Archives par mot-clé : Barbares

Encore un mot de la Scythie

Voici quelques mois, je vous avais proposé une chronique sur le thème de l’amitié scythe et de la fortune littéraire de la Scythie. Je souhaite la compléter en vous signalant l’ouvrage de François Hartog, Le miroir d’Hérodote : essai sur la représentation de l’autre, dont la première partie est une analyse de l’image des Scythes dans le Livre IV de l’Histoire du père fondateur de notre discipline.

Cet ouvrage, issu d’une thèse soutenue à Besançon en 1979, a été publié pour la première fois chez Gallimard l’année suivante, dans la collection « Bibliothèque des histoires ». Une nouvelle édition, revue et augmentée, a paru chez le même éditeur et dans la même collection en 1991 et il est disponible en « Folio. Histoire » depuis 2001. Voir le compte rendu qu’en a fait Nicole Loraux dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1982,  volume   37   n°  3? p. 493-497, accessible sur Persée.

Vous trouverez sur Remacle la traduction de l’Histoire d’Hérodote par Pierre-Henri Larcher.

Voir aussi le dossier Regards sur les barbares dans la littérature antique réalisé par François Hubert sur le site de l’Académie de Stasbourg.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

A propos de L’amitié Scythe, ou histoire secrète de la conjuration de Thèbes : la fortune littéraire de la Scythie

En parcourant les rayons d’une annexe estivale de la bibliothèque familiale, j’ai retrouvé un livre lu voici quelques années. Intitulé L’amitié Scythe, ou histoire secrète de la conjuration de Thèbes, il s’agit d’un roman paru en 1767.

Si l’auteur est anonyme, l’année de parution est celle où Voltaire fit jouer Les Scythes (1), très précisément le 26 mars au théâtre de la rue des Fossés Saint-Germain. Paru semble-t-il  a ce moment précis – il en est question dans le Journal de Trévoux dès le mois d’avril -, ce roman n’est donc qu’un produit éditorial ne visant qu’à profiter d’un thème à la mode. Cela donne, selon Friedrich Melchior Grimm dans sa Correspondance littéraire de mai, un « sujet grec renfermé dans un petit volume in-12 de près de deux cents pages soporifiques ».

Le jugement est sévère, car je ne m’étais pas endormi en lisant ce mince opuscule, et pour tout dire, il m’avait plutôt amusé, sans doute malgré l’auteur dont le ton emphatique est à des lieues de ce qui s’écrit aujourd’hui. L’extrait ci-dessous vous en donnera une idée. Il s’agit d’une discussion entre Philotime, jeune Thébain venu étudier à Athènes, le  Scythe Sisinnès avec lequel il s’est lié d’amitié et Caridème, hôte de Philotime et ami de son père. Il y est aussi fait allusion au Thébain Dioxippe, aussi dépravé que Philotime est vertueux : ne sont-ils pas élèves, le premier d’un sophiste et le second d’un stoïcien ? Dioxippe est le méchant de l’histoire, qui tentera plus tard d’enlever Palmire, la fiancée perse de Philotime, aimée secrètement et douloureusement par Sisinnès (cornélien, non ?) qui sauvera l’amour de son ami au détriment du sien et de sa propre vie…

Pour l’instant, nous n’en sommes pas encore là, mais lisez plutôt :

Chaque jour ajoutoit à l’estime que Philotime et Sisinnès avoient conçue l’un pour l’autre. Caridème, qui se connoissoit en hommes, trouvoít que Philotime avoit fait le choix le plus heureux , & félicitait Sisinnès d’avoir pris des engagements d’amitié avec le fils du plus respectable des Grecs. Je sens tout le prix de l’amitié que me promet Philotime , dit le vertueux Scythe; mais ce n’est point parce qu’il est fils de Céphisodore que je me suis attaché à lui. Je sais combien son illustre père mérite d’estime , mais je n’ai consulté que les qualités de Philotime pour lui demander son amitié en lui offrant la mienne. Les âmes n’ont point de parents, & il est trop ordinaire de voir le fils d’un héros, d’un demi-dieu, n’être qu’un homme méprisable. Hélas ! il est trop vrai, interrompit Caridème, & Dioxippe le prouve : quelle différence de lui à Isménias son père ! Mais vous , Sisinnès, vous n’êtes dans le cas de faire ces tristes remarques que dans vos voyages; tous les Scythes naissent vertueux. Non , sage Grec , répondit Sisinnès; la nature ne nous a pas plus favorisés que les autres peuples. Si le vice se montre rarement en Scythie, c’est que l’éducation l’étouffe dans les naturels du pays & que l’exemple le chasse du cœur de nos hôtes. D’ailleurs nous ne voyons gueres parmi nous que des Grecs , & il en est qui s’y font rendus célèbres par leur vertu. Aristandre, ce digne ami de mon pere, étoit Grec; Dandamis et la Scythie le pleurent encore. Quoi, s’écria Caridème, vous êtes le fils de Dandamis ? de ce Dandamis ?… Ah ! Philotime , quel héros ! quel ami ! quel noble sacrifice ! la renommée, cher Sisinnès, a porté jusqu’à nous l’histoire de votre père…. Mais je ne veux pas priver Philotime du plaisir de vous l’entendre raconter à vous-même. Mon pere, reprit Sisinnès , n’a fait que le devoir d’un Scythe. L’amitié est pour nous la premiere des vertus. Aristandre son ami l’avoit accompagné en Scythie. Les Sarmates y firent une irruption. Aristandre fut fait prisonnier. Mon père l’apprend, vole à leur camp & en demande la liberté. Quelle rançon m’offres-tu? dit le chef de ces brigands. Moi-même , si tu veux m’accepter , répondit Dandamis, car tout ce que je possédois vient de m’être enlevé. C’est trop que ta personne entière, repliqua le barbare , je me contenterai d’une partie (a). Alors il lui fit arracher les yeux & le renvoya avec Aristandre. Plus glorieux d’avoir racheté son ami qu’affligé de la perte qu’il venoit de faire, mon pere revint au camp des Scythes qui le reçurent avec acclamation; & Aristandre ne voulant pas jouir de la lumiere, à laquelle son ami avoit renoncé pour lui, se priva aussì de la vue. Touchée de ce noble dévouement, ma patrie l’adopta & voulut qu’ils passassent ensemble le reste de leurs jours dans le temple de l’Amitié. Ils y vivoient heureux l’un & l’autre , lorsqu’Aristandre mourut. Mon pere vouloit le suivre au tombeau , mais en expirant, Aristandre le pria de songer à ma jeunesse & de vivre pour avoir le temps de réapprendre à mériter un ami. Mon pere a desiré que je voyageasse en Grece , espérant que j’y pourrois faire un choix digne de lui: ses vœux & les miens font accomplis j, j’ai trouvé Philotime.

(a) Voyez Lucien, Toxaris.

Croquignolet, non ? Mais revenons un peu sur la fortune littéraire des Scythes. Le thème de l’amitié scythe est développé par Lucien de Samosate dans plusieurs dialogues : Le Scythe, ou le Proxène ; Toxaris ; Anacharsis, ou les Gymnases où il prend pour personnage le sage scythe Anacharsis. Ce dernier fait partie selon certains auteurs des 7 sages de Grèce, car les Scythes, pour être Barbares, n’en sont pas moins estimés des Grecs. C’est sous le patronage de ce même Anacharsis que l’abbé Barthélémy écrit son Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, dans le milieu du quatrième siècle avant l’ère vulgaire dont la première édition date de 1788. D’autres suivront régulièrement, tout les deux ou trois ans, jusqu’en 1893, En fait, alors que la Révolution se référera plutôt à l’Antiquité romaine, les deux décennies qui la précède sont plutôt marquées pa la Scythie. Entre la tragédie de Voltaire et l’ouvrage de Barthélémy, deux pièces intitulées Zarine, reine de Scythes d’auteurs différents – la première de Devineau de Rouvroy en 1776 et la seconde de Jérôme Le Grand en 1782 – se rapportent explicitement à ce peuple.

Avant la fin du XVIIIe siècle, j’ai pu repéré deux autres pièces. Arsacome ou l’ amitié des Scythes d’ Alexandre Hardy a

été donnée à l’Hôtel de Bourgogne vers 1609, & imprimée en 1625, dans le tome second de ses OEuvres

Antoine de Léris,Dictionnaire portatif historique et littéraire des théâtres  (1763)

En voici le sujet tel que le décrivent les auteurs de la Bibliothèque du théâtre françois depuis son origine (1768) :

Le Roi du Bosphore promet sa fille en mariage au plus riche des amans de cette Princesse. Arsacome , Ambassadeur des Scythes, l’aimoit & en étoit aimé, & prétendit être plus riche que ses rivaux, ayant le bonheur de posséder deux amis. Le Roi n’écouta sa prétention qu’avec mépris, & donna sa fille à un autre. Arsacome, au désespoir, retourne en Scythie, raconte son malheur à ses deux amis, qui lui promettent, l’un de lui apporter la tête du Roi du Bosphore, l’autre de lui amener sa maîtresse. Ils tiennent leur parole, & le rendent heureux. Cette histoire est prise de Toxaris de Lucien.

Un peu moins d’un siècle après Alexandre Hardy, le 23 novembre 1706 au Théâtre de la rue des Fossés Saint-Germain, est donnée une tragédie de Marie Anne BarbierTomyris, reine des scythes.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts