Archives par mot-clé : Alsace

Histoire de la guerre des paysans (seizième siècle) par le vicomte de Bussierre

Marie Théodore Renouard, vicomte de Bussiere (1802-1865). Histoire de la guerre des paysans, (seizième siècle). Paris : Plancy : Société de Saint Victor pour la propagation des bons livres, 1852

Cet ouvrage ayant été écrit par un notable catholique alsacien et grand propriétaire terrien, son point de vue est sans doute un peu particulier, mais il n’en est pas moins bien documenté. Composé deux épais volumes, il traite surtout des soulèvements paysans en Alsace et en Lorraine au début de la Réforme (guerre des rustauds), et Thomas Münzer n’apparaît qu’à partir de la page 287 du volume 2, qui en compte 367, avec l’insurrection en Hesse, en Thuringe et en Saxe

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La trilogie alsacienne de Mathilde Tournier

Une collègue bibliothécaire m’a signalé dernièrement une trilogie alsacienne écrite par Mathilde Tournier où nous retrouvons des malgré-nous. Les trois volumes parus aux éditions Privat, sont les suivants : 

  • Entre deux feux (2005)
  • La marque de Caïn (2010)

Mathilde Tournier a publié depuis un autre roman historique décrivant les errances d’un Poilu revenu du front (Décadence d’un déraciné, éditions Les Eclairs, 2017) et, en tant que journaliste, elle a signé des chroniques judiciaires pour Libération ou sur Epris de justice.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Alsace à la veille de la Grande Guerre et quelques épisodes marquants les relations tendues de l’Alsace avec le reste du Reich Wilhemien de 1871 à 1914

En 1914, l’Alsace était non pas occupée mais annexée à l’Allemagne. Les Alsaciens et les Lorrains étaient juridiquement allemands en vertu du Traité de Francfort de 1871, traité reconnu par la France comme par toutes les autres puissances. Ces quarante années d’annexions se sont muées pour les Alsaciens en « accommodement plus tacite que forcé » (Annette Becker). Et ils ne souhaitaient certainement pas devenir l’enjeu d’une guerre mondiale. Ils ne l’étaient pas d’ailleurs. La récupération de l’Alsace-Lorraine n’a pas été à l’origine de la guerre. Elle n’est devenue un prétexte et un but de guerre qu’après son déclenchement. Ainsi, les 13 et 30 mars 1914 se sont déroulés à Mulhouse de grands meetings pacifistes, où sont intervenus ensemble des représentants des différents partis politiques (Centre, démocrates et socialistes) devant des foules estimées à plusieurs milliers de personnes. De même, plusieurs personnalités alsaciennes-lorraines avaient participé au congrès parlementaire franco-allemand de Berne en mai 1913. Le refus d’une nouvelle guerre, l’espoir d’un rapprochement franco-allemand et d’une Alsace-Lorraine pensée comme un pont entre les deux pays sont les grands thèmes abordés lors de ces rassemblements. S’il y avait quelque chose à commémorer, il y aurait là une source d’inspiration. Mais on se fiche de tout cela comme de l’attirance pour la révolution allemande de novembre 1918.

Extrait du blog Le SauteRhin


L’extrait ci-dessus de la petite leçon d’histoire de l’Alsace que Bernard Umbrecht assène au maire de Mulhouse me semble parfait pour introduire les trois premiers chapitres de la série consacrée par l’historien autonomiste Clément Schmitt à l’Alsace de 1914 à 1918.

Continuer la lecture de L’Alsace à la veille de la Grande Guerre et quelques épisodes marquants les relations tendues de l’Alsace avec le reste du Reich Wilhemien de 1871 à 1914

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’unité de L’Alsace, mythe ou réalité ?

Au moment de la création de la région Grand Est, certains partisans de cette réforme plus que discutable ont mis en doute l’existence d’une unité de l’Alsace, la qualifiant de mythe, ceci afin de faciliter sa dissolution dans au sein de la nouvelle entité. Cela semble quelque peu raté, puisqu’il est maintenant question de réunir les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin pour en faire une seule collectivité territoriale :

Continuer la lecture de L’unité de L’Alsace, mythe ou réalité ?

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le voyage de Marcel Grob, une autre histoire de Malgré-nous

En février dernier, je vous ai signalé Résistances passives, le roman-témoignage que mon collègue Didier Simler a consacré à son grand-père, un Malgré-nous alsacien enrôlé de force dans l’armée allemande pendant le Seconde Guerre mondiale.

A ceux qui n’aurait pas regardé  La Grande Librairie du mercredi 12 décembre 2018, je voudrais également indiquer Le voyage de Marcel Grob, un récit de Philippe Collin et Sébastien Goethals paru chez Futuropolis. C’est l’histoire du grand-oncle de Philippe Collin, un des 10 000 jeunes Alsaciens enrôlés de force dans la Waffen SS en juin 1944. Je n’ai pas encore lu, mais ma curiosité est éveillée…

Feuilleter les premières pages sur le site de France Inter

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Alsace de 1914 à 1919 (annonce)

Dans une précédente chronique consacrée aux drapeaux alsaciens, je vous ai dit tout le bien que je pense  des vidéos de la chaîne Youtube et du compte Facebook Histoire de l’Alsace réalisées par l’historien autonomiste Clément Schmitt. Ce dernier annonce une série consacrée à l’Alsace de 1914 à 1918, période cruciale dans son avenir. A suivre donc, et j’avoue être assez impatient et curieux.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Quelques mots et quelques références bibliographiques sur l’Alsace autrichienne

La carte ci-dessus, que j’ai trouvée dans Gallica,  est extraite d’un ouvrage de Louis Stouff (1859-1936) sur Catherine de Bourgogne et la féodalité de l’Alsace autrichienne. Elle représente l’Alsace autrichienne vers 1411-1426. En effet, pendant plusieurs siècle la maison de Habsbourg fut détentrice de vastes territoires en  Alsace et la cité Ensisheim dans l’actuel Haut-Rhin fut la capitale de l’Autriche antérieure qui regroupait leurs possessions en Bade, Souabe, Alsace et Vorarlberg. Continuer la lecture de Quelques mots et quelques références bibliographiques sur l’Alsace autrichienne

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Recherche documentaire sur Florimont, une commune du Territoire de Belfort

Photographie extraite du site de la commune de Florimont

Je voudrais ici montrer ce que peuvent apporter les ressources concernant le Territoire de Belfort pour une recherche sur le village de Florimont. Continuer la lecture de Recherche documentaire sur Florimont, une commune du Territoire de Belfort

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Territoire de Belfort : ébauche de webographie historique

Le Territoire de Belfort est né de la défaite française de 1871 face à la Prusse et à ses alliés. Désigné dans le traité de Francfort sous la dénomination d’arrondissement subsistant du Haut-Rhin, il est la seule partie de l’Alsace restée française. Il devient département à part entière en 1922.

Pourtant l’Alsace a été réintégrée à la République, et, selon Michel Rillot (Revue d’Alsace, n° 135, 2009),

le 20 novembre 1920, le comité de la Société belfortaine d’émulation émet un vœu en faveur du rattachement de Belfort à l’Alsace et de la reconstitution du département du Haut-Rhin. Ceci prouve l’attachement des Belfortains à leur ancien département. Ce souhait ne sera pas exaucé par le gouvernement.

Avec mon mauvais esprit habituel, je me demande si le vœu exprimé par le comité de la Société belfortaine d’émulation était bien celui de l’ensemble des Belfortains   et si, après cinquante ans de séparation, ce retour au Haut-Rhin avait grand sens pour les générations nées après 1871 ? Du reste, la réintégration de l’Alsace à la France en avait-elle plus ? Continuer la lecture de Le Territoire de Belfort : ébauche de webographie historique

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Résistances passives ou l’histoire d’un Malgré-nous

Je voudrais vous signaler un livre de Didier Simler, un collègue auquel j’ai déjà fait allusion dans deux de mes chroniques alsaciennes, celles à propos de  l’étymologie du nom Alsace et du roman de Marie Hart.

Bien que Tourangeau d’adoption depuis plusieurs années, il vient de Wittisheim, dans le Grand Ried, et reste très attaché à sa région d’origine. Ce n’est donc pas surprenant si l’ouvrage qu’il a publié chez Edilivre, Résistances passives, est consacré à un épisode de l’histoire de l’Alsace, celui des Malgré-nous.

Qui ça ? Les Malgré-nous. Cela ne vous dit rien ? C’est que vous n’êtes pas originaires de l’ancienne Alsace-Lorraine, car là-bas, le souvenir des grands-parents incorporés de force dans la Wehrmacht au temps du IIIe Reich reste douloureusement présent. Tel fut le sort René Uhl, le grand-père de Didier Simler et son histoire nous est contée… par le fusil de ce soldat involontaire.

Pour en savoir plus, je vous invite à lire l’interview de Didier Simler paru dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace le 4 février 2018.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts