Archives par mot-clé : Corée

Manucrits coréens, politique étrangère et fait du prince

L’origine de ces manuscrits et les circonstances de leur venue en France

L’article du colonel (ER) Jacques Vernet « L’affaire de Kwang-Hwa (septembre-octobre 1866) » sur l’expédition de l’amiral Roze, paru initialement dans la Revue historique des armées, n°230, 2003 (cf . blog du Souvenir Français de Chine).

L’article de Wikipédia sur cette même expédition.

La décision du président Sarkozy et ses prémisses

L’article de Vincent Noce, « Par retour de Corée » (Libération, 18 novembre 2010) rend compte non seulement de la décision de l’actuel président de la République, mais aussi de toutes les péripéties antérieures, à commencer par le voyage en Corée de François Mitterand en 1993 : un manuscrit avait alors été restitué par décision unilatérale du président… Un précédent qui pèse lourd.

Les réactions  

 Le point de vue favorable de Jack Lang et de deux présidents d’universités, Vincent Berger et Jean-Loup Salzmann, qui saluent dans la restitution des manuscrits royaux coréens, un geste historique (Le Monde, 18 novembre 2010). A noter : une Association pour la réunification en Corée du Sud du Fonds documentaire des protocoles royaux de la dynastie Joseon, dont Vincent Berger est le président, a été créée fort opportunément le 21 avril.2010 (cf. Journal officiel. Association, 15 mai 2010).  

Les inquiétudes sur la fin de l’inaliénabilité exprimées par Didier Rykner (La tribune des arts, 18 novembre 2010)

La réaction de l’ancien médiateur entre la France et la Corée, Jacques Sallois, estimant que les trésors culturels doivent échapper au marchandage commercial (Libération, 21 novembre 2010)

La déclaration de personnels de la BnF :

En marge du sommet du G20 de Séoul, le Président de la République a annoncé le retour en Corée de 297 manuscrits coréens conservés par la Bibliothèque nationale de France depuis 1867. Il faut rappeler qu’il existe en Corée d’autres copies de la plupart d’entre eux.
– Cette décision a été prise contre l’avis de la Bibliothèque et contre l’avis du Ministère de la culture qui depuis des années ont toujours plaidé pour des solutions avec réciprocité ou contrepartie (échange, prêt croisé ou par rotation, prêt par sous-ensembles…). Ils sont aujourd’hui désavoués.
– Cette décision prive la Bibliothèque nationale de France d’un ensemble remarquable de documents qu’elle s’est attachée à conserver, restaurer, inventorier, pour les mettre à la disposition des chercheurs comme elle le fait pour les très nombreux fonds étrangers qu’elle a collectés depuis le 16ème siècle, témoignant ainsi de sa grande considération pour le patrimoine des cultures étrangères et de son désir de le mettre au service de tous.
– Sous un habillage de prêt renouvelable tous les cinq ans, cette décision vaut restitution de fait, en contradiction avec le droit, qui ne permettra au mieux que des retours épisodiques des œuvres en France et ne manquera pas de conforter, voire de susciter, des revendications de restitution que certains pays présentent de façon toujours plus soutenue aux archives musées et bibliothèques partout dans le monde.
– Cette décision manifeste la subordination croissante et préoccupante des politiques patrimoniales et du droit – au risque de remettre en cause l’inaliénabilité des collections publiques – à des considérations politiques, économiques ou géostratégiques.

La déclaration de personnels de la BnF au sujet des manuscrits coréens a été implantée en français et en anglais sur le site www.jesigne.fr sous les liens suivants :

Vous avez la possibilité de signer cette motion, en indiquant si vous le souhaitez vos fonctions, organismes et institutions dans la case Commentaire.

http://www.jesigne.fr/declaration-personnels-bnf-sur-manuscrits-coreens

http://www.jesigne.fr/declaration-of-bnf-staff-about-korean-manuscripts

Cependant, des doutes apparaissent au sein de la profession sur l’impérieuse nécessité de signer ou non la déclaration des personnels de la BnF. Ils peuvent se résumer ainsi :

« Il existe trois bonnes raisons de s’opposer à la décision présidentielle : défendre l’inaliénabilité des collections nationales, refuser le fait du prince,le président de la République n’ayant aucune légitimité pour prendre seul  ce type de décision, et s’opposer à l’instrumentalisation du patrimoine à des fins politiques et commerciales. Oui, mais ne peut-ton pas s’interroger sur la légitimité de la présence de ces manuscrits à la BnF ? N’y sont-ils pas entrés à la suite d’un pillage, comme du reste maintes collections patrimoniales ? La Corée, qui n’est pas, loin s’en faut, un pays arriéré, ne pourrait-elle fort bien assurer leur conservation ?… » 

Alors, que faire, dirait Vladimir ? Ce n’est pas ici que je vous donnerai une réponse, qui de toute façon ne vaudrait que pour moi.

Faut-il ajouter que ces manuscrits ont été numérisés et sont accessibles sur Gallica ?

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts