Archives par mot-clé : Décroissance

Effondrement et bande dessinée : le cas de Simon du Fleuve

Après l’apocalypse dans la bande dessinée

Le site Bédéthèque propose de nombreux thèmes. Celui intitulé Après l’apocalypse présente près de 200 séries de bandes-dessinées – les classiques Jérémiah, Neige, Le Tranceperceneige, et d’autres moins connues – dont les histoires se déroulent après l’effondrement de notre monde, que celui-ci soit dû à l’apocalypse nucléaire, à l’épuisement des ressources, au dérèglement climatique, au chaos politique et j’en passe…

Continuer la lecture de Effondrement et bande dessinée : le cas de Simon du Fleuve

Les naturiens, précurseurs de la décroissance et du végétalisme

On pourra perpétuellement décapiter des rois, déposer des empereurs, éventrer des présidents de la République, la situation restera la même tant qu’il y aura des mines, des usines et des chantiers. Tant que l’artificiel établi pendant des siècles d’esclavage sera considéré comme base de système de vie, il y aura exploitation de l’homme par l’homme, il y aura spoliation, sans parler de la dégradation toujours continue et aggravée de la Nature.

Émile Gravelle

J’ai trouvé la citation ci-dessus dans un article fort intéressant du blog de Gallica consacré à un éphémère mensuel de la fin du XIXe, Le Naturien. Lancé en mars 1898 par l’anarchiste individualiste Émile Gravelle, il fait suite à La Nouvelle humanité que ce dernier avait fondé en 1894 Henri Zisly et Henri Beylie. Issus de l’anarchie, les naturiens développent une critique de la modernité industrielle qui conserve encore aujourd’hui toute sa pertinence prophétique et fait d’eux les précurseurs de l’écologie radicale et de la décroissance, ainsi que du végétalisme développé chez les néo-naturiens des années 1920, comme Louis Rimbaud, notamment dans les revues Le Néo-Naturien (1922-1927) fondé par Henry Le Fèvre et Le Végétalien (1924-1929) de Georges Butaud et Sophie Zaïkowska.

Continuer la lecture de Les naturiens, précurseurs de la décroissance et du végétalisme

Décroissance : quelques références

En découvrant un article de Laurent Vladic. « Dix bonnes raisons d’être décroissant » sur le site Le Comptoir, j’ai souhaité revenir sur ce sujet que j’avais brièvement abordé voici quelques années. Comme d’habitude, des mises à jour seront sans doute souhaitables…

A voir et à écouter

Dans l’extrait suivant du Buzz décroissant, documentaire de Marc Chinal, Bruno Clémentin explique quoi  faire pour être décroissant. Il est lui-même administrateur de La décroissance, mensuel du collectif  Casseurs de pub. Continuer la lecture de Décroissance : quelques références

Mon vieux François de Lawrence Lepage

Tu sais mon vieux François,
la ville n’est pas pour moé
Retournons dans notre île,
emmène moi avec toi
icitte ya trop de machines
ça sent le refermé
et pis bonté divine
on voit pas nos journées   […]

Un chanson de Lawrence Lepage.

Et grand merci à Eliane Daphy de m’avoir fait découvrir cette chanson sur son blog