part de plusîeurs personnes faites pour l’apprécier , à qui j’en montrai le croquis, m’engagèrent à lui donner plus d’étendue, & à tâcher de le perfectionner pour le rendre digne du public & des amateurs de cette science. Mais sans doute que malgré tant & de si puissans encouragemens , la crainte de la censure des Savans sur cette matière m’en auroit fait retarder l’impression, si M. Bergeret n’eût publié le Prospectus de sa Phytonomatotechnie , avec laquelle mon travail a trop de rapport, pour me mettre à l’abri du reproche de plagiat, en en différant plus longtemps la publication. Mon projet, à quelques changemens près, a été soumis au jugement de MM. Adanson & De Jussieu, que j’eus occasîon de voir au commencement du mois de Novembre dernier. Je dois à ce dernier Savant le témoignage qu’il a, par ses conseils, contribué à la perfection de mon Ouvrage. Avant cette époque, je l’avois communiqué à M. Buissart, des Académies d’Arras & de Dijon; à M. Brun, Médecin de l’Hôpital Militaire d’Arras, & à M. de Lannoy,  Apothicaire de la même Ville , un des Eleves les plus distingués de M. Lestiboudois , Professeur de Botanique à Lille , & à l’ouvrage duquel il a eu part. Depuis , mon Manuscrit a été remis à M. de la Tourrette, Secretaire perpétuel de l’Académie de Lyon , lequel a bien voulu me donner acte de cette remise, conformément à la délibération de cette Compagnie savante , qui a ordonné que toutes les pages en seroient paraphées avant qu’il me fut rendu. Quoiqu’il me fût facile de citer les témoignages de presque tous les Savans, dont j’ai parlé plus haut, qui presque tous m’ont fait l’honneur de m’écrire qu’ils me permettoient de les appeller en preuve de la connoissance qu’ils ont eu de mon travail , long-temps avant que M. Bergeret publiât le Prospectus de sa Phytonomatotechnie , je. me contenterai de celui de l’Académie de Lyon, contre lequel je doute que M. Bergeret ose s’élever pour me contester la gloire d’avoir conçu en même temps que lui un projet favorable aux progrès de la Botanique.

___________

Extraits des Registres de l’Académie des Sciences, Belles Lettres & Arts de Lyon.

Du 7 Janvier 1783.Ce jour le R. P. Le Fevre a présenté à l’Académie & déposé entre les mains du Secretaire perpétuel un Manuscrit de M. l’Abbé de Las, qui contient un Systême de Botanique fondé sur une thode descriptive de toutes les parties de la Fleur, avec une nouvelle Langue Anthophyllographique dont il donne l’Alphabet. L’Auteur ayant fait demander acte de la présentation de ce Manuscrit, l’Académie y a consenti, & a chargé le Secretaire d’en parapher chaque feuillet avant de le lui rendre. Je soussigné certifie la copie ci-dessus conforme à l’original. Signé, La Tourrette Secretaire perpétuel.

Alors, plagiat ou coïncidence ? J’aurais tendance à croire qu’un tel projet était dans l’air du temps. Les exemples ne manquent pas de découvertes résultant des recherches parallèles de deux inventeurs différents : calcul infinitésimal avec Newton et Leibniz ; évolution des espèces  avec Darwin et Wallace ; ampoule électrique avec Edison et Swan. D’ailleurs, quoi qu’en dise l’abbé de Las, son système basé sur une langue anthographique et une langue phyllographique semble assez différent de celui de Bergeret, Mais de cela, je vous laisse juges…

Pour aller plus loin sur ce sujet

Andrew Polaszek, Systema Naturae 250 – The Linnaean Ark, 2010, partiellement disponible sur Google livres

Sara 
Scharf,« Multiple Independent Inventionsofa Nonfunctional Technology. Combinatorial Descriptive Names in Botany, 1640-1830 », Spontaneous Generations, vol 2 no 1 (2008), p. 145-184

D’autre part, j’ignore si les actes du colloque Les mots et les choses au XVIIIe siècle : la science, langue bien faite ? (Lyon, 2007) ont été publiés, mais son programme me semble avoir été fort intéressant sur ces questions de nomenclatures.

Compter en chinois… et en français

(Dernière mise à jour : 20 octobre 2014)

Dans une chronique précédente, nous avons pu voir comment selon les époques et les pays les hommes ont pu compter avec les doigts de la main. J’y abordais notamment le cas de la Chine. Je voudrais revenir ici sur la manière de compter des Chinois et notamment la dénomination des nombres en  mandarin standard.

Une leçon du site Chine nouvelle vous permet d’apprendre à compter de 1 à 100 000 000 en utilisant 15 caractères correspondant à autant de mots différents représentés ci-dessous sous leur forme simplifié et leur forme traditionnelle. Voir aussi l’article « Numération chinoise » de Wikipédia.
Continuer la lecture de Compter en chinois… et en français

Compter avec les doigts de la main

L’idée de cette mini-chronique remonte à plusieurs mois, quand j’ai lu sur le carnet de Philippe Cibois, La question du latin, un article intitulé « Compter sur ses doigts à Rome » d’où il ressort que cette activité est bien un acquis culturel qui ne va pas de soi. En effet, la façon de compter sur les doigts varie dans le temps et aussi dans l’espace, ce que  nous confirme un article de Wikipédia. Cependant la meilleure source sur la question reste l’Histoire universelle des chiffres de Georges Ifrah (Bouquins, 1994), et spécialement son chapitre 3 intitulé « La main, première machine à compter »(1). Cette chronique s’en est beaucoup inspirée. (Dernière mise à jour : 2 juillet 2020)
Continuer la lecture de Compter avec les doigts de la main