Archives de catégorie : Trésors de la langue

Accents en français

— C’est ben pour dire, hein, j’ai un accent pis je le savais pas.
— Tout le monde a un accent, Teena. Nous autres on a un accent, le monde de Montréal ont un gros accent, les Français de France ont un accent…
— Oui, mais eux autres c’est le bon.
— C’est le bon pour eux autres, comme le nôtre est le bon pour nous autres.

Michel Tremblay, Survivre ! Survivre ! (2014), dans la Diaspora des Desrosiers, préface de Pierre Filion, Montréal et Arles, Leméac et Actes sud, coll. «Thesaurus», 2017, 1393 p., p. 1167.

La citation ci-dessus, trouvée sur L’Oreille tendue, m’a rappelé un poème extrait de la comédie La fleur merveilleuse de Miguel Zamacoïs. Intitulé L’accent, son interprétation la plus connue est celle qu’en donne Fernandel, même si vous pourrez en trouver d’autres ici et . Continuer la lecture de Accents en français

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les ancêtres du blabla

En faisant une recherche sur l’alsacien, langue régionale à laquelle je consacrerai prochainement une chronique,  j’ai découvert par hasard le mot bàbbla qui, selon les traductions, signifie parler ou papoter. Je me suis alors demandé si ce vocable ne se trouverait pas son origine de blabla, qui est pourtant réputé être une création du journaliste Paul Gordeaux,

Un couple de mots pourtant pourrait s’inscrire dans cette généalogie : il s’agit du substantif  babil et eu verbe babillerAntoine de Rivarol le définie ainsi Dictionnaire classique de la langue française :

Le babil est un excès de paroles, qui n’a pour but que le plaisir de parler ; le bavardage est un flux de paroles, qui prend sa source dans la sottise ; le caquet prend sa source dans une vanité ridicule et puérile.

Et d’où vient babil ? De Babel ? Allez savoir.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé et autrement desguizé, principalement entre les courtisans de ce temps par Henri Estienne

Parler vous franglais ?  questionnait Etiemble en 1964, l’année même de ma naissance. Contre le snobisme imbécile qui consiste à farcir notre langue d’anglicismes inutiles, car doublonnant avec des mots français, sa charge mériterait d’être relu aujourd’hui par certains de nos contemporains qui dispatchent ce qu’il faudrait répartir et nous parlent d’e-learning en lieu de formation en ligne. Continuer la lecture de Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé et autrement desguizé, principalement entre les courtisans de ce temps par Henri Estienne

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Charles Toubin, archéologue et linguiste jurassien

Connaissez-vous Charles Toubin (1820-1891) ? Ce natif de Salins, a été professeur à Bastia (1840) puis àTarbes (1843) avant de venir préparer l’agrégation d’histoire à Paris. Ami de Courbet, il est le  rédacteur avec Champfleury et Baudelaire du Salut public, éphémère périodique du temps de la révolution de 1848.

Revenu à Salins en 1852, il publie bientôt chez l’imprimeur Javel d’Arbois un ouvrage en 50 exemplaires intitulé Scarabées, ou Récits des champs (1856). Il est aussi l’auteur de récits jurassiens, parus d’abord en plusieurs livraisons dans la Revue des deux mondes entre 1854 et 1861 avant de faire l’objet d’une publication en un volume en 1869. Son Chansonnier salinois clôt en 1882 sa production « régionaliste ». Continuer la lecture de Charles Toubin, archéologue et linguiste jurassien

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bibliographie en ligne de quelques ouvrages de Charles Nodier sur la littérature et la langue

Arch Gall Goog
Dictionnaire de la langue écrite
Dictionnaire raisonnées des onomatopées françaises
1808 1808
1828
Examen critique des dictionnaires de la langue françoise, ou Recherches grammaticales et littéraires sur l’orthographe, l’acception, la définition et l’étymologie des mots, 1828
1829
Mélanges de littérature et de critique. Tome 1
1820
Mélanges de littérature et de critique. Tome 2 1820
Notices bibliographiques, philologiques et littéraires  1834
Notions élémentaires de linguistique, ou Histoire abrégée de la parole et de l’écriture 1834
>>> Compte rendu par le Baron d’Eckstein 1834
Questions de littérature légale : du plagiat, de la supposition d’auteurs, des supercheries qui ont rapport aux livres 1828 1828

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sur les transformations de la langue à la fin du XVIIIe siècle

En lisant la chronique « Bibliopolie lisable » sur le blog d’Ivres de livres, j’ai pris connaissance d’un ouvrage de Louis-Sébastien Mercier paru en en l’an IX (1801) et intitulé Néologie, ou Vocabulaire de mots nouveaux, à renouveler ou pris dans des acceptions nouvelles. J’ai évidemment chercher à savoir s’il était numérisé et disponible en ligne. La réponse est oui, et même plusieurs fois, de sorte que je vais pouvoir le lire soit dans un  volume relié réunissant les tomes 1 et 2, soir dans le  tome 1 et le tome 2  séparés. Notez qu’une nouvelle édition établie, présentée et annotée par Jean-Claude Bonnet est parue cher Belin en 2009.

Au fil de ma navigation sur le net, je suis tombé sur un livre de F. Gohin, Les Transformations de la langue française pendant la deuxième moitié XVIIIe siècle (1749-1789), paru en 1903. Ferdinand Brunetière lui consacre deux ans plus tard un long article dans la Revue des Deux Mondes, article où il est également question La grammaire du Purisme et l’Académie française au XVIIIe siècle d’Alexis François. Si j’ajoute à cela les ouvrages indiqués dans la bibliographie du livre de F. Gohin et l’ouvrage d’Henriette Walter, Des mots sans-culottes, paru en 1989, me voici avec quelques références sur la langue française à la fin du XVIIIe  siècle. Reste à les lire…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’étymologie controversée du nom Alsace

En discutant de l’étymologie du nom Alsace avec le collègue qui m’avait parlé du roman de Marie Hart, je me suis rendu compte que l’explication selon laquelle ce nom viendrait de la rivière Ill n’était pas la seule. En fait, il existe plusieurs interprétations basées sur des racines germaniques ou celtiques, et, ce qui complique sensiblement la situation, le débat autour de la question est fortement entaché de nationalismes français et allemand. Du coup j’ai souhaité rassembler un peu de documentation sur la question. Continuer la lecture de L’étymologie controversée du nom Alsace

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La Flore générale des environs de Paris et la justesse des mots

La Flore générale des environs de Paris de François Fulgis Chevallier est un ouvrage qui a connu deux éditions l’une en 1826, l’autre en 1836. Si je vous le signale, c’est pour bien rappeler la distinction entre tome et volume, car nous sommes ici confrontés à un ouvrage en 2 tomes et en 3 volumes. Continuer la lecture de La Flore générale des environs de Paris et la justesse des mots

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Lire une carte topographique, c’est aussi apprendre un peu l’histoire d’un territoire

Quand vous utilisez une carte topographique, ou pour mieux dire, quand vous la lisez, ce n’est pas seulement une situation figée à un instant t qui s’offre à vous, mais bien toute l’histoire du territoire représenté, une sorte de paysage du temps.

Voyez telle ou telle grande ville, avec son centre historique densément peuplé représenté en noir, ceinturé par les boulevards qui ont remplacé les anciens remparts et auprès desquels s’est fixée la gare de chemin de fer au cours du XIXe siècle. Au-delà, les anciens faubourgs, puis les barres d’immeubles, les zones commerciales et le mitage périurbain des lotissements récents. Bref, la croissance urbaine des deux derniers siècles et ses dégâts collatéraux… Continuer la lecture de Lire une carte topographique, c’est aussi apprendre un peu l’histoire d’un territoire

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Lieux communs

Vous connaissez tous sans doute le Dictionnaire des idées reçues de Gustave Flaubert. Or qu’est-ce qu’une idée reçue si ce n’est un lieu commun. Ce terme dont le sens a dérivé de développement oratoire dans la rhétorique grecque à celui de rubriques d’indexation de répertoires au XVI siècle (cf. Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1997, n°49), est aujourd’hui synonyme de cliché, poncif, platitude, banalité. Comme tels, les lieux communs ont fait l’objet des critiques plus ou moins vigoureuses ou ironiques et je voudrais vous proposer sur le sujet une petite bibliographie.

Continuer la lecture de Lieux communs

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts