Archives par mot-clé : Histoire

Dictionnaire des femmes de l’Ancien Régime

Le dictionnaire des Femmes de l’Ancienne France présente des notices biographiques de femmes, célèbres ou non qui ont vécu du 15e au 18e siècle qui ont un rapport confirmé avec la France et/ou avec sa langue et qui ont agi ou laissé des traces dans un ou plusieurs domaines, décliné en sept catégories : art, économie, écrits, politique, religion, sciences – médecine – savoirs, société.

Lire la suite de l’article de Véronique Ginouvès sur Aldebaran

Initiation aux études historiques

POURQUOI ÉTUDIER L’HISTOIRE ?

La question peut paraître absurde, sa réponse évidente – ou au contraire plonger dans les gouffres d’incertitude décrits par Patrick Boucheron dans sa Lettre à un jeune historien. Il est néanmoins nécessaire de la poser à l’orée d’un ouvrage dont l’objectif est de communiquer aux étudiants qui commencent l’Université le goût et les méthodes d’une discipline exigeante aux ambitions multiples.

L’histoire a pour objet l’étude et la connaissance des sociétés passées sous ses aspects les plus variés dont ce manuel présentera quelques-uns. Mais pourquoi étudier le passé ? Cela fait bien longtemps que l’on sait que nul ne tire de « leçons de l’histoire », que les guerres d’hier n’ont jamais évité celles de demain et que les erreurs des autres n’empêchent pas les nôtres. En ce sens, l’histoire est un vaste exercice d’humilité, qui nous enseigne que chaque situation est unique, imprévisible et incontrôlable. Elle nous invite à produire des synthèses et à proposer des systèmes explicatifs, à construire des analogies avec le temps présent qui peuvent être fécondes – mais à toujours laisser une large marge à la variation. L’histoire nous apprend l’importance de l’inattendu.

Être historien, c’est alors s’efforcer d’identifier nos croyances et nos idées reçues pour sortir de nous-mêmes en regardant l’autre, en nous confrontant à des civilisations éloignées, pas forcément géographiquement, mais chronologiquement. Ce ne sont pas les ressemblances qui doivent nous frapper, mais les différences qui donnent à penser. C’est dans la considération des écarts entre deux situations qui pourraient sembler identiques que se loge peut-être la meilleure leçon : savoir ne pas considérer le présent comme l’aboutissement logique d’un progrès inéluctable.

Certains étudient l’histoire pour savoir d’où ils viennent. Cette ambition transparaît encore dans de nombreux discours : l’histoire pour expliquer, pour justifier, pour construire des identités collectives, des théories et des revendications. L’histoire est éminemment politique et risquée. Faire de l’histoire aujourd’hui, c’est ainsi savoir reconnaître ces usages et ces manipulations du passé, en démonter les rouages, en comprendre les implications. C’est accepter que l’histoire soit l’affaire de tous, et reconnaître qu’il faut parfois soi- même se départir de ses fonctions d’historien pour revêtir l’habit de penseur et de citoyen. Comme le montre l’historien Jean-Clément Martin, comparant les traditions d’enseignement de l’histoire dans différents pays du monde, « indépendamment de toutes considérations nationales ou régionales, l’enseignement de l’histoire tel qu’il est pratiqué ici et là répond ainsi à trois exigences communes que l’on peut résumer ainsi : il doit assurer la formation du citoyen 1) capable de prendre des responsabilités dans la cité, mais aussi 2) capable de transmettre et de défendre les valeurs de la communauté, tout en étant 3) suffisamment critique pour établir la vérité scientifique et savoir démêler le vrai du faux contre les déformations mémorielles ».

Liberté de pensée, recul et humilité sont ainsi trois maîtres mots de la formation au métier d’historien.

Continuer la lecture de Initiation aux études historiques

De la rapacité des ayants-droits (suite)

Je vous ai entretenu, voici quelques temps, de tout le mal que je pensais des ayant-droits. J’ai découvert récemment une preuve de plus de leur extrême nocivité. Voir ci-dessous que j’ai pu lire sur le site de l’association En Envor. Il serait temps que les associations à vocation culturelle et/ou scientifique soient protégées contre les excès de la sphère juridico-commerciale qui mettent en danger leur existence. Mais, lisez plutôt :

Continuer la lecture de De la rapacité des ayants-droits (suite)

L’histoire de France racontée par les contemporains

En fouillant dans un casier du bureau de mon père, j’ai découvert plusieurs ouvrages ayant vraisemblablement appartenu à mon arrière-grand-père : ils traitent pour la plupart de différentes périodes du Moyen-Âge et datent de la fin du XIXe siècle.

Après une petite recherche, j’ai constaté qu’ils appartiennent à une sous-collection de 65 volumes intitulée L’histoire de France racontée par les contemporains qui a été active de 1876 à 1897 avec comme éditeur scientifique l’historien Berthold Zeller. Elle s’insérait dans une collection plus vaste, éditée en format petit in-16 par la Librairie Hachette et Cie : la Petite bibliothèque illustrée.

Continuer la lecture de L’histoire de France racontée par les contemporains

Histoire, anticipation, uchronie et dystopie : La Grande Librairie du 30 octobre 2019

Le thème de la semaine était « Faut il écrire ou réécrire l’histoire? »

Les invités et leurs livres

Laurent Binet. Civilizations (Grasset)

Léonora Miano. Rouge impératrice (Grasset)

Michelle Perrot. Le chemin des femmes. (Robert Laffont, Bouquins)

Margaret Atwood. Les Testaments (Robert Laffont), suite de La Servante écarlate et Booker Prize 2019

Suggestions du libraire de La Flibuste à Fontenay-sous-Bois

Jack London. Le talon de fer > lire en ligne

Jack Finney. Le voyage de Simon Morley

Roland C. Wagner. Rêves de gloire

1989, la fin d’un monde et le début… de quoi au fait ?

J’ai grandi dans un monde bipolaire. En ce temps là, missiles américains et soviétiques stationnaient de part et d’autre d’un rideau de fer qui coupait l’Europe en deux depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ailleurs, la Guerre froide avait aussi des points chauds où Etats-Unis et Union soviétiques s’affrontaient par alliés et supplétifs interposés (Afghanistan, Ethiopie…).

Ce monde s’est effondré en 1989, et comme beaucoup de mes contemporains, je n’ai rien vu venir. Après lui, avec le triomphe du libéralisme ou, pour mieux dire, du capitalisme sur l’ensemble de la planète serait venue la fin de l’histoire. Mais l’histoire peut-elle avoir une autre fin… que la fin de l’humanité ?

Je vous propose ici une petite sélection sur cette année pivot… et les élucubrations (?) de Francis Fukuyama. A compléter au fur et à mesure…

Articles

Aleksander Smolar. Révolutions de l’an 1989 : fin d’un monde et naissance d’un siècle. Politique étrangère, vol. 65 n° 3-4 (2000), p.901-913

Jean-Noël Jeanneney. La « fin de l’histoire » faribole ou forfanterie ? Vingtième Siècle, no 69 (2001), p. 95 à 104.

Dossiers

Johanna Luyssen. 1989-1990 : l’année de la chute du Mur, site de Libération, 30 octobre 2019.

Emissions radiophoniques

1989, la fin des certitudes, 5 épisodes de l’émission Le cours de l’histoire de Xavier Mauduit sur France Culture.

L’histoire comme enquête : réflexions décousues

Les archéologues sont de véritables enquêteurs Avec une ingéniosité incomparable, ils échafaudent peu à peu leur raisonnement (l’on pourrait dire pierre par pierre) jusqu’à ce que la solution logique finisse par s’imposer.

C.W. Ceram

Continuer la lecture de L’histoire comme enquête : réflexions décousues

Le voyage de Marcel Grob, une autre histoire de Malgré-nous

En février dernier, je vous ai signalé Résistances passives, le roman-témoignage que mon collègue Didier Simler a consacré à son grand-père, un Malgré-nous alsacien enrôlé de force dans l’armée allemande pendant le Seconde Guerre mondiale.

A ceux qui n’aurait pas regardé  La Grande Librairie du mercredi 12 décembre 2018, je voudrais également indiquer Le voyage de Marcel Grob, un récit de Philippe Collin et Sébastien Goethals paru chez Futuropolis. C’est l’histoire du grand-oncle de Philippe Collin, un des 10 000 jeunes Alsaciens enrôlés de force dans la Waffen SS en juin 1944. Je n’ai pas encore lu, mais ma curiosité est éveillée…

Feuilleter les premières pages sur le site de France Inter

Sur la Touraine, son patrimoine et son histoire

Sites et blogs

Voir aussi le portail Indre-et-Loire de Wikipédia

Le système Tourainissime

J’ignore qui est Christian, le webmaster de Tourainissime et de plusieurs autres blogs consacrés à la Touraine qui, comme autant de planètes, gravitent autour. Ce qui est certain, c’est que ce sont autant de sources essentielles d’information. En voici la liste :

Tourainissime propose une présentation des monuments de chacune des 277 communes d’Indre-et-Loire. La recherche se fait à partir d’un index alphabétique de ces commune.

Le blog La Touraine est complémentaire du précédent. Il permet de rechercher certains monuments à partir d’un index géographique (noms des communes) et thématique (types de monuments).

Dans Les recherches de Tourainissime, le webmaster demande des informations sur tel ou tel monument.

Les quatre autres blogs sont thématiques avec possibilité de recherche par communes :

Modillons de Touraine

Drolatique Touraine

Les lavoirs de Touraine

Lieux-dits de Touraine

Continuer la lecture de Sur la Touraine, son patrimoine et son histoire