Archives par mot-clé : Bande dessinée

Bande dessinée : la quête du savoir

« Les sciences humaines sont la dernière terra incognita pour la bande dessinée! »

David Vandermeulen.

La présente chronique reprend éhontément le titre et une partie de la matière d’un article paru dans le Livres hebdo n° 1068 du 15 janvier dernier dont est tiré l’extrait ci-dessus. Elle complète aussi ce que j’ai pu écrire voici bientôt six ans sur la bande dessinée et les sciences humaines et sociales. Continuer la lecture de Bande dessinée : la quête du savoir

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’arroseur arrosé entre septième et neuvième art

Je pense que la plupart d’entre vous ont déjà vu L’Arroseur arrosé, film des frères Lumière projeté avec neuf autres lors de la mémorable première séance publique de cinématographe du 28 décembre 1895, au Salon Indien du Grand Café à Paris.

Films de cette séance sur le site de l’Institut Lumière ou ci-dessous

Continuer la lecture de L’arroseur arrosé entre septième et neuvième art

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’image des archives dans la culture populaire

Voici quelques années, j’avais publié dans ce carnet une série de chroniques dédiées à la représentation des bibliothèques et des bibliothécaires tant par le texte que par l’image (peinture, bande dessinée, cinéma…). Cette série était intitulée Drôle de bibs et s’est étirée d’avril à juin 2012, puis je suis passé à autre chose…

Or voici que je viens de découvrir un blog fort intéressant intitulé Archives et culture pop. Continuer la lecture de L’image des archives dans la culture populaire

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Louvre et la bande dessinée

Sans doute beaucoup d’entre vous le savent-ils déjà, mais je je le  signale aux autres. Un accord établi entre les éditions Futuropolis et celles du Musée du Louvre prévoit que, chaque année, un auteur présente une œuvre artistique revisitant le musée. Le premier auteur à participer à cette collection a été Nicolas de Crécy en 2006 avec Période glacière. D’autres en suivi depuis. En voici la liste sur le site du Louvre.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Arles selon… Jean-Pierre Autheman

Jean-Pierre AUTHEMAN  Né en 1946

Dessinateur et scénariste de bandes dessinées, auteur notamment des séries Condor et Vic Valence –, Jean-Pierre Autheman est Arlésien. Certaines de ses histoires se déroulent à Arles et dans ses environs.

L'Arlesien

L’Arlésien(Acte Sud, 1992), histoire d’un ancien déserteur de la guerre d’Algérie revenu au pays et confronté à un trafic de peintures de Van Gogh. Mais sont-ils authentiques ?

Le filet de Saint Pierre

Le filet de Saint-Pierre (Glénat,1992), où un ancien résistant de Camargue, l’Amiral, reprend du service avec quelques collègues septuagénaires.

Place des hommes

Place des hommes (Glénat, 1992) : le titre est tiré d’une place fameuse d’Arles où se trouve une statue de Mistral et l’hôtel Lidiador (fortement inspiré de l’hôtel Nord Pinus) dont a hérité le toréador José Montès. Et c’est alors que les ennuis commencent…

IMG_9393

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Egerton Genesis Picture Book, une bande dessinée médiévale

En faisant un petit tour sur le facebook de la BU Lettres de Tours, j’ai découvert un ancêtre médiéval de la bande dessinée, l’Egerton Genesis Picture Book, conservé à la British Library sous la cote Egerton MS 1854. L’ouvrage a été numérisé comme du reste un certain nombre d’autres manuscrits de cette prestigieuses bibliothèque.

EgertonDans la bibliographie en ligne proposée sur le sujet, je vous signale tout particulièrement une édition réalisés en 1921 et une étude relativement récente datée de 2001.

Montague Rhodes James. Illustrations of the Book of Genesis: Being a Complete Reproduction in Facsimile of the Manuscript British Museum, Egerton 1894 [Oxford, 1921]

Mary Coker Joslin et Carolyn Coker Joslin Watson. The Egerton Genesis. Toronto: University of Toronto Press, 2001. (The British Library Studies in Medieval Culture). Partiellement accessible sur Google livres.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Dali et L’angélus de Millet

Je ne sais pas si vous le savez(1), mais une grande exposition est consacrée à Salvador Dalí par le Centre Pompidou du 21 novembre 2012 au 25 mars 2013. Ce me semble être une bonne occasion de vous dire un mot du Mythe tragique de l’Angélus de Millet, ouvrage consacré à du tableau fort connu de Millet. Ecrit en 1938, après une période où Dalí a peint plusieurs toiles inspirées de l’Angélus(2), ce livre ne paraîtra qu’en 1963 chez Jacques Pauvert(3).

Dans cet essai, l’artiste applique sa méthode d’interprétation paranoïaque-critique pour proposer une lecture de la symbolique érotique de l’œuvre. Il a surtout une géniale intuition. Pour lui, les deux personnages pleurent leur enfant défunt, qui se trouvait initialement à la place du panier. Et effectivement, en 1963, une radiographie réalisée par les laboratoires du Louvre à la demande de Salvador Dalí et de Jacques Pauvert, confirme que, sous le panier, il a été peint à l’origine un parallépipède sombre qui pourrait bien être un cercueil d’enfant.

Ce que je viens d’écrire figure un peu partout sur internet. Je voudrais juste ajouter que vous trouverez d’autres détails sur Dalí et L’angélus dans l’excellente bande-dessinée de Homs et Giroud, L’angélus, une œuvre qui mêle habilement secrets de famille et histoire de l’art.

______________________

(1) Il est difficile de passer à côté avec tous les numéros hors-série qui lui sont consacrés par Connaissance des arts, Le FigaroLe Monde, Le Nouvel Observateur ou Télérama.

(2) Par exemple :

L’angélus Architectonique De Millet (1933)

Gala et l’Angélus de Millet précédant l’arrivée imminente des anamorphoses coniques (1933)

L’atavisme du crépuscule (1934)

Reminescence archéologique de l’Angélus de Millet (1935)

(3) Il sera réédité chez le même éditeur en 1978, puis novembre 2012 aux éditions Allia.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Lotus bleu et les points cardinaux

Voici une case de la page 3 du Lotus bleu de Hergé :

Tout juste arrivé de Shanghai, le malheureux émissaire des Fils du Dragon vient d’être atteint par une flèche empoisonnée. Il danse et chante(1) en proférant des propos incohérents. Il semble avoir perdu le nord ! Pourtant, si je lis de plus près les paroles qui accompagnent sa gigue effrénée, je m’aperçois qu’elles correspondent aux quatre points cardinaux dans l’ordre où ils sont donnés traditionnellement en Chine(2) :

东西南北

dōng xī nán běi

est ouest sud nord

Il faut cependant préciser que les points cardinaux chinois sont au nombre de cinq, le dernier, mais non le moindre, étant le centre qui intervient déjà dans le nom de la Chine :

东西南北中

dōng xī nán běi zhōng

est ouest sud nord centre

Voir à ce propos cet extrait de l’ouvrage de Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient : l’invention d’une histoire et d’une géographie :

[…] Le syntagme chinois de fang n’est qu’imparfaitement rendu par « direction » ou « point cardinal ». Il signifie aussi bien le « lieu », la  « région », que le « côté », le « carré ». et plus généralement toute « figure géométrique quadrangulaire ». Il s’agit d’une étendue ouverte plutôt que d’un point fixe, néanmoins intégrable dans la géométrie. Cette conception en « aire » et non en « point », distincte de la tradition européenne, permet d’intégrer le « centre » aux quatre points cardinaux habituels, car ce centre ne peut cosmologiquement être réduit à un point et doit être considéré comme un espace, celui de l’empereur, celui de l’empire de Chine.  

Le syntagme chinois wufang, soit « cinq régions », ou bien « cinq orients » au sens d’orientation. désigne la totalité de l’univers, l’ensemble de la Terre, le carré, le « Grand Carrés » et, dans une acceptation géopolitique, l’« empire », c’est à dire la Chine elle-même. Son énumération se fait dans l’ordre suivant : Est, Ouest, Sud, Nord, Centre (dong, xi, nan, bei, zhong). Dans la tradition chinoise classique, les wufang sont  intégrés dans des séries complexes de symboles qui associent l’espace avec divers éléments : les météores, les couleurs, le corps humain, les montagnes, les notes, etc.

Cette fameuse théorie des « cinq éléments », ou mieux, des « cinq agents » (wuxing), articule la pensée et la métagéographie chinoises […](3)

L’absence du cinquième fang dans les paroles du dément ne désigne-t-il pas en creux le territoire futur des aventures de Tintin : la Chine, cet « empire ou pays du milieu » (zhongguo) ? Une chose est sûre : il faut relire Le Lotus bleu comme une introduction à la civilisation chinoise. Voici quelques pistes.

Pour apprendre le chinois en lisant  Le Lotus bleu.

Sur Moulinsard. La vie de château où vous découvrirez le sens de plusieurs inscriptions qui apparaissent au fil des pages. De nombreuses traductions vous sont aussi proposées sur A la découverte de Tintin. Il n’est pas inintéressant non plus de découvrir quelques extraits de traductions du Lotus bleu en chinois sur Ramou.

Voir aussi Patrick Mérand, Li Xiaohan. Le Lotus bleu décrypté. Saint-Maur : Sépia, 2009

Pour en savoir plus sur Le Lotus bleu.

Outre l’article de Wikipédia, Le monde de Tintin et les archives Tintin des éditions Atlas, j’ai repérés les références bibliographiques suivantes que je compte bien consulter prochainement  :

  • Jean-Michel Coblence (photagraphie : Yves Gellie), « Shanghai : le réveil du dragon », dans Tintin, grand voyageur du siècle,  numéro thématique de Géo.Hors-série, n° 1H, novembre 2000, p. 108-119
  • Pierre Fresnault Deruelle. Les mystères du Lotus bleu. Bruxelles : Moulinsart, 2006
  • Léon Vandermeersch, « L’empire du milieu », dans Tintin au pays des philosophes, numéro thématique de Philosophie Magazine.Hors-série, 8H, septembre 2010, p. 24-27

Voir aussi Shanghai et le dispositif du Lotus Bleu, une analyse du « Lotus Bleu » au prisme des concepts de Michel Foucault par Urbain, trop urbain visible aussi sur Dailymotion.

 _______________________________

(1) Ce chant ne figure pas dans la version initiale parue dans Le Petit Vingtième.

lotus-bleu-2(2) La transcription toung si nan pei donnée par Hergé (ou par Tchang Tchong-Jen dont on connait le rôle dans la genèse de cet album) est celle de l’Ecole Française d’Extrême-Orient.

(3) Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient : l’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris, Gallimard, 2012, p.55-56.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Drôles de bibs (4) Singes bibliothécaires et lecteurs simiesques

 Les lecteurs des Annales du Disque monde de Terry Pratchett connaissent le bibliothécaire de l’Université invisble transformé en orang-outang. Cette idée de singe veillant sur les livres serait-elle venue à l’auteur en référence à celui qui veille sur l’entrée de la bibliothèque du château de Cardiff ?

Entrée de la bibliothèque du château de Cardiff, Wolfgang Sauber

Et qu’en est-il des lecteurs simiesques en bibliothèque ? Voici quelques exemples. D’abord une bande dessinée partiellement représentée dans la galerie de lincoln-log sur Flickr où ce type de lecteur semble un peu brutal (du moins en couverture). Ce numéro de From beyond the unkown reprend en fait une histoire parue dans Strange Adventures, comme nous l’apprend un article intitulé « Apes on Covers » paru sur le blog ThisKevin.

Dans les exemples suivants, il s’agit de singes savants au meilleur sens du terme. La photographie d’une stalle de la cathédrale d’Exeter trouvée sur le site de l’unviversité du Minesota nous suggère que la  représentation du  singe lecteur n’est pas nouvelle. Spécialiste de la peinture simiesque, Gabriel von Max a réalisé plusieurs peintures sur ce thème .

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts