Archives par mot-clé : Bibliophilie

Festin joyeux

J’ai déjà eu l’occasion de me référer à une chronique de Gérard Oberlé parue dans le n° 474 de Lire en avril 2019 où il dresse une liste de livres décrivant des voyages paradoxaux parodiant précisément les livres de voyages. Celle publiée dans le même magazine en novembre de la même année porte sur un ouvrage intitulée Festin joyeux, ou La cuisine en musique, en vers libres que je vous invite à découvrir sur Gallica.

Et surtout, lisez chaque mois les articles que Gérard Oberlé consacre dans Lire aux livres oubliés ou méconnus. Un vrai plaisir pour le bibliophile.

A noter que ces chroniques font suite à d’autres parues pendant plusieurs années dans le même magazine dans la rubrique Lettres à Emilie et qui ont fait l’objet d’une publication chez Grasset en 2012 sous le titre Emilie, une aventure épistolaire.

D’autre part, il a publié dans le domaine gastronomique

  • Une bibliothèque bachique (Loudmer, 1993)

Petits voyages excentriques

Dans une chronique intitulée « Etonnant petits voyages » parus dans le n° 474 de Lire en avril dernier, Gérard Oberlé dresse une liste de livres décrivant des voyages paradoxaux parodiant précisément les livres de voyages. Son article, fort instructif comme toujours, m’a donné envie de chercher sur la grande toile ce que je pourrais trouver sur ces différents titres ainsi sur quelques autres que je connais ou que j’ai découvert par ailleurs, notamment dans l’ouvrage Susan Pickford, Le voyage excentrique : Jeux textuels et paratextuels dans l’anti-récit de voyage, 1760-1850 (ENS Éditions, Institut d’histoire du livre, 2018), notamment dans son Annexe 1 « Voyages autour d’espaces réduits ou atypiques dans l’édition francophone, 1799-1900 » et dans sa Bibliographie qui comporte notamment un « Corpus des anti-récits de voyage et voyages excentriques en anglais, français et allemand ».

Continuer la lecture de Petits voyages excentriques

Bibliophilie, histoire du livre et curiosités littéraires : une webographie provisoire

Sites

Chroniques sur les livres anciens

Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet

Quand j’étais enfant, je m’étais familiarisé avec la mythologie grecque dans un livre de Mario Meunier intitulé La Légende dorée des Dieux et des Héros. Plus tard, je découvrais l’ouvrage plus ardu de Robert Graves sur Les mythes grecques.

Aurais-je vécu à la fin du XVIIIe ou dans la première moitié du XIXe siècle, ç’aurait sans doute été grâce aux Lettres à Émilie sur la mythologie que j’aurais abordé ce domaine. Continuer la lecture de Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet

Un panorama de San Francisco (1887) et quelques blogs bibliophiliques

San Francisco en 1887, Eadweard Muybridge. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

En complément d’une ancienne chronique sur les panoramas, je vous propose ci-dessus ce panorama de San Francisco (1887) par Eadweard Muybridge.

Je l’ai trouvé chez L’ours danseur, blog qui vaut le détour, de même même que ses trois voisins sur Redux.online, dont voici la présentation :

Fin du livre et bibliothèques de l’avenir selon Octave Uzanne

Dans Les Contes pour les bibliophiles qu’Octave Uzanne et Albert Robida ont publiés en 1895 figure un texte intitulé « La fin du livre« , publié initialement en anglais dans le n° 2 du Scribner’s Magazine du mois d’août 1894. Le narrateur s’y inquiète de l’avenir du livre face aux nouvelles technologies d’alors, à savoir le kinétoscope et le phonographe.  André Lange en donne une bonne présentation sur son site consacré à l’histoire de la télévision.

Si vous souhaitez le lire, vous trouverez sur Wikisource et le Projet Gutenberg, à moins que vous ne préfériez  un vrai livre sur papier. Dans ce cas, je vous renvoie à la réédition parue 2008 aux éditions Manucius dont je vous ai déjà parlé au sujet du Musée de la conversation.

Octave Uzanne est revenu sur le sujet dans un article paru dans la Revue Franco-Allemande, au mois de février de l’année 1901 : « Les bibliothèques de l’avenir. » Voir aussi ici et .

Du danger que fait courir la superstition du livre à la culture intellectuelle par Louis Dimier

Parmi les références bibliographiques sur la psychologie du livre signalées dans la thèse complémentaire de Gilles Varet Histoire et Savoir : Introduction théorique à la bibliographie (Les Belles Lettres,  1956), à côté de l’ouvrage fondateur du bibliologue Nicolaï Roubakine paru en 1922 aux éditions Jacques Povolozky, j’ai remarqué un article de l’historien de l’art Louis Dimier dont le titre me laisse songeur. Je le soumets à votre attention :

Louis Dimier. « Du danger que fait courir la superstition du livre à la culture intellectuelle ». Congrès international des bibliothécaires et des bibliophiles tenu à Paris du 3 au 9 avril 1923. Paris : Jouve, 1925. P. 336-343.

Et grand merci à la bibliothèque numérique de l’ENSSIB qui permet de consulter en ligne ces classiques de la bibliothéconomie.

Un abécédaire de livres

Alors que je préparais ma chroniques sur les abécédaires, mon amie Marie-Françoise m’a suggéré de composer un abécédaire avec des livres dont le titre ne ferait qu’une seule lettre. Si l’idée est moins originale que nous pouvions l’espérer, la liste oulipienne ci-dessous peut être considérée comme le programme polyglotte de lectures futures ou le catalogue d’une collection bibliophilique virtuelle. En cliquant sur les images des couvertures, vous pourrez lire soit un extrait, soit une présentation de l’ouvrage en des langues variées… Continuer la lecture de Un abécédaire de livres

Reliures et autres explications

D’habitude, j’évite de faire passer les message commerciaux, mais , ayant reçu le courriel ci-dessous, je suis allé visiter le blog de son auteur, Reliures et autres explications, et j’y ai retrouvé des curiosités qui sont aussi les miennes. Alors… et puis j’ai aussi quelques raisons familiales de m’intéresser à cet art du livre (si d’aventure vous trouvez des reliures signées Mazel-Stouff, faites le moi savoir…).

Atelier de reliure restauration de livres anciens
Sandrine Salières Gangloff
Siren 445 172 125

8 rue du château
41800 Trôo.
02 54 85 22 08
atelier.troo@orange.fr

http://reliure-bibliophilie.blogspot.fr/

Je propose aux personnes qui souhaitent se perfectionner dans la compréhension de l’architecture du livre, d’en comprendre toutes les articulations qui font que cet objet est d’abord une entité matérielle qui conserve, diffuse et embellit le savoir, plusieurs solutions adaptées à votre demande.
Nous travaillons sur des livres brochés que vous amenez que nous relirons. Le cas échéant, il y a dans l’atelier des livres qui seront offerts avec le stage.
-Deux semaines de stage d’initiation à la reliure: Réalisation de plusieurs structures, au maximum 4 ( bradel, reliure toile, emboitage, structure japonaise)
-Trois jours d’initiation: Réalisation d’une structure voir deux.
Il est nécessaire d’avoir un minimum de compétences manuelles.
C’est une bonne préparation à des études plus théoriques des métiers du livre, une préformation à d’autres formations en restauration du livre, une bonne approche pour les personnes travaillant des les fonds anciens et les archives.

Je me tiens à votre disposition pour des renseignements pour le déroulement des stages et sur les tarifs.
Convivialité assurée.
Pas plus de trois personnes par sessions.
début des stages : Printemps 2014.

très cordialement,

Sandrine Salières Gangloff.

Les curiosités théologiques et religieuses de Gustave Brunet

La fréquentation des bibliographes du XIXe siècle est pleine de surprises agréables. Prenez par exemple la liste des ouvrages de Pierre Gustave Brunet. Nous l’avons déjà rencontré plusieurs fois, pour des ouvrages sur les apocryphes, les fous littéraires, les supercheries littéraires… Histoire, littérature et bibliophilie ont occupé sa longue carrière qui  va de La Papesse Jeanne. Étude historique et littéraire (1832)  aux suppléments apportés à deux références incontournable pour le bibliophile et l’historien du livre : le Manuel du libraire et de l’amateur de livres (t.7 et 8, 1878-1880) de son homonyme, Jacques Charles Brunet, et les Supercheries littéraires dévoilées et au Dictionnaire des ouvrages anonymes de J. M. Quérard et A. E. Barbier (1889). Sur plus de cinquante ans, nombreux sont les livres publiés seul ou en collaboration, sous son nom ou sous le  pseudonyme de Philomneste Junior.

Il semble avoir eu quelque intérêt pour la religion puisque, outre sa Papesse Jeanne et ses deux publications sur les apocryphes, il a également participé à un ouvrage intitulé Les livres sacrés de toutes les religions sauf la Bible publié par l’abbé Migne (1865-1866 , Gallica). Avant cela il avait publié des Curiosités théologiques, par un bibliophile (1861, Archive.org et Google). Ce dernier ouvrage a fait l’objet d’une réédition en 2010 chez Kessinger Publishing. Il se divisent en trois parties : la première concerne le judaïsme et le christianisme ; la deuxième les opinions étrangères au christianisme ; la troisième divers ouvrages singuliers relatifs à la religion dont une table est dressée à la fin de l’ouvrage.  En voici quelques extraits.

La taille d’Adam était d’abord si gigantesque que sa tête touchait le ciel. Les anges , étonnés, murmurèrent et dirent qu’il y avait deux êtres souverains, l’un au ciel, l’autre sur la terre. Alors le Seigneur mit la main sur la tête d’Adam qui se trouva réduit à une stature de mille coudées. Adam avait d’ailleurs été créé double et hermaphrodite.

[…]

Les Orientaux et les rabbins ont avancé bien des contes au sujet du serpent; on a prétendu qu’avant son crime il avait quatre pieds, qu’il était ailé et d’une beauté admirable. Les artistes lui ont souvent donné une tête humaine lorsqu’ils l’ont représenté dans le paradis terrestre; c’est ainsi que l’a dépeint au Vatican le pinceau de Raphaël. Pierre Comestor affirme qu’il marchait debout comme l’homme; Bède dit qu’il avait le visage d’une jeune fille (virgineum habens vultum). Il se montra à Adam sous la forme d’un paon et à Eve sous celle du serpent, à ce que prétendent des écrivains musulmans qui ajoutent qu’expulsé du paradis, il fut relégué à Confish , ville de l’Euphrate; d’autres_ disent qu’il eut pour lieu d’exil le désert de la Haute-Egypte, et un voyageur qui n’est pas toujours digne de foi, Paul Lucas, prétend l’y avoir rencontré.

[…]

L’histoire d’Abraham a de même été surchargée de détails apocryphes. Le roi de Babylone, Nemrod,voulut le faire brûler vif; le bûcher dans lequel le patriarche fut jeté occupait une place immense. Pendant plusieurs années, la population de Babylone et des contrées voisines avait été occupée à apporter du bois; lorsqn’on y eut mis le feu, il devint impossible d’en approcher de plusieurs lieues à la ronde. Ce fut le diable, instigateur principal de cette scène, qui, se montrant tout à coup déguisé, offrit de fabriquer une machine avec laquelle on lancerait de loin Abraham. La machine ayant été construite, on jeta le patriarche au milieu du braser; mais de si grands préparatifs ne tournèrent qu’à la confusion du démon et de ceux qu’il faisait agir. Non seulement le feu perdit de sa vertu, mais Dieu suscita une source d’eau fraîche, qui donna à Abraham des forces nouvelles; on ajoute même que le brasier se convertit en un jardin de roses. Voir Kessaï, Histoire des Patriarches, manuscrit arabe de la Bibliothèque impériale, et le Koran, chap. XX, V. 68.

[…]

Quelques docteurs musulmans ajoutent que divers animaux auront le privilége d’être admis dans le paradis; ce sont le bélier d’Abraham, le mouton d’Ismaël, la vache de Moïse, le poisson de Jonas, la fourmi et la huppe (1) qui figurent dans l’histoire fabuleuse de Salomon, et le chien des Sept-Dormants (2).

(1) La huppe joue un grand rôle dans les récits dont les Orientaux ont surchargé l’histoire de Salomon ; le monarque hébreu avait choisi cet oiseau pour son compagnon inséparable, parce que son regard traverse la terre comme si elle était un morceau de cristal. La huppe pouvait aussi, toutes les fois que le roi était en voyage, indiquer les sources qui fourniraient l’eau nécessaire a la boisson et aux ablutions prescrites par la loi. La reine des fourmis eut de son côté avec Salomon des conférences sur des questions de religion et de morale. Voir G. Weil, Biblischc legenden der Muselmänner, 1815, et le Dictionnaire des livres apocryphes, t. lI, col. 851, faisant partie de l’Encyclopédie théologique publiée par Pabbé Migne.

(2) On donne habituellement le nom des Sept Dormants a sept chrétiens du troisième siècle lesquels furent mis à mort pour la foi chrétienne. Cet événement arriva a Ephèse, et l’Église en célèbre encore la fète le 27 juillet. Plus dc deux siècles après, vers l’an 479 de notre ère, leurs corps ayant été trouvés dans une caverne où ils avaientété enfermés, on les en retira, et on les exposa a la vénération des fidèles. La légende, en parlant de leur mort, avait dit, suivant la locution ordinaire, qu’ils s’étaient endormis dans le Seigneur. Le vulgaire prit occasion de là pour dire que ces martyrs n’étaient pas morts, qu‘ils s’étaient cachés dans la caverne, et qu’ils se réveillèrent enfin après deux siècles, au grand étonnement des spectateurs. On montre encore à Ephèse le lieu où ce prétendu miracle eut lieu. Un chien avait accompagné les martyrs dans leur retraite; il partagea la célébrité de ses maîtres, et on supposa qu’il était resté pendant tout ce temps sans boire ni manger, pour garder leurs personnes. Ce récit est regardé comme parfaitement authentique parmi les musulmans tout comme parmi les chrétiens orientaux. En Perse, on célèbre tous les ans la fête des Sept-Dormants, et pour récompenser le chien de son zèle on lui a confié le soin de veiller sur les lettres et les correspondances, et on écrit son nom : Kitmir, sur les dépêches. llahomet a parlé des Sept-Dormants, qu’il appelle les gens de la caverne, ce qui a fait donner a la sourate XVlll du Coran le titre de sourate de la Caverne. Leurs noms, considérés comme des talismans, sont gravés sur des pierres grecques et arabes; trois d’entre elles sont reproduites dans l’ouvrage de M. Charton : Voyageurs anciens et modernes, t. II, p, 76. Voir la Légende dorée, les Acta sanctorum, t. Vl de juillet,p. 375; la Dissertatio de sanctis Septem Dormientibus, Romæ, 1741, etc.