Archives par mot-clé : Anarchisme

Le temps des ouvriers

Je voudrais vous recommander chaleureusement Le temps des ouvriers, un fabuleux documentaire de Stan Neumann sur l’histoire du monde ouvrier européen du début du XVIIIe siècle à nos jours. Ses quatre parties sont actuellement visibles sur le site d’Arte et sur sa chaîne Youtube.

Le Temps de l’usine (1700-1820)

Le Temps des barricades (1820-1890)

Le Temps à la chaîne (1880-1935)

Le Temps de la destruction (de 1936 à nos jours)

Les naturiens, précurseurs de la décroissance et du végétalisme

On pourra perpétuellement décapiter des rois, déposer des empereurs, éventrer des présidents de la République, la situation restera la même tant qu’il y aura des mines, des usines et des chantiers. Tant que l’artificiel établi pendant des siècles d’esclavage sera considéré comme base de système de vie, il y aura exploitation de l’homme par l’homme, il y aura spoliation, sans parler de la dégradation toujours continue et aggravée de la Nature.

Émile Gravelle

J’ai trouvé la citation ci-dessus dans un article fort intéressant du blog de Gallica consacré à un éphémère mensuel de la fin du XIXe, Le Naturien. Lancé en mars 1898 par l’anarchiste individualiste Émile Gravelle, il fait suite à La Nouvelle humanité que ce dernier avait fondé en 1894 Henri Zisly et Henri Beylie. Issus de l’anarchie, les naturiens développent une critique de la modernité industrielle qui conserve encore aujourd’hui toute sa pertinence prophétique et fait d’eux les précurseurs de l’écologie radicale et de la décroissance, ainsi que du végétalisme développé chez les néo-naturiens des années 1920, comme Louis Rimbaud, notamment dans les revues Le Néo-Naturien (1922-1927) fondé par Henry Le Fèvre et Le Végétalien (1924-1929) de Georges Butaud et Sophie Zaïkowska.

Continuer la lecture de Les naturiens, précurseurs de la décroissance et du végétalisme

Marx théoricien de l’anarchie

Ce titre inattendu est celui d’un essai de Maximilien Rubel (1905-1996), paru initialement dans le n° 163-164 (octobre-novembre 1973) de L’Europe en formation et repris dans Marx critique du marxisme, un recueil d’essais publié chez Payot en 1974

Revu dans sa forme et augmenté d’un post-scriptum, l’essai a été réédité lors du centenaire de la mort de Marx, en 1983, dans le n° 5 des Cahiers du Vent du Ch’min, Cette édition a été reprise en 2011 par les éditions Entremonde.

Pour en savoir plus sur cet essai et son auteur, je vous invite à lire en ligne :

A noter enfin que parmi les essais publiés dans Marx critique du marxisme figurent notamment :

  • [liste à compléter]

Ce recueil a été réédité en 2000 dans la Petite bibliothèque Payot avec une préface de Louis Janover.

Front noir (1963-1968)

Les Éditions Non-Lieu publient un ouvrage consacré à la revue Front Noir (1963-1968) qui cherchait à concilier les positions politiques radicales du socialisme des conseils et une expression artistique sans concessions fidèle aux exigences de la Révolution surréaliste.

Pour en savoir un peu plus sur cette revue, lire un article de Zones-subversives. Celui-ci puise ses informations dans un ouvrage du fondateur de la revue, Louis Janover, intitulé Surréalisme, art et politique (Galilée, 1980).

Lire les numéros de la revue en ligne (1963-1967) sur le site Fragments d’Histoire de la gauche radicale.

L’affaire Jules Durand

Le dernier volume de la collection Histoire de la justice de l’Association française pour l’histoire de la justice (AFHJ) a pour titre Punir et réparer en justice du XVe au XXIe siècle. Edité sous la direction de l’historienne médiéviste Claude Gauvard, il traite de plusieurs erreurs judiciaires et condamnations outrancières et des révisions et réhabilitations auxquelles elles ont données lieu.

Voici les victimes de la justice évoquées dans l’ouvrage : Jeanne d’Arc, le chevalier de La Barre, Charles Baudelaire, le capitaine Dreyfus, Jules Durand, Violette Nozière, Patrick Dils, Loïc Sécher. Je pense que la plupart de ces noms évoque quelque chose pour vous, mais savez-vous qui est Jules Durand (1980_1926) ? Non ? Je vous résume l’affaire en quelques mots.

Ce syndicaliste et docker anarchiste (?) du Havre a été accusé à tort d’assassinat et condamné à mort en novembre 1910. Grâce à une importante mobilisation, sa peine est commuée en sept années de réclusion. Gracié partiellement et libéré en février 1911, totalement innocenté en 1918, il n’en est pas moins devenu fou pendant son incarcération et finit sa vit en 1926, dans un asile psychiatrique. Tels sont les effets d’une erreur judiciaire…

Continuer la lecture de L’affaire Jules Durand

Quatre ouvrages sur l’Individualisme et ses liens complexes avec le socialisme, l’anarchisme et le libéralisme

Au fil des rayons de la bibliothèque où je travail et aussi parmi mes propres livres, j’ai trouvé quatre rééditions récentes d’ouvrages consacrés à l’individualisme initialement parus dans la première décennie du XXe siècle. Des fois que cela vous intéresse…

Continuer la lecture de Quatre ouvrages sur l’Individualisme et ses liens complexes avec le socialisme, l’anarchisme et le libéralisme

Qu’est-ce que la démocratie directe ?

Voilà bien une question qui se pose en ces temps agités, vous ne pensez-pas ? C’est aussi le titre d’un ouvrage de Fabrice Wolff, paru aux Éditions Antisociales en 2010 et accessible gratuitement en ligne sur le site de l’éditeur et sur Le Jura libertaire. Sur le même sujet, je vous ai déjà signalé en mars 2017, parmi quelques lectures pour les dernières élections présidentielles, deux ouvrages de Alexandre-Auguste  Ledru-Rollin parus en 1851, Du gouvernement direct du peuple et Plus de président, plus de représentants.

C’est que la démocratie directe a une longue histoire, du moins comme idéal à atteindre si ce n’est comme pratique effective… J’essaierai prochainement de rassembler ici quelques références sur ce thème.

Eugène Bizeau, poète vigneron libertaire en Touraine

Je me suis rendu voici quelques mois à Véretz, près de Tours, pour stage de tai chi qui avait lieu dans une salle polyvalente portant le nom d’Eugène Bizeau. Un sympathique portrait de ce dernier en ornait l’entrée, représentant un  vieillard barbu et souriant affublé d’un grand chapeau de paille. Mes explorations sur internet m’ont permis d’en savoir un peu plus sur ce poète vigneron libertaire. Voici ma moisson. Continuer la lecture de Eugène Bizeau, poète vigneron libertaire en Touraine