Archives par mot-clé : Ecritures

L’écriture chinoise ne manque pas de caractères

Oui, je sais, le titre est un peu facile, mais il en fallait bien un pour aborder les dizaines de milliers de caractères qui constituent le système d’écriture chinois.

Sommaire

Des dizaine de milliers de caractères

Les 214 clés ou radicaux

Caractères traditionnels et caractères simplifiés

Les caractères les plus fréquents

Sur l’étymologie des caractères

Quelques dictionnaires

Indexation des sinogrammes

Ecrire le chinois avec un clavier d’ordinateur

Traits et tracés

Plus d’informations

Continuer la lecture de L’écriture chinoise ne manque pas de caractères

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La langue naxi et les écritures dongba et geba

dongba
Annales de la Création

En cherchant des documents concernant la Chine dans la Bibliothèque numérique mondiale, j’ai trouvé plusieurs manuscrits du peuple naxi 納西族 en écriture dongba 东巴文字, seul système d’écriture pictographique encore utilisé dans le monde et à ce titre classé par l’Unesco au patrimoine mondiale de l’humanité. Les manuscrits présentés sont issus de la collection de manuscrits naxi de la Bibliothèque du Congrès, la plus importante en dehors de la Chine.

 Membre de la famille des langues tibéto-birmanes, le naxi comporte certains aspects du chinois, avec notamment quatre tons distinctifs (au lieu de cinq). L’écriture dongba tient son nom des dongbas (chamans) qui l’utilisent pour des textes rituels récités au cours de cérémonies religieuses. Elle comporte environ 1 400 symboles, dont la plupart sont des pictogramme. Cependant, le naxi a également été écrit avec les 128 caractères du syllabaire geba ou avec l’alphabet latin.

Quelques sites sur ce thème :

BULAC

Naxi script resource center

Omniglot

Ethnologue

Site de Jacques Poitou

Site de Li Na et Wang Dai

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Translittération et transcription (1) Le chinois

Ceux qui s’intéressent un tant soit peu à la Chine ne peuvent que constater la variété des transcriptions des mots chinois, qu’il s’agisse de noms propres ou de noms communs. Cela est vrai d’un ouvrage à l’autre, mais aussi au sein d’un même ouvrage où peuvent coexister deux ou trois systèmes de romanisation du mandarin, notamment dans les bibliographies. Véritable casse-tête qui nécessite des tables de correspondance.

Cette variété s’explique à la fois

Par un morcellement géolinguistique des études sinologiques, chaque grande aire culturelle ayant développé son propre système : EFEO pour les francophones, Wade-Giles pour le monde anglo-saxon…

Par une évolution historique et politique : aux systèmes développés par les anciennes puissances coloniales et les missionnaires se substitue le hanyu pinyin promu par la République populaire de Chine.

Les exemples ci-dessus concernent l’utilisation de l’alphabet latin pour écrire le mandarin (romanisation). Cependant l’effort de transcription a pu utiliser d’autres alphabets (cyrillique, arabe, braille) et porter sur d’autres langues chinoises.

Enfin, il faut noter le rôle des Chinois eux-même non seulement pour la transcription phonétique de leur(s) langues avec différents pinyin prenant en compte les 4 tons du mandarin, mais aussi pour les systèmes de transcription phonétique utilisant des caractères chinois simplifiés et pour la translittération de termes étrangers en caractère chinois.

Je tente dans la présente webographie de rassembler des documents en ligne sur ces différents aspects. Mais comme toujours je ne prétends pas être exhaustif. Alors, si vous avez des pistes…

Quelques présentations générales

Dans la partie Extraits et sucs de la langue chinoise du site de Jean-Victor Camille Gruat, vous trouverez une présentation des systèmes de transcription du chinois.

Sinoptic offre aussi un intéressant dossier sur la question.

Sur Wikipédia :

la partie Système de transcription de l’article sur le mandarin

la partie Transcriptions de l’article sur les langues chinoises

Voir aussi Pinyin.info (en anglais).

A noter que ces présentations générales s’intéressent surtout aux systèmes de romanisation du mandarin.

Romanisation

Plusieurs modes de romanisation du mandarin et les autres langues chinoises existent (cf. l’article de Wikipédia intitulé Romanisation des langues chinoises). Les systèmes indiqués ci-dessous concernent surtout le mandarin standard ou putonghua,.

L’autre grande langue chinoise ayant fait l’objet de romanistion est le cantonnais (cf. article de Wikipédia).

Romanisations d’origines non-chinoises (Europe, Etats-Unis)

Bortone-Allegra en Italie

EFEO (Ecole française d’Extrême-Orient) inventé par Séraphin Couvreur

NB : Ne pas confondre avec le système d’Arnold Vissière

A. Vissière: Méthode de transcription française des sons chinois, adoptée par le Ministre des Affaires ètrangeres (Extrait du Bulletin du Comité de l’Asie Française.) Paris 1902. Voir sa critique dans « Notre système de transcription du chinois », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1902, vol. 2 n° 2, p. 178-184

Lessing-Othmer pour les germanophones

Wade-Giles, l’un des plus répandus, surtout dans le monde anglo-saxon.

Yale, utilisé aux Etats-Unis pour le cantonais et le putonghua

Romanisations d’origines chinoises ou utilisées par des populations chinoises

Beifangxua Latinxua Sin Wenz (拉丁化新文字), dont

l’intérêt historique est d’être le premier système de romanisation utilisé par les chinois natifs en lieu et place des sinogrammes. Il fut développé par l’Union des républiques socialistes soviétiques et utilisée par les immigrants chinois, jusqu’à ce que la plupart d’entre eux quittèrent le pays »

>> lire la suite sur Wikipédia.

Gwoyeu Romatzyh (国语罗马字), romanisation du mandarin utilisée à Taïwan de 1928 à 1986

>> plus d’infos sur Wikipédia.

Mandarin Phonetic Symbols II

Pinyin ou hanyu pinyin (汉语拼音 : « épeler les sons de la langue des Hans »), conçu par Zhou Youguang et utilisé en République populaire de Chine.

>> le document de l’Unesco

>> le Guichet du savoir de la BM de Lyon

>> l’article de Wikipédia

Pinyin postal

Au début du XXe siècle, la Chine (à la fin de la dynastie Qing) utilisait le système de pinyin postal (mandarin : 郵政式拼音 ; hanyu pinyin : yóuzhèngshì pīnyīn), basé sur le Wade-Giles dans un but postal, principalement pour les toponymes sur les lettres et les timbres..

>> lire la suite sur Wikipédia.

Tongyong Pinyin (通用拼音), utilisé à Taiwan.

Les systèmes d’origine chinoise prennent en compte les quatre tons du mandarin, représentés en pinyin par les diacritiques suivants :

  1. ¯ Ton haut (macron) ;
  2. ˊ Ton montant (accent aigu) ;
  3. ˇ Ton descendant légèrement puis remontant (hatchek ou caron) ;
  4. ˋ Ton descendant et bref (accent grave).

Pour en savoir plus sur les langues tonales.

Quelques tables de correspondance

Ces tables de correspondances comparent surtout sur des systèmes de romanisation, c’est pourquoi je les place ici :

Zhuyin (ou Bopomofo) / Wade-Giles / MPS II / Yale / Tongyong/ Hanyu Piyin / Gwoyeu Romatzyh (Wikipédia)

Pinyin / Wade-Giles / EFEO / Bopomofo (Sinoptic)

Pinyin / Wade-Giles / Lessing-Othmer / EFEO / Beifang Lantinxua (International Library of Communist Left)

Pinyin / EFEO (Sinoptic)

Unger / Pinyin / Wade-Giles (Sinoptic)

Wade-Giles / Pinyin (bibliothèque du Congrès)

Zhuyin Fuhao / Wade-Giles / MPS2 / Yale / Tongyong Pinyin / Hanyu Pinyin / Gwoyeu Romatzyh (Pinyin.info)

Ces différentes transcriptions du mot « Chine », trouvées sur le site de Jean Victor Camille Gruat, nous rendent sensibles la nécessité de telles tables :

(zh)(o)(ng)(g)(u)(o) ㄓㄨㄥㄍㄨㄛ (Bopomofo)

zhongguo (Hanyu Pinyin)

jhongguo (Tongyong Pinyin)

jonhhwo (Gwoyeu Romatzyh)

zhungguo (Beifangxua Latinxua Sin Wenz)

chung-kuo (Wade-Giles)

tchong-kouo (EFEO)

jung-gwo (Yale)

чжунго (système russe)

Autres langues chinoise ayant fait l’objet de romanisations

Le cantonnais : en l’attente de plus d’informations sur le sujet, je vous renvoie à l’ébauche d’article existant dans Wikipédia.

Le wu dont le shanghaien est une variante : en l’attente de plus d’informations sur le sujet, je vous renvoie à l’ébauche d’article existant dans Wikipédia.

Cyrillisation

Quelques informations sur Pinyin.info.

Arabisation

Xiao’erjing (小儿经), xiao’erjin (小儿锦ٍ) ou xiaojing (小经 ou 消经 ) utilisée par diverses minorités ethniques de Chine converties à l’islam (les Hui, les Dongxiang et les Salar), et anciennement les Dounganes d’Asie centrale.

Transcription phonétique du mandarin en braille

Numeral type for mandarin chinese, développé par William Hill Murray à la fin du XIXsiècle à partir du braille : il s’adresse tant aux voyants qu’aux non-voyant. Plus d’informations sur Pinyin.info.

Voir aussi l’ouvrage de  C.F. Gordon Cumming, The inventor of the numeral-type for China by the use of which illiterate Chinese both blind and sighted can very quickly be taught to read and write fluently (1899), disponible sur Archive.org.

Transcription phonétique utilisant des caractères chinois simplifiés

Fǎnqiè (反切), utilisée pour la prononciation des sinogrammes propre à la grammaire chinoise traditionnelle.

Bopomofo (ㄅㄆㄇㄈ : bo (ㄅ) pour la consonne b /p/ ; po (ㄆ) pour la consonne p /ph/ ; mo (ㄇ) pour la consonne m /m/ ; fo (ㄈ) pour la consonne f /f/) ou Zhùyīn fúhào (caractères traditionnels : 注音符號 ; simplifiés : 注音符号 ; signification : « symboles phonétiques ») utilisé à Taiwan : plus d’inforamtions sur Pinyin.info.

Translittération de termes étrangers en caractère chinois

Voir sur Wikipédia

l’article de Translittération en caractère chinois

le paragraphe Adaptation de mots étrangers dans l’article sur le Mandarin standard

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts