Archives par mot-clé : Chine

Gabriel de Magalhães, Nouvelle relation de la Chine

Parmi les livres anciens que j’ai pu remarquer lors de ma visite de la magnifique Biblioteca Joanina de Coimbra se trouvait  un ouvrage du jésuite portugais Gabriel de Magalhães ou de Magaillans, Nouvelle relation de la Chine,  paru en 1668 Continuer la lecture de Gabriel de Magalhães, Nouvelle relation de la Chine

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’écriture chinoise ne manque pas de caractères

Oui, je sais, le titre est un peu facile, mais il en fallait bien un pour aborder les dizaines de milliers de caractères qui constituent le système d’écriture chinois.

Sommaire

Des dizaine de milliers de caractères

Les 214 clés ou radicaux

Caractères traditionnels et caractères simplifiés

Les caractères les plus fréquents

Sur l’étymologie des caractères

Quelques dictionnaires

Indexation des sinogrammes

Ecrire le chinois avec un clavier d’ordinateur

Traits et tracés

Plus d’informations

Continuer la lecture de L’écriture chinoise ne manque pas de caractères

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le juge Faguo et les noms de pays en chinois

Lors du match experts contre faussaires de l’émission Des papous dans la tête de ce dimanche 28 mars 2016 , il était question des Tribulations d’un Chinois en Chine de Jules Verne, Patrice Caumon et Lucas Fournier devant reconnaître l’extrait véritable du roman et les trois pastiches d’Odile Conseil, Patrice Delbourg et Jean-Bernard Pouy.

Continuer la lecture de Le juge Faguo et les noms de pays en chinois

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La découverte de l’Amérique par les Chinois ou l’éternel retour d’une question rebattue

1421, nouvelle variation autour d’un thème ancien

Voici quelques années, j’ai lu avec un certain intérêt teinté de scepticisme 1421, l’année où la Chine a découvert l’Amérique. Cet ouvrage de Gavin Menzies narre la découverte de l’Amérique (mais aussi de l’Australie…) par les Chinois de la flotte de l’amiral Zheng He. Continuer la lecture de La découverte de l’Amérique par les Chinois ou l’éternel retour d’une question rebattue

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’art des jardins dans les pays sinisés

Jardins-pays-sinisesPour faire suite à ma chronique sur les jardins anglo-chinois de Georges-Louis Lerouge,  je voudrais vous signaler L’art des jardins dans les pays sinisés. Chine, Japon, Corée, Vietnam. Paru en 2000 sous la direction de Léon Vandermersch, il s’agit du n° 22 de la revue Extrême-Orient, Extrême-Occident. Continuer la lecture de L’art des jardins dans les pays sinisés

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Ombres de Chine d’André Markowicz et la poésie des Tang

Ombres-de-ChineVoici un ouvrage, récemment repéré (et feuilleté) en librairie, juste avant qu’un article lui soit consacré dans Le Monde des livres de la semaine passée. Il me semble bien intéressant comme exemple quelque peu atypique de traduction de la poésie chinoise de la dynastie Tang. Continuer la lecture de Ombres de Chine d’André Markowicz et la poésie des Tang

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les jardins anglo-chinois de Georges-Louis Le Rouge

Voici l’œuvre gravé le plus important concernant l’histoire des jardins européens du XVIIIe siècle s’inscrivant dans l’engouement pour les jardins, ou « jardinomanie » sous l’influence du modèle anglo-chinois. Géomètre et cartographe, ingénieur connaissant bien l’architecture civile et militaire, éditeur d’atlas, de récits de voyage et d’ouvrages de topographie, Georges-Louis Le Rouge a publié cette vaste encyclopédie sur le jardin entre juillet 1775 et décembre 1788. Continuer la lecture de Les jardins anglo-chinois de Georges-Louis Le Rouge

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Regards sur la Chine et sur l’Asie en quelques revues

herodote-chineAvec Quand la Chine s’éveillera… le monde tremblera, Alain Peyrefitte présentait dès 1973 l’émergence de l’hégémonie chinoise. En ce début de XXIe  siècle, les observateurs économiques et politiques de ce début de siècle tendent à confirmer ses intuitions et les publications sur le sujet se multiplient, qu’il s’agisse d’ouvrages, de revues spécialisées ou de numéros spéciaux de périodiques.

Parmi ces derniers vient de paraître le n° 150 de la revue Hérodote intitulé Regards géopolitique sur la Chine. Fondée par Yves Lacoste en 1976 , l’année de la parution de La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, cette revue trimestrielle a joué un rôle essentiel dans la réintroduction en France du terme géopolitique pour l’analyse des situations contemporaines. Ses numéros, tous thématiques, abordent l’analyse des relations entre États (géopolitique externe), ou les rivalités de pouvoir à l’intérieur des États (géopolitique interne). Ils sont consultables sur Cairn depuis le n° 100  (1er trimestre 2001) jusqu’à l’avant-dernier. Quant au sommaire du dernier numéro, il figure sur le site de la revue.

D’autres revues ont proposés récemment des numéros thématiques sur la Chine. Sur les aspects économiques, Problèmes économiques en a déjà proposé plusieurs, dont voici les plus récents :

n° 3066 (avril 2013) : Chine : le grand tournant. Voir le sommaire.

n° 3037 (février 2012) : Chine : le temps des périls.Voir le sommaire.

n° 3021 (juin 2011) : La Chine face à la montée des incertitudes. Voir le sommaire.

Il existe aussi des revues spécialisées :

La revue Monde chinois, qui paraît depuis 2004, s’intéresse non seulement à la République populaire de Chine, mais à l’ensemble de l’Extrême-Orient. Vous pouvez en lire les sommaires et les éditoriaux sur Cairn.

La revue du Centre d’études français sur la Chine contemporain, Perspectives chinoise, analyse les mutations du monde chinois contemporain dans leurs aspects politiques, économiques, sociaux et culturels. Les numéros parus depuis 2003 sont consultables sur Revues.org. sauf ceux des quatre dernières années pour lesquels seuls les éditoriaux et les résumés sont disponibles. Sur Persée, vous pourrez consulter en texte intégral tous les numéros du n° 1 (1992) au n° 106 (2009).

Extrême-Orient, Extrême-Occident consacre chaque numéro à un thème ou une question intéressant les productions culturelles du monde sinisé (Chine, Corée, Japon, Viêt-Nam). Les numéros parus depuis 2008 sont consultables sur Revues.org. sauf ceux des quatre dernières années pour lesquels seuls les éditoriaux et les résumés sont disponibles. Sur Persée, vous pourrez consulter en texte intégral tous les numéros depuis le n° 1 (1982) au n° 27 (2009).

Voir aussi ma chronique/inventaire Carnets et revues sur la Chine et l’Asie centrale et orientale hébergés sur Hypothèses et Revues.org.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les mappemondes de Matteo Ricci

ricci1

坤舆万国全图 (明)
本图采用椭圆形等作积投影,绘有当时已知的五大洲:亚洲、非洲、欧洲、美洲、南极洲,以黄、红、白三色突出表示了五大洲的疆域及名称。还表示了山形、河流、海洋等地理要素及有关天文地理方面的小插图作为大图的补充。此外,海洋及南极大陆绘有船和鲸、鲨、大象、驼鸟等陆、海生动物。原图系意大利传教士利玛窦于明万历三十年(1602年)在中国绘制的,此图为彩色摹绘本。当时由于西方绘图法的传入,促使中国测绘科学进入了新的阶段。192×346cm 彩色摹绘本,现藏于南京博物馆。

La présente chronique dérive directement d’une question posée au sujet de la date et de l’auteur de la carte ci-dessus, que vous pouvez trouver sur le site du département de géographie de l’université baptiste de Hong Kong que je vous ai signalé précédemment au sujet des cartes anciennes de la Chine.

Le texte qui l’accompagne est certes chinois, mais il est possible de se faire une idée de son contenu grâce à la traduction par Google… que je vous épargne tant elle est proche du baragouin. Il en ressort cependant que la carte initiale est la carte des dix mille pays de la Terre (坤舆万国全图  Kun yu wan guo quan tu) réalisée en 1602 au temps de la dynastie Ming (明) par Matteo Ricci (en chinois : 利玛窦 = Li Matou), le fameux jésuite cartographe étant aussi un sinologue dont les Institut Ricci perpétuent la mémoire.

Dans cette version de la carte de 1602, sans doute postérieure à l’original, ont été ajoutées des représentations d’animaux ou de bateaux extraites de livres d’images. La carte de 1602 elle-même, imprimée à Pékin par Zhong Wentao, est considérée comme la tulipe noire de la cartographie (cf. Bertrand Galimard Flavigny). Elle a connue en son temps un succès certain en Chine et en Extrême-Orient (Corée, Japon). Destinée à l’empreur, Wan-li, elle substitue à l’image traditionnelle d’une terre et plate chère aux mandarins celle d’une planète ronde et réalise aussi un décentrement remettant la Chine pratiquement au cœur de l’univers, abandonnant ainsi l’ethnocentrisme européen qui marque la tradition dont est issu Ricci.

De ce témoin d’une double révolution cartographique ne subsistent que six à sept exemplaires, dont un à la bibliothèque du Congrèsricci2

Des versions colorisée et datées sans doute des années 1604/1608, sont également visibles sur internet. C’est sans doute l’une d’elles qui a servi à réaliser celle présentée au début de cette chronique.

ricci3

Ajoutons que Ricci a réalisé deux mappemonde en 1584 et en 1599, dont toutes les copies sont perdues.

J’ignore par contre quelle est l’origine des deux cartes figurant sur Wikipedia dans l’article sur Matteo Ricci. Si elles s’inspirent visiblement de la carte de 1602, le contour des terres australes et de l’Amérique du Nord sont sensiblement différents. Y manquent aussi les pavés en caractères chinois et la représentation des deux hémisphères vus depuis les pôles.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La langue naxi et les écritures dongba et geba

dongba
Annales de la Création

En cherchant des documents concernant la Chine dans la Bibliothèque numérique mondiale, j’ai trouvé plusieurs manuscrits du peuple naxi 納西族 en écriture dongba 东巴文字, seul système d’écriture pictographique encore utilisé dans le monde et à ce titre classé par l’Unesco au patrimoine mondiale de l’humanité. Les manuscrits présentés sont issus de la collection de manuscrits naxi de la Bibliothèque du Congrès, la plus importante en dehors de la Chine.

 Membre de la famille des langues tibéto-birmanes, le naxi comporte certains aspects du chinois, avec notamment quatre tons distinctifs (au lieu de cinq). L’écriture dongba tient son nom des dongbas (chamans) qui l’utilisent pour des textes rituels récités au cours de cérémonies religieuses. Elle comporte environ 1 400 symboles, dont la plupart sont des pictogramme. Cependant, le naxi a également été écrit avec les 128 caractères du syllabaire geba ou avec l’alphabet latin.

Quelques sites sur ce thème :

BULAC

Naxi script resource center

Omniglot

Ethnologue

Site de Jacques Poitou

Site de Li Na et Wang Dai

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts