Archives par mot-clé : Ecologie

Écologie ou écologisme : du flou dans les termes…

Écologie et écologisme sont deux termes souvent employés l’un pour l’autre, mais qui recouvrent pourtant chacun plusieurs sens bien différents variant en plus selon les auteurs. Pour tenter d’y voir (un peu) plus clair, voici quelques références, sur la question.

Écologie et écologisme, un article de Wikipédia.

Fabrice Flipo, « Qu’est-ce que l’écologisme ? »Socio-logos, n° 12, 2017.

Jean-Dominique et Philippe Lebreton. « Ecologie et Ecologisme : une frontière poreuse ? », SFE², 15 février 2019.

Jean Baechler. Écologie ou écologisme ? Raison et pertinence des politiques environnementales. Paris : Hermann, 2020. Présentation.

  • Cet ouvrage, fort intéressant par ailleurs dans son analyse approfondie des ressorts de l’écologisme, est aussi un réquisitoire contre un certain écologisme radical. Cependant, sans ce dernier, y aurait-il eu prise de conscience de la crise écologique actuelle ?

Le réchauffement climatique : contexte et constat

Histoire du climat

Le réchauffement ou changement climatique actuel s’inscrit dans une histoire beaucoup plus longue, celle du climat, popularisée dès les années 1960 par l’historien moderniste Emmanuel Le Roy Ladurie, suivi par l’historien des sciences Pascal Acot et le spécialiste de chrono-écologie Michel Magny.

L’homme face au climat : symposium annuel [organisé par le] Collège de France. Odile Paris : Jacob, DL 2006.

Pascal Acot. Histoire du climat. Paris : Perrin, 2003.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Histoire du climat depuis l’An mil. Flammarion, 1967.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Histoire humaine et comparée du climat. Fayard, 2004-2009. 3 vol.

1 – Canicules et glaciers (XIIIe-XVIIIe siècles).

2 – Disettes et révolutions (1740-1860).

3 – Le réchauffement de 1860 à nos jours.

Emmanuel Le Roy Ladurie. Naissance de l’histoire du climat. Préface d’Anouchka Vasak ; postface de Pascal Acot. Paris : Hermann, 2013.

Michel Magny. Une histoire du climat des derniers mammouths au siècle de l’automobile. Paris : éd. Errance, 1995.

Continuer la lecture de Le réchauffement climatique : contexte et constat

Les effets de la crise écologique sur la pensée, les mouvements socio-politiques et la création culturelle

Au-delà du déni des climatosceptiques et des émotions dont elle est la cause (éco-anxiété et solastalgie), la crise écologique suscite une grande diversité de réactions dans la pensée, l’action politiques et sociétale et la création culturelle. C’est ce que je voudrais synthétiser dans cette webographie renvoyant à mes chroniques antérieures liées à ce thème.

Continuer la lecture de Les effets de la crise écologique sur la pensée, les mouvements socio-politiques et la création culturelle

Littérature et écologie

Escoute, Bûcheron, arreste un peu le bras :
Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas ;
Ne vois-tu pas le sang, lequel dégoûte à force,
Des Nymphes qui vivoient dessous la dure escorce ?

Eh quoi ! tout est sensible !
Pythagore.

Homme, libre penseur ! te crois-tu seul pensant
Dans ce monde où la vie éclate en toute chose ?
Des forces que tu tiens ta liberté dispose,
Mais de tous tes conseils l’univers est absent.

Une sensibilité « écologique » en littérature existe longue date. Sans remonter à Ronsard, Jean-Jacques Rousseau et Bernardin de Saint-Pierre, le romantisme, les « Vers dorés » de Nerval ou Du progrès dans ses rapports avec le petit bourgeois et avec les maîtres d’école de Rodolphe Töpffer sont là pour en témoigner.

Continuer la lecture de Littérature et écologie

Les émotions de la crise écologique : éco-anxiété et solastalgie


Hier, sur la route du retour des vacances, j’ai entendu sur France Inter une émission du Téléphone sonne consacrée à l’éco-anxiété et à la solastalgie, termes dont j’avoue n’avoir jamais entendu parler auparavant. Les deux intervenantes étaient la spécialiste d’éthique environnementale Catherine Larrère et Charline Schmerber, une psychothérapeute qui a consacré un site à ces nouveaux mots/maux liés à nos émotions face à la crise écologique (éco-anxiété, solastalgie, collapsalgie / effondralgie…).

L’éco-anxiété regroupe des réalités diverses. « Si ce terme est beaucoup utilisé dans les médias depuis quelques années, il n’est pas le plus adapté, souligne la psychothérapeute qui a réalisé une étude sur le sujet en 2019.  Il enferme dans une seule émotion, l’anxiété, alors que les patients ressentent une multiplicité de sentiments comme la colère, l’impuissance, la tristesse ou la culpabilité« . Elle lui préfère le terme de solastalgie, lié à une forme de dépression relative au constat que le monde est en train de changer, « que la cascade dans laquelle on se baignait enfant est asséchée, ou pour les agriculteurs, que les récoltes ne sont plus les mêmes qu’avant« , détaille la spécialiste.

Je vais essayer de rassembler ici un peu de documentation en ligne sur le sujet .

Continuer la lecture de Les émotions de la crise écologique : éco-anxiété et solastalgie

L’écologie dans la bande dessinée

Pour un panorama de la question

Parmi les 1087 thèmes proposés sur BDthèque pour explorer l’univers de la bande dessinée, certains sont liés à l’écologie et à l’environnement :

Petite sélection personnelle

Je voudrais vous proposer ici quelques titres d’albums ou de séries qui me semblent particulièrement intéressants.

Continuer la lecture de L’écologie dans la bande dessinée

Ecologie et christianisme : aux origines de l’écologie intégrale

En plus de vingt siècles d’histoire et de tradition spirituelle, mystique et théologique, le christianisme a d’abord vu la nature comme une création bonne dont Dieu a confié à l’homme l’intendance jusqu’à leur salut commun dans et par le Christ à la fin des temps. Mais à partir du XVIIème siècle la philosophie rationaliste instaure un dualisme méthodologique entre matière et esprit, tandis que le protestantisme et le jansénisme renforcent le hiatus entre nature et grâce. Ceci légitime la désacralisation de la nature et sa prise de possession utilitariste par l’homme, parfois en complicité mais souvent en conflit avec le christianisme.

L’émergence de l’écologie dans la deuxième moitié du XXème siècle a mis le christianisme au défi de renouer avec ses racines.

Je souhaite approfondir ici la question des rapports entre christianisme et écologie, rapidement évoquée dans Écologie et religion(s) : un peu de documentation. C’est que, comme le suggère la citation ci-dessus, l’anthropocentrisme despotique et destructeur auquel est souvent réduit la relation du christianisme et de la création n’est peut-être pas si caractéristique du message biblique. Après tout, les précédents de François d’Assise ou de Hildegarde de Bingen ne sont-ils pas là pour montrer qu’un autre rapport est possible entre les chrétiens et l’ensemble des créatures ? L’évolution des dernières décennies amène l’apparition d’une écologie chrétienne, dite écologie intégrale.

Continuer la lecture de Ecologie et christianisme : aux origines de l’écologie intégrale

Quand l’écologie entre en politique ou les deux origines de l’écologie politique : une webo-bibliographie

L’écologie est entrée en politique par deux voix différentes et parfois opposées : l’écologisme, né dans la société civile, va nourrir les premiers mouvements et partis écologistes pendant que les Etats vont tenter, avec plus ou moins de conviction et de sincérité, d’apporter une réponse à la crise environnementale.

Continuer la lecture de Quand l’écologie entre en politique ou les deux origines de l’écologie politique : une webo-bibliographie

Catastrophisme environnemental

Notion sujette à controverses, le catastrophisme environnemental désigne selon ses détracteurs une forme de concentration irrationnelle (voire pathologique) sur les désastres écologiques présents et à venir (réchauffement climatique entraînant une montée des eaux rendant certaines régions de la planète inhabitables, villes asphyxiées par la pollution de l’air, explosion démographique entraînant un état de guerre permanent pour le contrôle de l’eau potable, collapse énergétique faisant suite à l’épuisement des ressources fossiles, recrudescence dramatique des cancers environnementaux, réduction massive de la biodiversité, etc.), dont la possible survenue serait supposée dicter sa conduite à l’humanité. […]

Les écrits sur l’Anthropocène et l’effondrement ne sont pas exempts de catastrophisme. Leurs adversaires, notamment les climatosceptiques, ont choisi d’en rire ou, au contraire, d’en dénoncer les dangers pour la démocratie et l’humanisme, car ils feraient le lit d’un futur totalitarisme vert. Mais peut-on échapper au catastrophisme quand il s’agit d’éveiller les consciences ? Cassandre n’avait-elle pas raison ? Pour s’en faire une idée, voici une petite bibliographie d’auteurs dont les avis sur la question peuvent-être diamétralement opposés…

Continuer la lecture de Catastrophisme environnemental

Les climatosceptiques

Le réchauffement climatique ne fait plus guère de doute : fontes de la banquises et du permafrost, incendies gigantesques en Australie et en Amazonie, montée des eaux qui menacent les côtes et bien des archipels, canicules et sécheresses à répétition, autant de signes de ce phénomène signalé par la communauté scientifique depuis de décennies et qui s’inscrit dans l’action plus globale de l’homme sur son environnement au temps de l’anthropocène.

Il se trouve pourtant, et parfois jusqu’au sommet de certains Etats (Donald Trump, Jair Bolsonaro), des climatosceptiques, ou, comme ils préfèrent se désigner eux-mêmes, des climato-optimistes ou climato-réalistes. Leur scepticisme ne porte pas tant sur l’existence du réchauffement climatique que sur le fait qu’il est lié aux activités humaines. Dès lors, pourquoi vouloir les réguler ?…

Continuer la lecture de Les climatosceptiques