Archives par mot-clé : Détournement

In girum imus nocte et consumimur igni, Guy Debord et l’Internationale situationniste

(Dernière mise à jour :11 mars 2019)

Une rareté : un film de Debord projeté à l’université de Tours

Jeudi dernier était projeté à l’université François-Rabelais In girum imus nocte et consumimur igni. film de Guy Debord, dont le titre palindrome est emprunté à un vers de l’Enéide.  Cela se passait dans le cadre de la résidence de Marc-Antoine Mathieu à Tours en relation avec son atelier sur le détournement d’images. Continuer la lecture de In girum imus nocte et consumimur igni, Guy Debord et l’Internationale situationniste

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bandes-dessinées détournées (2) Substitutions

Dans “Un premier bouquet de contraintes” (Oubapo Oupus 1, 1997), Thierry Groensteen indique, parmi les contraintes transformatrices, la substitution qui peut être soit verbale, soit iconique, ou encore complète, en “double aveugle”. Je ne m’arrêterai pas à ce dernier type, qui nécessite trois intervenants et m’intéresserai aux deux premiers……


Substitution iconique

Principe : garder les textes d’origine et changer les dessins.

Thierry Groensteen donne l’exemple de deux planches de François Schuiten parues en1983 dans le numéro hors série de (A Suivre) en hommage à Hergé. Les dessins évoquent un panorama urbain avant de pénétrer par la fenêtre d’une pièce où un enfant est plongé dans la lecture de L’Etoile mystérieuse. Or le texte d’un dialogue entre Tintin et l’astronome Calys extrait de cet album et annonçant la fin du monde accompagne les dessins de Schuiten, telles deux voix off. Le mouvement des planches nous mène à l’enfant absorbé dans sa lecture :

… nous “écoutions” donc résonner en lui les phrases les plus frappantes de cette scène mémorable, avant qu’il ne nous apparaisse. Dans la dernière vignette, placés derrière son épaule, nous découvrons les images qu’il contemple, entrant ainsi complètement en phase avec le cours de sa lecture. Ces deux pages constituent un hommage émouvant, où la mort d’un auteur inlassablement fréquenté depuis l’âge tendre, est, par le biais d’un adieu à l’enfance, assimilée à la fin d’un certain monde.

En cherchant d’autres exemples, je me suis poser la question suivante : peut-on considérer comme une substitution iconique la reprise d’un album déjà paru avec un autre dessinateur ? Un exemple : les deux pages planches de Chlorophylle contre les rats noirs redessinées par Andreas parues dans parues dans Le Journal de Tintin no 316 en 1981 (NB : l’une d’elles figure dans l’article de Pascal Lefèvre, traduit par… Thierry Groensteen : “Pour une approche sensuelle de la bande dessinée, paru en 1997 dans le n° 2 de 9e Art). Le style et l’atmosphère sont radicalement différents de ceux de l’album de Raymond Macherot. Cependant, je pense que nous avons ici affaire à une sorte de remake, une réinterprétation graphique, plutôt qu’à une substitution iconique proprement dite.


Substitution verbale

Principe : garder la planche et changer les textes.

Cette pratique remonte au moins aux années 1960, avec les créations des situationnistes. Voici ce qu’écrit sur le sujet Thomas Genty dans La critique situationniste ou la praxis du dépassement de l’art (cf. The Situatonist Internationale ou Infokiosques).

La pratique révolutionnaire de la poésie, c’est entre autres le détournement actif du langage. René Viénet ne manque pas d’idées pour le réaliser efficacement : plusieurs mois avant l’explosion de 1968, il propose (et exécute) l’expérimentation du détournement des romans-photos, des photos dites pornographiques et de toutes les affiches publicitaires (par l’emploi de phylactères subversifs). S’inspirant des guérilleros argentins qui avaient investi le poste de commande d’un journal lumineux (en plein air) pour y lancer leurs propres messages et slogans, Viénet vante la promotion de la guérilla dans les mass media et le piratage de ces derniers de manière générale (tout en se référant plus à la propagande par le fait des anarchistes qu’à la guérilla urbaine clandestine de différents groupuscules sud-américains). Viénet lance également l’idée de mise au point de comics situationnistes (déjà réalisée à Strasbourg), les bandes dessinées étant à ce moment la forme de “littérature” la plus populaire, et relance l’idée de la réalisation de films situationnistes (ou plutôt d’usage situationniste du cinéma). Ce sont ces deux dernières propositions que nous allons maintenant étudier.

Le détournement de comics (petites bandes dessinées américaines, pour la plupart) par les situationnistes commence en 1964 en Espagne, sous forme de tracts clandestins (il s’agit en l’occurrence de photos érotiques détournées par des bulles aux messages défiant à la fois la censure politique du régime franquiste et la censure morale des curés). La même année, le même style de détournement provocateur est utilisé dans des tracts distribués lors de manifestations diverses au Danemark. C’est à Strasbourg, en octobre 1966, que Le retour de la colonne Durruti, comics par détournement d’André Bertrand, met le feu aux poudres dans l’Université juste avant la distribution du pamphlet situationniste De la misère en milieu étudiant…. Aussi radicale que ce dernier, la bande dessinée strasbourgeoise en cite quelques passages et annonce l’extension de la critique de l’Université à la révolte contre la société tout entière. Constituée de détournements divers et variés, cette bande dessinée forme un tout sans qu’aucune image ou presque (en tant que représentation picturale) n’ait de rapport direct l’une avec l’autre : dessin du cheval de Troie, photos issues de la revue Positif, de scènes de vie quotidienne d’enfants, de western, gravures anciennes et peinture de la Renaissance, une photo de brosses à dents et une de Ravachol, toutes ces illustrations ont des “choses à dire”. Le retour de la Colonne Durruti, iconoclaste, offense étudiants et hiérarchie de l’Université de Strasbourg, et pas seulement puisque le tract-B.D. sera distribué par la suite dans plusieurs autres Universités de France.

Quelques réalisations sont visibles sur les sites Les inventeurs d’incroyances (voir aussi ici) Rocbo ou de la librairie Lecointre Drouet. Cet héritage est toujours vivant avec par exemple “Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre“, substitution verbale à partir d’un extrait de Corto Maltese, dans Ne sauvons pas le monde qui nous broie ! : manifeste pour une désobéissance générale (Le Passager clandestin, 2009).

L’OuBaPo reprend le procédé hors de toutes références au militantisme politique. S’y illustre notamment François Ayroles qui greffe un texte extrait de laTraumdeutung de Freud dans une planche de Little Nemo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.42-43), place un  dialogue de Platon dans Placid et Muzo font du judo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.4) ou détourne des planches d’un vieux Michel Vaillant, Le 13 est au départ, avec un dialogue sur l’ontologie de la bande dessinée où les personnages se moquent des artifices utilisés par Jean Graton, créateur de Michel Vaillant, pour faire avancer la narration (Oupus 2 de l’OuBaPo, p.43-49).

Hors de l’OuBaPo officiel, les dimanches oubapiens de Phylacterium suivent le même principe avec des textes de romans ou de bandes dessinées placés dans les phylactères de la planche d’un autre auteur.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bandes-dessinées détournées (1) Pastiches

(Dernière mise-à-jour : 6 janvier 2012)

Pastiches et pornographie

Le pastiche de bande-dessinée consiste  à imiter le style et/ou à reprendre les personnages d’une bande-dessinée. Beaucoup sont nettement pornographiques, dans la tradition des  Tijuana bible ou dirty comics, ces parodies sexuelles en huit pages produites aux États-Unis entre les années 1920 et les années 1950. Vous trouverez plus d’informations à leur sujet dans Wikipedia et dans le numéro hors-série de Beaux-arts, Un siècle de BD américaine.

Dans les années 1970 par les Air Pirates Funnies underground reprennent le flambeau :

The Air Pirates était un petit groupe de dessinateurs underground basé à San Fransico (composé de Dan O’Neill, Ted Richards, Bobby London et Gary Hallgren) qui réalisèrent au début des années 70 plusieurs comic books parodiant les histoires et personnages de l’univers Disney. Sexe, défonce et drogues diverses étaient au programme des Air Pirates Funnies qui, comme d’autres bandes dessinées de l’époque surfant sur ces thèmes connurent un beau succès. Mais ces pirates de l’air sont surtout connus pour avoir été poursuivis en justice en 1972 par les productions Disney qui les accusaient de violer marques déposées et copyright.
Ne voulant pas baisser leur crayon, les dessinateurs tentèrent leur chance devant la justice. Et en 1980, après des années de batailles juridiques, Disney accepta finalement de lâcher l’affaire en échange de quoi les “Pirates” s’engeagaient à ne plus recommencer. Le temps des frasques du comics underground était déjà bien loin…

Extait de Vroom tchac zowie

Pour  l’école franco-belge, Roger Brunel s’est particulièrement illustré en la matière depuis 1978 (cf. Wikipedia et BD Gest’), de sorte qu’une recherche dans Google “pastiches bd” retombe invariablement sur lui parmi, aux dépens d’autres auteurs comme Jaap de Boer et Joop Van Linden, dont Nathalie la petite hôtesse démarque l’héroïne de François Walthéry (cf. le site finlandais Kraivudkomiks).

 

Les pastiches de Tintin

Cependant, tous les pastiches en bande-dessinée ne sont pas fatalement marqués par le sexe et la grivoiserie. Voyez le cas de Tintin qui a fait l’objet de nombreuses imitations et éditions pirates ou apocryphes. Plusieurs sources existent sur ce thème :

Un article de Wikipedia.

Deux sites spécialement consacrés : Tintin pirates et Tintin est vivant.

Des listes de titres réalisées par BD Gest’, Objectif Tintin, Frédéric Grolleau ou le Forum des Tintinophiles.

Ces bandes-dessinées peuvent être classées en trois catégories principales :

Les classiques pastiches pornos : Tintin en Suisse, Tientien en Bordelie de l’inévitable Brunel et j’en passe…

Les pastiches plutôt fidèles à l’univers d’Hergé

notamment ceux d’Yves Rodier (cf. Wikipedia), auteur entre autres d’une des trois version de l’Alph-art achevées sans Hergé (cf. Tintin est vivant ; Tintin pirates ; Les Septembriseurs), d’un sympathique Tintin et le lac de la Sorcière, visible sur L’univers tintinophile, ou de Tintin reporter pigiste au XXème, téléchargeable sur Fichier PDF

Objectif Monde de Savard, commenté sur Tintin vivant

Les pamphlets idéologiques, catégorie très riche et hétérogène par ses influences :

Extrême droite : le dossier de Tintin est vivant

Extrême-gauche  : Tintin révolutionnaire

Décroissance : Les aventures de Pinpin. La fin de l’or noir, initialement paru en cahier central du numéro de La décroissance de novembre/décembre 2005, repris dans Casseurs de pub en BD, commenté dans Tintin pirates et visible partiellement sur  Econologie

Critique de la société télévisuelle : Tintin dans Loft Story ; Qui veut des bonbons sur le site Parodies

Opposition à la politique occidentale dans le monde arabe : le dossier de Tintin est vivant

Racisme / antiracisme : voir une bande dessinée sud-africaine reprenant un passage de Tintin au Congo visible sur Kraivud komiks

 

Et les autres ?

Par rapport à Tintin, les autres héros de bande-dessinée semblent n’avoir fait l’objet que d’un nombre limité de pastiches. Il s’agit alors surtout de pastiches pornos, sur lesquels je préfère ne pas insister.

Cependant, si je cherche un peu des pastiches d’un autre genre, je déniche

un Léonard révolutionnaire (le lien semble être brisé)

les pastiches des belles histoires de l’Oncle Paul répertoriés sur Tout Spirou

dans la série de Turf, La Nef des fous, les Schloumpfs, créatures agressives et anthropophages, pastichent les paisibles Schtroumpfs  de Peyo

des pastiches de Lucky Luke : Banlieue ouest, une aventue de Rocky Luke ; Unlucky Luke, de Roba et Tillieux dans Spirou, n° 2996

des pastiches de Spirou : Pirates, un pastiche de Spirou, partiellement visible sur Spirates (le lien semble être brisé) ; L’Accélérateur atomique, dans la série des formidables aventures de Lapinot, par Trondheim ; dans l’album Blondin et Cirage découvrent les Soucoupes volantes de Jijé, le Marsupilami africain (Marsupilamus Africanus), animal pastichant le Marsupilami créé peu de temps auparavant par Franquin (cf. Wikipedia)…

J’arrête là cet inventaire à la Prévert que je vous laisse compléter…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Détournements d’images

J’ai vu l’été dernier à Arbois une exposition de Plonk et replonk, artistes helvétiques spécialistes détournement d’images, notamment à travers de vieilles cartes postales et leur blog Zbrablog Hevetus IV. J’avais pris connaissance de leurs travaux dans Le Tigre. Cette excellente revue entrée récemment en hibernation provisoire (?), proposait entre autres choses fort intéressantes, ce type d’illustrations décalées comme l’étiqueteuse à poisson

Ceci pour dire que j’étais plutôt sensibilisé au sujet avant que l’atelier de Marc-Antoine Mathieu à l’université de Tours (voir chronique précédente) ne me donne envie de  vous proposer quelques liens sur ce thème. J’en connaissais déjà certains et j’ai glané les autres à la suite de la conférence inaugurale du 4 octobre dernier. Il ne peut s’agir que d’une ébauche, tant le domaine est vaste.

Un domaine protéiforme

Ce qui concerne le détournement et la manipulation d’images est très présent sur Internet à l’heure où Photoshop et autres logiciels font de chacun d’entre nous un créateur potentiel.qui devra être complétée. En fait, aujourd’hui tout artiste plasticien détourne les images, d’une manière ou d’une autre, détourne, manipule, utilise des images préexistantes pour en tirer du neuf.

Colagene, clinique d’illustration témoigne de cette réalité. Cette agence propose les réalisations de plusieurs artistes et une rapide exploration du site montre l’importance des procédés de manipulation d’image ; collage vintage ou moderne ; photomontage ; mix media ; numérique

Une forme de résistance ?

Le détournement  d’images est parfois une forme de résistance volontariste et virulente

  • à un régime politique, comme le nazisme visé par John Heartfield dans ses photomontages contre Hitler ;
  • à une société prise dans sa globalité, telle la France gaullienne et pompidolienne moquée par le professeur Choron au temps d’Hara Kiri ou par les situationnistes, véritables spécialistes en la matière (mise à jour du 17 décembre 2010) ;
  • à un aspect particulier du monde moderne, par exemple avec la lutte anti-pub des  Adbusters.

Même sous sa forme ludique et/ou onirique, il s’agit souvent d’une forme de refus de la pesanteur du réel. Cependant il est facilement récupéré par la logique économique, notamment publicitaire (cf. exemples glanés sur Colagene).

Le collage

Le grand procédé du détournement d’images reste le collage, hérité des pratiques surréalistes. Parmi les précurseurs figurent Max Ernst avec notamment Une semaine de bonté (cf. livre ; exposition au musée d’Orsay) et Jacques Prévert (cf.collages visibles ici et , ailleurs et plus loin).

Aujourd’hui, les collages de Philippe Lemaire dans la Nouvelle revue moderne se situent dans la lignée de Max Ernst. Cependant le collage est très présent sur la Toile et les sites de Michelle Caplan, Alejandro ChavettaJean David, Scot Hacker, Eva Lake, Jean-Jacques Lebon, Winston Smith en montrent la grande variété et richesse artistique.

Parmi tant de ressources possibles, outre celles déjà citées, j’en retiendrai encore deux, réalisées par des artistes, où vous pourrez trouver des réalisations originales et des liens.

Le détournement des icônes de la culture populaire

Une des cibles privilégiées du détournement d’images sont les icônes de la culture populaire, qu’il s’agisse

Les deux derniers exemples touchent à la bande-dessinée. Il faut dire que ce média est particulièrement touché par le détournement. J’y reviendrai ultérieurement…

Mise à jour du 27 octobre 2010 : Bandes dessinées détournées (1) Pastiches

Mise à jour du 17 décembre 2010 : Bandes dessinées détournées (2) Substitutions

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts