Paresse et lenteur, deux vertus méconnues pour résister à la vitesse, au travail, au machinisme et au “progrès” : réflexions, citations et digressions décousues

De nos jours, c’est entendu, nul ne peut s’opposer au progrès sans être aussitôt taxé d’être réactionnaire, inadapté ou, pour employer un terme globish, out. Être contre le progrès, c’est, par définition, ne pas être en phase avec notre époque où les progrès sont constants, c’est entendu. Mais quels progrès ? Les progrès techniques ? Sans aucun doute, mais qu’en est-il des progrès sociaux, qui depuis quelques décennies semblent marquer le pas, ce qui n’empêche pas la montée en force des nouvelles technologies de l’information, d’internet et de tant d’autres merveilles. Du reste, ces dernières peuvent être causes de nouvelles inégalités, de régression sociale en créant de nouvelles exclusions à l’origine autant de néologismes : fracture numérique, illelectronisme… Oui, mais, c’est le progrès n’est-ce pas, et on ne saurait toucher à cette idole sacrée qui joue sur cette confusion mensongère entre progrès technique et amélioration des conditions sociales.

Continuer la lecture de Paresse et lenteur, deux vertus méconnues pour résister à la vitesse, au travail, au machinisme et au “progrès” : réflexions, citations et digressions décousues

Uchronies individuelles : tentative de classification

Voici quelques années, je vous avais proposé une chronique sur les uchronies. Celles-ci ont généralement pour cadre et pour un objet un déroulement alternatif de l’histoire à partir d’un point de divergence qui peut être un phénomène naturel, comme la peste noire de 1348, l’Europe étant touchée plus durement que dans notre réalité (La Porte des mondes de Robert Silverberg ou Chroniques des années noires  de Kim Stanley Robinson) ou un évènement politico-militaire, les plus classiques étant  la victoire de l’Allemagne lors de la Seconde guerre mondiale (Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick ou Fatherland de Robert Harris) ou celle de Napoléon en Russie (Napoléon et la conquête du monde: 1812 à 1832 de Louis-Napoléon Geoffroy-Château), au Moyen-Orient (Histoire de ce qui n’est pas arrivé de Joseph Méry) ou à Waterloo (Echec au temps de Marcel Thiry et pas mal autres…). Par rapport à notre propre histoire, les modifications  sont telles qu’elles touchent des sociétés entières.

Il existe cependant des uchronies ne concernant que la vie d’une personne ordinaire : les modifications apportées n’intéressent que cette personne et son proche entourage. Ce sont en quelque sorte des ubiographies ou des ubiochronies. Elles ont  pour point commun de nous proposer au moins deux destins possibles d’une même personne. Elles me semblent pouvoir être classées dans trois catégories différentes que je me propose de vous présenter ici.

Continuer la lecture de Uchronies individuelles : tentative de classification

Niklaus Meienberg et Maurice Bavaud, deux consciences helvétiques

Dans le dernier Livres de la semaine, j’ai repéré la réédition récente aux éditions Zoé de l’ouvrage de Niklaus Meienberg, Maurice Bavaud a voulu tuer Hitler. Bonne occasion de présenter à mes compatriotes ces consciences de la Confédération helvétique.

Ma découverte du journaliste suisse alémanique Niklaus Meienberg (1940-1993) est toute récente. Elle s’est faite à travers un roman de Daniel de Roulet, L’Oiselier. Il y est le principal protagoniste, dans le contexte d’assassinats mystérieux, dont celui d’un soldat suisse, de part et d’autre de la frontière franco-suisse, tandis que le Groupe Bélier poursuit son action pour un Canton du Jura unifié, et que la Fraction armée rouge enlève, dans la proche Allemagne, le patron des patrons allemands, Hans-Martin Schleyer.

Continuer la lecture de Niklaus Meienberg et Maurice Bavaud, deux consciences helvétiques

De guerre en fils et autres documents en ligne autour du 17 octobre 1961

Songe, songe, Céphise, à cette nuit cruelle
Qui fut pour tout un peuple une nuit éternelle.

Racine. Andromaque, Acte 3 Scène 8

Avant-hier soir, à l’émission C ce soir sur France 5, dans le cadre d’une émission où il a notamment été question du film Leur Algérie de Lina Soualem et des rapports actuellement un peu tendus entre l’Algérie et la France, Camille Diao a évoqué De guerre en fils, podcast réalisé par François Pérache pour Arte Radio. Partant de la mort de son grand-père, policier parisien assassiné par le 2 octobre 1961, il en vient a aborder le grand massacre de manifestants algériens perpétré quinze jours plus tard par le préfet de police Maurice Papon, un évènement longtemps occulté dont nous commémorons cette année le 60e anniversaire.

Continuer la lecture de De guerre en fils et autres documents en ligne autour du 17 octobre 1961

Du Dépôt de la guerre au Service Géographique de l’Armée : les origines militaires de l’IGN

Le Dépôt de la Guerre, créé par Louvois en1688 était le bureau de cartographie et d’archives à intérêt militaire de l’armée française. Son rôle fut amplifié sous la Révolution et l’Empire où il prend nom de Dépôt général de la Guerre et de la Géographie. Cependant, ce service n’a pas le monopole de la cartographie au sein des servicesl’Etat, le Dépôt général des cartes et plans de la Marine et des Colonies remplissant une mission identique pour le domaine maritime.

Artilleur de formation et passé par le Bureau Topographique, Bonaparte attache une grande importance à la cartographie. Le Corps des Ingénieurs Géographes du Dépôt de la Guerre effectue de nombreux travaux sur les territoires touchés par les conflits (Italie, Égypte, Prusse, Autriche et Russie). Mais toutes les plaques de cuivre de la carte de l’Empereur (420 feuilles au 1:100 000) sauf une, celle de la Bavière, disparaissent, dans la Bérézina…

Continuer la lecture de Du Dépôt de la guerre au Service Géographique de l’Armée : les origines militaires de l’IGN

Autour d’Omar Khayyam et des Rubaiyat

Je regroupe ici de manière un peu systématique des liens vers mes chroniques consacrées à Omar Khayyam et à ses rubayat.

Bibliographies
Manuscrits
Traductions
Illustrations
Varia

Interroger le présent pour (se) préparer (à) l’avenir : un peu de prospective radiophonique avec François Saltiel et quelques autres

Pendant cinq ans, François Saltiel a tenu une chronique consacrée aux nouvelles technologies dans l’émission 28 minutes sur Arte. Depuis septembre dernier, il présente sur France Culture Le Meilleur des mondes, dont le titre n’est pas sans rappeler la dystopie bien connue d’Adlous Huxley. C’est qu’ il questionne les nouvelles technologies qui reconfigurent notre sociétés dessinant un avenir pas franchement radieux.

Continuer la lecture de Interroger le présent pour (se) préparer (à) l’avenir : un peu de prospective radiophonique avec François Saltiel et quelques autres

Plan d’Alger et de ses environs

Dans le cadre de mon travail, je viens d’être amené à identifier un Plan d’Alger et de ses environs d’après le croquis fait sur les lieux par le Capitaine du Génie Boutin en 1808 et visiblement imprimé au moment de la conquête de l’Algérie puisque figure la mention “Dépôt général de la Guerre 1830.” Voici le résultat de mes petites recherches.

Continuer la lecture de Plan d’Alger et de ses environs

Napoléon La Cécilia, philosophe et général de la Commune de Paris

Photographie par Etienne Carjat

En dépouillant le dernier Livres de la semaine, j’ai noté la parution d’un ouvrage intitulé Le philosophe communeux : Napoléon La Cécilia, néokantien, philologue et général de la Commune de Paris publié chez L’Harmattan par Patrice Vermeren.

Du coup, j’ai voulu en savoir un peu plus sur ce philosophe néokantien, mathématicien et philologue sanskritiste né à Tours en 1835 d’un père carbonaro italien, Giovanni La Cecilia, et d’une mère corse. Il participa à l’Expédition des Mille avec Garibaldi en 1860 et à la défense de Châteaudun et d’Alençon avec l’armée de la Loire lors de la guerre franco-prussienne, épousa de Marie David, une proche de Louise Michel, et fut général de la Commune avant de mourir à 43 ans de tuberculose, en exil et en Egypte, bref, un destin fort romanesque.

Continuer la lecture de Napoléon La Cécilia, philosophe et général de la Commune de Paris

La représentation figurée du prophète Muhammad est-elle vraiment prohibée par l’Islam ?

J’ai reçu dernièrement le message d’un lecteur me demandant de retirer d’une de mes chroniques datée de près de dix ans, L’araignée salvatrice…, l’image suivante du prophète Muhammad et d’un de ses compagnons au motif que leur représentation est interdite chez [eux] en islam et [leur] fait offense.

Carte postale algérienne, années 1920-1930

Cela m’a passablement irrité et je vous laisse voir par vous-même dans les commentaires de la chronique indiquée quelle a été ma réponse. Cependant, j’ai aussi été conduit à me demander quelle était vraiment la position de l’Islam sur la question de la représentation iconique de son prophète et de ses principaux lieutenants, et en cela je devrais plutôt être reconnaissant à mon interlocuteur…

Continuer la lecture de La représentation figurée du prophète Muhammad est-elle vraiment prohibée par l’Islam ?