Le philosophe ignorant par Voltaire

Je viens de noter la parution chez Conspiration éditions d’un ouvrage peu connu de Volaire, Le philosophe ignorant. Paru initalement en 1766, ce livre aborde en 56 questions la philosophie et les doutes de Voltaire, alors âgé de 72 ans.

Il a fait l’objet de trois autres éditions récentes que vous pourrez sans doute trouver chez les libraires, les bouquinistes ou en bibliothèque :

Le voyage imaginaire dans le temps

Pour compléter ma chronique sur les voyages temporels et celle sur les dormeurs légendaires, je voudrais signaler l’ouvrage de Brenda Dunn-Lardeau, Le voyage imaginaire dans le temps : du récit médiéval au roman postmoderne (ELLUG, 2009). Il analyse notamment la légende des sept Dormants, Histoire véritable de Montesquieu Rip Van Winkle et Le Gouverneur des sept cités, deux nouvelles de Washington Irving, et Orlando de Virginia Woolf, mais il comporte aussi une histoire de l’hétérochronie littéraire depuis l’Antiquité, ainsi qu’une bibliographie commentée de près d’une centaine de récits hétérochroniques disponibles en français.

Continuer la lecture de Le voyage imaginaire dans le temps

Cartes topographiques au 1:50 000 des environs d’Alger publiées pendant la colonisation (1830-1962)

Comme la bibliothèque où je travaille conserve quelques cartes topographiques au 1:50 000 concernant les environs d’Alger au temps de la colonisation, j’ai entrepris d’en chercher quelques unes accessibles en ligne.

Pour les autres échelles, voir Chronologie des cartes d’Alger et de ses environs.

Continuer la lecture de Cartes topographiques au 1:50 000 des environs d’Alger publiées pendant la colonisation (1830-1962)

Digressions autour de l’Aérotrain

Image extraite du film Les premiers les derniers de Bouli Lanners trouvée sur Filmkrant

L’autre jour sur France Culture, dans une brève chronique intitulée Le rail de l’aérotrain, vestige d’une science-fiction, Sophie-Catherine Gallet a évoqué la rampe d’essai d’un train à très grande vitesse sur coussin d’air, un genre d’aéroglisseur sur rails. Ce projet de l’ingénieur Jean Bertin, lancé en 1963 et d’abord soutenu par les pouvoirs publics, fut abandonné en juillet 1974 par le président Giscard d’Estaing au profit du TGV. La chaîne radio lui avait déjà consacrée en novembre 2014 une de ses Nuits magnétiques .

En écoutant Sophie-Catherine Gallet, je me suis souvenu que j’avais entrepris de rassembler de la documentation en ligne sur ce sujet, à commencer par les quatre sites dédiés suivants : Aérotrain ; L’Aérotrain et les Naviplanes ; L’Aérotrain français 1965 – 1977 ; Amis de Jean Bertin.

Continuer la lecture de Digressions autour de l’Aérotrain

L’invasion de la pub ne date pas d’hier : la preuve par un guide de voyage

Voir l’ouvrage dans le Dépositoire des Fonds Numériques (DAR) de la Bibliotheca Alexandrina

J’avoue avoir une profonde aversion pour la publicité, Je ne supporte pas les panneaux qui enlaidissent nos villes et nos campagnes et j’évite systématiquement les chaînes télévisées où les films sont saucissonnés par les coupures publicitaires. Pourtant l’intrusion de la publicité dans l’espace public et privé ne date pas d’hier. J’en ai eu un exemple récemment avec un guide touristique édité par Hachette en 1923 : Alger et ses environs.

L’ouvrage se divise en deux parties, avec chacune sa pagination : 64 pages pour le guide proprement dit et… 180 pages de publicité diverses et variées, notamment pour des hôtels mais pas seulement, mais surtout pour la France, mais aussi la Suisse, la Belgique la Grande-Bretagne, l’Espagne et finalement assez peu pour l’Algérie et et la Tunisie (p. 159-162). Reflet d’une certaine société insouciante sillonnant l’Europe de Nice à Lucerne en passant par Vichy, Ostende, Londres et San-Sebastian…

Notes géographiques sur le Sud Tunisien par Alexandre Joly

Parmi les ouvrages dont ma bibliothèque universitaire a hérité d’URBAMA, j’ai trouvé un extrait du Bulletin de la Société de Géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord intitulé Notes géographiques sur le Sud Tunisien.. Paru a Alger à l’imprimerie S. Léon, il reprend un article paru en trois parties dans les tomes suivants du périodique sus-nommé :

L’auteur, Alexandre Joly (1870-1913), est un géographe arabisant alors titulaire de la chaire supérieure d’arabe de Constantine. Fils aîné du chimiste Alexandre Joly (1845-1897), il a fait ses études au lycée Henri-IV, puis choisit pour des raisons de santé une carrière algérienne. Opérateur dessinateur aux Ponts et Chaussées, il prépare les diplômes d’arabe et d’études historiques à l’école des Lettres d’Alger. Professeur de sciences à la médersa d’Alger en 1896, il participe en 1899-1900 à la mission de Georges-Barthélemy-Médéric Flamand dans l’extrême Sud oranais. Nommé à la médersa de Constantine, il effectue aussi des missions dans le Sud algérois et en Tunisie. En 1907, il est nommé à la chaire publique d’arabe de Constantine. C’est dans cette ville qu’il décède subitement le 27 février 1913.

Continuer la lecture de Notes géographiques sur le Sud Tunisien par Alexandre Joly

Arles selon…Sabine Baring-Gold

Sabine BARING-GOLD
1834-1924

Sabine Baring-Gold est un polygraphe anglais, membre du clergé anglican, auteu de plus de 500 publications : romans, poésie, oueuvres autobiographiques, sermons, écrits sur le folklore… In Troubadour Land ; a Ramble in Provence and Languedoc est un récit du voyage qui l’a mené de la Riviera à Bourges. Le livre comporte plusieurs chapitres cosacrés à la Camargue, à la Crau, aux Alyscamps, à l’Arles païenne et à l’Arles chrétienne. Les extraits reproduits ci-dessous ont été traduits par Louis Stouff.

Continuer la lecture de Arles selon…Sabine Baring-Gold

Arles selon… Agrippa d’Aubigné

Théodore Agrippa d’AUBIGNÉ
1552-1630

Sa vie se déroule entre le spectacle des têtes coupées exposées au château d’Amboise que son père lui fit jurer de venger et la prise de La Rochelle par les troupes de Richelieu. Sa vie et son œuvre sont marquées par safidélité à la cause protestante. Dans ces vers des Tragiques, il rappelle les massacres de protestants à Lyon et dans la vallée du Rhône. A cette occasion, il signale une particularité d’Arles : la ville ne possède ni fontaine ni puits, ses habitants consomment et utilisent l’eau du Rhône.

Les tragiques

Vers 1073-1092

Lyon, tous tes lions refusèrent l’office :
Le vil exécuteur de la haute justice,
Le soldat, l’étranger, les braves garnisons
Dirent que leur valeur ne s’exerce aux prisons.
Quand les bras et les mains, les ongles détestèrent
D’être les instruments qui la peau déchirèrent,
Ton ventre te donna de quoi percer ton flanc ;
L’ordure des boyaux se creva dans ton sang.

Voilà Tournon, Viviers et Vienne et Valence
Poussant avec terreur de Lyon l’insolence,
Troublés de mille corps qu’ils s’éloignent ; et puis
Arles, qui n’a chez soi ne fontaines ne puits,
Souffrit mourir de soif, quand du sang le passage
Dix jours leur défendit du Rhône le breuvage.
Ici, l’ange des eaux cria : « Dieu qu’on adore,
Qui es, qui as été, et qui seras encore,
Ici tu as le droit pour tes saints exercé,
Versant le sang à boire à ceux qui l’ont versé.

Chroniques de la bibliothèque de Babel

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search