Archives par mot-clé : Christianisme

La Perse et les racines chrétiennes de l’Occident par Charles Autran

Un ouvrage a attiré mon attention dans le fascicule des Livres de la semaine daté du 20 juin dernier. Il a pour auteur l’orientaliste Charles Autran (1879-1952) et s’intitule La Perse et les racines chrétiennes de l’Occident, ce qui résonne bien avec certains débats actuels sur les supposés racines chrétiennes de l’Europe. Il s’agit en fait de l’édition revue et augmentée par Jean-Claude Voisin de Mithra, Zoroastre et la préhistoire aryenne du christianisme paru en 1935 dont le titre serait nettement moins vendeur aujourd’hui…

Cela n’enlève rien à l’intérêt du sujet que l’auteur a approfondi dans les deux volumes de La préhistoire du christianisme parus en 1941 et 1944.

Métissages culturels (3) Une réflexion sur le passage progressif et inachevé du paganisme au christianisme

Le symbolisme constituait toute la religion des anciens, sous forme d’images idéalisant les qualités d’un personnage ou les phénomènes naturels. C’était tout ce qu’y voyait la foule, tandis que les esprits éclairés n’y cherchaient qu’une expression métaphorique des forces de. la nature, sentiment panthéiste qui appar tient en propre à la race aryenne. Aussi chez eux la transition entre le paganisme et le christianisme fut-elle bien plus difficile et moins complète que chez les sémites, dont les instincts monothéistes acceptaient la simplicité synthétique de la nouvelle doctrine.

L’Église, aux premiers siècles, dut prendre bien des ménagements pour ne pas heurter de front les préjugés et les vieilles croyances, ne pas détrôner trop précipitamment Jupiter, ni briser trop brutalement les roseaux de Pan. Il lui fallut demander l’assistance des divinités déchues pour rallier la foule au dogmede l’unité.

C’est de cette nécessité impérieuse qu’est née cette quantité prodigieuse de symboles qui dénaturent quelque peu le culte orthodoxe. La cérémonie sacrée du feu, pratiquée jadis dans toute la Grèce, s’est conservée jusqu’à nos jours, si ce n’est sous forme d’hommage direct, du moins comme symbole, et à Jérusalem, dans la chapelle du Saint-Sépulcre, j’ai vu un pappas inspiré distribuant le feu sacré à des milliers de pèlerins munis de cierges, et qui se renversaient, se battaient, s’injuriaient pour approcher du petit orifice derrière lequel le prêtre, vestale d’un nouveau genre, était posté, spectacle fort peu édifiant et qui reportait l’imagination aux scènes les plus bruyantes du paganisme populaire. J’ai vu, à Naples, les femmes injurier la statue de saint François parce qu’il n’avait pas empêché un tremblement de terre; j’ai vu, dans l’Amérique du Sud, des paysans, fervents catholiques, attacher une statuette de saint Jacques au bout d’une ficelle et lui faire faire trois ou quatre plongeons dans un puits, parce qu’il ne les avait pas préservés d’une maladie. Ne se dirait-on pas à l’époque où les jeunes chasseurs d’Arcadie fouettaient la statue de Pan en haut du mont Lycée ? Quelle étude curieuse et un peu humiliante à faire que celle de l’esprit humain dans les manifestations de ses sentiments religieux, à toutes les époques et dans tous les pays!

Henri Belle (1837-1908). “Voyage en Grèce”, Le Tour du monde : nouveau journal des voyages, 1er semestre 1879, p. 318

Autres métissages culturels

Ecologie et christianisme : aux origines de l’écologie intégrale

En plus de vingt siècles d’histoire et de tradition spirituelle, mystique et théologique, le christianisme a d’abord vu la nature comme une création bonne dont Dieu a confié à l’homme l’intendance jusqu’à leur salut commun dans et par le Christ à la fin des temps. Mais à partir du XVIIème siècle la philosophie rationaliste instaure un dualisme méthodologique entre matière et esprit, tandis que le protestantisme et le jansénisme renforcent le hiatus entre nature et grâce. Ceci légitime la désacralisation de la nature et sa prise de possession utilitariste par l’homme, parfois en complicité mais souvent en conflit avec le christianisme.

L’émergence de l’écologie dans la deuxième moitié du XXème siècle a mis le christianisme au défi de renouer avec ses racines.

Je souhaite approfondir ici la question des rapports entre christianisme et écologie, rapidement évoquée dans Écologie et religion(s) : un peu de documentation. C’est que, comme le suggère la citation ci-dessus, l’anthropocentrisme despotique et destructeur auquel est souvent réduit la relation du christianisme et de la création n’est peut-être pas si caractéristique du message biblique. Après tout, les précédents de François d’Assise ou de Hildegarde de Bingen ne sont-ils pas là pour montrer qu’un autre rapport est possible entre les chrétiens et l’ensemble des créatures ? L’évolution des dernières décennies amène l’apparition d’une écologie chrétienne, dite écologie intégrale.

Continuer la lecture de Ecologie et christianisme : aux origines de l’écologie intégrale

Réaction païenne et fin du paganisme

Si ce sont des moines, pourquoi y en at-il tant ? et s’il y en a tant, comment sont-ils des solitaires ? O multitude de solitaires qui fait de la solitude un mensonge !

Palladas, Anth. Pal., 384, trad. Fr. Jacob

Voici quelques années, j’avais lu avec un grand intérêt Chronique des derniers païens de l’helleniste Pierre Chuvin. Parmi les ouvrages cités dans sa bibliographie, je signalerai les deux suivants ;

Continuer la lecture de Réaction païenne et fin du paganisme

Vies romancées de Jésus

Comme je l’ai écrit précédemment à propos des poèmes de Nerval et de Vigny sur Gethsemani, je suis un parfait (?) agnostique. Néanmoins, ceux qui fréquentent ce carnet depuis quelques temps ont constaté un certain intérêt de ma part pour le Nazaréen à l’origine du christianisme, Paul de Tarse en étant le véritable fondateur. Qu’il s’agisse de certains ouvrages de la bibliothèque de Léon Morin, des documentaires de Gérard Mordillat et de Jérôme Prieur ou de divers sujets inspirés par les évangiles apocryphes, cela fait quelques temps que j’effleure le sujet.

Ayant lu dernièrement King Jesus par Robert Graves, cela m’a donné envie d’établir une bibliographie de vies romancées de Jésus en vue de futures lectures. Cette bibliographie est nécessairement incomplète et fera l’objet de mises à jour. N’y seront pas inclus les évangiles, qu’ils soient canoniques ou apocryphes, même s’ils contiennent les uns et les autres une large part de fiction, ni les vies écrites par des philologues, des théologiens, des historiens, ce qui laisse notamment de côté la Vie de Jésus par Ernest Renan qui eut cependant une réelle influence sur les littérateurs.

Continuer la lecture de Vies romancées de Jésus

Gethsémani

En cette semaine pascale, et bien que je sois un parfait agnostique, ou peut-être à cause de cela, je vous propose deux poèmes de Gérard de Nerval et Alfred de Vigny inspirés de l’agonie de Jésus au Mont des Oliviers, épisode cité dans les évangiles de Matthieu (XXVI, 36-46), de Marc (XV, 32-42) et de Luc (XXII, 39-44), Jean (XVIII, 1) étant très bref.

Si vous souhaitez aller plus loin sur ces poèmes, je vous renvoie aux articles ci-dessus, extraits de la Revue d’histoire littéraire de la France, 1998, vol. 98, n° 3, un numéro spécial consacré au colloque du Bicentaire de la naissance d’Alfred de Vigny, Paris , (22/11/1997)

  • Gabrielle Chamarat-Malandain. Le Christ aux Oliviers : Vigny et Nerval. Comparant Le Mont des Oliviers de Vigny et Le Christ aux Oliviers de Nerval, l’auteur montre comment ces deux poèmes qui proposent un traitement philosophique du texte poético-narratif se rejoignent par l’idée d’un réveil de la pensée agissante, triomphant du sommeil où plonge le doute, le scepticisme indifférent du siècle dont les poètes sont tous deux les Fils, les Christ-mages.
Continuer la lecture de Gethsémani

Deux précurseurs de Thomas Münzer

Voici un mois, à propos de La guerre des pauvres d’Éric Vuillard, j’ai déjà abordé la guerre des paysans (Bauernkrieg) et Thomas Müntzer (ou Münzer ou Munzer). J’y reviens ici en raison d’une de mes lectures actuelles : Thomas Munzer ou la guerre des paysans de Maurice Pianzola. Initialement publié en 1951 et réédité en 1997 aux éditions Ludd, puis en 2015 aux éditions Héros-limite, cet excellent ouvrage fait l’objet sur le blog Dissidence d’un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque auquel je ne vois pas grand chose à ajouter si ce n’est que ce livre se lit comme un roman tout en étant bien documenté et qu’il est pourvu d’une bibliographie commentée où je pense puiser quelques pistes pour de prochaines chroniques.

Continuer la lecture de Deux précurseurs de Thomas Münzer

La guerre des pauvres

Un petit mot sur La guerre des pauvres, le dernier récit publié Éric Vuillard. Non, il ne s’agit pas des gilets jaunes, encore que la parution de ce mince opuscule début janvier a quelques résonances avec l’actualité sociale de notre beau pays.

L’auteur remonte plus loin dans le temps, à une époque où l’exaspération sociale s’appuyait sur le millénarisme chrétien et l’inversement. La Réforme était à ses débuts et certains prédicateurs exaltés comme Thomas Müntzer tiraient de la Bible des conséquences beaucoup plus extrêmes pour l’ordre social que celles du trop pondéré Martin Luther. L’idée centrale tenait en un mot : égalité. Dans une société hiérarchisée, elle ne pouvait que faire scandale et et fut d’autant plus violemment réprimée que les pauvres, les gueux, les misérables ne se contentaient plus de protester mollement, mais se soulevaient en armes, incendiaient les châteaux, pillaient les demeures des nantis. Telle fut de 1524 à 1526 la guerre des paysans (Bauernkrieg) dans le sud du Saint-Empire romain germanique. Cela se termina mal, très mal pour les révoltés.

Continuer la lecture de La guerre des pauvres

Métissages culturels (2) Barlaam et Josaphat, un cas d’acculturation

En cherchant tout autre chose – et vive la sérendipité ! …  j’ai découvert sur Google livres un résumé de la vie du prince Josaphat dans le roman d’Oilvier Giesbert, Le sieur Dieu. De quoi s’agit-il ? Du prince Josaphat et du sage Barlaam dont l’histoire serait tout simplement une transposition de celle du Bouddha dans un milieu chrétien tant grec-orthodoxe que catholique-romain(1). Comme le souligne Frédéric Lenoir dans La rencontre du bouddhisme et de l’Occident, cette vie christianisée du Bouddha traduite en de nombreuses langues était tellement respecté au sein de la chrétienté qu’elle occulta longtemps celui que Marco Polo nomme Sagamoni (comprenez Sakyamuni) dans son Livre des merveille. Continuer la lecture de Métissages culturels (2) Barlaam et Josaphat, un cas d’acculturation