Archives par mot-clé : Epidémies

L’ordinateur du jour d’après

Pendant la pandémie, la recherche continue comme le montre l’article ci-dessous de notre correspondant à Los Angeles. Comme dirait le Président de la République, le jour d’après ne ressemblera pas au jour d’avant.

Par Noël Mazel

Suite à la pandémie de covid-19, une équipe d’ingénieurs informaticiens de la Silicon Valley, appuyée par des biologistes et des entreprises pharmaceutiques, est en train de mettre au point un prototype de portable intelligent médicoactif. Il s’agit d’un nouveau système de téléassistance permettant de repérer les symptômes précurseurs de toute maladie virale ou infectieuse.

Continuer la lecture de L’ordinateur du jour d’après

Épidémies : la leçon d’Elias Canetti

De tous les malheurs dont l’humanité a été affligée de tous temps, les grandes épidémies ont laissé un souvenir particulièrement vivace. Elles éclatent avec la soudaineté de catastrophes naturelles, mais alors qu’un tremblement de terre s’achève après quelques brèves secousses, l’épidémie a une durée qui peut s’étendre sur des mois ou même sur une année. Le tremblement de terre atteint d’un seul coup le sommet de l’horreur, ses victimes périssent toutes à la fois. Une épidémie de peste agit au contraire par sommation, au début quelques-uns seulement sont pris, puis les cas augmentent ; on voit des morts partout, bientôt on en voit rassemblés plus que des vivants. Il se peut que le résultat de l’épidémie soit finalement identique à celui d’un tremblement de terre. Mais les gens sont témoins de la grande mort, elle se joue et s’accroît sous leurs yeux. C’est comme s’ils participaient à une bataille qui dure plus longtemps que toutes les batailles connues. Mais l’ennemi est dissimulé, on ne peut le voir ni le rencontrer nulle part. On se contente d’attendre d’en être touché […]

Elias Canetti, Masse et Puissance(1960), « Les épidémies »

Lire la suite sur Philomag.com

Confinement : la leçon de Rousseau

Rousseau en quarantaine italienne, un article paru sur le site de Philosophie magazine le 10 mars dernier, au début des mesures de confinement décrétées en Italie, nous rappelle que le philosophe genevois fut mis en quarantaine dans un lazaret à Gênes. Comment prit-il la chose ? Stoïquement. Voir ci-dessous l’extrait des Confessions, Livre Septième, où il est question de cet épisode.

Continuer la lecture de Confinement : la leçon de Rousseau

Comment lutter contre l’épidémie : la leçon de Camus

– C’est une idée qui peut faire rire, mais la seule façon de lutter contre la peste, c’est l’honnêteté
– Qu’est-ce que c’est l’honnêteté ? dit Rambert, d’un air soudain sérieux.
 – Je ne sais pas ce qu’elle est en général. Mais dans mon cas, je sais qu’elle consiste à faire mon métier

Albert Camus, La peste

J’ai trouvé cette citation dans le premier numéro des Carnets de la drôle de guerre des rédacteurs de Philosophie magazine.

Épidémies et littérature

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)
Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n’en voyait point d’occupés
A chercher le soutien d’une mourante vie ;
Nul mets n’excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n’épiaient
La douce et l’innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d’amour, partant plus de joie. […]

Jean de La Fontaine, Les animaux malades de la peste

L’étonnante crise sanitaire que nous traversons ne manquera pas d’inspirer dans quelques mois ou quelques années des romans ou d’autres œuvres littéraires. Du coup, je vais explorer un peu le thème des épidémies en littérature. Je commencerai par quelques études sur ce thème avant de vous proposer une liste d’œuvres.

Dernière mise à jour : 26 mars 2020.

Continuer la lecture de Épidémies et littérature

Philosophie de l’épidémie

L’épidémie n’est pas du côté de l’excès, mais de la transfiguration. Elle décompose les corps et les idées qui sont devant nous pour mieux faire apparaître ce qui était jusque là, contenu à l’intérieur de frontières bien délimitées. Quatre émissions pour comprendre pourquoi cette propagation à grande vitesse fascine autant qu’elle fait peur : de notre cohabitation avec les animaux à La Peste de Camus, en passant par les films d’horreur épidémiologiques.

Relire Le monde d’Edena au temps du corona

Avez-vous lu Le monde d’Edena de Moebius ? Certes, son dernier tome est paru en 2001, ce qui nous remet loin. Pourtant, certaines parties entrent en résonance avec la période que nous traversons. Je pense évidemment au peuple du Nid, les Pif-Paf, qui apparaissent dans le tome 3 paru en 1990 et intitulé La déesse. Rappelez-vous! Ils portent constamment un masque pour les protéger de la “maladie du nez”. Si quelqu’un éternue, c’est la panique !

Quant à la révolte dont un chef arbore une combinaison jaune (!) à points noirs, elle aboutit au renversement de la tyrannique Paterne et au triomphe de clones aux visages indifférenciés…

© Moebius