Des assassins nommés Ronsard : un fait divers de 1573

En feuilletant Adorable Touraine de Roland Engerand, j’ai pu lire ceci concernant un cousin du poète Ronsard ;

Philippe de Ronsard [était] l’un des cent gentilshommes du Roi et -titre moins flatteur – le père de ces deux futurs assassins de la Desinière, dont André Hallays, dans son En flânant à travers la Touraine, a retracé le geste sanglant.

Ai-je bien lu ? Des assassins chez les Ronsard ? Hélas, oui, et ayant trouvé en ligne sur Gallica toute la série des En flânant écrits par le critique littéraire et artistique André Hallays ,  je découvre dans celui consacré à la la Touraine et à l’Anjou un fait divers bien sordide et bien sanglant advenu le 14 avril 1573 à la Denisière, manoir situé à un quart d’heure de la Poissonnière où naquit le poète, et ce sont bien quatre membres de la famille Ronsard qui y furent impliqués. Mais lisez plutôt…

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Alsace en 1903 et en 1910

J’ai trouvé dernièrement dans Gallica un ouvrage d’André Hallays paru en 1911, En flânant à travers l’Alsace. L’auteur y évoque plusieurs voyages successifs et y confie ses réflexions sur l’état de cette province perdue, notamment dans deux chapitres intitulés « L’Alsace en 1903 » et « L’Alsace en 1910 » que je vous invite à découvrir. Ils constituent tout autant un témoignage sur l’Alsace de l’époque que sur ce que pouvait en penser un visiteur français cultivé plutôt bien informé.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les ancêtres du blabla

En faisant une recherche sur l’alsacien, langue régionale à laquelle je consacrerai prochainement une chronique,  j’ai découvert par hasard le mot bàbbla qui, selon les traductions, signifie parler ou papoter. Je me suis alors demandé si ce vocable ne se trouverait pas son origine de blabla, qui est pourtant réputé être une création du journaliste Paul Gordeaux,

Un couple de mots pourtant pourrait s’inscrire dans cette généalogie : il s’agit du substantif  babil et eu verbe babillerAntoine de Rivarol le définie ainsi Dictionnaire classique de la langue française :

Le babil est un excès de paroles, qui n’a pour but que le plaisir de parler ; le bavardage est un flux de paroles, qui prend sa source dans la sottise ; le caquet prend sa source dans une vanité ridicule et puérile.

Et d’où vient babil ? De Babel ? Allez savoir.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet

Quand j’étais enfant, je m’étais familiarisé avec la mythologie grecque dans un livre de Mario Meunier intitulé La Légende dorée des Dieux et des Héros. Plus tard, je découvrais l’ouvrage plus ardu de Robert Graves sur Les mythes grecques.

Aurais-je vécu à la fin du XVIIIe ou dans la première moitié du XIXe siècle, ç’aurait sans doute été grâce aux Lettres à Émilie sur la mythologie que j’aurais abordé ce domaine. Continuer la lecture de Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Quelques mots à propos d’Euménie et Gondamir et de son auteur

L’exemplaire de L’amitié Scythe dont je vous ai parlé voici plus de trois ans est relié avec un ouvrage de la même époque, paru à Paris chez Sébastien Jorry en 1766 : Euménie et Gondamir, histoire française du tems où commença la monarchie. Son ton est emphatique comme pour le livre sus-nommé. Il met en scène les amours contrariées de deux jeunes gens, l’une Gauloise et l’autre François, entendez par là Franc, car nous sommes au temps de Childéric, le père de Clovis. Un méchant préfet romain ourdit un soulèvement contre ce bon roi et les deux amoureux se retrouvent dans la tourmente, mais voici que… le livre a fini par me tomber des mains et je ne vous en dirai pas plus sur l’histoire ! Continuer la lecture de Quelques mots à propos d’Euménie et Gondamir et de son auteur

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Un panorama de San Francisco (1887) et quelques blogs bibliophiliques

San Francisco en 1887, Eadweard Muybridge. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

En complément d’une ancienne chronique sur les panoramas, je vous propose ci-dessus ce panorama de San Francisco (1887) par Eadweard Muybridge.

Je l’ai trouvé chez L’ours danseur, blog qui vaut le détour, de même même que ses trois voisins sur Redux.online, dont voici la présentation :

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Fin du livre et bibliothèques de l’avenir selon Octave Uzanne

Dans Les Contes pour les bibliophiles qu’Octave Uzanne et Albert Robida ont publiés en 1895 figure un texte intitulé « La fin du livre« , publié initialement en anglais dans le n° 2 du Scribner’s Magazine du mois d’août 1894. Le narrateur s’y inquiète de l’avenir du livre face aux nouvelles technologies d’alors, à savoir le kinétoscope et le phonographe.  André Lange en donne une bonne présentation sur son site consacré à l’histoire de la télévision.

Si vous souhaitez le lire, vous trouverez sur Wikisource et le Projet Gutenberg, à moins que vous ne préfériez  un vrai livre sur papier. Dans ce cas, je vous renvoie à la réédition parue 2008 aux éditions Manucius dont je vous ai déjà parlé au sujet du Musée de la conversation.

Octave Uzanne est revenu sur le sujet dans un article paru dans la Revue Franco-Allemande, au mois de février de l’année 1901 : « Les bibliothèques de l’avenir. » Voir aussi ici et .

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Nouvelles de nulle part par William Morris

Je suis en train de découvrir les Nouvelles de nulle part dans une traduction publiée en 1961 aux Éditions sociales. Cet ouvrage de William Morris (1934-1896) a paru initialement en 1890 sous le titre  News from nowhere or an Epoch of rest. L’auteur, plus connu de nos jours pour sa participation au mouvement préraphaélite et son apport aux arts décoratifs, fait partie de la Socialist League de tendance socialiste libertaire dont il est est question dans le premier chapitre du roman. Dans ce dernier comme dans celui auquel il est sensé répondre, Looking Backward (C’était demain ou Cent ans après ou l’an 2000) d’Edward Bellamy (1850-1898), le narrateur s’endort pour se réveiller des décennies plus tard. Il découvre alors une nouvelle société, nécessairement plus juste et harmonieuse selon le modèle de l’utopie, mais une utopie transposée non plus en un autre lieu comme chez Thomas More, mais dans le futur. Si le procédé n’est pas neuf (cf. Louis Sébastien Mercier, précurseur du roman d’anticipation, en 1771 avec L’An 2440, rêve s’il en fut jamais), le résultat est des plus stimulants, du moins pour ce que j’en ai lu jusqu’à présent. Continuer la lecture de Nouvelles de nulle part par William Morris

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Lectures d’enfances, une série d’été France Culture

Quelles sont vos premières lectures, vos lectures d’enfance ? C’est la question posée par la réalisatrice Marguerite Gateau à trente comédiens en 1988. Cette collection toute simple a un double mérite :
Elle s’entend comme une série de rencontres avec des comédiens et comédiennes que nous aimons ou avons aimés, dont les voix nous ravissent. Et elle nous replonge dans nos propres souvenirs de lectures.
S’il existe une mémoire collective, c’est peut-être celle de l’enfance, constituée de toute une littérature transmise de génération en génération. Et l’on s’étonnera d’entendre parler d’une époque où l’on se cachait pour lire, le soir, sous les couvertures. La lampe électrique est l’héroïne de cette collection qui s’entend aussi comme la trace d’une pratique et d’une époque, celle où l’on cherchait tout dans les livres. Cette collection s’adresse aux adultes nostalgiques et aux enfants en quête de belles histoires.
La collection sera suivie en fin d’été par une série de lectures de contes d’Oscar Wilde et de contes du monde entier.

Ecouter les émissions

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La polémique autour de L’homme révolté d’Albert Camus

La parution de L’homme révolté d’Albert Camus suscita une de ces polémiques, dont les intellectuels français sont si friants, avec comme principaux protagonistes, outre l’auteur :

les surréalistes autour d’André Breton qui mènent une vigoureuse critique dans plusieurs fascicules de la revue Arts  à partir d’octobre 1951 et un numéro spécial de La rue intitulé Révolte sur mesure,

les existentialistes Francis Jeanson et Jean-Paul Sartre qui écrivent des articles peu amènes  dans les numéros de mai et d’août 1952 des Temps modernes,

Georges Bataille qui prend la défense de Camus contre les surréalistes dans « Le temps de la révolte » paru dans les n° 55 et 56 de la revue Critique en décembre 1951 et janvier 1952, puis en décembre 1952, avec un nouvel article, « L’affaire de L’homme révolté », cette fois contre Sartre, dans le n° 67 de la même revue (ces deux articles sont

Voir aussi :

d’autres documents sur l’affaire Camus sur le site dédié à André Breton

un article riche en annexes documentaires dans

Voir aussi l’article suivant : Marina Galletti. « Notes sur Bataille, Camus et le surréalisme« . Les Temps Modernes, 2005/1, n° 629, p. 35-42.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Chroniques de la bibliothèque de Babel