Archives par mot-clé : Franche-Comté

Trois sorties culturelles

Promenades photographiques 2018

Voici un festival de photographie qui existe depuis 2005… et je ne l’ai découvert que cette année alors qu’il se déroule à Vendôme, à moins d’une heure de Tours ! Vraiment très riche et divers avec 26 expositions dans 8 lieux différents. Courez-y vite, ça s’achève le dimanche 2 septembre.

De plus, la ville de Vendôme est un vrai joyau. Continuer la lecture de Trois sorties culturelles

Recherche documentaire sur Florimont, une commune du Territoire de Belfort

Photographie extraite du site de la commune de Florimont

Je voudrais ici montrer ce que peuvent apporter les ressources concernant le Territoire de Belfort pour une recherche sur le village de Florimont. Continuer la lecture de Recherche documentaire sur Florimont, une commune du Territoire de Belfort

Le Territoire de Belfort : ébauche de webographie historique

Le Territoire de Belfort est né de la défaite française de 1871 face à la Prusse et à ses alliés. Désigné dans le traité de Francfort sous la dénomination d’arrondissement subsistant du Haut-Rhin, il est la seule partie de l’Alsace restée française. Il devient département à part entière en 1922.

Pourtant l’Alsace a été réintégrée à la République, et, selon Michel Rillot (Revue d’Alsace, n° 135, 2009),

le 20 novembre 1920, le comité de la Société belfortaine d’émulation émet un vœu en faveur du rattachement de Belfort à l’Alsace et de la reconstitution du département du Haut-Rhin. Ceci prouve l’attachement des Belfortains à leur ancien département. Ce souhait ne sera pas exaucé par le gouvernement.

Avec mon mauvais esprit habituel, je me demande si le vœu exprimé par le comité de la Société belfortaine d’émulation était bien celui de l’ensemble des Belfortains   et si, après cinquante ans de séparation, ce retour au Haut-Rhin avait grand sens pour les générations nées après 1871 ? Du reste, la réintégration de l’Alsace à la France en avait-elle plus ? Continuer la lecture de Le Territoire de Belfort : ébauche de webographie historique

Charles Toubin, archéologue et linguiste jurassien

Connaissez-vous Charles Toubin (1820-1891) ? Ce natif de Salins, a été professeur à Bastia (1840) puis àTarbes (1843) avant de venir préparer l’agrégation d’histoire à Paris. Ami de Courbet, il est le  rédacteur avec Champfleury et Baudelaire du Salut public, éphémère périodique du temps de la révolution de 1848.

Revenu à Salins en 1852, il publie bientôt chez l’imprimeur Javel d’Arbois un ouvrage en 50 exemplaires intitulé Scarabées, ou Récits des champs (1856). Il est aussi l’auteur de récits jurassiens, parus d’abord en plusieurs livraisons dans la Revue des deux mondes entre 1854 et 1861 avant de faire l’objet d’une publication en un volume en 1869. Son Chansonnier salinois clôt en 1882 sa production “régionaliste”. Continuer la lecture de Charles Toubin, archéologue et linguiste jurassien

Le cahier d’écolier d’Arbois

Grâce à l’ouvrage de Marie-Thérèse Lorcin. Les recueils de proverbes français, 1160-1490 : sagesse des nations et langue de bois(1), j’ai dernièrement appris l’existence d’un manuscrit désigné sous le titre de “cahier d’écolier d’Arbois”(2). Une telle référence ne pouvait que piquer ma curiosité étant donné mon attachement à cette cité jurassienne.

De quoi s’agit-il ? Voici ce qu’en dit Marie-Thérèse Lorcin dans le chapitre 4 de son livre, consacré aux cahiers d’exercice d’écoliers étudiés dans le cadre de son éude :

Ce texte, écrivait U. Robert, « donne une idée assez exacte de la nature de l’enseignement dans les écoles d’une petite ville à l’époque ». On y trouve en effet juxtaposés des principes de droit sous forme de lettres, des exercices sur la syntaxe latine, des commentaires sur les auteurs expliqués en classe, des poésies religieuses, des vers moitié latins, moitiés français, un glossaire latin-français et enfin une liste de proverbes français et leur traduction. Sont édités le glossaire et la liste des proverbes, qui sont tous deux des outils pour l’apprentissage du latin []

Pour en savoir plus, vous pouvez vous reporter à son édition(3) par Ulysse Robert qui est également l’auteur d’un Catalogue des manuscrits relatifs à la Franche-Comté…(4) où il donne une description succincte du contenu de ce  manuscrit.

______________________________________________

(1) Champion, 2011. Présentation et tables sur Catalyst ou sur le site de la Wake Forest University.

(2) Fonds latin 8653 A de la Bibliothèque nationale.

(3) “Un vocabulaire latin-français du XIVe siècle, suivi d’un recueil d’anciens proverbes”, Bibliothèque de l’école des chartes, 1873, tome 34, p. 33-46, consultable sur Persée.

(4) Catalogue des manuscrits relatifs à la Franche-Comté qui sont conservés dans les bibliothèques publiques de Paris. 1878, Mémoires de la Société d’émulation du Jura. Repris dans : Jean et Anne-Marie Courtieu. Sources parisiennes relatives à l’histoire de la Franche-Comté: Incluant le catalogue des manuscrits relatifs à la Franche-Comté qui sont conservés dans les bibliothèques publiques de Paris, par Ulysse Robert, 1878. Presses universitaires franc-comtoises, 2001. 499 pages. Voir à la page 24 ce qui concerne le cahier d’un écolier d’Arbois. Partiellement consultable sur Google livres.

Le général Pichegru

(Dernière mise à jour : 9 décembre 2014)

J’ai dit dans une précédente chronique l’attachement que j’ai pour Arbois. 

Le général Pichegru est, avec Pasteur, une des grandes figures issues de cette cité jurassienne. Il eut en son temps une renommée nationale lors des guerres menées par la jeune Républiques contre les puissances européennes coalisées contre elle. Cependant, sa mémoire a été mise à mal par sa supposée trahison de 1795 et par sa réelle participation au complot de Cadoudal contre Bonaparte en 1804. C’est à peine si une rue d’Arbois porte son nom et si une plaque commémorative figure sur sa maison natale.

Les quelques références qui suivent ont pour seule ambition de faire un peu mieux connaître ce grand oublié de l’histoire officielle. Elles seront à compléter et toute information sera la bienvenue.
Continuer la lecture de Le général Pichegru

Des Arboisiens en Guyane : la colonisation de la Mana

Le saviez-vous ? De 1824 à 1828, trois familles arboisiennes, les Pageoz, les Giboudeau et les Briffe, soit environ 27 individus jeunes, ont été transplantées en Guyane pour participer à la colonisaion de la Mana, à la Nouvelle Angoulême. Ce fut un échec, tout au moins pour eux…

Plus d’informations sur ici ou .

Voir aussi le Précis sur la colonisation des bords de la Mana: à la Guyane française publé en 1835 pa le Ministère de la Marine et des Colonies et disponible sur Google livres.

Mise à jour du 18 novembre 2012

Jean-Maurice Durand, L’autre histoire de la Nouvelle-Angoulême ; une utopie agricole dans la Guyane du XIX siècle, Ibis rouge éditions, 2010.

Bibliographie historique arboisienne

J’ai quelques attaches à Arbois, capitale du vignoble jurassien. Vous trouverez sur Wikipédia un certain nombre d’informations et de liens sur cette ville. Par ailleurs, le catalogue de la bibliothèque intercommunale Arbois, vignes et villages signale de nombreux ouvrages avec ce mot en sujet ou en titre. Mon propos est ici de tenter une bibliographie sur l’histoire d’Arbois avec, quand cela et possible, des accès aux versions numérisées des ouvrages. Il ne s’agit là que d’une ébauche. Des mises à jour régulières sont prévues. Dernière mise à jour : 15 janvier 2018. Continuer la lecture de Bibliographie historique arboisienne

De quoi Jura est-il le nom ?

Les vacances sont closes, les chroniques reprennent. Dans mon précédent billet, je prenais congé de vous en vous annonçant mon départ pour le Jura. Mais qu’est-ce que le Jura ? A quoi ce nom vous fait-il penser ?

Si vous êtes Français et que vous connaissez un peu la géographie administrative de notre beau pays, cela évoquera pour vous un des quatre départements de la région Franche-Comté. Et  si vous êtes œnologue, vous n’ignorez pas l’importance de son vignoble, à la différence, hélas, de la plupart de nos concitoyens…

Si vous êtes Suisse, vous viendra d’abord à l’esprit la République et canton du Jura, ou peut-être aussi les trois districts francophones du Jura bernois

Si vous êtes géographe, vous penserez à un massif montagneux qui s’étend depuis les environs d’Oyonnax ou de Bellegarde dans l’Ain jusqu’au sud de l’Allemagne (Jura souabe et Jura franconien), et caractérisé notamment par des terrains calcaires datant du… Jurassique, évidemment !

Ce sont là les différents aspects que je souhaiterais développer dans de prochaines chroniques : les deux entités historiques et culturelles que sont, d’une part le Jura français et plus largement, la Franche-Comté, et d’autre part le Jura suisse, et la réalité transfrontalière du massif  jurassien.

Voir la série de ces chroniques comtoises et jurassiennes.

Voir aussi ces quelques liens.