Archives par mot-clé : Chine

La langue naxi et les écritures dongba et geba

dongba
Annales de la Création

En cherchant des documents concernant la Chine dans la Bibliothèque numérique mondiale, j’ai trouvé plusieurs manuscrits du peuple naxi 納西族 en écriture dongba 东巴文字, seul système d’écriture pictographique encore utilisé dans le monde et à ce titre classé par l’Unesco au patrimoine mondiale de l’humanité. Les manuscrits présentés sont issus de la collection de manuscrits naxi de la Bibliothèque du Congrès, la plus importante en dehors de la Chine.

 Membre de la famille des langues tibéto-birmanes, le naxi comporte certains aspects du chinois, avec notamment quatre tons distinctifs (au lieu de cinq). L’écriture dongba tient son nom des dongbas (chamans) qui l’utilisent pour des textes rituels récités au cours de cérémonies religieuses. Elle comporte environ 1 400 symboles, dont la plupart sont des pictogramme. Cependant, le naxi a également été écrit avec les 128 caractères du syllabaire geba ou avec l’alphabet latin.

Quelques sites sur ce thème :

BULAC

Naxi script resource center

Omniglot

Ethnologue

Site de Jacques Poitou

Site de Li Na et Wang Dai

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartes chinoises et cartes de la Chine conservées à la BNF

En visitant l’exposition en ligne de la BNF intitulée Chine, l’empire du trait, plus orécisément dans la partie iconographique du pavillon du lettré, j’ai remarqué trois cartes géographiques anciennes

Carte complète du Grand Empire des Qing unifié et éternel, dynastie des Qing, ère Jiaqing (1796-1820), d’après une carte de 1767 ; d’après la notice bibliographique du catalogue de la BNF, son auteur serait Chu-Si-Ling qui a réalisé une des cartes disponibles sur Gallica.

Carte monumentale des régions du fleuve Jaune, XIXsiècle

Carte de la ville de Chongqing dans la province du Sichuan, dynastie des Qing, milieu XIXe siècle (?), postérieure à 1832 ; d’après la notice bibliographique du catalogue de la BNF, son auteur serait Paling-Wang-eul (18..-19..?) qui l’aurait réalisée pour l’explorateur Claude Madrolle.

Curieusement, ces trois cartes ne figurent pas dans Gallica où vous trouverez près d’une vingtaine de cartes parmi les très nombreux documents en chinois. Outre ces cartes chinoises, la BNF conserve de nombreux documents cartographiques concernant la Chine dont une partie a été numérisée et est accessible sur Gallica.

Parmi celles-ci, nombreuses sont celles qui sont attachées au nom de Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville

soit qu’il les ait exécutées, la plupart étant alors extraites de son Nouvel Atlas de la Chine, de la Tartarie chinoise et du Thibet paru en Hollande en 1737 et basées sur une étude de l’empire chinois, commandée par l’empereur en 1708 et réalisée par les Chinois sous la supervision de prêtres jésuites qui résidaient en Chine (cf.notice de la Bibliothèque numérique mondiale) ;

soit qu’elles fassent partie sa collection laquelle constitue un fonds de plusieurs milliers de documents (cf. le blog qui lui est consacré).

Toujours parmi les cartes concernant la Chine accessibles sur Gallica, voir celles réalisées par Joan Blaeu, Guillaume DelisleJohann Matthias Haas, Michel Picaud, Nicolas Sanson et tant d’autres.

Ajout du 15 mars 2013

Suite au message de Claire Chemel (voir ci-dessous), je voudrais vous présenter quelques unes des nombreuses cartes de Chine trouvées sur Daguerre, la banque d’images de la BNF

Carte du cours du Yang-Tse-Kiang de Pékin à Canton, XVIIsiècle

Carte des côtes de la Chine, XIXsiècle : extrait 1 ; extrait 2

L’Empire de la Chine pour servir à l’histoire générale des voyages par Jacques-Nicolas Bellin

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Compter en chinois… et en français

(Dernière mise à jour : 20 octobre 2014)

Dans une chronique précédente, nous avons pu voir comment selon les époques et les pays les hommes ont pu compter avec les doigts de la main. J’y abordais notamment le cas de la Chine. Je voudrais revenir ici sur la manière de compter des Chinois et notamment la dénomination des nombres en  mandarin standard.

Une leçon du site Chine nouvelle vous permet d’apprendre à compter de 1 à 100 000 000 en utilisant 15 caractères correspondant à autant de mots différents représentés ci-dessous sous leur forme simplifié et leur forme traditionnelle. Voir aussi l’article « Numération chinoise » de Wikipédia.

数字 shùzì : nombres

0 〇 /  零  líng  
1  一 / 壹  yī 幺 (yāo), pour les numéros de téléphone, et autres énumérations de chiffres
2  二 / 贰  èr 兩 (liǎng)
3 三 / 叁  sān  參
4 四 / 肆  sì  
5  五 / 伍  wǔ  
6  六 / 陆  liù  
7  七 / 柒  qī  
8  八 / 捌  bā  
9  九 / 玖  jiǔ  
10   十 / 拾  shí  11 s’écrit 十一 (shíyī = 10+1) ; 12, 十二 (shí’èr = 10+2) …
       20 s’écrit 二十 (èrshí = 2×10) ou 廿 (niàn)
       30 s’écrit 三十 (sānshí = 3×10) ou 卅 (sà)
       40 s’écrit  四十 (sìshí = 4×10) ou 卌 (xì)
       50 s’écrit 五十 (wǔshí  5×10) …
100  百 / 佰  bǎi 100 s’écrit 一百  (yībǎi = 1×100)
1 000  千 / 仟  qiān  1.000 s’écrit 一千 (yī qiān = 1×1.000)
10 000  万  wàn 10.000 s’écrit  一万 (yī wàn = 1×10.000)
      1.000.000 s’écrit 一百 万 (yī bǎi wàn = 1x100x10.000)
100 000 000 亿  yì 100.000 .000 一亿 (yī yì = 1×100.000.000

Quelques précisions :

Les formes obsolètes suivantes : 弌  pour 1  ; 弍 pour 2 ; 弎 pour 3

Un caractère se rapportant à une unité placé avant le caractère 十 (10),  百 (100), 千 (1.000), 万 (10.000) ou 亿 (100.000.000) le multiplie, alors que lorsqu’il est placé après, il s’y ajoute.  Exemple : 三百四十五 = (3×100)+(4×10)+5 =345

〇 /  零 (líng = zéro) est utilisé à chaque fois qu’une ou plusieurs puissances de 10 manquent. Exemple : 一千三百零二 pour 1302

二 / 贰 (èr) est utilisé pour l’énumération. La variante pour 2  兩 (liǎng) est utilisée pour qualifier un nom et généralement devant les classificateurs, comme par exemple 個/个(ge) et 本 (běn) dans les deux exemples suivants : 两个人 (liǎng ge rén = deux personnes) et 兩本書 (liǎng běn shū = deux livres).

D’autre part, la règle veut que l’on place 二 er devant 十 shi et  两 liang devant 万 wan, 千 qian et 百 bai. Cependant, si à Taiwan, la règle est respectée, en Chine, il est fréquent que l’on trouve 二 er devant 万 wan, 千 quian et 百 bai…

Les variantes pour 20 廿 (niàn), 30 卅 (sà) et 40 卌 (xì) sont utilisés surtout pour les calendrier…

 Vous trouverez plus d’information sur ce sujet dans le chapitre que Georges Ifrah a consacré aux « chiffres de la civilisations chinoise » (Histoire universelle des chiffres, vol.1, ch.21, p.623-692) et dans un article de Charles Stafford (« Langage et apprentissage des nombres en Chine et à Taïwan », Terrain, numero-40 – Enfant et apprentissage, mars 2003) où vous pourrez lire notamment :

Les spécialistes de la cognition numérique ont été fascinés par une caractéristique très spécifique du langage chinois : le système de composition des mots permettant de compter. Ce système est aujourd’hui régulièrement cité comme une illustration frappante de la façon dont une forme culturelle peut – ici positivement – influer sur la cognition numérique (par exemple Butterworth 1999 : 129-134 ; Dehaene 1999 : 102-106 ; Geary 1994). En bref, les mots du comptage chinois suivent une logique strictement décimale. C’est aussi le cas d’autres langues est-asiatiques comme le japonais, qui sont dérivées du chinois classique, mais ce n’est pas celui du français ou de l’anglais par exemple. Les enfants qui apprennent à compter en France (ou en Angleterre) ont des problèmes avec des termes étranges comme « onze » et « douze » et « vingt ». Je dis « étranges » parce que leur formation logique est rien moins qu’évidente. Nul enfant n’est supposé deviner – à partir du mot lui-même – que « onze » signifie dix plus un. En chinois, au contraire, onze se dit « dix-un » (shi-yi), douze « dix-deux » (shi-er), et vingt « deux-dix » (er-shi), etc. Ces termes sont faciles à apprendre (dans la mesure où ils recombinent des chiffres déjà connus) et ils correspondent exactement à la logique décimale sur laquelle est basé notre système de notation de la position numérique, aidant ainsi les enfants à le comprendre.

On pourrait supposer qu’ils n’en tirent, en terme d’apprentissage, qu’un avantage relativement mineur, mais des études ont, à maintes reprises, montré qu’il n’en était rien. Comme conclut Geary, grâce à la cohérence des nombres est-asiatiques, les enfants semblent « faire moins d’erreurs de comptage, comprendre les concepts de calcul et de nombre à un âge plus précoce, faire moins d’erreurs dans la résolution des problèmes d’arithmétique, et comprendre les concepts arithmétiques de base – tels qu’ils sont par exemple utilisés dans le commerce, comme la position numérique – bien plus jeunes que leurs homologues américains ou européens » (Geary 1994 : 244 ; voir aussi Fuson & Kwon 1992 ; Miller et al. 1995).

De fait, en français hexagonal, il ne faut pas moins de 25 mots (26 si nous comptons et de vingt-et-un, trente-et-un…) et 3 de plus (septante ; huitante ou octante ; nonante) en Suisse romande ou en Wallonie pour compter jusqu’au million, ce qui fait quand même au moins 10 de plus qu’en chinois :

0 zéro  
1 un  
2 deux  
3 trois  
4 quatre  
5 cinq  
6 six  
7 sept  
8 huit  
9 neuf  
10 dix le mot dix sert aussi dans la dénomination des nombres 18 (dix-huit), 19 (dix-neuf), 70 (soixante-dix) et 90 (quatre-vingt-dix) et leurs composés
11 onze  
12 douze  
13 treize  
14 quatorze  
15 quinze  
16 seize  
20 vingt le mot vingt sert aussi dans la dénomination des nombres 80(quatre-vingt) et 90 (quatre-vingt-dix) et leurs composés
30 trente  
40 quarante  
50 cinquante  
60 soixante le mot soixante sert aussi dans la dénomination des nombres 70 (soixante-dix) et ses composés
70 septante

informations sur ces dénominations accessibles sur les sites Académie française,   Au domicile des mots dits et écrits, Diconombre

80 huitante octante
90 nonante
100 cent  
1.000 mille  
1.000.000 million  

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Carnets et revues sur la Chine et l’Asie centrale et orientale hébergés sur Hypothèses et Revues.org

Il y a peu, j’ai découvert l’arrivée relativement récente sur Hypothèses de Mind the gap(s), blog germanophone consacré à la Chine, et qui plus précisément porte sur  les images européennes de la Chine et de la réception de la Chine en Europe et en Occident à travers le temps de 1700 à 1869 (voir la présentation en allemand et en anglais).

Du coup,  j’ai eu la curiosité de regarder un peu quels sont les carnets et revues sur la Chine et l’Asie centrale et orientale hébergés sur Hypothèses et Revues.org. Voici le résultat provisoire de mes investigations.

Chine

Advertising History – Approche historique de la publicité en Chine et ailleurs

ANR EsCA – Espaces de la culture chinoise en Afrique

Approches de la médecine chinoise

Carnets du Centre Chine – Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine

Chin’Electrodoc – Carnet de veille sur le monde chinois

China Perspectives

Cultures chinoises

De rebus sinicis – Kulturgeschichte Chinas

François Jullien

Mind the gap(s) – Europäische/Westliche China-Bilder im Wandel der Zeit

Perspectives chinoises – Centre d’études français sur la Chine contemporain ; fascicules antérieurs à 2009 sur Persée

Sinopolis – Le politique en Chine

Sinotype – The Hybrid Syntactic Typology of Sinitic Languages

Tianjin Spatial History – Questioning the expansion of settlements in China through the case of Tianjin French concession thwarted project in Laoxikai district

UrbaChina – Sustainable urbanisation in China

Corée

Arts de la Corée – Une histoire des arts visuels et matériels

Carnets du Centre Corée – Service de documentation du CRC-EHESS

Le réseau des études sur la Corée – Le blog de Paris Consortium

 Japon

Carnets du Centre Japon

Cipango – Cahiers d’études japonaises

Kaléidoscope du Japon – Le nouveau recueil des dix mille billets sur le Japon

Manuscrits japonais à peinture – Manuscrits japonais à peintures narratives de l’époque d’Edo au département des Manuscrits de la BNF et dans les collections publiques françaises

Photographie japonaise moderne – Une présentation bibliographique

Asie centrale et orientale

Aséanie – Sciences humaines en Asie du Sud-Est ; fascicules antérieurs à 2006 sur Persée

Cahiers d’Asie centrale

Central Eurasian Reader – A Biennal Journal of Critical Bibliography and Epistemology of Central Eurasian Studies

Discussion Papers – Institut d’Asie Orientale (DP@IAO) – Bienvenue dans les Notes de Recherche de l’IAO

Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines

Extrême-Orient Extrême-Occident ; fascicules antérieurs à 2008 sur Persée

Littératures d’Extrême-Orient, textes et traduction (ancien site ici) et la revue en ligne qui lui est attachée, Impressions d’Extrême-Orient

Mémoires d’Indochine – La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt Nam, du Laos et du Cambodge

Métropoles d’Asie Pacifique – Réseau d’architecture et urbanisme comparés

Mobilités, Migrations et Diasporas d’Asie du Sud (MIDAS)

Moussons – Recherches en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est

RESAP – Livre blanc des recherches sur l’Asie et le Pacifique

South Asia Multidisciplinary Academic Journal

TERAS – Territoires du Religieux en Asie du Sud – Échelles, Circulations, Réseaux

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

RDA en Chine et alternatives à RDA (Reicat, ISBD Intégré)

Suite à la formation sur FRBR et RDA en prévision de laquelle j’avais glané une série de liens, une collègue m’a suggéré la question suivante : qu’en est-il du catalogage en Chine ? C’est vrai, ça, si au lieu de nous aligner sur les anglo-saxons états-uniens, nous prenions modèle sur le pays le plus peuplé du monde ? Dans un moteur de cherche bien connu, la recherche « catalogage en chine » ne donne pas grand chose,  j’essaie alors  « cataloging in china »  – je vous épargnerai la recherche en chinois 编目 (catalogage) 资源描述和访问 (resource description and access) – et les résultats sont alors nettement plus nombreux.

Je découvre ainsi un document intitulé RDA in China (existe aussi en pdf) de Kai Li ou plutôt Li Kai, le patronyme (姓氏 xìngshì) étant en Chine placé avant le prénom (名字 míngzi), actuellement étudiant en bibliothéconomie à l’iSchool de l’université de Syracuse (Etat de New-York) et catalogueur de juin 2007 à juin 2012 à  à la Capital Library of China. Il n’est pas sans me rappeler, par son contenu et les scénarios envisagés, la présentation qui nous a été faite aujourd’hui, comme si partout, il allait de soi que les bibliothèques du monde entier doivent s’aligner sur les options choisies dans le monde anglo-saxon. Dans cette uniformisation mondiale des pratiques bibliothéconomiques, RDA semble incontournable.

Pourtant, d’autres propositions sont faites comme les REICAT (REgole Italiane di CATalogazione)  également basées sur le modèle FRBR adoptées en Italie en 2009 ou l’ISBD Intégré dont on ne nous parle guère, sauf  sous forme d’allusions. Voici ce qu’en dit Philippe Le Pape dans son article  « RDA Une cuisine high-tech éclairée au pétrole ? »  dans Arabesque, n° 62, mai-juin 2011

Qu’est-ce qu’il a RDA,que les autres n’ont pas ?

Il a ce qui est dit dans le paragraphe précédent, voilà ce qu’il a. Les autres, ce n’est pas qu’ils n’aient pas un peu de ça aussi, mais ils l’ont moins, et pas de la même manière.

Les autres ? Ils sont deux : les Reicat3, nouvelles règles nationales italiennes publiées en 2009, et l’ISBD Intégré4 dont une première version provisoire, déjà en cours de révision, a été publiée en 2007.Dans les Reicat, les FRBR sont présentes davantage en tant qu’« infratexte » que comme élément véritablement structurant. Le niveau de l’oeuvre y est bien développé, mais celui de l’expression y reste modeste. L’ISBD quant à lui n’est pas vraiment  comparable à RDA ou Reicat : ne traitant que de la description des ressources documentaires, il se place au niveau de la manifestation et uniquement à celui-là. Pratiquement, il ne peut être utilisé sans un ensemble de règles annexes relatives à toutes les autres entités définies par les modèles FRBR et FRAD. Un tel ensemble existe : c’est RDA, qui traite d’ailleurs aussi de la description des manifestations.

Et c’est tout, sauf deux références données en note :

3 Istituto centrale per il catalogo unico delle biblioteche italiane e per le informazioni bibliografiche (ICCU). Regole italiane di catalogazione, Règles italiennes de catalogage. ICCU, 2009. ISBN 978-88-7107-127-5.

4 International Federation of Library Associations and institutions (IFLA). International standard bibliographic description, preliminary consolidated edition. K.G. Saur, 2007. ISBN 978-3-598-24280-9.

J’avoue rester sur ma faim, même si je finis par trouver un peu plus de précisions

sur les ReiCat

sur l’ISBD Intégré sur la page que lui consacre la BNF.

Tout se passe comme si il n’y avait pas d’alternative (ça ne vous rappelle rien, cette formule ?) et qu’il nous faille à tout prix nous préparer à l’adoption de RDA. Pourtant rien ne se décidera avant 2015. Alors ? Je ne sais pas, mais cette belle unanimité évoque pour moi à la fois un slogan des Verts allemands des années 80 – « Nur tote Fische schwimmen mit dem Strom » – et l’album de Sempé intitulé Quelques philosophes, plus précisément l’extrait ci-dessous (je ne vous présente que trois cases sur les vingt figurant sur deux pleines pages) :

 Ceci dit, RDA ne semble pas sans intérêt, mais je m’interroge sur les autres voies possibles et sur les causes de ce choix.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Lotus bleu et les points cardinaux

Voici une case de la page 3 du Lotus bleu de Hergé :

Tout juste arrivé de Shanghai, le malheureux émissaire des Fils du Dragon vient d’être atteint par une flèche empoisonnée. Il danse et chante(1) en proférant des propos incohérents. Il semble avoir perdu le nord ! Pourtant, si je lis de plus près les paroles qui accompagnent sa gigue effrénée, je m’aperçois qu’elles correspondent aux quatre points cardinaux dans l’ordre où ils sont donnés traditionnellement en Chine(2) :

东西南北

dōng xī nán běi

est ouest sud nord

Il faut cependant préciser que les points cardinaux chinois sont au nombre de cinq, le dernier, mais non le moindre, étant le centre qui intervient déjà dans le nom de la Chine :

东西南北中

dōng xī nán běi zhōng

est ouest sud nord centre

Voir à ce propos cet extrait de l’ouvrage de Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient : l’invention d’une histoire et d’une géographie :

[…] Le syntagme chinois de fang n’est qu’imparfaitement rendu par « direction » ou « point cardinal ». Il signifie aussi bien le « lieu », la  « région », que le « côté », le « carré ». et plus généralement toute « figure géométrique quadrangulaire ». Il s’agit d’une étendue ouverte plutôt que d’un point fixe, néanmoins intégrable dans la géométrie. Cette conception en « aire » et non en « point », distincte de la tradition européenne, permet d’intégrer le « centre » aux quatre points cardinaux habituels, car ce centre ne peut cosmologiquement être réduit à un point et doit être considéré comme un espace, celui de l’empereur, celui de l’empire de Chine.  

Le syntagme chinois wufang, soit « cinq régions », ou bien « cinq orients » au sens d’orientation. désigne la totalité de l’univers, l’ensemble de la Terre, le carré, le « Grand Carrés » et, dans une acceptation géopolitique, l’« empire », c’est à dire la Chine elle-même. Son énumération se fait dans l’ordre suivant : Est, Ouest, Sud, Nord, Centre (dong, xi, nan, bei, zhong). Dans la tradition chinoise classique, les wufang sont  intégrés dans des séries complexes de symboles qui associent l’espace avec divers éléments : les météores, les couleurs, le corps humain, les montagnes, les notes, etc.

Cette fameuse théorie des « cinq éléments », ou mieux, des « cinq agents » (wuxing), articule la pensée et la métagéographie chinoises […](3)

L’absence du cinquième fang dans les paroles du dément ne désigne-t-il pas en creux le territoire futur des aventures de Tintin : la Chine, cet « empire ou pays du milieu » (zhongguo) ? Une chose est sûre : il faut relire Le Lotus bleu comme une introduction à la civilisation chinoise. Voici quelques pistes.

Pour apprendre le chinois en lisant  Le Lotus bleu.

Sur Moulinsard. La vie de château où vous découvrirez le sens de plusieurs inscriptions qui apparaissent au fil des pages. De nombreuses traductions vous sont aussi proposées sur A la découverte de Tintin. Il n’est pas inintéressant non plus de découvrir quelques extraits de traductions du Lotus bleu en chinois sur Ramou.

Voir aussi Patrick Mérand, Li Xiaohan. Le Lotus bleu décrypté. Saint-Maur : Sépia, 2009

Pour en savoir plus sur Le Lotus bleu.

Outre l’article de Wikipédia, Le monde de Tintin et les archives Tintin des éditions Atlas, j’ai repérés les références bibliographiques suivantes que je compte bien consulter prochainement  :

  • Jean-Michel Coblence (photagraphie : Yves Gellie), « Shanghai : le réveil du dragon », dans Tintin, grand voyageur du siècle,  numéro thématique de Géo.Hors-série, n° 1H, novembre 2000, p. 108-119
  • Pierre Fresnault Deruelle. Les mystères du Lotus bleu. Bruxelles : Moulinsart, 2006
  • Léon Vandermeersch, « L’empire du milieu », dans Tintin au pays des philosophes, numéro thématique de Philosophie Magazine.Hors-série, 8H, septembre 2010, p. 24-27

Voir aussi Shanghai et le dispositif du Lotus Bleu, une analyse du « Lotus Bleu » au prisme des concepts de Michel Foucault par Urbain, trop urbain visible aussi sur Dailymotion.

 _______________________________

(1) Ce chant ne figure pas dans la version initiale parue dans Le Petit Vingtième.

lotus-bleu-2(2) La transcription toung si nan pei donnée par Hergé (ou par Tchang Tchong-Jen dont on connait le rôle dans la genèse de cet album) est celle de l’Ecole Française d’Extrême-Orient.

(3) Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient : l’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris, Gallimard, 2012, p.55-56.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La ballade de Mulan (木蘭辭 ou 木蘭詩)

(Dernière mise à jour : 12 mars 2016)

Mulan 木兰 (Magnolia) ou Hua Mulan 花木兰 (Fleur de magnolia) est l’héroïne d’une histoire bien connue en Chine. Digne exemple de piété filiale, elle s’était déguisée en homme pour remplacer son vieux père, servit pendant douze ans dans l’armée des rois Wei au temps de l’empereur Taiwudi ou Tuoba Tao (408–452) et devint général. Cependant, à la fin de la guerre, elle ne demanda rien de plus qu’un cheval (ou un chameau selon les versions) pour regagner le foyer paternel et reprendre ses tâches et vêtements féminins à la grande stupéfaction de ses anciens compagnons d’armes qui pendant toutes ces années n’avaient pas soupçonné qu’elle était une fille (ouf, sa vertu a été préservée). Fin de l’histoire ? Oui, dans la ballade sur laquelle je vais revenir ci-dessous. Malheureusement, si on en croit la suite de la légende, l’empereur Touba Huang apprit que le général Hua était en réalité une femme et voulut en faire sa concubine. Celle-ci refusa plusieurs fois et devant l’obstination de l’empereur, elle finit par se suicider avec son épée. Suivent de superbes funérailles organisées par l’empereur et le rideau peut enfin tomber.(1)

L’histoire a été déclinée sous forme de roman populaire et illustré ou de bande dessinée, de dessin animé disneyen ou non, et de film grand spectacle(2) . Il y aurait sans doute là matière à étude approfondie. Dans Mulan:five versions of a classic Chinese legend with related texts paru en 2010, Shiamin Kwa et Wilt L. Idema se sont ainsi intéressés à deux poèmes de l’époque Tang, une pièce de théâtre du XVIe siècle (Ci Mulan ti fu conjun = La fille Mulan rejoint l’armée à la place de son père), un opéra pékinois de 190? (Mu Lan congjun = Mulan rejoint l’armée)  et un film de 1939. Il faudra sans doute que je me procure cet ouvrage.

Pour l’heure, je voudrais simplement me limiter la recherche de documents sur la ballade de Mulan (木蘭辭 ou 木蘭詩)(3),  un des deux poèmes évoqués ci-dessus, et notamment à la recherche du texte original et de ses traductions en français et éventuellement dans d’autres langues.

Voici la présentation qu’en fait le texte liminaire accompagnant la première traduction par Stanislas Julien :

Mou-lân est le nom d’une fille qui, voyant son père malade et hors d’état de répondre à la conscription, s’enrôla pour lui, et servit, sans être reconnue, pendant douze ans. Cette romance, que quelques auteurs attribuent à Mou-lân elle même, a été composée sous la dynastie des Tang, qui ont régné de 502 à 556. Elle est tirée du Supplément de l’Anthologie chinoise, en 8 volumes, intitulée Thang-chi, c’est-à-dire « Vers de la dynastie des Tang, » sous laquelle fleurirent (de 618 à 904) les poètes les plus célèbres de la Chine. M. Stanislas Julien, à qui nous devons la communication de cette romance, se propose de publier bientôt la traduction francaise de l’Anthologie des Tang.(4)

Le texte chinois de cette ballade peut être consulté sur les sites suivants :

Vent du soir (avec une traduction en français)

Wikisource (avec une traduction en anglais)

China the Beautiful (en caractères traditionnels = fanti , simplifiés = jianti ou calligraphiés et avec une traduction en anglais)

site de du professeur Lu-sheng Chong (fanti, avec une transcription en pinyin  et une traduction en anglais)

Tsoi Dug (fanti, avec une transcription en pinyin  et une traduction en anglais)

Mulan’s Corner (fanti, jianti, avec traduction en allemand)

Zhongwen

La première traduction en français est celle de Stanislas Julien, parue en 1832 dans le tome 37 de la Revue de Paris (Gallica et Google livres) et reprise en 1834 dans Tchao-chikou-eul, ou l’Orphelin de la Chine, drame en prose et en vers, accompagné des pièces historiques qui en ont fourni le sujet, de nouvelles et de poésies chinoises (Google livres). Patrice-François-Marie Cruice la publie en 1840 dans ses Études littéraires sur l’apologue, la poésie lyrique, la poésie épique, chez les Français, les Anglais, les Allemands, les Italiens et les Espagnols, et sur la poésie hébraïque et la poésie orientale (Google livres). En 1859, elle figure dans le tome 2 des Avadânas : contes et apologues indiens inconnus jusqu’à ce jour, suivis de fables, de poésies et de nouvelles chinoises traduits par Stanislas Julien (Google livres).(5)

Ce n’est pas cette traduction que j’ai rencontrée sur plusieurs sites web, mais deux autres, à laquelle je rajoute une troisième que m’a signalée Pierre Palpant (mise à jour du 19 mai 2012) .

La première, déjà signalée, est celle figurant sur le Vent du soir, dont l’auteur est Bertrand Goujard, et que vous retrouverez sur divers sites.

La seconde est un peu moins répandue et le nom du traducteur m’est pour l’instant inconnu.

Enfin, la traduction de Sung Nien-Hsu, extraite de son Anthologie de la littérature chinoise des origines à nos jours publiée chez Delagrave en 1932, doit sa présence sur internet au travail de Pierre Palpant qui la met en parallèle avec celle de Stanislas Julien sur le site Chine ancienne(6) .

Pour mémoire, voici les incipits des quatre traductions en français que j’ai pu trouver jusqu’à présent :

Stanislas Julien (le premier vers, qui suggère le bruit de la navette, est parfois absent) :  

Tsi-tsi, puis encore tsi-tsi,

Mou-lân tisse devant sa porte.

On n’entend pas le bruit de la navette,

On entend seulement les soupirs de la jeune fille.

  Bertrand Goujard : 

Grince et crisse, frôle et puis grince et crisse,

C’est Mulan qui à son huis tisse.

On n’entend point métier sonner,

On n’entend que plaintes et soupirs. 

Inconnu (les deux premiers vers sont souvent omis) : 

Mulan tisse sur son seuil, mais ce bruit répété

N’est pas celui de sa navette ; vous n’entendez que ses soupirs.

Pense-t-elle à quelqu’un ? Se souvient-elle de quelqu’un ?

Elle ne pense à personne, elle ne se souvient de personne. 

Sung Nien-Hsu

« Tsi, tsi, »

— devant la porte, Mou lan tisse.

Soudain, le bruit de la navette s’interrompt,

on n’entend plus que les soupirs de la jeune fille.

Yoto Yotov  inventorie 8 traductions en français danss son article« La Ballade de Mou-lan » sur site Notes du mont Royal (ajout du 12 mars 2016).

En ce qui concerne les traductions en anglais, l’une d’elle, parue parue dans The Asiatic journal, vol.23, mai-août 1837 (Google livres), calque semble-t-il celle de Stanislas Julien. Peut-être est-ce la première traduction en cette langue. En voici l’incipit :

Tsi-tsi;—still, still, Tsi-tsi; Moulan is weaving before the door. One hears not the sound of the weaving-shuttle; nothing is heard but the sighs of this young girl.

D’autres traductions existent dont les auteurs et les incipits sont indiqués ci-dessous :

Traduction de Han H. Frankel (The Flowering Plum and the Palace Lady: Interpretations of Chinese Poetry, Yale University Press, 1976) ;sans doute la plus répandue sur internet :

Tsiek tsiek and again tsiek tsiek,

Mu-lan weaves, facing the door.

You don’t hear the shuttle’s sound,

You only hear Daughter’s sighs.

Traduction de Jack Yuan (2006) ; moins diffusée, c’est celle qui figure dans Wikisource :

The sound of one sigh after another,

As Mulan weaves at the doorway.

No sound of the loom and shuttle,

Only that of the girl lamenting.

Traduction d’un auteur inconnu ; peu d’occurences :

Busily busily cricket sings

By the door the maiden Mulan weaves

Why isn’t the shuttle’s sound heard

But only the maiden Mulan’s sighs?

Traduction de Fook H. Eng (?) ; peu d’occurences :

 The insects chirping happily outside,

Mulan sat opposite the door weaving;

No sound of the shuttle was heard,

Only sighs of the girl.

Fook H. Eng a eu l’excellente idée de regrouper ces quatre traductions sur un même document. Qu’il en soit remercier !

Notes

(1) Si vous souhaitez plus de précision sur cette tragédie, je vous invite à consulter les articles qui y sont consacrés entre autre sur Wikipédia, sur le site de Christèle Herbeaux Del-Pino ou sur China the beautiful. Si vous êtes germanisants, vous pouvez lire, au sujet de la jeune fille qui va à la guerre (Vom Fraünlein das zum Krieg zieht), les remarques faites par Ferdinand Josef Wolf dans le volume 3 de ses Jahrbuch für romanische und englische Literatur paru en 1861 (Google livres) au sujet d’une communication d’Adolf Erbert parue dans ce même volume (Google livres). Où on constate que ce thème est très répandu… en Europe !

(2) Liste non exhaustive (extraite de NationMaster) des films qui se sont inspirés de cette histoire :

The story of Hua Mulan has inspired a number of film and stage adaptations. These include the following:

  • Hua Mulan Joins the Army(1927 film) – a Chinese silent film released by the Tianyi Film Company and directed by Li Pingqian
  • Mulan Joins the Army(1928 film) – Mingxin Film Company production, directed by Hou Yao. The film was a flop, in part due to the Tianyi film that was released the previous year
  • Mulan Joins the Army(1939 film) – popular Chinese film made during the war, directed by Bu Wancang
  • Lady General Hua Mulan(1964 film) – Hong Kong opera film
  • Mulan (1998 film) – Disney animated feature based on the Mulan legend

Note : il faut y ajouter le film de Ma Chucheng, Mulan (2010, Hong Kong)

 (3) Voici ce qui est écrit sur le site Vent du soir au sujet de la distinction entre ces deux termes :

木蘭辭 : on trouve aussi 木蘭詩. 詩 est le terme générique pour poésie ou poème, 辭 désigne des formes poétiques plus irrégulières, on l’a préféré ici.

(4) Des présentations plus développées et plus récentes de la ballade sont donnée dans l’anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive, Vent du soir et à la fin de l’article de Thierry Mauffrey, « A propos d’odes et de ballades en Chine ancienne : peut-on parler de poésie héroïque ? », paru en juin 2000 dans Camenae n° 4. Sur le Táng shī (fanti: 唐詩; jianti: 唐诗), voir le site Wengu Zhixin. Voir aussi sur le même site, Poésies de l’époque des Thang (VIIe, VIIIIe et IXe siècles de notre ère), … avec une étude sur l’art poétique en Chine, par le marquis d’Hervey-Saint-Denys, paru initialement en 1862. Je n’ai pas encore pu trouver le supplément du Táng shī d’où est extraite la ballade de Mulan.

(5) « M. Stanislas Julien vient de publier un recueil de fables indiennes  qu’il a découvertes dans une Encyclopédie chinoise intitulée Yu-lin « la forêt des comparaisons ». Nos lecteurs n’ont assurément pas oublié trois charmantes fables que le savant sinologue a bien voulu extraire de son manuscrit en leur faveur, et qui ont paru dès le mois d’octobre 1858, dans les colonnes de cette Revue. Ils n’ont eu alors qu’un seul regret, celui de ne pouvoir en lire davantage : aujourd’hui ils peuvent se satisfaire amplement, car le recueil de M. Julien renferme plus de 120 apologues variés, presque tous aussi curieux qu’intéressants » (cf. Revue orientale et américaine, Volume 3, 1860, p. 196. livres).

(6) Voir ci-dessous le courriel de Pierre Palpant.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Translittération et transcription (1) Le chinois

Ceux qui s’intéressent un tant soit peu à la Chine ne peuvent que constater la variété des transcriptions des mots chinois, qu’il s’agisse de noms propres ou de noms communs. Cela est vrai d’un ouvrage à l’autre, mais aussi au sein d’un même ouvrage où peuvent coexister deux ou trois systèmes de romanisation du mandarin, notamment dans les bibliographies. Véritable casse-tête qui nécessite des tables de correspondance.

Cette variété s’explique à la fois

Par un morcellement géolinguistique des études sinologiques, chaque grande aire culturelle ayant développé son propre système : EFEO pour les francophones, Wade-Giles pour le monde anglo-saxon…

Par une évolution historique et politique : aux systèmes développés par les anciennes puissances coloniales et les missionnaires se substitue le hanyu pinyin promu par la République populaire de Chine.

Les exemples ci-dessus concernent l’utilisation de l’alphabet latin pour écrire le mandarin (romanisation). Cependant l’effort de transcription a pu utiliser d’autres alphabets (cyrillique, arabe, braille) et porter sur d’autres langues chinoises.

Enfin, il faut noter le rôle des Chinois eux-même non seulement pour la transcription phonétique de leur(s) langues avec différents pinyin prenant en compte les 4 tons du mandarin, mais aussi pour les systèmes de transcription phonétique utilisant des caractères chinois simplifiés et pour la translittération de termes étrangers en caractère chinois.

Je tente dans la présente webographie de rassembler des documents en ligne sur ces différents aspects. Mais comme toujours je ne prétends pas être exhaustif. Alors, si vous avez des pistes…

Quelques présentations générales

Dans la partie Extraits et sucs de la langue chinoise du site de Jean-Victor Camille Gruat, vous trouverez une présentation des systèmes de transcription du chinois.

Sinoptic offre aussi un intéressant dossier sur la question.

Sur Wikipédia :

la partie Système de transcription de l’article sur le mandarin

la partie Transcriptions de l’article sur les langues chinoises

Voir aussi Pinyin.info (en anglais).

A noter que ces présentations générales s’intéressent surtout aux systèmes de romanisation du mandarin.

Romanisation

Plusieurs modes de romanisation du mandarin et les autres langues chinoises existent (cf. l’article de Wikipédia intitulé Romanisation des langues chinoises). Les systèmes indiqués ci-dessous concernent surtout le mandarin standard ou putonghua,.

L’autre grande langue chinoise ayant fait l’objet de romanistion est le cantonnais (cf. article de Wikipédia).

Romanisations d’origines non-chinoises (Europe, Etats-Unis)

Bortone-Allegra en Italie

EFEO (Ecole française d’Extrême-Orient) inventé par Séraphin Couvreur

NB : Ne pas confondre avec le système d’Arnold Vissière

A. Vissière: Méthode de transcription française des sons chinois, adoptée par le Ministre des Affaires ètrangeres (Extrait du Bulletin du Comité de l’Asie Française.) Paris 1902. Voir sa critique dans « Notre système de transcription du chinois », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1902, vol. 2 n° 2, p. 178-184

Lessing-Othmer pour les germanophones

Wade-Giles, l’un des plus répandus, surtout dans le monde anglo-saxon.

Yale, utilisé aux Etats-Unis pour le cantonais et le putonghua

Romanisations d’origines chinoises ou utilisées par des populations chinoises

Beifangxua Latinxua Sin Wenz (拉丁化新文字), dont

l’intérêt historique est d’être le premier système de romanisation utilisé par les chinois natifs en lieu et place des sinogrammes. Il fut développé par l’Union des républiques socialistes soviétiques et utilisée par les immigrants chinois, jusqu’à ce que la plupart d’entre eux quittèrent le pays »

>> lire la suite sur Wikipédia.

Gwoyeu Romatzyh (国语罗马字), romanisation du mandarin utilisée à Taïwan de 1928 à 1986

>> plus d’infos sur Wikipédia.

Mandarin Phonetic Symbols II

Pinyin ou hanyu pinyin (汉语拼音 : « épeler les sons de la langue des Hans »), conçu par Zhou Youguang et utilisé en République populaire de Chine.

>> le document de l’Unesco

>> le Guichet du savoir de la BM de Lyon

>> l’article de Wikipédia

Pinyin postal

Au début du XXe siècle, la Chine (à la fin de la dynastie Qing) utilisait le système de pinyin postal (mandarin : 郵政式拼音 ; hanyu pinyin : yóuzhèngshì pīnyīn), basé sur le Wade-Giles dans un but postal, principalement pour les toponymes sur les lettres et les timbres..

>> lire la suite sur Wikipédia.

Tongyong Pinyin (通用拼音), utilisé à Taiwan.

Les systèmes d’origine chinoise prennent en compte les quatre tons du mandarin, représentés en pinyin par les diacritiques suivants :

  1. ¯ Ton haut (macron) ;
  2. ˊ Ton montant (accent aigu) ;
  3. ˇ Ton descendant légèrement puis remontant (hatchek ou caron) ;
  4. ˋ Ton descendant et bref (accent grave).

Pour en savoir plus sur les langues tonales.

Quelques tables de correspondance

Ces tables de correspondances comparent surtout sur des systèmes de romanisation, c’est pourquoi je les place ici :

Zhuyin (ou Bopomofo) / Wade-Giles / MPS II / Yale / Tongyong/ Hanyu Piyin / Gwoyeu Romatzyh (Wikipédia)

Pinyin / Wade-Giles / EFEO / Bopomofo (Sinoptic)

Pinyin / Wade-Giles / Lessing-Othmer / EFEO / Beifang Lantinxua (International Library of Communist Left)

Pinyin / EFEO (Sinoptic)

Unger / Pinyin / Wade-Giles (Sinoptic)

Wade-Giles / Pinyin (bibliothèque du Congrès)

Zhuyin Fuhao / Wade-Giles / MPS2 / Yale / Tongyong Pinyin / Hanyu Pinyin / Gwoyeu Romatzyh (Pinyin.info)

Ces différentes transcriptions du mot « Chine », trouvées sur le site de Jean Victor Camille Gruat, nous rendent sensibles la nécessité de telles tables :

(zh)(o)(ng)(g)(u)(o) ㄓㄨㄥㄍㄨㄛ (Bopomofo)

zhongguo (Hanyu Pinyin)

jhongguo (Tongyong Pinyin)

jonhhwo (Gwoyeu Romatzyh)

zhungguo (Beifangxua Latinxua Sin Wenz)

chung-kuo (Wade-Giles)

tchong-kouo (EFEO)

jung-gwo (Yale)

чжунго (système russe)

Autres langues chinoise ayant fait l’objet de romanisations

Le cantonnais : en l’attente de plus d’informations sur le sujet, je vous renvoie à l’ébauche d’article existant dans Wikipédia.

Le wu dont le shanghaien est une variante : en l’attente de plus d’informations sur le sujet, je vous renvoie à l’ébauche d’article existant dans Wikipédia.

Cyrillisation

Quelques informations sur Pinyin.info.

Arabisation

Xiao’erjing (小儿经), xiao’erjin (小儿锦ٍ) ou xiaojing (小经 ou 消经 ) utilisée par diverses minorités ethniques de Chine converties à l’islam (les Hui, les Dongxiang et les Salar), et anciennement les Dounganes d’Asie centrale.

Transcription phonétique du mandarin en braille

Numeral type for mandarin chinese, développé par William Hill Murray à la fin du XIXsiècle à partir du braille : il s’adresse tant aux voyants qu’aux non-voyant. Plus d’informations sur Pinyin.info.

Voir aussi l’ouvrage de  C.F. Gordon Cumming, The inventor of the numeral-type for China by the use of which illiterate Chinese both blind and sighted can very quickly be taught to read and write fluently (1899), disponible sur Archive.org.

Transcription phonétique utilisant des caractères chinois simplifiés

Fǎnqiè (反切), utilisée pour la prononciation des sinogrammes propre à la grammaire chinoise traditionnelle.

Bopomofo (ㄅㄆㄇㄈ : bo (ㄅ) pour la consonne b /p/ ; po (ㄆ) pour la consonne p /ph/ ; mo (ㄇ) pour la consonne m /m/ ; fo (ㄈ) pour la consonne f /f/) ou Zhùyīn fúhào (caractères traditionnels : 注音符號 ; simplifiés : 注音符号 ; signification : « symboles phonétiques ») utilisé à Taiwan : plus d’inforamtions sur Pinyin.info.

Translittération de termes étrangers en caractère chinois

Voir sur Wikipédia

l’article de Translittération en caractère chinois

le paragraphe Adaptation de mots étrangers dans l’article sur le Mandarin standard

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartographie chinoise ancienne

Pour faire suite à une chronique antérieure sur les cartes anciennes de la Chine, voici quelques pistes sur la tradition cartographique chinoise.

Bref résumé historique

La cartographie chinoise remonterait à 2000 avant notre ère (cf. Yann Caradec). Hubert Delahaye cite des textes du XIe siècle où il est fait mention de l’usage de cartes. Cependant, les plus anciennes cartes chinoises connues datent des années 160 avant J.-C. (dynastie Han). Ce sont des « cartes topographiques » à l’échelle  1:90 000 où le repérage se fait à l’aide d’une grille orthogonale ne correspondant à des latitudes et des longitudes.

Les supports utilisés pour les dessins cartographiques exécutés au pinceau sont la soie, mais aussi le papier dès le Ier siècle de notre ère. A partir du XIe siècle, l’usage de la boussole contribue aux progrès des cartographe et l’utilisation de la gravure sur bois et de l’impression xylographique élargit le cercle des usagers des cartes.

Quelque témoins de l’avance de la cartographie chinoise avant qu’elle ne s’occidentalise à partir de la fin du XVIe siècle au contact des missionnaires jésuites :

La plus ancienne carte imprimée dans le monde date de 1155 : c’est une carte chinoise.

Le premier recueil connu de cartes qu’on qualifierait d’Atlas date de 1311-1312 après J.-C. (Atlas Mongol de ChuSsu-pên).

La plus ancienne carte de navigation chinoise trouvée date de 1416 après J.-C.

Quelques personnalités qui ont marqué l’histoire de la cartographie chinoise :

P’ei Hsiu (224-271), ministre des travaux publics, le père de la cartographie chinoise, édite en 267 un manuel des levés topographiques et de cartographie où il ordonna l’emploi systématique de règles de mesure d’angles et de distances sur le terrain.

Kia Tan (729-805) réalise une carte de l’Asie à l’échelle d’environ 1/1 000 000 mesurant 10 m sur 9 m

Zhu Siben (1273-1337) réalise vers 1320 une mappemonde sur laquelle les Chinois vont fonder leur connaissance du monde pendant des siècles.  Voici ce qu’écrit à ce sujet Joanna Waley-Cohen dans Les sextants de Pékin :

 A partir de la fin du XVIe siècle, la cartographie chinoise s’occidentalise d’abord au contact des missionnaires jésuites comme Matteo Ricci.

 

Esquisse de biblio-webographie

Synthèses sur la cartographie chinoise

Hubert Delahaye, « Petite histoire de la cartographie chinoise », Hérodote, 1981, n° 20, p. 102-115. Disponible sur Gallica.

Philippe Pelletier, « Trop loin à l’est… c’est l’ouest », Les grands dossiers de Sciences humaines, 2008, n° 12. Disponible sur le site de Sciences humaines.

 J.B. Harley et David Woodward (éd.). The History of Cartography. Volume Two, Book Two. Cartography in the Traditional East and Southeast Asian Societies, University of Chicago Press, Chicago-London, 1994. Recension par Christian Jacob sur Academia.edu.

Etudes particulières de cartes chinoises anciennes

Edouard Chavannes, « Les deux plus anciens spécimens de la cartographie chinoise », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1903, t. 3, p. 214-247. Disponible sur Persée.

Etienne Balazs, « Une carte des centres commerciaux de la Chine à la fin du XIe siècle », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, 1957, vol. 12, n° 4, p. 587-593. Disponibles sur Persée.

Pascal Poumailloux. « Une vision de l’Afrique à travers la cartographie chinoise », in Civilisations des mondes insulaires, Khartala, 2011, p. 109-119. Disponible sur Google livres sauf les pages 113 et 114.

Résumé de la conférence du Professeur Lin Meicun sur « La Chine et les routes de la soie » où il est question d’une « carte de la route de la Soie du XVIe siècle découverte récemment au Japon », Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études, Section sciences historiques et philologiques, 141 (2008-2009),  2011, p. 327-330. Disponible sur Revues.org.

Documents en ligne sur la cartographie en général contenant un aperçu de la cartographie chinoise

Yann Caradec, Histoire de la cartographie, mémoire de fin d’études de l’Ecole Polytechnique.

François Cavayas, Introduction à la cartographie, cours de l’uiniversité de Montréal.

Pierre Delprat, La représentation de la Terre en cartographie, cours l’Ecole Nationale des Sciences Géographiques (ENSG).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bibliotheca Sinica

Bibliotheca Sinica est le titre d’une bibliographie réalisée par Henri Cordier (1), Bibliotheca sinica. Dictionnaire bibliographique des ouvrages relatifs à l’Empire chinois, qui a connu deux éditions de son vivant : la première en 3 volumes entre 1878 et 1895 chez E. Leroux ; la seconde en 4 volumes entre 1904 et 1908 chez E. Guilmoto. D’autres ont suivies, reprenant en fait la seconde édition  : en 1966 chez Ch’eng-Wen publication à Taipei ; en 1971 chez G. Olms à Hildesheim ; en 1997 chez M. Martino à Staten Island. A noter que l’East Asiatic Library de l’Université de Columbia a publié en 1953 un Author index to the Bibliotheca sinica of Henri Cordier‎.

Il existe une autre Bibliotheca Sinica. Il s’agit d’un blog de l’université de Vienne, Bibliotheca Sinica 2.0, qui permet de localiser de nombreux ouvrages numérisés, en relation avec la Wiener China Bibliographie 1477-1939.

D’autre part, Sinica est le nom donné par Gallica à son corpus numérique consacré à la Chine. Vous en trouverez une présentation sur le blog de Gallica.

A propos, d’où vient-il ce mot « sinica » et d’où vient le mot « Chine » ? Epineuse question sur laquelle il existe plusieurs réponses possibles : le mot chinois qui signifie « or » (jin), celui qui signifie « soie » (si), ou le nom de la dynastie des Qin. J’ai trouvé ces diverses étymologies sur les sites suivants : Extraits et sucs de la langue chinoise et WordiQ. Mais si vous avez d’autres explications et références…

(1) Voir la biographie d’Henri Cordier parue dans le Bulletin de l’Ecole Française d’Extrême Orient au momentde sa mort en 1925 et accessible sur Persée. Voir aussi une bibliographie de ses ouvrages réalisée par Candide en Chine.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts