La Promenade à cheval, Le Suprême bon ton n° 25 : à propos d’une estampe et de sa collection

Parmi les diverses estampes héritées de mes aïeux, La Promenade à cheval fait partie de mes préférées. Selon la notice de l’exemplaire accessible sur Gallica, elle aurait été éditée en 1815, et il est précisé sur la gravure “A Paris, chez Martlnet“. Il s’agit d’une maison fondée en 1796 par l’imprimeur-libraire Aaron Martinet (1762-1841), fils du graveur François-Nicolas Martinet (1731-1800?). Il sera actif comme libraire jusqu’en 1824, date à laquelle il se démet en faveur de son gendre Herménégilde-Honorat Hautecoeur (17.. -18..) ou à Étienne Rosier (17..-1842), les notices bnf.data étant un peu contradictoires sur ce point… Il continue à faire commerce d’estampes jusqu’à sa mort.

Continuer la lecture de La Promenade à cheval, Le Suprême bon ton n° 25 : à propos d’une estampe et de sa collection

La Martinerie à l’hôtel Gouïn

Fondé par trois soeurs passionnées de tapisserie, l’Atelier de la Martinerie investit l’Hôtel Goüin jusqu’au 8 janvier. Michelle, Pat et Jacqueline sont issues des Beaux Arts de Paris. Elles dessinent et créent d’extraordinaires tapisseries depuis 1956 à Ports-sur-Vienne, dans leur château de Hauteclaire. Leur univers onirique est notamment marqué par l’oeuvre du poète mystique Kabîr (1440-1518) qui était lui aussi tisserand.

Continuer la lecture de La Martinerie à l’hôtel Gouïn

Ressources sur le Maghreb et le monde arabe

La bibliothèque universitaire des Deux-Lions (droit – économie – géographie) de l’université de Tours vient de créer un carnet sur Hypothèses. Intitulé Ressources sur le Maghreb et le monde arabe, il a pour objet de valoriser et de faire connaître au public les ressources concernant cette aire géographique conservées dans ses collections. Il ne faudra pas vous étonner si certaines chroniques auront au début quelques ressemblances avec d’autres présentes sur Biblioweb. Je suis en effet un des rédacteurs…

Léo Marchutz et les rues d’Aix

Je découvre tous les jours ma profonde ignorance au sujet de l’histoire culturelle et artistique de ma ville d’origine. Encore dernièrement, à l’occasion d’une formation sur le site Richelieu de la BnF, j’ai appris qu’une prochaine table ronde intitulée Les rues d’Aix de Léo Marchutz était organisée par l’ITEM au 5, rue Vivienne le 15 décembre prochain. Or j’avoue à ma grande honte que j’ignorais jusqu’au nom de celui que la Société Paul Cézanne présente comme un admirateur et défenseur de Cézanne. Mais peut-être êtes-vous dans le même cas.

Continuer la lecture de Léo Marchutz et les rues d’Aix

Les Choses. Une histoire de la nature morte depuis la Préhistoire

Le musée du Louvre accueille du 12 octobre 2022 au 23 janvier 2023 une exposition intitulée Les Choses, une histoire de la nature morte organisée par l’historienne d’histoire de l’art Laurence Bertrand Dorléac. La dernière grande rétrospective consacréée à ce genre trop méconnu date de 1952, à l’Orangerie. C’est dire l’importance de cet évènement artistique et culturel. D’une grande variété, les œuvres présentées sont de toutes les époques et de toutes les régions du monde, et comme le sujet est de ceux qui m’intéressent, je vais rassembler quelques informations, en espérant pouvoir visiter cette exposition avant la fin janvier. Sinon, je me contenterai du catalogue

Continuer la lecture de Les Choses. Une histoire de la nature morte depuis la Préhistoire

Noël dystopiques

A l’approche d’un Noël qui s’annonce calamiteux, je voudrais vous inviter à (re)lire deux bandes-dessinées où cette fête est au centre de dystopies. Les Pères Noël y constituent d’inquiétantes milices, à mille lieues du sympathique bonhomme au couleur de Coca Cola, et la fête obligatoire se révèle une vraie dictature.

Les éditions originales de ces histoires sont parues entre 1997 et 1999, ce qui ne nous rajeunit pas. Elles sont signées Tronchet et O’Groj et il serait tentant de les placer du côté de la bande dessinée humoristique, catégorie à laquelle elles appartiennent indubitablement. Cependant le rire est jaune, pour ne pas dire tragique et désespéré. Non, ce n’est pas de la gaudriole et leurs résonances avec le monde actuel sont plutôt faites pour nous interroger sur la société que nous souhaitons.

Continuer la lecture de Noël dystopiques