Archives par mot-clé : Bibliothèques

Les premiers livres lus par Borges

Au célèbre bibliothécaire-écrivain et à sa Bibliothèque de Babel

Le premier roman que j’ai lu jusqu’au bout fut Huckleberry Finn. Vinrent après Roughing It et Flush Days in California. J’ai aussi lu les livres du capitaine Marryat, Les Premiers hommes dans la lune de Wells, Edgar Allan Poe et une édition en un volume de Longfellow, L’Ile au trésor, Dickens, Don Quichotte, Tom’s Brown School Days, les Contes de Grimm, Lewis Carroll, Les Aventures de Mr. Verdant Green (un livre oublié maintenant), Les Mille et Une Nuits de Burton.

  • Jorge Luis Borges, Livre de préfaces, suivi de Essai d’autobiographie, Paris, Gallimard, 1980, p. 277. Citation trouvée dans un article de Florent Souillot, “Borges et Don Quichotte”, Revue de littérature comparée, n° 320, 2006, p. 459-473.

La citation ci-dessus m’a incité à chercher quels ont été les premiers romans lus par Jorge Luis Borges (1899-1986), un peu comme j’ai fait pour la bibliothèque de Léon Morin.

Continuer la lecture de Les premiers livres lus par Borges

Collections de cartes du Maghreb et du Proche-Orient dans les bibliothèques et centres de documentation français : tentative d’inventaire

J’établis pour l’essentiel la liste ci-dessous (il s’agit d’un chantier en cours) à partir de CartoMundi.

J’ai essayé de compléter avec le Guide des bibliothèques comprenant des fonds spécialisés sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans du GIS MOMM réalisé en 2016 et l’enquête en cours sur les fonds documentaires sur le Maghreb en France réalisé dans le cadre du projet de Digi#Magh, mais les documents cartographiques n’y sont mentionnés que de manière marginale (voir de diagramme de Digi#Magh)

Continuer la lecture de Collections de cartes du Maghreb et du Proche-Orient dans les bibliothèques et centres de documentation français : tentative d’inventaire

Visite virtuelle de la bibliothèque Inguimbertine

Une visite virtuelle de la bibliothèque Inguimbertine est depuis peu accessible en ligne.

Bonne occasion de (re)découvrir cette bibliothèque publique crée au milieu du XVIIIe siècle par Joseph-Dominique (en religion dom Malachie) d’Inguimbert, évêque de Carpentras, bibliophile et bibliothécaire. Elle est, avec la bibliothèque Séguier de Nîmes, le musée Calvet d’Avignon et la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, une des quatre grandes bibliothèques publiques fondées par des érudits dans l’espace bas-rhodanien. Elle a du reste été la première à ouvrir dès 1735.

Bibliothèques et centres de documentation sur le Monde arabe et le Proche-Orient

Comme la bibliothèque où je travaille a déjà intégré de nombreux documents sur le Monde arabe et le Proche-Orient et comme nous allons très prochainement en intégrer d’autres, je pense qu’il ne sera pas inutile de connaître les bibliothèques et centres de documentations spécialisées dans ce domaine ou comportant au moins des fonds importants sur ce thème.

Voici les résultats provisoires de ma recherche, des fois que cela puisse vous intéresser. Et surtout, si vous avez d’autres informations qui permettent de compléter, n’hésitez pas à m’en faire à m’en faire part.

Je consacre par ailleurs une page aux collections numériques sur ce sujet.

Mise à jour du 4 janvier 2022

Depuis que j’ai réalisée cette liste, j’ai pris connaissance des deux outils suivants, qui la rendent bien moins utile :

  • Le Guide des bibliothèques comprenant des fonds spécialisés sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans du GIS MOMM réalisé en 2016
Continuer la lecture de Bibliothèques et centres de documentation sur le Monde arabe et le Proche-Orient

Drôles de bibs (9) Bib&Co, bibliothèques dans la fiction

Bib&Co est le nom d’un fonds d’ouvrages et de DVD de fiction de la bibliothèque de l’Enssib, dans lequel la bibliothèque, les bibliothécaires, mais aussi tous les acteurs de la chaîne du livre sont mis en scène (libraire, éditeurs, lecteurs, etc.).

Ces œuvres de fiction tendent un miroir à la profession, miroir souvent déformant, mais qui est aussi révélateur de la place que tiennent les bibliothèques et les professionnels du livre dans nos sociétés.

En complément du fonds de la bibliothèque de l’Enssib, les objectifs de ce guide sont :

– de rassembler une documentation sur la place et l’image des bibliothèques et des bibliothécaires dans la fiction, et dans une moindre mesure celles des autres métiers ou lieux du livre

– de proposer un corpus de ressources menant directement aux oeuvres quand le média le permet.

Accès à Bib&Co

Les ravages de la com’ : la Méjanes devient “les” Méjanes

Dernière idée brillante de… De qui au fait ? La mairie d’Aix ? Le directeur de la Méjanes ? Le service de com’ qui n’avait rien a faire ? Bref, si j’en crois le dernier numéro de Côté Méjanes, notre bonne vieille bibliothèque municipale portera désormais un nom au pluriel, histoire de bien montrer, s’il en était besoin, qu’elle est en fait constituée d’un réseau. Et puis, il faut bien donner du travail aux créateurs graphiques qui ont concocté le nouveau logo. L’argent utilisé pour ce genre d’opération de communication n’aurait-il pas pu être mieux employé ?

Peut-être aussi voulait-on justifier le “s” final de “Méjanes” hérité du père fondateur de la bibliothèque, laquelle a, depuis plus de deux siècles, porté ce nom sans que personne ne s’avise d’y toucher. Comme le rappelle Philippe Ferrand dans la Lettre aux Amis de la Méjanes

la Méjanes a la chance d’appartenir, depuis 1810, au cercle restreint des bibliothèques assez célèbres pour être identifiées par le seul nom de leur fondateur : la Bodleyenne (Oxford, 1602), l’Ambrosienne (Milan, 1609), la Mazarine (Paris, 1643), l’Inguimbertine (Carpentras, 1745). . Il est possible qu’elle soit la première et la dernière à mettre son nom au pluriel.

D’autres institutions, comme la Sorbonne (Robert de Sorbon, chapelain de Louis IX), auraient aussi de bonnes raisons d’adopter le pluriel, mais elles s’en gardent pour conserver le prestige de leur nom au singulier.

Mais après tout, il se pourrait bien que cette brillante idée tombe à l’eau face à la force de l’usage et à l’ancrage profond de la Méjanes dans la mémoire aixoise. La communication, ce n’est jamais que de l’éphémère et du futile. Seul importe ce qui demeure, une institution culturelle riche de deux siècles d’histoire et d’un fabuleux patrimoine.

Une bibliothèque populaire modèle

Vous trouverez ci-dessous une satire de Louis Leroy parue dans Le Charivari du 5 août 1867. J’y ai ajouté des liens vers les versions numérisés des livres supposés subversifs qui y sont évoqués. J’y reviendrais peut-être plus longuement dans d’autres chroniques. De toute façon, une analyse de cette satire et de quelques autres textes du Charivari en faveur de la liberté de la lecture a été publiée par Agnès Sandras dans Bibliothèques populaires, carnet fort intéressant dédié à l’histoire des bibliothèques et de la lecture populaires…

__________________________________________________

Continuer la lecture de Une bibliothèque populaire modèle

Drôles de bibs (8) Une collecte d’informations sur les références aux bibliothèques et aux bibliothécaires dans les œuvres de fiction

Vous trouverez ci-dessous un message de Clément Noual sur la liste Bibliopat. L’initiative me semble intéressante, car Drôles de bibliothèques (1994) et Ecrire la bibliothèque aujourd’hui, (2007) , bien qu’excellents, commencent à dater un peu. Au temps de Wikipédia et des réseaux, il est bon de les compléter en faisant appel à un grand nombre d’informateurs.

Continuer la lecture de Drôles de bibs (8) Une collecte d’informations sur les références aux bibliothèques et aux bibliothécaires dans les œuvres de fiction

Revues françaises et francophones en ligne sur les bibliothèques

A l’initiative du Bulletin des bibliothèques de France (BBF) et du Conseil supérieur des bibliothèques, quatre rédacteurs en chef de revues destinées aux documentalistes et aux bibliothécaires (Maud Espérou, pour le Bulletin d’informations de l’Association des bibliothécaires français (ABF) ; Michel Remize, pour Archimag ; Jean-Michel Rauzier, pour Documentaliste-Sciences de l’information ; Bertrand Calenge, pour le BBF, ont participé à un débat organisé dans le cadre du Salon du livre et animé par Jean-Michel Salaün, professeur à l’ENSSIB (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques). Les différents responsables ont ainsi pu présenter la situation de leur revue et s’exprimer sur une évolution marquée par une transformation des métiers et du lectorat et par les modifications profondes des techniques de transmission de l’information.

Depuis l’article de Dominique Arot dont vous pouvez lire ci-dessus l’incipit, plus de vingt ans sont passés. Les revues ont évoluées vers des versions numérisées en ligne, de nouveaux titres sont apparus… En voici un petit panorama classé par éditeur.

Dernière mise à jour : 22 juin 2020.

Continuer la lecture de Revues françaises et francophones en ligne sur les bibliothèques

La banque d’images et de portraits de la BIU Santé et Les collections iconographiques de la BU de médecine Emile-Aron de Tours

La banque d’images et de portraits de la BIU Santé rassemble plus de 230.000 images dans le domaine de l’histoire de la santé, issues de la BIU Santé et de 8 établissements partenaires.

Parmi ceux-ci, un seul est extérieur à Paris et à sa région : la BU de Médecine Emile-Aron de Tours. Ses collections iconographiques se composent principalement de photographies des bâtiments de l’école de médecine et de pharmacie, de cours de médecine et des photographies de promotions d’étudiants en médecine. Elles font partie du fonds patrimonial de la BU de Médecine Emile-Aron.