Archives par mot-clé : Ecologie

Catastrophisme environnemental

Notion sujette à controverses, le catastrophisme environnemental désigne selon ses détracteurs une forme de concentration irrationnelle (voire pathologique) sur les désastres écologiques présents et à venir (réchauffement climatique entraînant une montée des eaux rendant certaines régions de la planète inhabitables, villes asphyxiées par la pollution de l’air, explosion démographique entraînant un état de guerre permanent pour le contrôle de l’eau potable, collapse énergétique faisant suite à l’épuisement des ressources fossiles, recrudescence dramatique des cancers environnementaux, réduction massive de la biodiversité, etc.), dont la possible survenue serait supposée dicter sa conduite à l’humanité. […]

Les écrits sur l’Anthropocène et l’effondrement ne sont pas exempts de catastrophisme. Leurs adversaires, notamment les climatosceptiques, ont choisi d’en rire ou, au contraire, d’en dénoncer les dangers pour la démocratie et l’humanisme, car ils feraient le lit d’un futur totalitarisme vert. Mais peut-on échapper au catastrophisme quand il s’agit d’éveiller les consciences ? Cassandre n’avait-elle pas raison ? Pour s’en faire une idée, voici une petite bibliographie d’auteurs dont les avis sur la question peuvent-être diamétralement opposés…

Continuer la lecture de Catastrophisme environnemental

Les climatosceptiques

Le réchauffement climatique ne fait plus guère de doute : fontes de la banquises et du permafrost, incendies gigantesques en Australie et en Amazonie, montée des eaux qui menacent les côtes et bien des archipels, canicules et sécheresses à répétition, autant de signes de ce phénomène signalé par la communauté scientifique depuis de décennies et qui s’inscrit dans l’action plus globale de l’homme sur son environnement au temps de l’anthropocène.

Il se trouve pourtant, et parfois jusqu’au sommet de certains Etats (Donald Trump, Jair Bolsonaro), des climatosceptiques, ou, comme ils préfèrent se désigner eux-mêmes, des climato-optimistes ou climato-réalistes. Leur scepticisme ne porte pas tant sur l’existence du réchauffement climatique que sur le fait qu’il est lié aux activités humaines. Dès lors, pourquoi vouloir les réguler ?…

Continuer la lecture de Les climatosceptiques

L’écoféminisme en quelques références

Écoféminisme : terme forgé en 1974 par la féministe française Françoise d’Eaubonne évoquant la fusion des luttes écologistes et féministes. Il renvoie à des savoirs ancestraux des femmes sur leur environnement, notamment en agriculture, à des luttes « pour la Vie » et la protection de la planète victime d’un système qui est tout à la fois patriarcal, impérialiste, militariste et capitaliste.

  • Définition extraite du glossaire de l’ouvrage de Christine Bard, Féminismes : 150 ans d’idées reçues, Le Cavalier bleu, 2020.

Dans le n° 1 de sa nouvelle formule daté de juin 2021, le magazine Les Inrockuptibles publie un article de Fautisne Kopiewski consacré aux écoféministes. J’ai repris et restructuré ici la bibliographie et je l’ai complètée avec d’autres références bibliographiques et vidéos et des liens sur l’écoféminisme. Ceci dit, la bibliographie de l’article Wikipédia est plutôt bien fournie.

Continuer la lecture de L’écoféminisme en quelques références

Qu’est-ce que la “pensée écologique” ?

Expression peu familière, la « pensée écologique » exige en premier lieu une clarification sémantique.

Il existe toute une nébuleuse terminologique gravitant autour de l’écologie. L’« écologie » est d’abord une science, baptisée telle par Ernst Haeckel. L’« écologie politique » est beaucoup plus tardive – fin des années 1960, début de la décennie 1970 – et renvoie à l’idée selon laquelle l’accumulation de problèmes écologiques, touchant le milieu et ses équilibres, appelle une réforme des sociétés et de leurs modes de production et de consommation. Par « écologisme », on entend les mouvements sociaux, associatifs ou politiques, portés par des motifs écologiques. L’« environnementalisme » évoque les études en sciences sociales concernant des questions écologiques. Les « humanités environnementales » désignent les sciences humaines et sociales en tant qu’elles cessent d’appréhender dans l’environnement et la nature le simple décor de la geste économique et sociale, à l’exemple de l’éthique environnementale, de l’histoire environnementale ou de l’économie écologique, etc. Quant à elle, la « pensée écologique » s’entend d’un mouvement d’idées, apparaissant de manière reconnaissable dès le XIXe siècle, prenant appui sur une échelle nouvelle et menaçante de perturbations infligées au milieu, réinterrogeant la place de l’homme au sein de la nature. À compter de la seconde moitié du XXe siècle, la pensée écologique apparaît comme un courant d’idées distinct du libéralisme, du socialisme, du féminisme, etc. Il se signe par un scepticisme affiché à l’endroit de la prétention des techniques à surmonter les difficultés écologiques qu’elles produisent, et par une critique, à l’éventail assez large, de l’anthropocentrisme. Plus récemment, avec l’entrée dans l’Anthropocène, la pensée écologique emporte un paradigme alternatif à la modernité, et à ce qui la caractérise éminemment, à savoir la séparation de l’homme et de la nature. [Lire la suite]

  • Extrait de l’article de Dominique Bourg et Alain Papaux . « La pensée écologique ». In Dominique Bourg et Alain Papaux (dir.). Dictionnaire de la pensée écologique. Paris: Puf, 2015, p. 756-759.

Accessible sur le site de la revue La pensée écologique, le texte ci-dessus me semble une introduction intéressante à ce(s) courant(s) de pensée abordé(s) dans une récente anthologie.

Voir aussi Matériaux pour une webo-bibliographie sur l’écologie.

Écologie et religion(s) : un peu de documentation

Quand l’écologie rencontre la religion

Catherine Larrère. “Quand l’écologie rencontre la religion“, Archives de sciences sociales des religions, n° 190, 2020 , p. 189-204.

Thierry Thouvenot, « Environnement : les religions s’engagent », L’Ecologiste, n°9, 2003.

Écologie et spiritualité. Paris : Albin Michel, 2002, édition poche 2006.

  • NB : Je sais que spiritualité et religion ne sont pas des termes équivalents, et qu’il peut même y avoir tension entre ces deux réalités de l’expérience humaine, mais il y a aussi entre les deux d’inévitables recoupements.
Continuer la lecture de Écologie et religion(s) : un peu de documentation

Matériaux pour une webo-bibliographie sur l’écologie

Dans le cadre d’un travail collaboratif au sein de ma bibliothèque, je vais regrouper ici des matériaux en vue d’une webo-bibliographie sur l’écologie.

A propos, de quoi parlons nous ? De l’écologie comme science, celle des écologues, de l’écologie politique ou de l’écologisme comme courant de pensée ? Et que dire des termes nature et environnement, qui semblent interchangeables quand on parle d’écologie, mais qui sont cependant porteurs de sens différents. Enfin, il ne faut pas en négliger les aspects éthique, philosophique, religieux… sans parler de la tension entre décroissance et développement durable qui s’ajoute à la nébuleuse terminologique gravitant autour de l’écologie.

C’est bien évidemment de tout cela dont il s’agit, car ces différents domaines ont fortement tendance à s’interpénétrer. Autant dire qu’il y a du boulot !

Continuer la lecture de Matériaux pour une webo-bibliographie sur l’écologie

Les Pensées de l’écologie et autres anthologies sur ce thème

Baptiste Lanaspeze, Marin Schaffner (éds.) Les pensées de l’écologie : un manuel de poche. Marseille : Wildproject, 2021.

Voici une anthologie qui m’a l’air des plus intéressante. La bibliothèque où je travaille vient d’en faire l’acquisition et je sens qu’elle va m’inspirer de futures chroniques. Bonne occasion de tenter une bibliographie des anthologies de l’écologie…

Voir aussi sur ce thème :

Continuer la lecture de Les Pensées de l’écologie et autres anthologies sur ce thème

Quelques jalons de la prise de conscience de la crise écologique depuis les années 1860

Je voudrais vous proposer ici quelques documents qui sont autant de jalons de la prise de conscience de la crise écologique depuis le milieu du XIXe siècle. Pour l’instant, il ne sont que cinq, mais je n’exclus pas d’en ajouter d’autres ni de remonter plus loin, car le souci écologique est une préoccupation anciennes. A suivre donc…

Continuer la lecture de Quelques jalons de la prise de conscience de la crise écologique depuis les années 1860

Les naturiens, précurseurs de la décroissance et du végétalisme

On pourra perpétuellement décapiter des rois, déposer des empereurs, éventrer des présidents de la République, la situation restera la même tant qu’il y aura des mines, des usines et des chantiers. Tant que l’artificiel établi pendant des siècles d’esclavage sera considéré comme base de système de vie, il y aura exploitation de l’homme par l’homme, il y aura spoliation, sans parler de la dégradation toujours continue et aggravée de la Nature.

Émile Gravelle

J’ai trouvé la citation ci-dessus dans un article fort intéressant du blog de Gallica consacré à un éphémère mensuel de la fin du XIXe, Le Naturien. Lancé en mars 1898 par l’anarchiste individualiste Émile Gravelle, il fait suite à La Nouvelle humanité que ce dernier avait fondé en 1894 Henri Zisly et Henri Beylie. Issus de l’anarchie, les naturiens développent une critique de la modernité industrielle qui conserve encore aujourd’hui toute sa pertinence prophétique et fait d’eux les précurseurs de l’écologie radicale et de la décroissance, ainsi que du végétalisme développé chez les néo-naturiens des années 1920, comme Louis Rimbault (voir aussi ici), notamment dans les revues Le Néo-Naturien (1922-1927) fondé par Henry Le Fèvre et Le Végétalien (1924-1929) de Georges Butaud et Sophie Zaïkowska.

Continuer la lecture de Les naturiens, précurseurs de la décroissance et du végétalisme