Archives par mot-clé : Canulars

Le canular est un art de combat

Un spectre hante le monde académique : le spectre du canular. Toutes les puissances de la vieille université se sont unies en une Sainte-Alliance pour traquer ce spectre.

Quel est le penseur médiatique qui, accusé de canular par ses adversaires, ne leur a pas renvoyé à son tour cette épithète infamante ?

Il en résulte un double enseignement.

Déjà le canular est reconnu comme une puissance par toutes les autorités universitaires.

Il est grand temps que les auteurs de canulars exposent à la face du monde entier, leurs conceptions, leurs buts et leurs tendances. Ce qu’ils font dans le Carnet Zilsel à propos de deux canulars récents visant le sociologue Michel Maffesoli et le philosophe Alain Badiou, faisant écho dans le domaine des sciences humaines  à l’affaire Sokal dans celui des sciences « dures ».

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Catalogues d’ouvrages imaginaires

Connaissez-vous l’ouvrage de Maximilien Twagiramutara. Soixante millions de mythos, publié en 2007 par la Librairie Bruaene, à Bruxelles ? Non ? C’est que vous n’avez-pas lu comme je l’ai fait dernèrerement Mot pour mot : kel ortograf pr 2m1 ? paru la même année sous la plume de Vincent Cespedes. Vous sauriez alors que Max – appelons le ainsi, comme le fait son amie Noémie – est un correcteur fort intéressé par la question de l’orthographe française sur laquelle je reviendrai sans doute prochainement, et surtout que ce Tutsi fondateur de l’IFA (Institut des Francophonies alternatives)… est tout aussi dénué d’existence que son livre qui appartient à la grande famille des ouvrages imaginaires comme le Le Necronomicon d’Abdul al-Hazred (Lovecraft). The Approach to Al-Mu’ tasim de Mir Bahadur Ali (Jorge Luis Borges), L’Ombre du Vent de Julián Carax (Carlos Ruiz Zafón) ou Le Voyage d’hiver d’Hugo Vernier (Geoges Perec).

Mais à propos, existe-t-il des catalogues les répertoriant ? La réponse est oui, dont au moins deux relativement récents, sans parler de la List of fictional books de Wikipedia, et quelques exemples plus anciens.

Mille et un livres imaginaires

Jacques Geoffroy. Mille et un livres imaginaires. Frasne (Jura) : Cavenas, 1997.

Visiter le blog de l’auteur (même s’il semble un peu à l’abandon) ainsi que sa fictiothèque.

Extrait du site :

[Mille et un livres imaginaires] présentait une quarantaine d’extraits ou de description de livres imaginaires : Eléments de Pataphysique du Docteur Faustroll (Jarry), Autour d’une fosse vide de Calixto Bandera (Cavino), L’An 2013 de Moravagine (Cendrars)… Un index de plus de mille titres, depuis A coat of many colours de Nahum Cordovero jusqu’à Zéliskar de Dorinval, inventorie quelques-unes de ces oeuvres imaginaires de la littérature française et étrangère.

La bibliothèque invisible

bibliotheque-invisibleStéphane Mahieu. La bibliothèque invisible : catalogue des livres imaginaires. Paris : Ed. du Sandre, 2014.

Sur l’auteur ;

C’est à un ‘pataphysicien émérite né en 1957, que revenait la responsabilité de leur donner collectivement un peu de corps. Auteur de plusieurs ouvrages sur les confins de la pensée et de l’expression, il a traité auparavant du Phalanstère des langages excentriques (2005), du spiritisme dans son Petit manuel de littérature d’outre-tombe (2008) ou encore d’un corpus politique croquignolet composé par les écrits des dictateurs, Le Guide suprême (2009). (Extrait de L’Alamblog)

Ce qu’en dit Fabula.

Présentation de l’éditeur :

La Bibliothèque invisible traite des livres qui n’existent pas, mais dont on trouve le titre, le nom d’auteur et la description dans des romans, des pièces de théâtre, des pamphlets, voire des bandes dessinées. On ne peut les emprunter en bibliothèque ou les acheter en librairie. Ils ne s’ouvrent qu’à l’intérieur d’autres livres. Ils peuvent apparaître au détour d’un roman, comme dans La Vie mode d’emploi de Perec, relever d’un but satirique comme le catalogue de la bibliothèque de Saint-Victor que donne Rabelais dans Pantagruel ou participer du canular comme la fausse vente aux enchères de la bibliothèque du comte Fortsas.
Plus de 1 500 livres imaginaires sont cités dans La Bibliothèque invisible et trois cents d’entre eux font l’objet d’une notice détaillée. Le lecteur découvrira ainsi les ouvrages rédigés par Sherlock Holmes ou son rival le professeur Moriarty, l’histoire du Necronomicon et des livres maudits créés par H.P. Lovecraft, l’œuvre volumineuse de De Selby telle qu’imaginée par l’écrivain irlandais Flann O’Brien, les écrits des personnages de Balzac, de Nabokov ou d’Umberto Eco.
Certains fonds importants se sont dégagés au fur et à mesure des lectures, comme les fonds Borges, Vila-Matas ou Roussel. Les plus célèbres auteurs n’ont pas négligé ce jeu comme Shakespeare, Poe ou Hugo.Turgot et Dickens ornèrent leur cabinet de travail de faux livres aux titres réjouissants.
Un texte de présentation étudie les modalités d’apparition du livre imaginaire, en donne une typologie et examine quelques ouvrages qui ont fini un jour par être réalisés et sont passés de ce côté-ci du miroir.
Savants fous, philosophes oubliés, auteurs de pièces injouables ont leur place dans la bibliothèque invisible qui double les bibliothèques réelles et les révèle. Il n’est jamais assez de livres, telle pourrait être la leçon donnée par les écrivains qui ont rêvé ces ouvrages introuvables.

La bibliothèque du comte Fortsas

Parmi les bibliothèques de livres imaginaires citées ci-dessus, voir notamment le soi-disant catalogue de la bibliothèque du comte Fortsas paru initialement en 1840 et réédité voici quelques années par les éditions des Cendres. Son histoire canularesque est résumée sur le blog du Bibliophile ainsi que dans un ouvrage d’Emmanuel Hoyois paru en 1867, Documents et particularités historiques sur le Catalogue du comte de Fortsas,

La bibliothèque de Saint-Victor

Rabelais donne dans le chapitre 7 de Pantagruel le catalogue des livres de la bibliothèque de Saint-Victor à Paris, lesquels livres sont imaginaires et ont fait l’objet de maints commentaires. Selon Voltaire, on ne s’est jamais tant moqué de tous nos livres de théologie que dans le catalogue des livres que trouva Pantagruel dans la bibliothèque de Saint-Victor. Au XIXe siècle Paul Lacroix (le bibliophile Jacob) et Gustave Brunet s’y sont intéressés (cf. Catalogue de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor au seizième siècle, rédigé par F. Rabelais [in Pantagruel] commentée par le bibliophile Jacob, et suivi d’un Essai sur les bibliothèques imaginaires, par G. Brunet, J. Techener, 1862). Cette bibliothèque de Saint-Victor est pourtant bien réelle comme le rappelle Dominique Poirel (cf. « Une bibliothèque médiévale : la librairie « fort magnificque » de Saint-Victor », Littératures classiques, 2008, n° 66, p. 27-38) :
Proverbiale par sa richesse et ridicule par son contenu, la bibliothèque ici dépeinte offre aux yeux de Rabelais et de ses lecteurs le type achevé, c’est-à-dire foisonnant et démodé, de la bibliothèque médiévale.
Voir aussi Ivre de livres.

 Paul Masson et le catalogue de la BNF

Raymond-Josué Seckel. « Un blagueur à la Bibliothèque : Paul Masson (1849-1896), alias Lemice-Terrieux », La Revue de la BNF, 2OO9, n° 31, p. 12-20.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les canulars picturaux et l’origine de l’art moderne (1) Monochromes

J’assistais l’autre jour à une fort intéressante conférence-spectacle de Jacques Mougenot sur l’affaire Dussaert, du nom de Philippe Dussaert (1947-1989), fondateur de l’école vacuiste. Si vous avez l’occasion d’y assister, n’hésitez pas. Outre l’agrément du spectacle, cela donne à penser sur le statut de l’oeuvre d’art et celui de l’artiste.

Cela m’a donné envie de m’intéresser aux canulars picturaux dans leur rapport avec les origines de l’abstraction. Je commencerai ici par les monochromes.

Avant de devenir l’affaire d’artistes « sérieux » avec le Carré blanc sur fond blanc (1918) de Malevitch et les propositions monochromes d’Yves Klein (1955), le monochrome, forme radicale de peinture abstraite,  a fait les délices des humoristes de la seconde moitié du XIXe siècle, Alphonse Allais n’étant du reste pas le premier, avec sa Première Communion de jeunes filles chlorotiques par un temps de neige (1883).

Voir sur le sujet les sites suivants : L’AlamblogL’imposture en peinture et Radical Art. Il y est notamment question…

… de Bertall, qui dans ses caricatures parues dans l’Illustration, Journal universel présente en 1843 le dessin d’un tableau noir constellé de points blancs avec pour légende : Vue de la hougue (effet de nuit), par M. Jean-Louis Petit ;

… d’un monochrome bleu signalé dans Le Diable au Salon : revue comique, critique et très-chique de l’exposition des Beaux-Arts (Bruxelles, 15 août – 31 octobre 1851) ; avec une foultitude d’illustrations sur pierre et sur bois, par les premiers maçons et les meilleurs charpentiers du pays, parue chez Caquet-Bonbec et Cie éditeurs avec pour auteur Japhet (J.A. Luthereau) et pour illustrateur Félicien Rops ;

… du Combat de nègres dans une cave pendant la nuit exposé par Paul Bilhaud au Salon des Arts incohérents de 1882 (cf. le site Philippe Declerk et Les arts incohérents, site de Catherine Charpin)  ;

… de l’Album primo-avrilesque contenant sept monochromes publié par Alphonse Allais chez Ollendorf, le 1er avril 1897 (cf. l’A.B.C.daire d’Alphonse) et réédité en novembre 1999 par les éditions Climats et  janvier 2005 par les éditions Al Dante (cf. Chronic’art)

… du dessin animé Le Peintre néo-impressionniste d’Emile Cohl (1910) dont vous trouverez ci-dessous un résumé trouvé sur RAForum dans un article d’Isabelle Marinone (NB : un article entier, signé cette fois Denys Riout, lui est consacré dans la revue 1895) :

L’anti-académisme de Cohl ouvre la voie aux avant-gardistes cubistes, futuristes, dadaïstes et surréalistes. L’invention de nouvelles formes plastiques ajoute une cassure des perceptions réalistes au discours ironique du cinéaste sur la société. Le père du dessin animé pense à l’utilisation de la couleur, avec notamment Le peintre néo-impressionniste en 1910, film imprégné d’humour Incohérent. L’œuvre mélange personnages réels en noir et blanc et dessins animés en couleur. L’histoire décrit un peintre néo-impressionniste présentant à un acheteur, un ecclésiastique, ces toiles monochromes qui rapidement s’animent. Chaque tableau fait penser aux œuvres proposées à l’exposition des Incohérents de 1883, par Alphonse Allais. Cohl en donne une nouvelle version en fonction des anciens titres fantaisistes, [44] bien que le plus souvent il illustre le plus fidèlement possible l’idée de base de chaque cadre. Ainsi la toile jaune présente un soleil souriant au visage d’André Gill, la toile verte un diable ventru buvant de l’absinthe, la toile rouge des cardinaux en forme de tomates … Le tout devant le curé ébahi et indigné. Le film se termine sur le peintre riant [45] du religieux, qui part furieux et sans le moindre tableau. Emile Cohl rend ici, de manière claire, un hommage aux Incohérents et aux Néo-impressionnistes, alors composés des artistes anarchistes Paul Signac, [46] Lucien Pissarro [47] et Maximilien Luce. [48] Cohl choisit de placer un homme d’Eglise comme acheteur, et souligne ainsi la provocation du peintre face aux normes établies. Il renforce un aspect anticlérical assez peu visible dans le reste de ses productions.

La fin du film décrite dans ce résumé correspond pas à celle que nous pouvons voir dan la version ci-dessous (merci à Marie Paccou qui me l’a signalé), où au contraire le religieux prend le tout. Mise à jour du 22 novembre 2016.

Grâce à l’ouvrage de Denys Riout, La peinture monochrome : histoire et archéologie d’un genre (J. Chambon, 1996, puis Gallimard, 2006 pour une édition revue et augmentée), j’ai trouvé deux toiles signalées dans le catalogue de l’exposition des Arts incohérents de 1889 : Eclipse totale de soleil en Afrique centrale d’Amillet et Wagon de fumeurs dans un tunnel de Guillon. Leur existence est néanmoins incertaine.

Enfin, parmi les littérateurs, outre Alphonse Allais, Georges Fourest (cf. un article de Laurent Robert sur le site Romanitas où vous trouverez une véritable préhistoire du monochrome littéraire) ou Alexandre Dumas (cf. une précédente  chronique), nous pouvons remonter plus haut que le XIXe siècle et citer, comme le fait Wikipédia,  Vie et opinions de Tristram Shandy, gentilhomme publié en 1760, où Laurence Sterne introduit une page noire au chapitre XII, ou encore Voltaire, qui attribue à Micromégas un ouvrage de philosophie constitué de feuilles blanches.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts