Archives par mot-clé : Bibliophilie

Visite virtuelle de la bibliothèque Inguimbertine

Une visite virtuelle de la bibliothèque Inguimbertine est depuis peu accessible en ligne.

Bonne occasion de (re)découvrir cette bibliothèque publique crée au milieu du XVIIIe siècle par Joseph-Dominique (en religion dom Malachie) d’Inguimbert, évêque de Carpentras, bibliophile et bibliothécaire. Elle est, avec la bibliothèque Séguier de Nîmes, le musée Calvet d’Avignon et la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, une des quatre grandes bibliothèques publiques fondées par des érudits dans l’espace bas-rhodanien. Elle a du reste été la première à ouvrir dès 1735.

Les ensablés, un blog consacré aux auteurs oubliés

Voici quelques années, j’avais consacré une chronique à l’excellent ouvrage d’Eric Dussert, Une forêt cachée : 156 portraits d’écrivains oubliés.

Or je viens de découvrir sur le site Actualitté une rubrique dédiée à ce thème par d’Hervé Bel : Les ensablés. Je vous invite à lire l’article intitulé quelques idées sur l’oubli en littérature, puis à butiner dans dans les nombreuses chroniques parues depuis octobre 2010.

Lire aussi :

  • les chroniques de Gérard Oberlé dans Lire

Voyage d’un livre à travers la Bibliothèque nationale : propos de bibliophile par Henri Beraldi

Voyage d’un livre à travers la Bibliothèque nationale : propos de bibliophile est un ouvrage d’Henri Beraldi paru en 1893. Bibliophile passionné, l’auteur s’y inquiète des arrivées de livres toujours croissantes et nous convie à un voyage au cœur de la Bibliothèque Nationale.

Une réédition préfacé par Eric Dussert est récemment parue chez Tschann au prix de 8.50 €. Me contenterai-je de la version numérisée de Gallica ou me laisserai-je tenter ?

Pour en savoir plus, lire les chroniques des Ensablés et du Gallicanaute des naines brunes et noires.

Festin joyeux

J’ai déjà eu l’occasion de me référer à une chronique de Gérard Oberlé parue dans le n° 474 de Lire en avril 2019 où il dresse une liste de livres décrivant des voyages paradoxaux parodiant précisément les livres de voyages. Celle publiée dans le même magazine en novembre de la même année porte sur un ouvrage intitulée Festin joyeux, ou La cuisine en musique, en vers libres que je vous invite à découvrir sur Gallica.

Et surtout, lisez chaque mois les articles que Gérard Oberlé consacre dans Lire aux livres oubliés ou méconnus. Un vrai plaisir pour le bibliophile.

A noter que ces chroniques font suite à d’autres parues pendant plusieurs années dans le même magazine dans la rubrique Lettres à Emilie et qui ont fait l’objet d’une publication chez Grasset en 2012 sous le titre Emilie, une aventure épistolaire.

D’autre part, il a publié dans le domaine gastronomique

  • Une bibliothèque bachique (Loudmer, 1993)

Petits voyages excentriques

Dans une chronique intitulée « Etonnant petits voyages » parus dans le n° 474 de Lire en avril dernier, Gérard Oberlé dresse une liste de livres décrivant des voyages paradoxaux parodiant précisément les livres de voyages. Son article, fort instructif comme toujours, m’a donné envie de chercher sur la grande toile ce que je pourrais trouver sur ces différents titres ainsi sur quelques autres que je connais ou que j’ai découvert par ailleurs, notamment dans l’ouvrage Susan Pickford, Le voyage excentrique : Jeux textuels et paratextuels dans l’anti-récit de voyage, 1760-1850 (ENS Éditions, Institut d’histoire du livre, 2018), notamment dans son Annexe 1 « Voyages autour d’espaces réduits ou atypiques dans l’édition francophone, 1799-1900 » et dans sa Bibliographie qui comporte notamment un « Corpus des anti-récits de voyage et voyages excentriques en anglais, français et allemand ».

Continuer la lecture de Petits voyages excentriques

Bibliophilie, histoire du livre et curiosités littéraires : une webographie provisoire

Sites

Chroniques sur les livres anciens et la bibliophilie

Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet

Quand j’étais enfant, je m’étais familiarisé avec la mythologie grecque dans un livre de Mario Meunier intitulé La Légende dorée des Dieux et des Héros. Plus tard, je découvrais l’ouvrage plus ardu de Robert Graves sur Les mythes grecques.

Aurais-je vécu à la fin du XVIIIe ou dans la première moitié du XIXe siècle, ç’aurait sans doute été grâce aux Lettres à Émilie sur la mythologie que j’aurais abordé ce domaine. Continuer la lecture de Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet

Un panorama de San Francisco (1887) et quelques blogs bibliophiliques

San Francisco en 1887, Eadweard Muybridge. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

En complément d’une ancienne chronique sur les panoramas, je vous propose ci-dessus ce panorama de San Francisco (1887) par Eadweard Muybridge.

Je l’ai trouvé chez L’ours danseur, blog qui vaut le détour, de même même que ses trois voisins sur Redux.online, dont voici la présentation :

Fin du livre et bibliothèques de l’avenir selon Octave Uzanne

Dans Les Contes pour les bibliophiles qu’Octave Uzanne et Albert Robida ont publiés en 1895 figure un texte intitulé « La fin du livre« , publié initialement en anglais dans le n° 2 du Scribner’s Magazine du mois d’août 1894. Le narrateur s’y inquiète de l’avenir du livre face aux nouvelles technologies d’alors, à savoir le kinétoscope et le phonographe.  André Lange en donne une bonne présentation sur son site consacré à l’histoire de la télévision.

Si vous souhaitez le lire, vous trouverez sur Wikisource et le Projet Gutenberg, à moins que vous ne préfériez  un vrai livre sur papier. Dans ce cas, je vous renvoie à la réédition parue 2008 aux éditions Manucius dont je vous ai déjà parlé au sujet du Musée de la conversation.

Octave Uzanne est revenu sur le sujet dans un article paru dans la Revue Franco-Allemande, au mois de février de l’année 1901 : « Les bibliothèques de l’avenir. » Voir aussi ici et .

Du danger que fait courir la superstition du livre à la culture intellectuelle par Louis Dimier

Parmi les références bibliographiques sur la psychologie du livre signalées dans la thèse complémentaire de Gilles Varet Histoire et Savoir : Introduction théorique à la bibliographie (Les Belles Lettres,  1956), à côté de l’ouvrage fondateur du bibliologue Nicolaï Roubakine paru en 1922 aux éditions Jacques Povolozky, j’ai remarqué un article de l’historien de l’art Louis Dimier dont le titre me laisse songeur. Je le soumets à votre attention :

Louis Dimier. « Du danger que fait courir la superstition du livre à la culture intellectuelle ». Congrès international des bibliothécaires et des bibliophiles tenu à Paris du 3 au 9 avril 1923. Paris : Jouve, 1925. P. 336-343.

Et grand merci à la bibliothèque numérique de l’ENSSIB qui permet de consulter en ligne ces classiques de la bibliothéconomie.