Archives de catégorie : Un peu de tout

Association pour la Valorisation de la Recherche en Indre-et-Loire

Noël Mazel, président de l’ Association pour la Valorisation de la Recherche en Indre-et-Loire, m’a transmis le message suivant :

La toute jeune Association pour la Valorisation de la Recherche en Indre-et-Loire est heureuse de vous accueillir sur son site et de vous convier aux conférences publique données dans le cadre de son 1er congrès « Patrimoines tourangeaux » (Tours, 30 mars-8 avril 2011).

Jean Destouches. « Deux siècles de médecine tourangelle de Pierre Bretonneau à Emile Aron ». Faculté de Médecine, Amphi A, vendredi 1er avril, 19h00. Plus d’informations.

Isaac Gallois. « Nicolas Bourbaki et l’école mathématique de Tours ». Faculté de Sciences-Pharmacie, Bâtiment E, mardi 5 avril, 18h00. Plus d’informations.

Pierre Arnaud. « Psychologie des foules en bibliothèques universitaires : le cas des usagers du SCD de Tours ». Site Tanneurs de l’université François Rabelais, amphi A de l’extension . jeudi 7 avril à 18h30. Plus d’information.

Fernand Reclus. « Un projet de restauration des milieux aquatiques en Touraine : le Vieux Cher entre Savonnière et Bréhémont ». Faculté de Droit, Economie et Sciences sociales, Bâtiment D, vendredi 8 avril, 18h30. Plus d’informations.

Venez nombreux.
Noël Mazel
Président de l’ Association pour la Valorisation de la Recherche en Indre-et-Loire

 

Les recommandations du W3C en français

Le World Wide Web Consortium (W3C) est un organisme de standardisation à but non-lucratif, fondé en octobre 1994 pour promouvoir la compatibilité des technologies du World Wide Web (HTML, XHTML, XML, RDF, CSS, PNG…). Plus d’infos sur le site web de cet organisme ou, pour ceux qui comme moi auraient quelques difficultés avec la langue de Shakespeare, sur Wikipedia francophone.

Ancien employé du W3C, Karl Dubost a mis une traduction en français de certaines recommandations du W3C sur son site web, lequel est par ailleurs fort agréable à parcourir pour ses photos et ses textes.

Archives nationales / Maison de l’Histoire de France

Dossier de presse (mise à jour du 22 octobre 2010)

Avril 2008 : « La Maison de l’histoire de France » rapport d’Hervé Lemoine

D’autres rapports ont suivis. Voci ce qu’il en est dit le 18 octobre 2010 sur le blog des livres de La Recherche :

On a parlé beaucoup, et pour cause, d’histoire aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois ce week-end, et de la fameuse « Maison de l’histoire de France » devant s’installer au plus vite dans le quadrilatère parisien des Archives nationales. Le moins qu’on puisse dire est que les rapports de référence – ceux particulièrement d’avril 2008 (par Hervé Lemoine, devenu en janvier 2010 directeur du Service interministériel des Archives de France), et d’avril 2010 (par Jean-François Hébert, chargé de la préfiguration du projet présidentiel) – ne brillent ni par leur érudition ni leur réflexion. Pas d’état des lieux du gros dossier histoire & musées en France, pas de tentative d’élucidation de l’énigme : pourquoi une absence de musée central de l’histoire de France dans un pays si marqué par l’histoire, par le travail historien, et par le centralisme monarchique et républicain. Il existe pourtant une tradition du rapport administratif de référence, tel celui de Guy Braibant sur Les Archives en France en 1996 (édité par La Documentation Française). Le projet, en ce sens, de « Maison de l’histoire de France », est très mal parti, sans parler des attendus idéologiques.

23 septembre 2009 : Nouvel Obs – « La Maison de l’histoire de France franchit un pas »

24 mai 2010 : Le Parisien – « Maison de l’histoire de France : l’Ile Seguin joue la modernité »

12 septembre 2010 : TF1 – « La Maison de l’histoire de France trouve sa place à Paris »

14 septembre 2010 :  Ministère de la Culture – « La Maison de l’histoire de France s’installera aux Archives Nationales »

16 septembre 2010 : Libération – « Les Archives occupées par le personnel »

22 septembre 2010 : HNS Info – « Non à la Maison de l’Histoire de France aux Archives Nationales ! 4ème nuit d’occupation de l’Hôtel de Soubise »

8 octobre 2010 : Archivistes – « La « maison de l’histoire de France » aux Archives nationales ? L’Association des archivistes français prend position »

15 octobre 2010 : Mediapart – Antoine Perrault « Du rififi mémoriel aux Archives nationales contre le musée Sarkozy »

16 octobre 2010 : Bakchich info – Lucie Delaporte « Les historiens disent non au musée Sarkozy »

A suivre…

Voir aussi

un profil Facebook Maison de l’Histoire de France, pas aux Archives

un dossier de Fabula

Les séries de l’été 2010

L’été est, pour les divers quotidiens nationaux, le temps des séries, entendez par là un ensemble d’articles consacrés à un même thème, bon moyen de fidéliser le lecteur. En voici quelques unes, au cas où elles vous auraient échappé. Liste partielle et partiale à compléter, évidemment…

Les Echos

  • Ces femmes qui ont changé l’économie
  • Les nouveaux lieux de la mondialisation

Le Figaro

  • Les énigmes de l’art

Libération

  • Excentriques

Le Monde

  • La saga des revues : 30 articles parus du 13 juillet au 15 août

Pause estivale

Je me retire pour quelques semaines dans mon estivale demeure familiale et jurassienne. Point n’y ai accès à internet, ce dont je me passe fort bien. Si, si, un mois de sevrage, ça ne fait pas de mal, bien au contraire. Lectures et balades, voici mon quotidien pour les semaines à venir. Mais je pense bien vous en ramener quelques idées d’ouvrages, d’auteurs ou de monuments à découvrir. J’apporte du reste l’ordi pour commencer à les rédiger.

Bon été à tous.

Jean-Loïc Le Quellec, archéologue saharien et démonteur de mythes

Samedi dernier, j’ai écouté Mauvais genres sur France Culture. L’émission de ce 19 juin dont je vous conseille l’écoute, avait pour titre archéologie fiction. En voici l’argument :

Mondes perdus, sciences maudites et mythologies délirantes à l’affiche ce soir d’un Mauvais Genres qui fera la part belle à deux récentes publications de l’archéologue et saharien Jean Loic Le Quellec: Des martiens au Sahara et La dame blanche et l’Atlantide, tous deux publiés chez Errance-Actes sud. Deux ouvrages qui analysent par le menu toutes les supercheries et hypothèses délirantes néées de la fabrication ou de l’analyse erronnée de preuves archéologiques, la plupart minérales.

 

Sur les ouvrages

Quelques informations complémentaires données par l’éditeur.

Des Martiens au Sahara : chroniques d’archéologie romantique, Actes Sud, 2009

Des Martiens ont atterri au Sahara durant la préhistoire (la preuve : ils sont représentés sur les peintures du Tassili !), les hommes ont connu les dinosaures (on a des traces de pas qui le prouvent !), les géants bibliques ont réellement existé (on a retrouvé leurs squelettes !), l’arche de Noé et le jardin d’Eden ont été retrouvés en Turquie, les lignes de Nazca sont d’anciennes pistes d’atterrissage, les anciens Mayas utilisaient des crânes de cristal aux mystérieux pouvoirs…

Quel point commun entre ces différentes affirmations ? Elles sont toutes fausses ! Et pourtant, elles se prétendent scientifiques. Elles font le bonheur des amateurs (et éditeurs) d’archéologie-fiction. Quand elles ne s’appuient pas sur des manipulations, supercheries ou autres coups montés par des personnages peu scrupuleux, elles continuent de tenir pour acceptables des arguments pourtant démentis depuis belle lurette.

Ou bien elles résultent au mieux d’une lecture naïve pratiquée sur des documents authentiques par des auteurs incompétents mais de bonne foi, au pire de mensonges montés en toute connaissance de cause par de véritables imposteurs. Toutes sont aussi très largement diffusées par des articles, livres et même revues spécialisées dans ce genre de littérature, et aussi par d’innombrables sites Internet et films documentaires.

Mille théories délirantes font ainsi l’objet de livres qui deviennent souvent des best-sellers, alors que les thèses que défendent leurs auteurs sont réfutées depuis long-temps, souvent depuis le XIXè siècle ou le début du XXè. Cet ouvrage fait le tour de quelques-uns de ces véritables « mythes scientifiques » modernes, afin de montrer comment ils se sont construits, d’examiner les données erronées sur lesquelles ils s’appuient et, le cas échéant, de dénoncer les présupposés politiques et raciaux qui les sous-tendent.

Ce livre fait donc oeuvre utile en incitant le lecteur à davantage de vigilance.

La Dame blanche et l’Atlantide : Ophir et le Grand Zimbabwe : enquête sur un mythe archéologique, Editions Errance, 2010.

Cette enquête minutieuse, conduite autour d’une image rupestre célèbre, la « Dame Blanche », permet de faire un point sur les présupposés mythiques infusant nombre de recherches scientifiques, particulièrement dans le cas des études d’art rupestre.

Elle met aussi en lumière l’existence de surprenantes passerelles entre travaux savants et productions littéraires ou artistiques (romans, films, bandes dessinées, récits d’aventures). En effet, le dépouillement des archives et de la correspondance de l’abbé montrent que le moteur premier des travaux qu’il a réalisés en Afrique australe comme de ceux de son élève Henri Lhote au Tassili était la recherche d’anciennes colonies « blanches » disparues, et qui se seraient établies, dès la préhistoire, au coeur du continent Noir.

Tant Breuil que Lhote ont alors retrouvé sur les roches africaines des peintures rupestres qui leur ont paru représenter des « dames blanches » qu’ils ont aussitôt interprétées comme des déesses ou des reines propres aux anciens royaumes dont ils croyaient avoir découvert les vestiges. Ce faisant, ils ressuscitaient et nourrissaient à la fois deux mythes : celui d’une Atlantide saharienne pour Henri Lhote et, pour l’abbé, celui de l’identification des grandes ruines du Zimbabwe à la ville mythique d’Ophir, d’où, selon la Bible, le roi Salomon tirait ses fabuleuses richesses.

Avec le recul, nous voyons bien maintenant que leurs théories n’étaient qu’un reflet maladroit des idées de leur temps, particulièrement du contexte colonial au Sahara et de l’apartheid en Afrique du Sud. A leur insu, la production scientifique de ces deux savants avait pour fonction de justifier la présence blanche en Afrique, et elle fut amplement instrumentalisée dans ce sens. Pourtant, des études récentes ont désormais démontré que la « Dame Blanche » qui fascina tant l’abbé Breuil n’était en réalité ni blanche ni même une femme.

Une question demeure : si une telle interpénétration de la science et du mythe au service du politique fut possible au milieu du XXe siècle, qu’en est-il de nos jours ?

Pour plus d’informations sur cet ouvrage :

Extrait publié dans La Recherche, n°439, mars 2010, p.64-67 

L’abbé Breuil et la Dame blanche du Brandberg. Naissance et postérité d’un mythe,  Les Nouvelles de l’Archéologie,  2007, tome 106 4e trimestre 2006, p. 21-28.

 

Sur Jean-Loïc Le Quellec

Visiter son site, L’esprit des pierres, qui fait la part belle à l’art rupestre saharien, à la préhistoire et à la mythologie. Vous y trouverez par exemple

une bibliographie générale sur la mythologie

des documents bibliographiques introuvables ici et

des ressources télécharchargeables, avec entre autres choses des polices de caractères tifinâgh

Voir aussi la courte notice qui lui est consacrée sur Bibliomonde.

Jean-Loîc Le Quellec préside l’AAARS – Association des Amis de l’Art Rupestre Saharien.

Robert Morel, un éditeur curieux

(Dernière mise à jour : 13 novembre 2013)

Je possède un exemplaire de La littérature en perles, excellent petit livre consacré aux perles de nos écrivains (à ne pas confondre avec les coquilles des typographes…) et paru aux éditions Robert Morel. Il m’arrive fréquemment de voir chez les bouquinistes des ouvrages  publiés chez cet éditeur. Ceux-ci sont toujours curieux tant par leur forme que par leur contenu.

J’ai donc souhaité en savoir un peu plus et j’ai d’abord ramené dans mes filets les deux sites ci-dessous :

Le site officiel des Amis de Robert Morel, avec sa visite diaporama, ses liens, ses actualités

Un site de Jacques Métille avec notamment une liste de livres, laquelle renvoie à de brèves présentations accompagnées de photographies des ouvrages (cliquez par exemple sur celle ci-dessus)

Je vous invite à les visiter pour découvrir vous aussi cet éditeur joyeux ainsi que le qualifiait une exposition itinérante de 2001.

Pourquoi pas des livres ronds, carrés, triangulaires, troués, cubiques, reliés en bois ou en cuivre, imprimés sur des vieux papiers, de liège, filtre ou d’emballage, et même sans couverture, si c’est cela qui va de soi ?

Pourquoi faudrait-il qu’un livre ressemblât toujours à un autre livre ? Est-ce que vous ne changez pas souvent de chapeaux, de présidents, de mouchoirs, et même de femmes ?

Rober Morel

Voir aussi

Célébration de Robert Morel dans la bibliothèque numérique de Lyon

l’article Robert Morel éditeur sur le blog Le livre à la carte

Robert Morel, une aventure éditoriale au XXème siècle, mémoire de Reine Bürki disponible dans la bibliothèque numérique de l’ENSSIB

Sur le site de Jules Mougin, j’ai trouvé la liste exhaustive des titres de la collection O à laquelle appartient La littérature en perles. Je la reprends ci-dessous. Vous retrouverez ces mêmes titres, mais pas dans le même ordre, sur le site du fonds Robert Morel de la Médiathèque Louis-Joseph de Château-Arnoux, avec des renvois vers la liste de Jacques Métille.

Comme plusieurs autres collections des éditions Robert Morel (Les CélébrationsLa Collection blanche), les O sont une création d’Odette Ducarre (cf. WikipédiaJacques Métille ;  Regard, toute petite revue d’art, n° 92,  février 2006 ; ma chronique du 12 janvier 2011 : O comme Odette Ducarre).

N° 1. Les Mots de Mao.

N° 2. Les Jurons et les gros mots.

N° 3. Les Secrets d’amour.

N° 4. Les Fêtes à souhaiter A/C.

N° 5. Pense-bête.

N° 6. Secret de rebouteux.

N° 7. Le Mots de Picasso.

N° 8. 32 pierres précieuses.

N° 9. 365 fromages.

N° 10. O de Saint-Tropez.

N° 11. Les Mots de le Corbusier.

N° 12. Les Mots d’amour (Lui à Elle).

N° 13. 71 tisanes.

N° 14. Histoires de fous.

N° 15. Les Fêtes à souhaiter D/H.

N° 16. Les fêtes à souhaiter I/N.

N° 17. Les Mots de Che Guevara.

N° 18. O de 1968.

N° 19. Les Mots de Degas.

N° 20. Leurs derniers mots.

N° 21. 36 trucs pour mieux conduire.

N° 22. Les Mots d’amour (elle à lui).

N° 22HS. Robert Morel éditeur :1968.

N° 22HS. Robert Morel éditeur : 1969.

N° 23. O TV.

N° 23HC. Aujourd’hui Saint-Mamet.

N° 23HC. 100 trucs pour gagner du temps.

N° 24. Les Mots historiques.

N° 25. O des santons.

N° 26. Les Mots de Van Gogh.

N° 27. Recettes pour bien rêver.

N° 28. La Littérature en perles.

N° 29. O olympique.

N° 30. Les Mots de Fidel Castro.

N° 31. 88 réponses à tout.

N° 32. Les plombiers-zingueurs.

N° 33. O des petits Suisses.

N° 34. Les Vrais mots d’enfants.

N° 35. SOS automobile.

N° 36. Nasser bavard.

N° 37. Je mange des fleurs.

N° 38. Ce sera toi .

N° 39. Dali bavard.

N° 40. La vie de château.

N° 41. 130 superstitions.

N° 42. Les Mots d’Oscar Wilde.

N° 43. Les Grandes plantes.

N° 44. A Coeur Joie.

N° 45. Guide de l’occasion (automobile).

N° 46. Les perles du libraire.

N° 47. XX animaux et talismans.

N° 48. Le Petit Rabelais.

N° 49. Les billets doux (elle à lui).

N° 50. Je lis les écritures.

N° 51. Comment reconnaître les insectes nuisibles.

N° 52. 99 menteries.

N° 53. Secrets d’un brocanteur.

N° 54. Les Secrets des enfants.

N° 55. Les Fêtes à souhaiter O/Z.

N° 56. Les Mots de Charles Baudelaire.

N° 57. O des œufs > voir le billet que lui consacre BiblioMab

N° 58. Petite histoire un peu sainte.

N° 59. Urgent Crier.

N° 60. Dicton de Provence.

N° 61. Je t’aime.

N° 62. Décrocher la lune.

N° 63. Sagittaire.

N° 65. Bonne année.

N° 66. Le Petit Béjart illustré.

N° 67. Durand.

Sans numéros:

Pense à tout.

Aide-mémoire.

Mon O