Sur quelques épidémies oubliées

Avec la crise sanitaire actuelle, le souvenir de quelques épidémies passées refait surface. En voici quelques exemples, que je compléterai ultérieurement.

La grippe de Hong Kong de 1968-1969

Cette pandémie fit un million de morts dont le monde, dont 35 000 en France, dans une indifférence générale, et, sincèrement, à part des spécialistes, qui s’en souvenait encore…

Continuer la lecture de Sur quelques épidémies oubliées

A propos des bibliothécaires : compte-rendu d’échanges sur la liste Bibliopat

Faisant suite au message de Juliette Jestaz sur la liste Bibliopat, les échanges se mutiplient sur le thème de l’histoire des bibliothécaires. Plusieurs références et sélections d’ouvrages ont ainsi été signalés, ainsi que des extraits de livres comportant des portraits de bibliothécaires. Je vous en rend compte brièvement ici, des fois que cela puisse vous intéresser.

Dernière mise à jour : 7 avril 2020

Continuer la lecture de A propos des bibliothécaires : compte-rendu d’échanges sur la liste Bibliopat

De la rapacité des ayants-droits (suite)

Je vous ai entretenu, voici quelques temps, de tout le mal que je pensais des ayant-droits. J’ai découvert récemment une preuve de plus de leur extrême nocivité. Voir ci-dessous que j’ai pu lire sur le site de l’association En Envor. Il serait temps que les associations à vocation culturelle et/ou scientifique soient protégées contre les excès de la sphère juridico-commerciale qui mettent en danger leur existence. Mais, lisez plutôt :

Continuer la lecture de De la rapacité des ayants-droits (suite)

L’ordinateur du jour d’après

Pendant la pandémie, la recherche continue comme le montre l’article ci-dessous de notre correspondant à Los Angeles. Comme dirait le Président de la République, le jour d’après ne ressemblera pas au jour d’avant.

Par Noël Mazel

Suite à la pandémie de covid-19, une équipe d’ingénieurs informaticiens de la Silicon Valley, appuyée par des biologistes et des entreprises pharmaceutiques, est en train de mettre au point un prototype de portable intelligent médicoactif. Il s’agit d’un nouveau système de téléassistance permettant de repérer les symptômes précurseurs de toute maladie virale ou infectieuse.

Continuer la lecture de L’ordinateur du jour d’après

Le bibliothécaire idéal selon un livre de 1828

Voici une trouvaille de Juliette Jestaz de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Grand merci à elle d’en avoir fait profiter les membres de la liste bibliopat. Mais lisez plutôt.

Bonjour,

Je vous fais partager cette définition, qui reste toujours intéressante, me semble-t-il, donnée par le bibliothécaire Jean-Louis Bailly en 1828, dressant le portrait de Bonamy, le premier bibliothécaire de la Ville de Paris, qui officia de 1763 à 1770 dans la bibliothèque installée hôtel de Lamoignon (siège actuel de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris) :

(Sa première phrase est très alambiquée).
« Il ne faut pas qu’on s’imagine qu’un bibliothécaire public ne soit, en raison d’un savant, que ce qu’est, par rapport à un livre, la table dés matières; il ne suffit pas pour lui de connaître sa bibliothèque, il faut qu’il soit lui-même une espèce de bibliothèque vivante. Sans parler de la bibliographie qui, grâce à l’activité infatigable de la presse, devient tous les jours une plus vaste nomenclature, il a besoin d’une érudition assez variée, pour n’être étranger à aucun genre de savoir; d’une érudition qui embrasse assez de détails pour qu’il soit en état d’indiquer à ceux qui viennent le consulter sur les ouvrages qu’ils entreprennent, les sources où ils peuvent puiser; d’une sagacité rare pour deviner les énigmes des consultans, et redresser leurs à-peu-près; d’une politesse, d’une patience à toute épreuve, pour écouter, sans rire, des questions ridicules ; pour apprendre aux ignorans ce qu’ils doivent demander; pour leur prêter son savoir, et les renvoyer satisfaits de celui qu’ils s’attribuent : toutes ces qualités se trouvèrent dans M. Bonamy. »

J’apprécie particulièrement « pour apprendre aux ignorans ce qu’ils doivent demander », et « les renvoyer satisfaits (du savoir) qu’ils s’attribuent »… où l’on retrouve cette bienveillance teintée d’arrogance qui nous menace si souvent.

J.-L. Bailly, Notices historiques sur les bibliothèques anciennes et modernes , suivies d’un tableau comparatif des produits de la presse de 1812 à 1825 et d’un recueil de lois et ordonnances concernant les bibliothèques, Paris, 1828, p. 125
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54898318/f136.image

Épidémies : la leçon d’Elias Canetti

De tous les malheurs dont l’humanité a été affligée de tous temps, les grandes épidémies ont laissé un souvenir particulièrement vivace. Elles éclatent avec la soudaineté de catastrophes naturelles, mais alors qu’un tremblement de terre s’achève après quelques brèves secousses, l’épidémie a une durée qui peut s’étendre sur des mois ou même sur une année. Le tremblement de terre atteint d’un seul coup le sommet de l’horreur, ses victimes périssent toutes à la fois. Une épidémie de peste agit au contraire par sommation, au début quelques-uns seulement sont pris, puis les cas augmentent ; on voit des morts partout, bientôt on en voit rassemblés plus que des vivants. Il se peut que le résultat de l’épidémie soit finalement identique à celui d’un tremblement de terre. Mais les gens sont témoins de la grande mort, elle se joue et s’accroît sous leurs yeux. C’est comme s’ils participaient à une bataille qui dure plus longtemps que toutes les batailles connues. Mais l’ennemi est dissimulé, on ne peut le voir ni le rencontrer nulle part. On se contente d’attendre d’en être touché […]

Elias Canetti, Masse et Puissance(1960), « Les épidémies »

Lire la suite sur Philomag.com

Redécouvrir le lit, la chambre, l’appartement, l’immeuble et autres espèces d’espaces : la leçon de Georges Perec

La lecture de Vivre sans se cogner dans les coins avec Georges Perec, un article de Catherine Portevin paru aujourd’hui sur le site de Philosophie magazine, m’a incité à redécouvrir Espèces d’espaces. Par chance, j’en ai un exemplaire ( comme quoi, une bonne provision de livres, si encombrants soient-ils, peut se révéler utile…) et je n’ai pas été déçu, tant la matière à réflexion y abonde. Dans une volonté très perecquienne d’épuisement du sujet, cet essai traite de la page, du lit, de la chambre, de l’appartement, de l’immeuble, de la rue, du quartier, de la ville, de la campagne, du pays, du monde, de l’espace… et tout cela en partant du vide, du rien, de l’impalpable , du pratiquement immatériel.

Pour ceux qui n’auraient pas la chance d’en avoir un exemplaire papier ou numérique, et qui ne peuvent s’en procurer actuellement… je signale que de nombreux extraits sont disponibles sur internet, que ce soit sur Passages, Remue.net. Vous trouverez ci-dessous une petite sélection.

Continuer la lecture de Redécouvrir le lit, la chambre, l’appartement, l’immeuble et autres espèces d’espaces : la leçon de Georges Perec

Culture bretonne

Je rassemble ici quelques liens concernant la culture bretonne, qu’il s’agisse de son patrimoine culturel ou de sa forme vivante actuelle. Tout ceci sera complété et mis à jour régulièrement, car je ne suis qu’au début de mon exploration.

Dernière mise à jour : 26 avril 2020.

Un patrimoine culturel

Les collecteurs du XIXe siècle

Théodore Hersart de La Villemarqué. Barzaz Breizh. 4e éd. 1846

François-Marie Luzel. Gwerziou Breiz izel. 1868

Paul Sébillot. Littérature orale de la Haute-Bretagne. 1881

Anatole Le Braz. La Légende de la mort. 1893

Continuer la lecture de Culture bretonne

Chroniques de la bibliothèque de Babel