Archives par mot-clé : Christianisme

Les Histoires et paraboles du Père Bonaventure et leurs suites

Un petit livre très-naïf et, dans le genre qui lui est propre, très-curieux, est : Les Paraboles du père Bonaventure, in-18,12 pag., Pont-à-Mousson, 1841; in-18, 10 pag., Épinal, Pellerin, S. D. Le véritable auteur est le père Giraudeau, jésuite, qui le publia en 1760, sous le pseudonyme de père Bonaventure. On l’a bien souvent réimprimé, notamment dans la Bibliothèque bleue de la veuve Oudot, et dernièrement encore la Société de Saint-Victor pour la propagation des bons livres, en a donné une édition complète sous le titre de: Histoires et paraboles du P. Bonaventure-Giraudeau, in-12, 261 pag., Plancy, 1850. Mais il n’y a peut-être pas deux exemplaires de ces éditions qui se ressemblent ou qui soient conformes à l’original. Il a été continué par Champion de Nilon, autre jésuite, en 1786. Dans les éditions que j’ai sous les yeux, il se compose de trois paraboles seulement (on en compte ordinairement environ une quarantaine), suivies chacune d’un commentaire ou paraphrase qui en explique le sens moral […]

Histoire des livres populaires et de la littérature de colportage par Charles Nisard

Une annexe de la bibliothèque familiale recèle un exemplaire des Histoires et paraboles du Père Bonaventure Giraudeau. Il s’agit d’une édition imprimée par J. Petit à Besançon en 1824, édition qui n’est visiblement pas celle que Charles Nisard a sous les yeux, car elle contient bien plus que trois paraboles. De 1766 à 1903, ce livre a connu plus de cent tirages ou rééditions, avec de fortes variations de contenu.

Continuer la lecture de Les Histoires et paraboles du Père Bonaventure et leurs suites

Images de la Bible

Dernièrement, quelqu’un m’a envoyé un message concernant ma chronique sur la parabole des aveugles.

Il s’agissait de Serge Ceruti, agrégé d’histoire et professeur honoraire de l’académie de Créteil. Il est aussi webmaster d’Images de la Bible, site qui me semble bien intéressant à explorer. Vous en trouverez une présentation sur Narthex. Serge Ceruti est aussi l’auteur d’articles sur l’art religieux sur le site de la revue Prier.

Voir aussi sur le même sujet le blog Art biblique.

Les trois maris de Sainte Anne, les sœurs de Marie et leur progéniture ou la Sainte Parenté de la Vierge

(Dernière mise à jour : 28 janvier 2016)

La Sainte Parenté ou la Sainte Parenté de Sainte Anne, entourage de Hans Leinberger
Sainte Parenté, anonyme

Lors de la visite de l’exposition Tours 1500, je suis tombé en arrêt devant un groupe sculpté venu de l’église de Baugy. Attribué à Michel Colomb et vandalisé lors des guerres de religion (ou de la Révolution, je ne me souviens plus bien), il représente une Sainte Parenté. Comme nous allons voir, tout autant que celui de Bücherwurm abordé dans une précédente chronique, un tel titre peut renvoyer à plusieurs représentations. Continuer la lecture de Les trois maris de Sainte Anne, les sœurs de Marie et leur progéniture ou la Sainte Parenté de la Vierge

L’araignée salvatrice en terre chrétienne

Peut-être avez-vous lu ma chronique du 20 octobre dernier, où je vous contais comment le thème d’une histoire musulmane (ou juive) – Mahomet (ou David) sauvé de ses poursuivants par une araignée – avait été repris par le cinéma et la bande dessinée dans de tout autre contexte.

Un courriel de Pascal Esnault nous apprenait que cet épisode de la grotte et de l’araignée apparaît également dans les légendes chrétiennes avec la Sainte Famille à la place de Mahomet ou de David. L’épisode n’apparaissant pas dans les évangiles canoniques et aucune indication n’étant donnée sur la première manifestation de cette légende, je ne pouvais que conclure ma réponse ainsi :

Y a-t-il eu influence des versions juives ou musulmanes et à quelle époque (Croisades, Reconquista) ? Ou bien cette légende remonte-t-elle au temps des premiers apocryphes ? A suivre.

Depuis, si je n’ai toujours pas trouvé quand cette légende est apparue, j’en ai trouvé d’autres applications à quelques saints personnages chrétiens. Si j’en crois le tome 2 du Traité d’Iconographie Chrétienne de Xavier Barbier de Montault (Liberius ; Scribd), Camion, évêque en Afrique, a pour emblème l’araignée, car il fut sauvé de ses persécuteurs par sa toile. Il en est de même pour Félix, prêtre à Nole : une araignée tendit sa toile à l’entrée de la grotte où il s’était caché. Idem pour sainte Teuteria de Vérone.

Cela ressemble bien au schéma connu, sauf que cette fois ce ne sont pas les premiers rôles, mais des seconds couteaux qui nous rejouent l’histoire : un obscur évêque d’Afrique, un prêtre d’origine syrienne actif en Campanie au IIIe siècle et une noble anglo-saxonne du VIIe siècle venue à Vérone pour fuir les assiduités d’un roi païen. Rien de commun entre eux, sauf à imaginer que la légende, venue d’Afrique du Nord, serait remontée à partir du Sud de l’Italie jusqu’à la Vénétie et au Trentin. Hypothèse bien fragile…

Dans le même Traité, l’araignée apparait deux fois dans un autre contexte. Ainsi Conrad, évêque de Constance, a-t-il pour emblème le

calice, dans lequel tomba une araignée pendant qu’il célébrait et qu’il avala avec le précieux sang ; il la rendit ensuite par la bouche.

Norbert, évêque de Magdebourg, fut victime d’une pareille aventure, à ceci près que l’araignée lui sortit par le nez. Avec ces saints des Xe et XIIe  siècles, nous constatons qu’en terre allemande, l’araignée n’est plus salvatrice, mais une impureté à rejeter du corps du prêtre comme du sang du Christ. Curieux retournement.

Que conclure ? Pas grand chose, si ce n’est qu’il faut continuer la collecte des informations sur ce thème pour démêler ce fil d’Ariane.