Archives par mot-clé : Anthropocène

Le réchauffement climatique : contexte et constat

Histoire du climat

Le réchauffement ou changement climatique actuel s’inscrit dans une histoire beaucoup plus longue, celle du climat, popularisée dès les années 1960 par l’historien moderniste Emmanuel Le Roy Ladurie, suivi par l’historien des sciences Pascal Acot et le spécialiste de chrono-écologie Michel Magny.

L’homme face au climat : symposium annuel [organisé par le] Collège de France. Odile Paris : Jacob, DL 2006.

Pascal Acot. Histoire du climat. Paris : Perrin, 2003.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Histoire du climat depuis l’An mil. Flammarion, 1967.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Histoire humaine et comparée du climat. Fayard, 2004-2009. 3 vol.

1 – Canicules et glaciers (XIIIe-XVIIIe siècles).

2 – Disettes et révolutions (1740-1860).

3 – Le réchauffement de 1860 à nos jours.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Naissance de l’histoire du climat. Préface d’Anouchka Vasak ; postface de Pascal Acot. Paris : Hermann, 2013.

Michel Magny. Une histoire du climat des derniers mammouths au siècle de l’automobile. Paris : éd. Errance, 1995.

Continuer la lecture de Le réchauffement climatique : contexte et constat

Catastrophisme environnemental

Notion sujette à controverses, le catastrophisme environnemental désigne selon ses détracteurs une forme de concentration irrationnelle (voire pathologique) sur les désastres écologiques présents et à venir (réchauffement climatique entraînant une montée des eaux rendant certaines régions de la planète inhabitables, villes asphyxiées par la pollution de l’air, explosion démographique entraînant un état de guerre permanent pour le contrôle de l’eau potable, collapse énergétique faisant suite à l’épuisement des ressources fossiles, recrudescence dramatique des cancers environnementaux, réduction massive de la biodiversité, etc.), dont la possible survenue serait supposée dicter sa conduite à l’humanité. […]

Les écrits sur l’Anthropocène et l’effondrement ne sont pas exempts de catastrophisme. Leurs adversaires, notamment les climatosceptiques, ont choisi d’en rire ou, au contraire, d’en dénoncer les dangers pour la démocratie et l’humanisme, car ils feraient le lit d’un futur totalitarisme vert. Mais peut-on échapper au catastrophisme quand il s’agit d’éveiller les consciences ? Cassandre n’avait-elle pas raison ? Pour s’en faire une idée, voici une petite bibliographie d’auteurs dont les avis sur la question peuvent-être diamétralement opposés…

Continuer la lecture de Catastrophisme environnemental

Quitter la Terre pour Mars ? Mais y a-t-il de la vie sur Mars ?

En ces temps d’anthropocène, nombreux sont ceux qui souhaitent abandonner notre pauvre planète devenue invivable. En tout cas dans les fictions…

Après Quitter la Terre, la pièce de Joël Maillard dont je vous ai rendu compte en octobre dernier, vous pourrez voir les 16 et 17 mars à la salle Thélème de l’université de Tours un spectacle intitulé Life on mars (rêveries cosmiques…) écrit par la troupe du Théâtre Universitaire de Tours. Celle-ci a imaginé les derniers instants terrestres d’une galerie de personnages face à l’imminence de ce départ massif et de ses conséquences sur leurs destinées.

  • Première remarque agacée. Quitter la Terre, est-ce la solution ? Comme disaient les écologistes allemands de la grande époque, nous nous comportons avec notre planète comme si nous en avions une de rechange dans le coffre arrière… Est-il donc trop tard pour sauver la planète ?
  • Deuxième remarque agacée. Pourquoi le titre du spectacle est-il à moitié en anglais et pourquoi le collectif qui en assure la direction s’est-il affublé d’un nom dans la même langue : NightShot ? Etiemble se retourne dans sa tombe…

L’Anthropocène ou l’homme comme facteur géologique

Parmi les mots qui s’inscrivent avec insistance dans notre vocabulaire ces dernières années, deux forment une alliance singulière. l’apocalypse, vieux mythe qui mobilise plus que jamais philosophes, spécialistes des sciences sociales et critiques littéraires, et l’anthropocène, concept de géologie qui suscite désormais la discussion chez les historiens, les géographes, les anthropologues, etc. Le couple qu’ils forment suggère à la fois la fascination de la fin, l’idée que « l’homme » en est responsable et la banalisation d’un certain fatalisme devant l’échelle des phénomènes ; comment lutter contre une ère géologique ?

Jean-Paul Engélibert, Fabuler la fin du monde

L’ouvrage de Jean-Paul Engélibert m’a incité à établir un programme de lecture sur les fictions d’apocalypse et à m’intéresser un peu à la notion encore récente et discutée d’anthropocène. Récente, car le mot ne date que du début des années 2000. Discutée parce que, même parmi ses partisans, tous ne sont pas d’accord sur le début de cette nouvelle ère, hésitant notamment entre le néolithique ou la révolution industrielle. Dans ce dernier cas, certains jugent qu’il est inapproprié de rendre l’humanité (anthropos) entière responsable de ce qui relève surtout du développement d’un certain genre de sociétés humaines, la société occidentale, capitaliste et industrielle. Aussi lui préfèrent-ils le mot capitalocène.

J’ai souhaité rassembler ici un peu de documentation sur la question. Peut-être cela vous intéressera-t-il ?

Continuer la lecture de L’Anthropocène ou l’homme comme facteur géologique