Confinement : la leçon de Rousseau

Rousseau en quarantaine italienne, un article paru sur le site de Philosophie magazine le 10 mars dernier, au début des mesures de confinement décrétées en Italie, nous rappelle que le philosophe genevois fut mis en quarantaine dans un lazaret à Gênes. Comment prit-il la chose ? Stoïquement. Voir ci-dessous l’extrait des Confessions, Livre Septième, où il est question de cet épisode.

Continuer la lecture de Confinement : la leçon de Rousseau

Comment lutter contre l’épidémie : la leçon de Camus

– C’est une idée qui peut faire rire, mais la seule façon de lutter contre la peste, c’est l’honnêteté
– Qu’est-ce que c’est l’honnêteté ? dit Rambert, d’un air soudain sérieux.
 – Je ne sais pas ce qu’elle est en général. Mais dans mon cas, je sais qu’elle consiste à faire mon métier

Albert Camus, La peste

J’ai trouvé cette citation dans le premier numéro des Carnets de la drôle de guerre des rédacteurs de Philosophie magazine.

Covid-19. Les philosophes face à l’épidémie, un dossier de Philosophie Magazine au temps de la drôle de guerre

Pour alimenter la réflexion sur la crise sanitaire actuelle, je vous recommande le dossier ouvert par Philosophie magazine qui s’alimente quotidiennement d’interview de philosophes contemporains. Vous pouvez vous abonner gratuitement aux Carnets de la drôle de guerre tenu par les rédacteurs de cette excellente revue. Puisse cette période de confinement être aussi un temps de réflexion et de retour aux questions essentielles…

Relire Face aux feux du soleil au temps du corona

Face aux feux du soleil (titre original : The naked sun) d’Isaac Azimov fait partie du cycle des Robots. Pour être précis, il s’agit de la suite des Cavernes d’acier, qui met en scène le tandem formé par l’inspecteur Lije Baley et son collègue R. Daneel Olivaw. R. pour Robot, car R. Daneel est un androïde.

Pourquoi s’intéreser à cet ouvrage ? C’est que m’est revenue en mémoire une des caractéristiques les plus frappantes de Solaria, la planète où se déroule la deuxième enquête de notre duo de policiers : les habitants y sont habitués dès l’enfance à ne communiquer que par les moyens de télécommunication (écrans, hologrammes) et à n’avoir aucun contact physique direct. Cela ne vous rappelle rien, en ces temps de réseaux sociaux omniprésents et de distanciation sociale décrétée d’en haut ?

Continuer la lecture de Relire Face aux feux du soleil au temps du corona

Notre bon dieu ! et si c’était pas le vrai…

Marcel Pagnol, César

Oui, si les boeufs et les chevaux et les lions avaient des mains et pouvaient, avec leurs mains, peindre et produire des oeuvres comme les hommes, les chevaux peindraient des figures de dieux pareilles à des chevaux, et les boeufs pareilles à des boeufs, bref des images analogues à celles de toutes les espèces animales.

Il n’y a jamais eu, il n’y aura jamais personne qui ait une claire connaissance des dieux ni de tout ce dont je parle. Qui pourrait s’exprimer là-dessus de la façon la plus accomplie, celui-là même n’en sait rien ; il n’y a partout que des opinions.

Xénophane de Colophon

Ces dieux que l’homme a faits et qui n’ont point fait l’homme.

Savinien de Cyrano de Bergerac, La mort d’Agrippine

Confinement massif : la leçon de Knock

LE DOCTEUR

Vous ne pouvez cependant pas mettre tout un canton au lit !

KNOCK

Cela se discuterait. Car j’ai connu, moi, cinq personnes de la même famille, malades toutes à la fois, au lit toutes à la fois, et qui se débrouillaient fort bien. Votre objection me fait penser à ces fameux économistes qui prétendaient qu’une grande guerre moderne ne pourrait pas durer plus de six semaines. La vérité, c’est que nous manquons tous d’audace, que personne, pas même moi, n’osera aller jusqu’au bout et mettre toute une population au lit, pour voir, pour voir ! Mais soit ! Je vous accorderai qu’il faut des gens bien portants, ne serait-ce que pour soigner les autres, ou former, à l’arrière des malades en activité, une espèce de réserve. […]

Jules Romains, Knock ou Le triomphe de la Médecine, acte 3 scène 6

Lecture de la scène 6 de l’acte 3 par Jules Romain
Lecture de l’ensemble la pièce par François Périer (1954)
Film de Jean Brochard avec le génial Louis Jouvet (1951)

Épidémies et littérature

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)
Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n’en voyait point d’occupés
A chercher le soutien d’une mourante vie ;
Nul mets n’excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n’épiaient
La douce et l’innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d’amour, partant plus de joie. […]

Jean de La Fontaine, Les animaux malades de la peste

L’étonnante crise sanitaire que nous traversons ne manquera pas d’inspirer dans quelques mois ou quelques années des romans ou d’autres œuvres littéraires. Du coup, je vais explorer un peu le thème des épidémies en littérature. Je commencerai par quelques études sur ce thème avant de vous proposer une liste d’œuvres.

Dernière mise à jour : 26 mars 2020.

Continuer la lecture de Épidémies et littérature

Philosophie de l’épidémie

L’épidémie n’est pas du côté de l’excès, mais de la transfiguration. Elle décompose les corps et les idées qui sont devant nous pour mieux faire apparaître ce qui était jusque là, contenu à l’intérieur de frontières bien délimitées. Quatre émissions pour comprendre pourquoi cette propagation à grande vitesse fascine autant qu’elle fait peur : de notre cohabitation avec les animaux à La Peste de Camus, en passant par les films d’horreur épidémiologiques.

Chroniques de la bibliothèque de Babel