La poésie parodique, burlesque, humoristique, satirique… bref, les poètes du rire

Paul Madière. Les poètes parodistes : anthologie de parodies du XVIIe siècle à nos jours. Paris : Louis-Michaud, 1912

Vous trouverez ci-dessous une bibliographie en cours de constitution sur le rire en poésie, qui fera l’objet de mises à jour régulières.

Continuer la lecture de La poésie parodique, burlesque, humoristique, satirique… bref, les poètes du rire

Anthologies de poésie allemande

Trois poèmes pour commencer

Dû bist mîn, ich bin dîn.
des solt dû gewis sîn.
dû bist beslozzen
in mînem herzen,
verlorn ist das sluzzelîn:
dû muost ouch immêr darinne sîn

Auteur anonyme du XIIe siècle

Die Ros’ ist ohn’ Warum, sie blühet, weil sie blühet.
Sie achtet nicht ihrer selbst, fragt nicht, ob man sie siehet

Angelus Silesius, disique extrait du Cherubinischer Wandersmann

Mein Herz gleicht ganz dem Meere,
Hat Sturm und Ebb’ und Flut,
Und manche schöne Perle
In seiner Tiefe ruht.

Heinrich Mann, dernière strophe du poème Das Fischermädchen extrait de Buch der Lieder

Continuer la lecture de Anthologies de poésie allemande

Études Marines et autres revues « militaires »

Nous venons de recevoir un fascicule d’Études Marines, une revue semestrielle qui fait partie des publications du Centre d’Etudes Stratégiques de la Marine (CESM). Elle parait depuis 2011 et contient des publications scientifiques faisant intervenir des auteurs reconnus sur des sujets transversaux , bref, le type de revues que je préfèrent : celles qui ne comportent que des numéros thématiques. Ses fascicules sont accessibles en ligne et ils ne me semblent plutôt dignes d’intérêt. A vous de voir si cela peut vous intéresser.

Continuer la lecture de Études Marines et autres revues « militaires »

Anthologies de poésie chinoise

Certaines de mes chroniques ont déjà effleuré la poésie chinoise, qu’il s’agisse de la ballade de Mulan ou de l’anthologie Ombres de Chine d’André Markowicz. Je voudrais vous proposer ici quelques anthologies que vous pourrez trouver soit en ligne soit en librairie et bibliothèque.

Continuer la lecture de Anthologies de poésie chinoise

La peste à Marseille en 1720, une source d’inspiration littéraire

Il y a deux-cents ans, une grave épidémie de peste touche la ville de Marseille et une partie de la Provence, s’étendant bientôt au Languedoc et au Comtat et jusqu’au Gévaudan. Il faudra deux ans pour enrayer l’épidémie au cours de laquelle les églises sont fermées pendant que les gens tentent de se prémunir en se frictionnant à l’aide de vinaigre. Cela ne vous rappelle rien en ces temps de covid-19 ?Je voudrais vous signaler ici deux des représentations littéraires de cet évènement.

Continuer la lecture de La peste à Marseille en 1720, une source d’inspiration littéraire

La liberté d’expression et la tolérance, ça s’apprend, le second degré et l’irrévérence aussi !

Les peuples n’ont jamais que le degré de liberté que leur audace conquiert sur la peur.

Stendhal (citation trouvée ici)

Samuel Paty avait simplement fait son métier en illustrant son cours d’enseignement moral et civique (EMC) avec une caricature de Mahomet. En réaction à son assassinat, Nicolas Gastineau a publié sur le site de Philosophie magazine un article intitulé « Jules Ferry, la laïcité et le fanatisme » où il remonte à l’origine de ces cours d’instruction civique et morale en s’appuyant sur la lettre aux instituteurs du 17 novembre 1883. Une lettre où les fameux hussards noirs de la République sont appelés à redoubler d’efforts pour préparer à notre pays une génération de bons citoyens.

Continuer la lecture de La liberté d’expression et la tolérance, ça s’apprend, le second degré et l’irrévérence aussi !

Les bureaucrates se ramassent à la pelle et autres chansons de l’album « Pour en finir avec le travail »

En écoutant une émission consacrée à Guy Debord et la société du spectacle, j’ai entendu cette chanson chantée par Vanessa Hachloum, alias Jacqueline Danno

… extraite de Pour en finir avec le travail (1974), album de chansons détournées par les situationnistes produit par Jacques Le Glou. La vie s’écoule, la vie s’enfuit, autre chanson déjà signalée ce carnet, en est également tirée. : .

Ces « chansons du prolétariat révolutionnaire » ont été écrites par Guy Debord, sa compagne Alice Becker-Ho, Raoul Vaneigem, Étienne Roda-Gil et Jacques Le Glou. Elles sont chantées par Jacques Marchais, Jacqueline Danno et Michel Devy. Il s’agit pour la plupart détournements de chansons connues (Il est cinq heures d’après Dutronc-Lanzman, La bicyclette de Barouh-Lai devenue La mitraillette, Les bureaucrates se ramassent à la pelle d’après Prévert-Kosma, La makhnovstchina d’après A l’appel du grand Lénine…). L’bon dieu dans la merde, est la seule chanson historique : elle a été chantée par Ravachol en montant à l’échafaud.

Le disque a été réédité en 1998 par EPM, et à nouveau en 2008 sous le titre Les Chansons Radicales de Mai 68.

Ecouter l’album

Le savant fou

Quand j’étais enfant, j’écoutais souvent L’étrange docteur Clair, gravé sur un vieux 78 tours qui craquait un peu.

Je me souviens encore de cette chanson légèrement terrifique et j’ai découvert récemment que Georges Ulmer en était l’auteur et que Willy Louis l’avait aussi interprété, deux noms qui, je l’avoue, m’étaient parfaitement inconnus.

Continuer la lecture de Le savant fou

Essai sur l’indifférence en matière politique par Armand Granel

En ces temps où, paraît-il, l’indifférence en matière politique grandit avec l’abstention1, il peut être intéressant de voir ce qu’il pouvait être dit sur cette question voici 150 ans. En examinant une liste d’ouvrages du XIXe siècle proposés en don par la Bibliothèque municipale de Toulouse, j’y ai trouvé le titre suivant, dont il existe une version numérisée su Gallica : Essai sur l’indifférence en matière politique d’un certain Armand Granel, avocat. Je ne sais pas ce que ça vaut, mais je le signale, à tout hasard…

  1. Encore faudrait-il être sûr que cette dernière est toujours l’indice d’une indifférence et non d’une grande exigence que le système politique actuel ne peut satisfaire…

Les ravages de la com’ : la Méjanes devient « les » Méjanes

Dernière idée brillante de… De qui au fait ? La mairie d’Aix ? Le directeur de la Méjanes ? Le service de com’ qui n’avait rien a faire ? Bref, si j’en crois le dernier numéro de Côté Méjanes, notre bonne vieille bibliothèque municipale portera désormais un nom au pluriel, histoire de bien montrer, s’il en était besoin, qu’elle est en fait constituée d’un réseau. Et puis, il faut bien donner du travail aux créateurs graphiques qui ont concocté le nouveau logo. L’argent utilisé pour ce genre d’opération de communication n’aurait-il pas pu être mieux employé ?

Peut-être aussi voulait-on justifier le « s » final de « Méjanes » hérité du père fondateur de la bibliothèque, laquelle a, depuis plus de deux siècles, porté ce nom sans que personne ne s’avise d’y toucher. Comme le rappelle Philippe Ferrand dans la Lettre aux Amis de la Méjanes

la Méjanes a la chance d’appartenir, depuis 1810, au cercle restreint des bibliothèques assez célèbres pour être identifiées par le seul nom de leur fondateur : la Bodleyenne (Oxford, 1602), l’Ambrosienne (Milan, 1609), la Mazarine (Paris, 1643), l’Inguimbertine (Carpentras, 1745). . Il est possible qu’elle soit la première et la dernière à mettre son nom au pluriel.

D’autres institutions, comme la Sorbonne (Robert de Sorbon, chapelain de Louis IX), auraient aussi de bonnes raisons d’adopter le pluriel, mais elles s’en gardent pour conserver le prestige de leur nom au singulier.

Mais après tout, il se pourrait bien que cette brillante idée tombe à l’eau face à la force de l’usage et à l’ancrage profond de la Méjanes dans la mémoire aixoise. La communication, ce n’est jamais que de l’éphémère et du futile. Seul importe ce qui demeure, une institution culturelle riche de deux siècles d’histoire et d’un fabuleux patrimoine.

Chroniques de la bibliothèque de Babel

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search