Archives par mot-clé : Chine

Anthologies de poésie chinoise

Certaines de mes chroniques ont déjà effleuré la poésie chinoise, qu’il s’agisse de la ballade de Mulan ou de l’anthologie Ombres de Chine d’André Markowicz. Je voudrais vous proposer ici quelques anthologies que vous pourrez trouver soit en ligne soit en librairie et bibliothèque.

Continuer la lecture de Anthologies de poésie chinoise

Kouang-Tchéou-Wan (Guangzhouwan 廣州灣), une colonie française en Chine

En reprenant le Livres hebdo du 13 mars dernier après deux mois de confinement, j’ai repéré un ouvrage d’Antoine Vanière paru aux Indes savantes, Kouang Tchéou-Wan, colonie clandestine : un territoire à bail français en Chine du Sud (1898-1946).

Voici le résumé de l’ouvrage par l’éditeur (j’ai juste ajouté des liens dans le corps du texte) et vous trouverez plus loin un peu de documentation sur cet héritage des traités inégaux imposés à la Chine.

Continuer la lecture de Kouang-Tchéou-Wan (Guangzhouwan 廣州灣), une colonie française en Chine

Neige, un poème de Mao Zedong

Neige, sur l’air de « Printemps au Jardin de Qin » février 1936

Vue du pays du Nord,
Mille lis que la glace enferme,
Dix mille lis de neige tourbillonnant.
Là-bas, en deçà, par-delà la Grande muraille,
Rien que la steppe à perte de vue ;
Du Grand fleuve, de l’amont à l’aval,
Le flot impétueux s’est soudain figé. […]

Suite de la traduction et texte original, dans l’article de Céline Wang, Controverse autour d’un poème de Mao Zedong « Neige, sur l’air de “Printemps au jardin de Qin” », Études chinoises. 漢學研究, n° 27, p. 11-40.

Autres copies de l’article : copie 1 ; copie 2.

Une autre traduction :

Paysage du Nord :
Mille lis de glace scellés,
Dix mille lis de neige en volée .
De la Grande Muraille, au dedans, au dehors,
Rien qu’une blanche immensité sans bord.
Le grand Fleuve, en amont, en aval,
Perd soudain ses impétueux élans. […]

Lire la suite sur le site Mao Zedong.

Ce poème est extrait de Mao Tsé-toung, Poésies complètes

Autres poèmes de Mao Zedong

Dix poèmes de Mao Tsé Toung, traduction de Philippe Sollers, première publication: Tel Quel n°40, Hiver 1970, repris dans Sur le matérialisme, Seuil.

Le Mont Jinggang, 1928.

Baigai tu – 百丐圖 – Rouleau des mendiants et personnages de rue

Le Baigai tu – 百丐圖 est un rouleau horizontal et anonyme datant vraisemblablement de la dynastie des Qing (1644-1911). Il représente une succession de scènes évoquant 47 mendiants et autres personnages de rue.

Réalisé en couleurs et à l’encre sur papier, il fait partie des collections numérisées de la bibliothèque des hautes études chinoises accessibles sur Salamandre, bibliothèque numérique patrimoniale et catalogue des archives du Collège de France.

Les robots, une idée déjà ancienne qui remontent à l’Antiquité grecque et chinoise

Homère. L’Iliade, chant 8, traduction de Leconte de Lisle

Et Thétis aux pieds d’argent parvint à la demeure de Hèphaistos, incorruptible, étoilée, admirable aux Immortels eux-mêmes ; faite d’airain, et que le Boiteux avait construite de ses mains.

Et elle le trouva suant, et se remuant autour des soufflets, et haletant. Et il forgeait vingt trépieds pour être placés autour de sa demeure solide. Et il les avait posés sur des roues d’or afin qu’ils se rendissent d’eux-mêmes à l’assemblée divine, et qu’ils en revinssent de même. Il ne leur manquait, pour être finis, que des anses aux formes variées. Hèphaistos les préparait et en forgeait les attaches.

[…]

Et le corps monstrueux du Dieu se redressa de l’enclume ; et il boitait, chancelant sur ses jambes grêles et torses. Et il éloigna les soufflets du feu, et il déposa dans un coffre d’argent tous ses instruments familiers. Puis, une éponge essuya sa face, ses deux mains, son cou robuste et sa poitrine velue. Il mit une tunique, prit un sceptre énorme et sortit de la forge en boitant. Et deux servantes soutenaient les pas du Roi. Elles étaient d’or, semblables aux vierges vivantes qui pensent et parlent, et que les Dieux ont instruites.

Continuer la lecture de Les robots, une idée déjà ancienne qui remontent à l’Antiquité grecque et chinoise

Science-fiction chinoise

Le n° 51/52 de Monde chinois, nouvelle Asie est récemment paru. Il s’agit un fascicule thématique intitulé  Le « rêve chinois » et ses doubles : aspects de la littérature de science-fiction dans le monde sinophone. Comme je le cataloguais, l’envie m’est venue de m’informer un peu sur la science fiction chinoise, qui a acquis depuis quelques années une plus grande notoriété en Occident, notamment avec l’attribution de prestigieux prix Hugo : Continuer la lecture de Science-fiction chinoise