Théâtre d’ombres

En consultant le catalogue des publications des éditions Honoré Champion et Slatkine pour la période d’avril à septembre 2020, j’ai noté la parution début septembre d’un ouvrage de Mariel Oberthür, qui a publié en 2007 Le Cabaret du Chat Noir à Montmartre (1881-1897). Intitulé Ombres et lumière au théâtre de Séraphin au Chat Noir, son nouveau livre est consacré au théâtre d’ombres, lancé en France dans le dernier quart du XVIIIe siècle par Dominique Séraphin et qui atteindra son apogée avec les spectacles mis en scène par le peintre Henri Rivière au Cabaret du Chat Noir. Art optique accompagné de musique et de chansons, précurseur du cinématographe, spectacle fort prisé de nos aïeux au même titre que la lanterne magique et les panoramas, il s’est comme eux un peu effacé de la culture commune française, même si certains, comme la compagnie Coppélius, en maintiennent encore l’héritage.

Continuer la lecture de Théâtre d’ombres

Dictionnaires biographiques d’artistes (peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs…)

Répertoires biographiques d’artistes : ce mémo de la BnF propose des pistes de recherche permettant de trouver des informations sur un artiste, qu’il soit mort ou vivant, français ou étranger, quelle que soit la discipline qu’il ait pratiquée (beaux-arts, arts décoratifs et arts appliqués).

Liste de dictionnaires biographiques artistiques sur Wikipédia

Dictionnaire Bénézit ou Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays : principal dictionnaire biographique d’artistes en français, il recense environ 170 000 artistes du monde entier de l’Antiquité à nos jours. La premère édition de 1911, est accessible en ligne sous forme de deux réimpressions numérisées :

  • Réimpression datée de 1939 de la première édition

Dictionnaire biographique des pensionnaire de l’Académie de France à Rome

Dictionnaire des peintres belges : une des nombreuses bases de données de l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA) présentes sur BALaT

Quelques critiques de la société de consommation

En complément de mes chroniques sur la décroissance, je voudrais assembler ici quelques documents sur la critique de la société de consommation. Moquée par Boris Vian (La complainte du progrès)…

Jacques Debroncard (J’suis heureux)…

Continuer la lecture de Quelques critiques de la société de consommation

Sept pères du calcul écrit

Voici quelques années, en complément de la chronique Compter avec les doigts de la main, je vous avais signalé l’ouvrage de Jérôme Gavin et Alain Schärlig intitulé Sur les doigts, jusqu’à 9999. Les mêmes auteurs ont fait paraître voici un peu plus d’un an un ouvrage qui me semble bien intéressant, Sept pères du calcul écrit. Des chiffres romains aux chiffres arabes 799 – 1202 – 1619 dont voici la présentation sur le site de EPFL Press :

Continuer la lecture de Sept pères du calcul écrit

Le tailleur de pierre japonais et autres histoires sur la relativité de la puissance et de la richesse pour une vie heureuse

Il était une fois un homme qui taillait des pierres dans le rocher. Son labeur était très dur, et il peinait beaucoup, mais son salaire était maigre et il n’était pas satisfait. Il soupirait parce que son labeur était dur. Et il s’écriait : « Ah, si seulement j’étais riche pour pouvoir reposer sur un baleh-baleh au klambu de soie rouge. »
Or voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était riche. Et il reposait sur un baleh-baleh, et son klambu était en soie rouge.

Or le roi du pays vint à passer, des cavaliers précédant sa voiture. Et derrière la voiture il y avait d’autres cavaliers, et l’on tenait le payong d’or au-dessus de la tête du roi. Et lorsque l’homme riche vit cela, il fut chagriné qu’on ne tînt pas de payong d’or au-dessus de sa tête. Il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être roi. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était roi. Et devant sa voiture galopaient de nombreux cavaliers, et d’autres venaient derrière sa voiture, et au-dessus de sa tête on tenait le payong d’or.

Et le soleil brillait de ses rayons brûlants et roussissait la terre, et le brin d’herbe se desséchait. Et le roi se plaignait que le soleil lui brûlait le visage, et était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être le soleil. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était le soleil. Et il envoyait ses rayons vers le haut et vers le bas, vers la droite et vers la gauche, et de toutes parts. Et il roussissait le brin d’herbe à la surface de la terre, et le visage des princes qui y vivaient.

Et un nuage s’interposa entre la terre et lui, et il repoussa les rayons du soleil. Et il fut courroucé de voir qu’on résistait à sa puissance, et se plaignit que ce nuage était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il voulait être le nuage, qui était si puissant.
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il devint nuage et se plaça entre le soleil et la terre et arrêta les rayons, en sorte que l’herbe verdit. Et le nuage pleuvait à grosses gouttes à la surface de la terre, et faisait s’enfler les rivières et des banjirs emportaient les troupeaux.
Et il dévastait les campagne par la masse de ses eaux.

Et il tomba sur un rocher, qui ne céda pas. Et il cascadait en larges torrents, mais le rocher ne cédait pas. Et il fut courroucé parce que le rocher ne voulait pas céder, et parce que la puissance de ses torrents était vaine. Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Ce rocher a reçu une puissance supérieure à la mienne. Je voudrais être ce rocher. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : »Qu’il vous advienne comme vous avez dit. »
Et il devint rocher, et il ne bougeait pas quand le soleil brillait, ni quand il pleuvait.

Or voici qu’arriva un homme avec une pique, et un ciseau pointu, et un lourd marteau, qui taillait des pierres dans le rocher. Et le rocher dit : « Qu’est-ce donc, cet homme est plus puissant que moi, et il taille des pierres dans mon sein ? » Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Je suis plus faible que celui-là. Je voudrais être cet homme. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il fut tailleur de pierre.

Et il taillait des pierres dans le rocher, au prix d’un dur labeur, et il peinait beaucoup pour un maigre salaire, et il était satisfait.

Jeronimus, pseudonyme du baron Van Hoëvell, pasteur de Batavia (1812-1879)

Continuer la lecture de Le tailleur de pierre japonais et autres histoires sur la relativité de la puissance et de la richesse pour une vie heureuse

Hàm Nghi (1871-1944) : empereur en exil, artiste à Alger

En cherchant tout autre choses – et vive la sérendipité ! – j’ai trouvé sur le site de la Société de législation comparée l’annonce d’une conférence qui s’est tenue le 27 février dernier sur Hàm Nghi, éphémère empereur d’Annam qui passa la plus grande partie de sa vie en exil à Alger et y devint un artiste renommé. J’ai rassemblé ci-dessous un peu de documentation.

Continuer la lecture de Hàm Nghi (1871-1944) : empereur en exil, artiste à Alger

Kouang-Tchéou-Wan (Guangzhouwan 廣州灣), une colonie française en Chine

En reprenant le Livres hebdo du 13 mars dernier après deux mois de confinement, j’ai repéré un ouvrage d’Antoine Vanière paru aux Indes savantes, Kouang Tchéou-Wan, colonie clandestine : un territoire à bail français en Chine du Sud (1898-1946).

Voici le résumé de l’ouvrage par l’éditeur (j’ai juste ajouté des liens dans le corps du texte) et vous trouverez plus loin un peu de documentation sur cet héritage des traités inégaux imposés à la Chine.

Continuer la lecture de Kouang-Tchéou-Wan (Guangzhouwan 廣州灣), une colonie française en Chine

Le temps des ouvriers

Je voudrais vous recommander chaleureusement Le temps des ouvriers, un fabuleux documentaire de Stan Neumann sur l’histoire du monde ouvrier européen du début du XVIIIe siècle à nos jours récemment diffusé sur Arte. Vous trouverez ci-dessous les références de ses quatre parties.

Le Temps de l’usine (1700-1820)

Le Temps des barricades (1820-1890)

Le Temps à la chaîne (1880-1935)

Le Temps de la destruction (de 1936 à nos jours)

Chroniques de la bibliothèque de Babel

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search