Archives par mot-clé : Antisémitisme

Antisionisme, une histoire juive

Le sionisme et l’antisémitisme sont les ennemis jumeaux des Juifs et le premier est potentiellement plus dangereux.

The American Israelite, 19 janvier 1902

Le seul pays au monde dans lequel les Juifs sont en danger, c’est… l’État d’Israël.

Yeshayahou Leibowitz

La politique criminelle d’Israël en Palestine nuit aussi aux juifs !

Michèle Sibony

Voici quelques années, lors de la cérémonie officielle commémorant lors du 75e ­anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv, le 16 juillet 2017, le président Macron eut une phrase malheureuse, pour ne pas dire mensongère et diffamatoire.

Nous ne céderons rien à l’antisionisme, car il est la forme réinventée de l’antisémitisme.

Emmanuel Macron

Cela ne fit pas l’unanimité, même au sein de la communauté juive, car les personnes un peu mieux renseignées que le locataire de l’Élysée savent bien que le signe d’égalité placé entre les termes « antisionisme » et « antisémitisme » constitue un véritable déni d’histoire, une forme de révisionnisme qui veut effacer toute trace de la longue tradition juive, religieuse ou séculière, d’opposition à l’idée d’État-nation juif (cf.Union Juive Française pour la Paix).

Continuer la lecture de Antisionisme, une histoire juive

Quelques mots sur Yeshayahou Leibowitz, l’antisémitisme, l’antisionisme et la critique du gouvernement Israélien

Le nationalisme doit s’arrêter quand on a obtenu l’indépendance. Quand il devient la valeur suprême, il mène l’homme à la bestialité et l’Etat au fascisme.

Yeshayahou Leibowitz (1903-1994)

J’ai découvert Yeshayahou Leibowitz voici bien des années, lors de la diffusion à la télévision (était-ce sur Arte ?) d’Izkor, les esclaves de la mémoire, documentaire réalisé par Eyal Sivan. Ce film réalisé par un réalisateur juif israélien autour d’un philosophe juif israélien, sioniste, mais très critique vis à vis de la politique du gouvernement israélien a été taxé d’antisionisme. Faudrait-il en conclure qu’il est antisémite selon la simplification abusive faite par certains, dont des hommes politiques “éminents”, assimilant toute critique du gouvernement israélien à de l’antisémitisme ?

Continuer la lecture de Quelques mots sur Yeshayahou Leibowitz, l’antisémitisme, l’antisionisme et la critique du gouvernement Israélien

Les traductions françaises de Mein Kampf

Comme une nouvelle traduction de Mein Kampf vient de paraître, j’ai pensé qu’il serait intéressant de faire un petit retour sur les précédentes. Pour chacune, je donne la notice bibliographique de la première édition et une brève présentation du contexte de la parution.

Orientation bibliographique et documentaire

Article “Mein Kampf” de Wikipédia

Antoine Vitkine, Mein Kampf : histoire d’un livre. Paris, Flammarion : 2009. Présentation.

Albrecht Koschorke. Manipuler et stigmatiser : démystifier Mein Kampf traduit de l’allemand et présenté par Christophe Lucchese. Paris : CNRS édition, 2018. Présentation.

Olivier Mannoni, « Traduire Mein Kampf, un combat sans fin », dans Les racines intellectuelles de Mein Kampf, numéro thématique de la Revue d’histoire de la Shoah, no 208 ,‎ mars 2018, p. 351-363. L’auteur est le traducteur de la traduction récemment parue.

Edith Fuchs. “Mein Kampf: extraits commentés”, Philosophie magazine. Hors série n°13 consacré aux Philosophes face au nazisme.

Plusieurs émission de France Culture depuis 2011.

C’est quoi “Mein Kampf” ? une vidéo de Brut avec l’historien Fabrice d’Almeida :

Continuer la lecture de Les traductions françaises de Mein Kampf

Autour de… The Pogroms in Ukraine, 1918-19 : Prelude to the Holocaust, par Nokhem Shtif

Plus de vingt ans avant la Shoah, les pogroms en Ukraine

Aujourd’hui, j’ai catalogué The Pogroms in Ukraine, 1918-19 : Prelude to the Holocaust. Ce ouvrage numérisé est en libre accès non seulement sur OpenEdition, mais aussi sur Archive.org et Google livres. Il s’agit de la traduction de Pogromen in Ukrayne: di tsayt fun der frayviliger armey, un livre en yiddisch de Nokhem Shtif, paru chez Wostok à Berlin en 1923, un témoignage sur les pogroms qui ont eu lieu en Ukraine en 1918 et 1919, du temps de la guerre civile. Ils ont fait de 100 000 à 150 000 victimes et 105 communautés ont été détruites.

Continuer la lecture de Autour de… The Pogroms in Ukraine, 1918-19 : Prelude to the Holocaust, par Nokhem Shtif

Serge et Beate Klarsfeld, les chasseurs de ténèbres

Avez-vous vu ce dimanche sur France 2 le documentaire intitulé  Les chasseurs de ténèbres consacré à Serge et Beate Klarsfeld ? Il est encore visible sur le site de la chaîne publique de télévision. Je vous le recommande chaudement.

Un grand moment de ce documentaire : le jour où Beate Klarsfeld a giflé l’ancien nazi Kurt Kiesinger devenu chancelier d’Allemagne de l’Ouest, le 7 novembre 1968.

Continuer la lecture de Serge et Beate Klarsfeld, les chasseurs de ténèbres

Bagatelles pour un massacre et autres pamphlets céliniens : beaucoup de bruit pour rien

La polémique qui enfle actuellement autour d’une hypothétique réédition des pamphlets de Louis-Ferdinand Céline par Gallimard me laisse perplexe. Que certains s’inquiètent d’une parution sous format papier de textes par ailleurs parfaitement accessibles ici et  sur internet me semble risible et vain. Qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, Bagatelles pour un massacre, L’Ecole des cadavres et Les Beaux draps sont bel et bien accessibles à n’importe quel internaute amateur et ce sans le moindre appareil critique…

Continuer la lecture de Bagatelles pour un massacre et autres pamphlets céliniens : beaucoup de bruit pour rien

Il s’appelait Simon Nizard

Mon grand-père avait un ami, juif tunisien naïvement confiant dans les valeurs de la France. Vous savez : liberté, égalité, fraternité, Lumières et autres totems auxquels il convient de sacrifier sans y adhérer vraiment… Mais lui y croyait et jugeait invraisemblable que les autorités de Vichy puissent s’en prendre à lui, honnête citoyen innocent. Nous étions au début de 1943. La zone sud avait été envahie au mois de novembre précédent et le 22 janvier débuta à Marseille une grande rafle dont beaucoup ne revinrent pas. Simon Nizard était de ceux-là(1).

En 1994, alors que je subissais ma formation de bibliothécaire à Villeurbanne, je retrouvais son nom dans un épais classeur inventoriant les “passagers” des différents convois “Nuit et brouillard” partis de France pour se perdre dans l’archipel d’Auschwitz. Le terminus pour lui fut Sobibor(2). Continuer la lecture de Il s’appelait Simon Nizard

Le Précis de l’affaire Dreyfus, bréviaire anti-dreyfusard

Tout le monde sait ou devrait savoir ce que vaut un livre comme Les Protocoles des Sages de Sion : un faux créé de toute pièce par l’Okhrana, la police secrète tsariste. Dès 1939, Henri Rollin, membre du deuxième bureau français, a montré dans L’Apocalypse de notre temps (réédité aux Éditions Allia en 1991 et en 2005) le processus de création et d’utilisation de ce texte par les pro-tsaristes, puis les fascistes, nazis et autres courants d’extrême-droite. En 1992, un historien en littérature russe, Mikhail Lépekhine a découvert le nom du faussaire grâce à l’ouverture des archives soviétiques. Ces faits sont connus ou devraient l’être de tous. J’y reviendrai peut-être dans une autre chonique.

Par contre, il n’est pas dit qu’en dehors des spécialistes et d’une certaine droite, beaucoup de gens aient entendu parler du Précis de l’Affaire Dreyfus de Henri Dutrait-Crozon. Moi-même, je ne l’ai découvert que par hasard, parmi les liens du site d’un dessinateur lié à l’extrême-droite(1). Cet ouvrage est pourtant à l’affaire Dreyfus ce que les écrits de Faurisson et autres révisionnistes sont au génocide juif. Paru en 1909, il a servi de référence au courant anti-dreyfusard jusqu’à aujourd’hui. N’est-il pas cité en termes élogieux sur un certain nombre de sites et blogs au contenu douteux ? Continuer la lecture de Le Précis de l’affaire Dreyfus, bréviaire anti-dreyfusard

Lettres de quelques juifs à M. de Voltaire

(Dernière mise à jour : 6 juin 2012)

Réédité récemment  aux éditions Kirouv et aux éditions D. Reinharc [mise à jour du 1er février 2011], cet ouvrage est une réponse au Traité de la tolérance (cf Gallica). Attribué à l’abbé Antoine Guénée, il met en avant les erreurs d’interprétation faites par Voltaire au sujet de l’Ancien Testament et souligne combien le grand philosophe est ignorant des langues anciennes.

Il est vrai que l’auteur est bien placé pour en juger. Fils d’un couple d’hôteliers, Antoine Guénée est né à Etampes en 1717. Doué pour l’étude, il a obtenu grâce à l’appui des Barnabites dont il fréquente le collège, une bourse pour étudier à Paris. Considéré comme un des grands spécialistes français du grec et de l’hébreu, il a écrit plusieurs ouvrages sur le judaïsme et les origines de la religion chrétienne faisant autorité dans toute l’Europe. Continuer la lecture de Lettres de quelques juifs à M. de Voltaire