Archives par mot-clé : Contes

Il était une fois… Analyse juridique des contes de fées

Après les psychanalystes, à la suite de Bruno Bettelheim, d’autres disciplines se sont attaqués aux contes de fées. Vous trouverez ainsi des thèses en sociologie ou en sciences de gestion associant  les contes à la  publicité ou au marketing des marques.

Dans le domaine de l’analyse juridique des contes de fées, Judith Laeverenz avait fait paraître dès 2001 Märchen und Recht : eine Darstellung verschiedener Ansätze zur Erfassung des retchlichen Gehalts der Märchen. Cependant, l’ouvrage collectif  paru récemment chez Dalloz sous le titre Il était une fois… Analyse juridique des contes de fées semble être la première tentative réalisée en France sur cette question. 

Le sommaire en est fort alléchant, comme vous le verrez ci-dessous. Je l’ai enrichi, ici et là de quelques liens. Cette chronique connaîtra sûrement quelques mises à jour, quand j’aurai eu le temps de me plonger un peu plus longuement dans l’ouvrage…

Sommaire

Préface, par Jean-Luc Chartier, avocat à la cour d’appel de Paris
Avant-propos, par Marine Ranouil, maître de conférences à l’École de droit de la Sorbonne et N. Dissaux, professeur à l’Université de Lille
PREMIERE PARTIE. À chacun son droit
Illustration
: Le roi grenouille tend une perle a la princesse, Carte postale illustrant le conte de Grimm, Allemagne, début 20e
Le conte de fées, porteur de mythes universels, par Rémy Cabrillac, professeur à la faculté de droit et de science politique de Montpellier
Méthodologie du conte et de la rhétorique juridique, par Pierre-Yves Gauthier, professeur à l’Université Panthéon-Assas
Illustration : Petit poucet et ses frères dans la forêt, gravure sur bois d’après Gustave Doré, 1867
Savigny et les frères Grimm, par Yves-Edouard Le Bos, maitre de conférences en droit privé à l’Université Paris III – Sorbonne Nouvelle
Illustration : Barbe Bleue, Chromo de Theodore Lix, France, fin du 19e siècle
Engagement et promesses dans les contes de fées, par Luc Grynbaum, professeur à l’Université Paris Descartes
L’inexécution du contrat dans les contes de Perrault, par Romain Loir, maître de conférences en droit privé à l’Université de la Réunion
Illustration : Les musiciens de Brème, conte des frères Grimm, Illustration, Allemagne, vers 1920
L’intérêt de l’enfant dans les contes de fées, par Nicolas Dissaux, professeur à l’Université de Lille
La famille, le droit et les contes du Grand Siècle, par David Deroussin, professeur à l’Université Jean-Moulin (Lyon 3)
Illustration : Tom Pouce, in Contes de Perrault, Éditions Garnier, Paris, fin 19e siècle, lithographie couleur d’après Frederic Theodore Lix (1830-97)
Les choses et la responsabilité extracontractuelle dans les contes de fées, par Aline Vignon-Barrault, professeur à l’Université d’Angers, membre du Centre Jean Bodin
La responsabilité sociétale des entreprises dans les contes de fées, par Virginie Mercier, maître de conférences HDR Marseille Université, directrice de l’Institut de Droit de l’Environnement et du Développement Durable (EA 4224)
Illustration : “Who’s been eating my Porridge?”, Illustration pour Once Upon A Time, the favourite nursery tales (Ernest Nister and E. P. Dutton, c 1890)
Le statut de l’animal dans les contes de fées, par Grégoire Loiseau, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I)
Illustration : Schéhérazade, Paul Emile Detouche (ou Destouches) (1794-1874), huile sur toile
L’adaptation des contes de fées, par Camille Maréchal, maitre de conférences HDR à l’Université d’Angers
Illustration : La Belle et la Bête, de Jean Cocteau avec Jean Marais, 1946, photographie
Pouvoir, arbitraire et libertés dans les contes de fées, par Frédéric Pollaud-Dulian, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I)
La norme dans les contes de fées, par Arnaud Coutant, maître de conférences en droit public à l’Université de Reims Champagne-Ardenne
Illustration : Barbe Bleue : Les frères de l’épouse de Barbe-Bleue galopant vers le château, Gravure par Gustave Doré (1867) illustrant le Conte de Charles
Le temps dans les contes des frères Grimm, par Guilhem Julia, maitre de conférences à l’Université Paris XIII – Paris Sorbonne Cité
Ogres, cannibales et anthropophages, par Louis de Carbonnières de Saint-Brice, professeur à l’Université de Lille
Illustration : La Belle au Bois Dormant : le prince charmant embrasse la princesse pour la réveiller, Illustration pour le conte de Charles Perrault (repris par les Frères Grimm), vers 1900
Le silence dans les contes de fées, par Maud Lagelée Heymann, maître de conférences à l’École de droit de la Sorbonne à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1)
Illustration : George et le Dragon,  in King Albert’s Book, publié en 1914, lithographie couleur de Briton Riviere (1840-1920)L’île dans les contes de fées, par Nicolas Mathey, professeur à l’Université Paris Descartes Sorbonne Paris Cité
SECONDE PARTIE. À chacun son conte
La suite de Cendrillon ou Le Rat et les six Lézards (Guillaume Apollinaire) : un voyage au pays du crime, par Julie Alix et Audrey Darsonville, professeurs à l’Université de Lille 
Illustration : « Micromegas saisit fort adroitement le vaisseau qui portait ces messieurs », in Francois Marie Arouet de Voltaire (1694-1778), Les Contes, gravure par Gérard Vidal (1742-1801) d’après Charles Monnet (1732-p.1808)
Micromegas : Histoire philosophique, ou le droit international contemporain vu de Sirius, par Charlotte Beaucillon, professeur à l’Université de Lille
Illustration : Le Chat botté, Gustave Doré (1832-83), gravure
Le Chat botté, par Frédéric Bicheron, professeur à l’Université Paris-Est Créteil (UPEC)
Illustration : Peau d’Ane, Peau d’Ane de Jacques Demy avec Catherine Deneuve, 1970 
 Peau d’âne. Ou il était une fois le droit, par Muriel Fabre Magnan, professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1)
Illustration : La Belle au Bois Dormant : le prince charmant embrasse la princesse pour la réveiller, Illustration pour le conte de Charles Perrault (repris par les Frères Grimm), vers 1900
La Belle au bois dormant, par Julia Heinich, professeur à l’Université de Bourgogne
Histoire de Blondine, de Bonne-Biche et de Beau-Minon (La Comtesse de Ségur), par Pierre Lemay, maître de conférences à l’Université de Lille
Illustration : La Petite Sirène : La Petite Sirène épiant le prince, Illustration d’après le conte de Hans Christian Andersen, Carte postale autrichienne, vers 1907
La Petite Sirène (Andersen, 1837), par Arnaud Montas, maître de conférences à l’Université de Brest
Illustration : Le Petit Chaperon Rouge (conte de Perrault, Grimm) : le Petit Chaperon Rouge avec son panier, et le loup dans la forêt, Illustration par Jessie Willcox Smith, 1911 ( Little Red Riding Hood, Jessie Willcox Smith 1911)
Les dissimulations constitutives d’un dol dès le conte du petit chaperon rouge, par Véronique Nicolas, professeur à l’Université de Nantes
Moi, Martin, ours à cinq pattes. Lettre à mes juges, par François Ost, Université Saint-Louis, Bruxelles
Illustration : La petite fille aux allumettes, École anglaise, 19e siècle
Retour vers « le degré zéro du droit » après une lecture de La Petite Fille aux allumettes de Hans-Christian Andersen, par Emmanuel Putman, professeur à l’Université d’Aix-Marseille
Illustration : Cendrillon, Dessin animé Cendrillon (Cinderella), 1950 (Walt Disney)
Cendrillon, par Marine Ranouil, maître de conférences à l’École de droit de la Sorbonne
Illustration : Blanche Neige et les sept nains. Carte postale, Allemagne, 19e siècle, illustration de Otto Kubel (1868-1951)
« Siffler en travaillant ». Variations sur un malentendu, par Pierre-Yves Verkindt, professeur à l’École de droit de la Sorbonne

Siffler en travaillant, chanson du film Blanche Neige et les Sept Nains

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La phonothèque de la MMSH et la classification Aarne-Thompson

Dernièremment, je vous ai brièvement présenté la phonothèque de la MMSH. Pour indexer les quelque 200 contes conservés dans ses archives sonores, elle utilise la classification Aarne-Thompson que je vous avais présentée voici plus de huit-ans.

Je vous invite à lire sur ce sujet les deux articles suivants, extraits des Carnets de la Phonothèque :

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bibliographie concernant Mélusine

Je reprend ici pour l’essentiel la bibliographie figurant sur le site de la Société de mythologie française. J’ai simplement adopté pour les études un ordre alphabétique par auteurs et ajouté quelques références et des liens vers le texte intégral quand j’en ai trouvés.

Pour mettre à jour cette bibliographie, je vous invite à consulter le SUDOC ou le catalogue de la BNF qui signalent de nombreux  ouvrages sur Mélusine.
Continuer la lecture de Bibliographie concernant Mélusine

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La légende de Mélusine et l’Alsace par Louis Stouff

Je vous propose ici un article extrait de la Revue d’Alsace :

Louis Stouff. « La légende de Mélusine et l’Alsace », Revue d’Alsace, tome 74 (1927), p. 1-15, 145-155, 250-263, 354-352.

Continuer la lecture de La légende de Mélusine et l’Alsace par Louis Stouff

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

A l’occasion d’une édition critique numérique de Barbe bleue

Voici un message concernant une merveille du fonds ancien de la BU Lettres de Tours :

Publication de l’édition critique numérique de l’album Barbe bleue/Bluebeard de l’illustrateur Walter Crane par François Fièvrebarbe bleue.png

Découvrez l’album Barbe bleue de Walter Crane en ligne, augmenté par François Fièvre (projet soutenu par la MSH Val-de-Loire).
Cette édition offre un véritable examen critique des images et du texte, mis en valeur par les fonctionnalités du numérique : la souris mettant en surbrillance les élements analysés de l’ouvrage avec le commentaire en regard.
L’ouvrage acquis par le SCD de l’université François-Rabelais a été numérisé par le CESR.

En complément et à titre de curiosité, je vous propose les quelques  liens suivants: Continuer la lecture de A l’occasion d’une édition critique numérique de Barbe bleue

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Kalila et Dimna : quand les chacals enseignent aux hommes

KalilaDimnaUne exposition sur les fables de Kalila et Dimna vient de se terminer à l’Institut du monde arabe. Je n’ai pas eu l’occasion de la visiter, mais cela m’a incité à m’informer un peu sur ces fables persanes.

Rédigé entre la fin du VIe et le milieu du VIIIe en pehlvî puis en arabe, le  Livre de Kalîla et Dimna (en arabe Kalîla wa Dimna), du nom des deux chacals protagonistes du premier conte, est la version arabo-persane d’un recueil indien écrit en sanskrit, le Pañchatantra.

Continuer la lecture de Kalila et Dimna : quand les chacals enseignent aux hommes

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La Belle et la Bête

Paru d’abord en 1740 dans un recueil de contes de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve, La Jeune Américaine et les contes marins, ce conte n’a connu la célébrité que lorsqu’il fut abrégé par Jeanne-Marie Leprince de Beaumont dans son Magasin des enfants en 1756, laquelle a supprimé notamment toute la seconde partie où Madame de Villeneuve relatait la querelle des fées expliquant l’origine royale de la Belle. Cette dernière version servira de base à la plupart des adaptations ultérieures.

Edition du Cabinet des fées disponible sur Gallica.

Paul Remy. « Une version méconnue de « La Belle et la Bête » ». Revue belge de philologie et d’histoire, t. 35 n° 1 (1957), p. 5‑18, en ligne dans Persée.

Madame de Villeneuve, La Jeune Américaine et les contes marins (La Belle et la Bête), Les Belles Solitaires – Madame Leprince de Beaumont, Magasin des enfants (La Belle et la Bête), édition critique établie par Elisa Biancardi, « Bibliothèque des Génies et des Fées, vol. 15 », Paris, Honoré Champion, 2008, 1636 p.

Compte-rendu de l’ouvrage : Anne Defrance. « Madame de Villeneuve, La Jeune Américaine et les contes marins (La Belle et la Bête), Les Belles Solitaires – Madame Leprince de Beaumont, Magasin des enfants (La Belle et la Bête), édition critique établie par Elisa Biancardi, « Bibliothèque des Génies et des Fées, vol. 15 », Paris, Honoré Champion, 2008, 1636 p. » Féeries. Études sur le conte merveilleux, XVIIe-XIXe siècle, n° 6 (2009): p. 255‑258, en ligne dans Revues.org.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La mouche et l’araignée

Vous rappelez-vous de mes deux chroniques sur l’araignée salvatrice ? A l’époque, je m’interrogeais pour savoir laquelle des deux versions, juive et musulmane, était antérieure à l’autre, tout en constatant la diffusion de ce thème dans le monde chrétien. J’en concluais à des origines communes issue d’un vieux fonds méditerranéen.

Or voici que les remarques d’un lecteur (Petit Renard) ont attiré mon attention sur l’existence de ce thème en Afrique. Voici ce qu’il m’a écrit :

En Afrique nous avons un récit semblable, “Nanga poursuivit par les musulmans,se réfugia dans une grotte et une araignée tissa une toile à l’entrée de la grotte, sauvant ainsi la vie de Nanga”

Comme je lui demande où, précisément sur le continent africain, il me répond :

Ce récit, vous le retrouvez au Cameroun, mais ce sont en réalité toutes les mêmes croyances dans l’Afrique ancienne en générale elles ont toute pour origine les pays de Cush (Nubie, Egypte ancienne etc…)

Et effectivement, quand je fais une recherche sur ce thème, je tombe sur ce conte érythréen :

« Maman, je déteste les araignées et les mouches » dit le prince.
La reine répondit avec sagesse « Il y a une raison pour tout ce que le Bon Dieu a fait. »
Bien qu’il sache que sa mère était une sage femme, il doutait de ses paroles pour le moment. Apres tout, quelle raison d’être pouvait avoir chacune de ces créatures ennuyeuses ? Il continua avec sa journée sans y plus penser.
Un mois passa et quelque chose de très horrible arriva. Il y avait une rébellion dans le royaume et la famille du roi fut tuée. Le seul à survivre fut le jeune prince. Il savait que ses ennemis n’étaient pas loin de lui et qu’ils ne le laisseraient jamais s’échapper. Laisser le prince en vie signifiait qu’il pourrait toujours un jour monter une armée pour reprendre le trône du roi et régner sur le pays.
Il décida d’aller vivre chez un oncle qui vivait loin d’ici. Il ne voyageait que de nuit et par la campagne afin de ne pas être vu. Mais il se rendit vite compte qu’ils n’étaient pas loin derrière. Si seulement il pouvait tenir un jour de plus de voyage, il pourrait arriver à la sûreté de la maison de son oncle.
Le dernier jour, il arriva à un espace ouvert avec un petit bassin d’eau où il pût se reposer et boire. Ces longs jours de voyage l’avaient rendu très fatigué. Très bientôt il s’endormit confortablement contre un arbre.
Quelques heures passèrent et une mouche se posa sur son visage. Il la fit partir, mais elle revenait sans arrêt. Finalement, dérangé par la mouche, il ouvrit les yeux et vit ses ennemis qui approchaient dans la distance. Il dormait si bien qu’il ne les avait pas entendu venir.
Il se leva d’un bond et fit son chemin à travers les collines aussi vite qu’il le pouvait. Il y avait beaucoup de cavernes dans ces collines, il en choisit une et y entra. Il alla au plus profond de la caverne et se cacha du mieux qu’il pût. Le temps passa et il entendit ses ennemis parler en dehors de la grotte.
L’un dit à l’autre d’une voix forte et coléreuse : «Ce n’est pas la peine d’explorer celle-ci, ne vois-tu pas qu’il y a une toile d’araignée ? Il n’aurait pas pu entrer sans endommager la toile et tu peux voir qu’elle est intacte ! Partons et allons vérifier la caverne suivante. » Sur ce, ils partirent vérifier les autres cavernes.
Ce qu’il se passa est qu’alors qu’il entrait dans la caverne, une énorme araignée était venue pour tisser sa toile à l’entrée de la caverne. Du fait qu’elle était si grosse, cela lui pris peu de temps pour avoir une grande toile qui couvrait la plupart des petites ouvertures.
Alors que le prince arrivait sain et sauf le lendemain matin à la maison de son oncle, il se rappela les paroles sages de sa mère. Il pleura en se souvenant ce qu’elle lui disait chaque fois qu’il se plaignait quand il était petit au sujet des mouches et des araignées qu’il détestait :
« Mon cher fils, il y a une raison pour chaque créature que le bon dieu créa… même les mouches et les araignées. »

Plusieurs remarques :

  1. Remplacez le prince par David, la mère par Dieu, les ennemis par les soldats de Saul, et vous avez la version juive de l’histoire. Curieux, non ?
  2. Ce conte serait érythréen, ce qui nous rapproche du pays de Kousch évoqué par Petit Renard. Mais cela nous rapproche aussi de la péninsule arabique…
  3. Se pose la question de la date de l’apparition de ce conte. Est-il « immémorial » ou faut-il l’associer à la pénétration musulmane dans ce continent au cours du Moyen-Age et des Temps Modernes ? Et comment le savoir, s’il relève de la tradition orale, comme nous l’avons vu précédemment à propos du conte des trois langues ?

Bref, une fois de plus, pas de réponse définitive, mais j’ai plutôt l’impression que le mystère s’épaissit…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le conte de Cendrillon chez les Chams et autres contes du Cambodge collectés par Adhémard Leclère

Adhémard Leclère est surtout connu pour sa contribution à la connaissance de la société khmère, qu’il côtoya pendant plus d’une vingtaine d’années de 1886 à 1910, comme administrateur colonial.

Il a notamment collecté des contes et légendes de la littérature orale du pays qui furent publiés entre 1898 et 1912 dans la Revue des Traditions Populaires et que l’AEFEK offre à la lecture de ses internautes. Le premier est un conte de Centrillon chez les Chams paru en décembre 1898.

En 1895, dans Cambodge, contes et légendes, Leclère avait déjà donné un conte cambodgien sur le même thème, mis en parallèle avec la version annamite que M. Landes avait publié dans le fascicule daté de mars-avril 1885 des Excursions et reconnaissances de Saïgon.

Voir aussi ma chronique du 20 août 2014 sur le Cambodge dans le fonds Adhémard Leclère de la bibliothèque d’Alençon.

Plus d’informatin sur Adhémard Leclère :

Grégory Mikaelian, Un partageux au Cambodge : biographie d’Adhémard Leclère suivie de l’inventaire du Fonds Adhémard Leclère, Paris, Association Péninsule, Les Cahiers de Péninsule n°12, 2011, 474 p. Présentation de l’ouvrage : Etudes coloniales, 14 juin 2011 ; Bulletin de l’AEFEK, n° 18, janvier 2012.

Ma chronique du 20 août 2014 sur le Cambodge dans le fonds Adhémard Leclère de la bibliothèque d’Alençon.

(Dernière modification : 20 août 2014)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts