Archives par mot-clé : Bibliothèques numériques

Une défense du roman policier… de 1910

Je ne sais quel gredin, ayant commis une sale action, s’est avisé, l’autre jour de déclarer qu’il avait été entraîné dans la voie du crime par la lecture des romans policiers. Et aussitôt tous les gobeurs de lever les bras au ciel :
— Ah ! c’est bien vrai ! Ces romans corrompent les consciences ! ils invitent les apaches à fonctionner et leur dévoilent les moyens de travailler, au moindre péril possible.
C’est un thème tout fait et les variations ne manquent pas.Eh bien, n’en déplaise à tous ces débineurs de romanciers, je me permettrai de leur affirmer qu’au temps passé, les enseignements donnés au peuple et surtout aux enfants n’étaient ni plus moraux ni plus anodins.
— Mais, vous écriez-vous, il n’y avait pas de journaux avant la fin du XVIIIe siècle !
Soit ! mais il y avait les veillées, il y avait les conteurs de village, il y avait la vieille qui venait s’asseoir au coin du foyer et à qui l’on criait :
— Mère grand, une histoire !
Et selon l’époque, l’histoire, —le conte de la veillée,— était toujours le même, soit une légende brutale, des bandits traqués dans la vallée voisine et se livrant aux pires atrocités, soit une histoire de diable bête à pleurer et qui donnait aux gens le goût du pacte signé avec du sang.
Sont-ce les journaux, —et les romanciers,— qui ont créé, la popularité des Cartouche et des Mandrins, qui ont fait des héros de tous les massacreurs de peuple, —y compris Napoléon, dont on parla beaucoup trop sous le chaume ?
N’est-ce pas dans les chaumières que l’esprit clérical entretenait, par des récits absurdes et mensongers, les histoires de juifs sacrifiant des enfants ou de protestants livrant leurs filles au démon ?
Vous rappelant cette propagande du mal qui se fit pendant des siècles sous le couvert de l’ignorance, de la sottise ou du fanatisme, croyez-vous que vraiment les Gaboriau, les Ponson du Terrail et plus récemment les créateurs de “Sherlock Holmes” ou d’ “Arsène Lupin” soient de si grands criminels ?
Non, certes, car depuis Frédéric Soulié, Alexandre Dumas jusqu’à Rochebourg ou Jules Mary, les romanciers populaires, tout en compliquant leurs intrigues de crimes et d’invraisemblances, ont toujours et quand même dirigé la trame de leurs imaginations vers un dénouement de bonté et de justice. “Nick Carter” ou “Toto Fouinard” sont des chevaliers qui, Don Quichottes modernes, courent le monde pour la défense de la jeune victime, de l’orphelin ou de la veuve éplorée.
Dites que c’est bête : bon ! quoique vous ne soyez pas fichus d’en faire autant ! Mais ne répétez pas cette sottise que nos bandits trouvent en les romans actuels des incitations au crime. C’est faux ! 

Cette défense du roman policier par le romancier Jules Lermina a paru dans les colonnes de L’Aurore, le samedi 6 août 1910. Je l’ai trouvée dans l’introduction de Détectives et policiers #1, une anthologie présentée par Frédéric Serva. Elle est téléchargeable sur eBooks, un site à découvrir, ainsi que Redux, la constellation dont il fait partie.

MONtaigne à L’Œuvre

Je voudrais vous signaler ici le projet MONtaigne à L’Œuvre (MONLOE).

Porté par le programme Bibliothèques Virtuelles Humanistes du Centre d’études Supérieures de la Renaissance (CESR) de Tours, son objectif est de réunir les éléments principaux d’un ample corpus (éditions des Essais ; traduction de Raymond Sebon ; édition des traductions et poèmes de La Boétie ; La Servitude volontaire…) auquel s’ajoutera une sélection d’ouvrages ayant servi de sources majeures des Essais.

Dans le cadre de ce projet, il faut également signaler la « Librairie » de Montaigne en 3D et les Essais audio-vidéo synchronisés, qui seront présentés, avec d’autres programmes du CESR lors des Journées européennes du patrimoine 2019.

Dictionnaires et encyclopédies en ligne

Un site à connaître : Lexilogos

Créé en 2002 par Xavier Nègre, Lexilogos est LA référence en ligne pour tout ce qui est les langues et les dictionnaires et encyclopédies. Concernant ces derniers, voici ses sélections :

_______________

Dictionnaires de la langue française

Le Littré

Ses 4 volumes (1873-1874) ainsi que son supplément (1886) sont dans Gallica.

Le Littré fait aussi partie la base de données de Dictionnaires d’autrefois numérisés par l’ARTFL.

Voir aussi Littre.org, la numérisation réalisée par François Gannaz.

Le Petit Larousse illustré de 1906 à 1948 (Nénufar)

Présentation par le consortium « CAHIER » : Corpus d’Auteurs pour les Humanités Informatisation, Édition, Recherche

Le trésor de la langue française informatisé (TLFi)

Le dictionnaire vivant de la langue française (DVLF)

Les dictionnaires anciens du CNRTL

Les dictionnaires d’autrefois d’autrefois de l’ARTFL

________________

Encyclopédies anciennes et modernes

L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert en ligne

Ses 17 volumes (+ 4 suppléments) et 11 volumes de planches (+ 1 supplément) sont consultables sur les sites suivants :

  • Wikisource : L’Encyclopédie, édition originale (textes & pages scannées)
  • BnF : seules les volumes de planches (livres numérisés) sont en ligne à partir du catalogue de la BnF
  • Gallica (livres numérisés) : tout y est, mais dans quel désordre

Accéder plus aisément aux différents volumes via Lexilogos où se trouvent aussi de nombreux liens.

Voir aussi le site Encyclopédie de Diderot.

La Grande Encyclopédie (1885-1902)

Ses 31 volumes sont dans Gallica, mais mieux vaut y accéder via Lexilogos.

La Grande Encyclopédie Larousse (1971-1976)

Ses 20 volumes sont dans Gallica, mais mieux vaut y accéder via Lexilogos.

Voir aussi des extraits dans les Archives Larousse.

Dernière mise à jour : 23 octobre 2019.

Mémoires et autres travaux de la Société d’émulation du Jura

Je poursuis mon exploration des publications des sociétés savantes de l’aire jurassienne. Après les Actes de la Société jurassienne d’émulation, voici les diverses publications annuelles successives de la Société d’émulation du Jura. Sur cette société savante fondée en 1817, je vous invite à lire l’historique qu’en donne les archives départementales du Jura ou les informations accessibles sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Continuer la lecture de Mémoires et autres travaux de la Société d’émulation du Jura

Actes de la Société jurassienne d’émulation

Voici quelques années, l’annexe de la bibliothèque familiale située à Arbois recelait entre autres merveilles quelques volumes des Actes de la Société jurassienne d’émulation datant des années 1850-1860. Ils contenaient notamment plusieurs communications de Henri-Joseph-François Parrat, auteur dont je vous ai déjà touché un mot.

La Société jurassienne d’émulation est une société savante suisse fondée en 1847 à l’initiative de Xavier Stockmar, et si elle est jurassienne, c’est en référence à cette partie du Jura située dans la Confédération helvétique, dans l’actuelle République et canton du Jura, et non au département du Jura, où existe une Société d’émulation du Jura fondée en 1817.

Continuer la lecture de Actes de la Société jurassienne d’émulation

Thèses : quelques ressources en ligne

Il y a peu de temps, ma collègue Véronique nous à fait une intéressante mise au point sur le circuit des thèses. Comme je souhaitais par ailleurs faire une webographie plus générale sur ce type de document, cela m’a incité à m’y mettre enfin. Voici le résultat provisoire, surtout axé sur l’accès aux références bibliographiques et/ou au texte intégral des thèses.

Sommaire

Dernière mise à jour : 14 décembre 2019.

Continuer la lecture de Thèses : quelques ressources en ligne

NumBA, la bibliothèque numérique en agronomie tropicale du Cirad

Vous trouverez ci-dessous un message concernant une nouvelle bibliothèque numérique, NumBA, la bibliothèque numérique en agronomie tropicale du Cirad. Celle-ci me semble bien intéressante et je pense y puiser bientôt quelques sujets de chroniques.

Continuer la lecture de NumBA, la bibliothèque numérique en agronomie tropicale du Cirad

Comment trouver des périodiques en ligne

Réalisé en vue d’une formation, le présent panorama est une réactualisation de la chronique plus ample intitulée Bases en ligne et éclatement des collections de périodiques numérisés : quelques exemples de complémentarités en droit, économie et géographie datée du 29 mars 2017.

Variété des bases et sites

Les bases et sites où trouver des périodiques en ligne sont d’une grande variété

  • par leurs éditeurs : ils regroupent les publications soit de plusieurs éditeurs (agrégateurs) ou d’un seul ;
  • par leur thématique : ils abordent des domaines variés ou sont spécialisés ;
  • par leur mode d’accès : ils ont un accès réservé aux abonnés ou sont entièrement libre et gratuit, ou avec le système de la barrière mobile, les années les plus récentes étant accessibles aux seuls abonnés ;
  • par l’ancienneté des années conservés : certains sont spécifiquement spécialisées dans l’archivage des années anciennes.
Continuer la lecture de Comment trouver des périodiques en ligne

Télécharger gratuitement des livres numériques

Parmi les informations intéressantes glanées en consultant le site
ActuaLitté, j’ai appris que ce site propose une sélection de livres numériques à télécharger gratuitement renvoyant vers des plateformes comme Ebooks libres et gratuits, Wikisource, la Bibliothèque électronique du Québec et d’autres sites de téléchargement légal de livres numériques libres de droits. Il va falloir que je l’ajoute à ma webographie des bibliothèques numériques