Archives par mot-clé : Eloges

Quelques éloges paradoxaux

Voici quelques années, j’avais abordé le thème des éloges paradoxaux dans plusieurs chroniques. Je viens d’en découvrir toute une collection publiée par Hachette en 1925 et 1926.

Sur treize auteurs, cinq – Abel Bonnard, Émile Henriot, Eugène Marsan, Francis de Miomandre et Jean-Louis Vaudoyer – sont issus du club des Longues moustaches, qui, entre 1908 et 1911, réunissait des écrivains français autour d’Henri de Régnier au Caffè Florian à Venise. Or l’auteur de l’Éloge de la coquetterie, Gérard d’Houville, est en fait Marie de Heredia, la femme d’Henri de Régnier. Est-ce un hasard ou l’indice d’un réseau littéraire ?

Continuer la lecture de Quelques éloges paradoxaux

Eloge du pou

Le titre de ce billet est celui d’un texte écrit par Daniel Heinsius. Initialement paru en latin à Leyde en 1638 sous le titre Laus Pediculi, il a été traduit par Mercier de Compiègne et publié à Paris chez Favre en 1798 avec d’autres éloges paradoxaux dans un recueil intitulé Éloges du pou, de la boue, et de la paille, traduction reprise dans la revue Aesculape en 1936 (26e année, p.12-23). En 1870 Victor Delavay en a donné une autre traduction et G. Goubeyre en a fait une adaptation en 1931.

A noter que la publication dans Aesculape  a été précédé de deux articles  sur le même sujet, traitant du pou dans l’art (ex : scènes d’épouillage telles que La Toilette ci-contre peinte par Murillo) et la littérature (ex : Les chercheuses de poux d’Arthur Rimbaud) :

Henri Goudard, « A la recherche des poux », Aesculape, 25e année, p.302-309

 Raymond Cordier, « Pour en finir avec le pou »Aesculape, 26e année, p.44-47

Eloge du petit bourgeois par Octave Mirbeau

En appendice à ma chronique Inouïsme et éloges paradoxaux, je vous propose cet extrait de L’épidémie par Octave Mirbeau (sur cette pièce, voir le Dictionnaire Octave Mirbeau) :

LE MAIRE

Il ne m’appartient pas, Messieurs, de juger la vie du bourgeois admirable et fraternel que nous pleurons tous… D’autres, plus autorisés que moi, lui rendront ce mérité et suprême hommage… Messieurs… si le bourgeois, dont nous déplorons la perte tragique et prématurée, ne se signala jamais à la reconnaissance de ses compatriotes et de la ville que, grâce à votre confiance, j’ai l’honneur d’administrer… par des libéralités matérielles… des actes directs de bienfaisance… ou par l’éclat d’une intelligence supérieure et l’utilité d’une coopération quelconque au développement de notre vie municipale… qu’il me soit permis néanmoins — et je crois être l’interprète des sentiments unanimes de notre chère population — qu’il me soit permis, dis-je, de rendre à la mémoire du bourgeois inconnu… et si cher… la justice qui lui est due… (Quelques conseillers émus essuient leurs yeux.)

UNE VOIX

Parlez !… Parlez !…

LE MAIRE, avec un effort pour dominer son émotion.

Oui, Messieurs… Joseph — (Avec une fierté attendrie.) appelons-le Joseph, comme son grand, comme son immortel aïeul — Joseph, donc, en qui je veux considérer plus qu’un homme… un principe social… nous aura donné, toujours, l’exemple, le haut et vivifiant exemple d’une vertu — ah ! bien française, celle-là — d’une vertu précieuse entre toutes, d’une vertu qui fait les hommes forts et les peuples libres… l’Économie !… Joseph aura été, parmi nous, le constant, le vivant symbole de l’Épargne… de cette petite épargne que nulle déception n’atteint, que nul malheur ne lasse… et qui, sans cesse trompée, volée, ruinée, ne continue pas moins d’entasser, pour les déprédations futures et au prix des plus inconcevables sacrifices, un argent… dont elle ne jouira jamais et qui jamais n’a servi, ne sert et ne servira qu’à édifier la fortune et assouvir les passions… des autres !… Abnégation merveilleuse, Messieurs !… Tire-lire idéale !… Ô bas de laine !…

TROISIÈME CONSEILLER, pleurant.

Quel malheur !… Quel malheur !… (Sanglots.)

LE MAIRE

Dans une époque troublée, comme la nôtre, ce sera l’honneur de Joseph d’être demeuré fidèle, perfas et nefas, comme dit le poète, à des traditions nationales et gogotiques où notre optimisme se réconforte, si j’ose m’exprimer ainsi ; car, ainsi que l’écrivit un grand philosophe dont je ne sais plus le nom, l’Épargne est la mère de toutes les vertus et la sauvegarde de tous les gouvernements dignes de ce nom !… Et, maintenant, Joseph, adieu !

LE MEMBRE DE LA MAJORITÉ, d’une voix attendrie.

Je me le figure ainsi… avec quelle émotion !… Courtaud et rondelet, Joseph avait, entre des jambes grêles, un petit ventre, bien tendu sous le gilet… Sur le plastron de la chemise, son menton s’étageait, congrûment, en un triple bourrelet de graisse jaune… et ses yeux, au milieu des paupières boursouflées, jetaient l’éclat triste, livide et respectable de deux petites pièces de dix sous… Il était beau !… Nul ne représenta plus exactement l’idéal que l’Économie politique, les gouvernements libéraux et les sociétés démocratiques se font de l’être humain, c’est-à-dire quelque chose d’impersonnel, d’improductif et d’inerte… quelque chose de mort qui marche, parle, gesticule, digère et pense selon des mécanismes soigneusement huilés par les lois… quelque chose, enfin, de fonda-men-tal… qu’on appelle : un petit rentier.

TROISIÈME CONSEILLER

(Sanglots.) Quel malheur !… Quel malheur !…

LE MEMBRE DE LA MAJORITÉ, plus ému encore.

Et je le vois, sortant de sa maison, chaque jour, à midi… descendant, par le trottoir de gauche, la rue de Paris, allant jusqu’au vingt-cinquième arbre sur le boulevard du Nord, puis rentrant chez lui par le trottoir de droite, ayant fait le même nombre de pas que la veille et n’ayant dépensé de mouvements musculaires et cérébraux que ce que pouvait lui en permettre le petit compteur intérieur, réglé et remonté, chaque matin, qui lui tenait lieu d’âme !…

LE MEMBRE DE L’OPPOSITION

Jamais il ne goûta la moindre joie, ne prit le moindre plaisir… Même au moment de sa jeunesse… même au moment de sa richesse… il ne connut pas ce que les plus pauvres des mendiants connaissent parfois… une heure de bon temps ! Il se priva de tout et vécut plus misérable que le vagabond des grandes routes, mais content dans son devoir accompli !… Oui, Messieurs, si, dans ses promenades quotidiennes, il n’alla jamais plus loin que le vingt-cinquième arbre du boulevard du Nord, jamais, non plus, dans toutes les directions de la connaissance et de la fantaisie humaines, il ne dépassa ce vingt-cinquième arbre terminus et symbolique !… Il ne voulut accepter ni un honneur, ni une responsabilité, dans la crainte d’avoir à payer cela par des obligations… des charges… des affections peut-être !… qui l’eussent distrait de son œuvre… Comme l’a dit M. le Maire avec cette éloquence communicative dont je suis heureux de le remercier ici, Joseph économisa… Joseph épargna ! Rien ne l’arrêta… ni les vols domestiques, ni les catastrophes financières, ni les conversions de la rente… Et — ô sublime enseignement ! plus il épargnait, plus il se ruinait… et plus il se ruinait, plus il épargnait encore !… Admirons-le, Messieurs !…

TROISIÈME CONSEILLER

(Sanglots.) Quel malheur !… Quel malheur !…

LE MEMBRE DE L’OPPOSITION, plus enthousiaste.

Admirons-le, car il avait en toutes choses des idées saines et justes… Il ne donna jamais rien… on lui prit tout, tout !… Les Lots turcs… les Honduras… les Panamas… les Mines d’or… que sais-je ?… firent successivement le vide dans sa caisse et dispersèrent les valeurs de son portefeuille aux quatre vents des krachs financiers… Mais confiant et tenace, sans se plaindre, il recommençait sur ses propres ruines l’édifice patient et glorieux de l’Épargne !… Ce fut un héros, Messieurs… Ce fut le héros !… Gambetta a dit que les temps héroïques étaient passés !… Eh bien, il ne savait pas ce que c’est qu’un petit rentier !…

LE TRÈS VIEUX CONSEILLER

Oui, un héros !… un héros modeste, silencieux et solitaire !… Comme il sut écarter de sa maison les amis, les pauvres et les chiens !… Comme il sut préserver son cœur des basses corruptions de l’amour… son esprit des pestilences de l’art !… Il détesta — ou mieux — il ignora les poésies et les littératures… car il avait horreur de toutes les exagérations, étant un homme précis et régulier… Et si les spectacles de la misère humaine ne lui inspirèrent jamais que le dégoût… en revanche, les spectacles de la nature ne lui suggérèrent jamais rien… Chaque matin, il s’en remettait au Petit Journal du soin de sentir et de penser pour lui !…

TROISIÈME CONSEILLER

(Sanglots.) Quel malheur !… Quel malheur !…

LE TRÈS VIEUX CONSEILLER

En conséquence, Messieurs, j’ai l’honneur de déposer sur le bureau du Conseil les deux propositions suivantes… Primo… Les obsèques de Joseph seront célébrées solennellement et en grande pompe, aux frais de la ville… Secundo… Une statue lui sera élevée sur l’une de nos principales places…

Inouïsme et éloges paradoxaux

Depuis quelques temps, un pamphlet écrit par un éditeur officiant chez Gallimard fait un certain bruit dans le landerneau littéraire. Je préfère ici taire son nom ainsi que celui du sinistre Norvégien dont il dit faire l’éloge littéraire. N’est-ce pas leur faire à l’un comme à l’autre une publicité déplacée ? Même si c’est sans doute lui faire beaucoup d’honneur, je voudrais replacé cet écrit dans deux traditions littéraires distinctes et complémentaires : l’inouïsme et les éloges paradoxaux.

J’ai déjà abordé brièvement les seconds dans ma chronique à propos de deux concours de plaidoiries. Il s’agit d’une pratique de virtuosité rhétorique consistant à faire l’éloge d’idées, de personnes, de choses généralement négligées, méprisées, voire même honnies comme par exemple :

A des siècles de distance, Fronton(1), Rabelais et Octave Mirbeau font figures de spécialistes de ce genre où tout peut servir de sujet… ou rien, comme le démontre brillamment l »auteur anonyme de l’excellent Eloge de rien(2). Il s’agit généralement de textes pétillants d’humour et d’ironie. Aussi peut-on douter que l’éloge du massacreur scandinave cité plus haut puisse réellement s’inscrire dans cette noble tradition. Il lui manque ce pas de côté, cette distance entre ce qui est dit et ce qui est réellement pensé par l’auteur.

Il s’inscrirait plutôt dans la tradition de l’inouïsme, cette recherche du sensationnel et du scandaleux à seul fin de faire parler de soi. Si le mot, attesté dans  le dictionnaire de l »Académie française depuis 1694, n’est pas vraiment récent bien que d’usage limité, le comportement auquel il se rapporte est fort ancien, comme l’attestent les exemples d’Alcibiade coupant la queue de son chien et d‘Erostrate brûlant le temple d’Artémis.

Le ridicule s’arrête où commence le crime.

Cette citation de Casimir Delavigne figure dans l’article que Maurice d’Hartoy consacre à la question(3). Celui-ci prend la forme d’un dialogue entre un érudit bibliophile et un jeune écrivain en quête de notoriété nommé Lucien. Pour cela, il entend écrire prendre le contre-pied des principes les plus chers des « bôrgeois », l’Eglise lui paraissant une cible attrayante. Ce à quoi l’érudit lui répond que bien des écrivains ont déjà eu cette idée dont Horne en Angleterre avec le caïnisme. Quant au diable, il a déjà fait l’objet d’un Hymne à Satan par José Carducci. Lucien envisage alors de s’attaquer au soleil. Hélas, Nestor Roqueplan s’y est déjà essayé. Alors, il fera mieux que lui en prouvant l’inexistence de l’astre du jour ! Malheureusement, l’aveugle Alcide Morin a déjà commis quelques travaux sur le sujet… etc.

Il est bon de lire ce type d’essais pour remettre à leur juste place les excès de certains. Au reste, outrance ne rime-t-elle pas avec insignifiance ?

_____________________________________

(1) Eloge de la négligence et autre textes, traduction du grec et du latin, préface et notes par Nicolas Waquet, Payot et Rivages, coll. « Rivages Poche/Petite Bibliothèque », n° 588, Paris, 2007

(2) Louis Coquelet. Eloge de rien. Troisième edition, peu revûë, nullement corrigée, et augmentée de plusieurs riens. A Paris chez Antoine de Heuqueville, 1730. Disponible sur Google livres. Réédition par les éditions Allia en 2008. Vous trouverez sur Bibliomab plus d’informations sur l’auteur et ses ouvrages.

(3) Maurice d’Hartoy. De l’inouisme et de quelques autres complexes en littérature. Avignon : Aubanel, 1949. 118 p. L’auteur, fondateur des Croix de feu, n’est sans doute pas très recommandable selon les critères politiquement corrects actuels, mais ses essais littéraires sont malgré tout dignes d’intérêt.