Une historienne politisée… et ce n’est pas un défaut, bien au contraire !

Grâce à Arrêt sur images, j’ai découvert certaines chroniques de Mathilde Larrère sur divers aspects de l’histoire souvent en rapport avec l’actualité,par exemple le rapprochement abusif des obsèques d’un certain Johnnny Halliday et de celles de Victor HugoContinuer la lecture de Une historienne politisée… et ce n’est pas un défaut, bien au contraire !

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Trois poèmes complémentaires qui nous parlent de la liberté… et de son contraire

Je vous propose ci-dessous trois poèmes sur la liberté et l’ordre établi, le vagabondage et sa répression. Et à toute personne qui trouverait déplacé d’avoir reproduit les textes les plus récents alors qu’il existe des « ayant-droit » – cela m’a déjà été reproché à propos de la chanson Nuit et brouillard de Jean Ferrat – je rétorquerai que ces poèmes sont déjà largement diffusés sur internet et que, si les ayant-droit eux-mêmes me contactent, je veux bien les retirer, mais cela ne m’empêchera pas de faire un lien vers les sites où on peut les trouver…. Continuer la lecture de Trois poèmes complémentaires qui nous parlent de la liberté… et de son contraire

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Serge et Beate Klarsfeld, les chasseurs de ténèbres

Avez-vous vu ce dimanche sur France 2 le documentaire intitulé  Les chasseurs de ténèbres consacré à Serge et Beate Klarsfeld ? Il est encore visible sur le site de la chaîne publique de télévision. Je vous le recommande chaudement.

Un grand moment de ce documentaire : le jour où Beate Klarsfeld a giflé l’ancien nazi Kurt Kiesinger devenu chancelier d’Allemagne de l’Ouest, le 7 novembre 1968.

Continuer la lecture de Serge et Beate Klarsfeld, les chasseurs de ténèbres

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une fable de tous les temps

Les Animaux malades de la peste

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)
Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n’en voyait point d’occupés
A chercher le soutien d’une mourante vie ;
Nul mets n’excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n’épiaient
La douce et l’innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d’amour, partant plus de joie.
Le Lion tint conseil, et dit : Mes chers amis,
Je crois que le Ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune ;
Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux,
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L’histoire nous apprend qu’en de tels accidents
On fait de pareils dévouements :
Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence
L’état de notre conscience.
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons
J’ai dévoré force moutons.
Que m’avaient-ils fait ? Nulle offense :
Même il m’est arrivé quelquefois de manger
Le Berger.
Je me dévouerai donc, s’il le faut ; mais je pense
Qu’il est bon que chacun s’accuse ainsi que moi :
Car on doit souhaiter selon toute justice
Que le plus coupable périsse.
– Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse ;
Eh bien, manger moutons, canaille, sotte espèce,
Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur
En les croquant beaucoup d’honneur.
Et quant au Berger l’on peut dire
Qu’il était digne de tous maux,
Etant de ces gens-là qui sur les animaux
Se font un chimérique empire.
Ainsi dit le Renard, et flatteurs d’applaudir.
On n’osa trop approfondir
Du Tigre, ni de l’Ours, ni des autres puissances,
Les moins pardonnables offenses.
Tous les gens querelleurs, jusqu’aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L’Ane vint à son tour et dit : J’ai souvenance
Qu’en un pré de Moines passant,
La faim, l’occasion, l’herbe tendre, et je pense
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n’en avais nul droit, puisqu’il faut parler net.
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
Qu’il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l’herbe d’autrui ! quel crime abominable !
Rien que la mort n’était capable
D’expier son forfait : on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Jean de LA FONTAINE   (1621-1695)

_______________________________________________________________________

Note de Jean Stouff

Ce n’est pas sans raison que je vous propose cette fable qui reste toujours d’actualité. J’en ai vu un exemple récent. Comprenne qui pourra.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Shaker, un nouveau webzine culturel

Je voudrais signaler ici un nouveau magazine en ligne, Le Shaker, dont certains rédacteurs travaillent à BU de Tours… mais pas de ma section, hélas. Il s’agit d’un webzine (contraction de magazine et web) culturel qui prend le prétexte d’un auteur pour s’éparpiller vers des tas de références culturelles de tous horizons (cinéma, musique, jeux, arts, histoire, société, etc). Le premier numéro est consacré à Philp K. Dick.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Résistances passives ou l’histoire d’un Malgré-nous

Je voudrais vous signaler un livre de Didier Simler, un collègue auquel j’ai déjà fait allusion dans deux de mes chroniques alsaciennes, celles à propos de  l’étymologie du nom Alsace et du roman de Marie Hart.

Bien que Tourangeau d’adoption depuis plusieurs années, il vient de Wittisheim, dans le Grand Ried, et reste très attaché à sa région d’origine. Ce n’est donc pas surprenant si l’ouvrage qu’il a publié chez Edilivre, Résistances passives, est consacré à un épisode de l’histoire de l’Alsace, celui des Malgré-nous.

Qui ça ? Les Malgré-nous. Cela ne vous dit rien ? C’est que vous n’êtes pas originaires de l’ancienne Alsace-Lorraine, car là-bas, le souvenir des grands-parents incorporés de force dans la Wehrmacht au temps du IIIe Reich reste douloureusement présent. Tel fut le sort René Uhl, le grand-père de Didier Simler et son histoire nous est contée… par le fusil de ce soldat involontaire.

Pour en savoir plus, je vous invite à lire l’interview de Didier Simler paru dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace le 4 février 2018.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Autour d’Angelus Silesius et du Cherubinischer Wandersmann

Die Ros’ ist ohn’ Warum, sie blühet, weil sie blühet.
Sie achtet nicht ihrer selbst, fragt nicht, ob man sie siehet.

La rose est sans pourquoi, elle fleurit parce qu’elle fleurit,
N’a pour elle-même aucune attention, ne demande pas si on la voit.

Le distique ci-dessus est sans doute le plus célèbre de ceux  extraits du Cherubinischer Wandersmann d’Angelus Silesius. Ce n’est pourtant pas le seul, loin s’en faut, puisque cet ouvrage mystique, paru pour la première fois en 1657 sous le titre Geistreiche Sinn- und Schlussreime, ne contient pas moins de 1676 distiques et 10 sonnets. Il a inspiré des philosophes comme Leibniz, Ludwig Wittgenstein, Martin Heidegger ou Leszek Kołakowski.

Je vais tenter de rassembler ici un peu de documentation sur l’ouvrage et son auteur. Continuer la lecture de Autour d’Angelus Silesius et du Cherubinischer Wandersmann

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Métissages culturels (1) Costumes, coiffures et tatouages

Voici la couverture d’un ouvrage de C. A. Bayly, La naissance du monde moderne (1780-1914)(1) dont l’illustration reprend un portrait du chef de la tribu de Ngaiterangi, Tomika Te Mutu peint par  Gottfried Lindauer en  1880. Ce tableau fait partie des nombreux portraits de maori réalisé par cet artiste néozélandais originaire de l’Empire austro-hongrois. Plusieurs représentent des chefs maoris arborant de superbes tatouages faciaux ou tā moko et habillés à l’européenne, comme ceux de Hori Ngakapa Te Whanaunga ou du major Waata Pihikete Kukutai. Ce contraste entre les éléments culturels disparates rassemblés sur une même personne est une des manifestations du métissage culturel qui a accompagné l’expansion européenne dans le monde(3). On ne pouvait rêver meilleure illustration pour le livre de C. A. Bayly,. Continuer la lecture de Métissages culturels (1) Costumes, coiffures et tatouages

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les découvertes de l’Amérique avant Colomb

Pour revenir un peu sur le thème de la découverte de l’Amérique avant Colomb que j’ai déjà évoqué à propos de la légendaire contrée de Fusang explorée par les Chinois, je voudrais vous signaler un article de Jean-Mary Couderc paru dans le tome 28 (2015) des Mémoires de l’Académie de Touraine.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Chroniques de la bibliothèque de Babel