Archives par mot-clé : Images

Lire une carte topographique, c’est aussi apprendre un peu l’histoire d’un territoire

Quand vous utilisez une carte topographique, ou pour mieux dire, quand vous la lisez, ce n’est pas seulement une situation figée à un instant t qui s’offre à vous, mais bien toute l’histoire du territoire représenté, une sorte de paysage du temps.

Voyez telle ou telle grande ville, avec son centre historique densément peuplé représenté en noir, ceinturé par les boulevards qui ont remplacé les anciens remparts et auprès desquels s’est fixée la gare de chemin de fer au cours du XIXe siècle. Au-delà, les anciens faubourgs, puis les barres d’immeubles, les zones commerciales et le mitage périurbain des lotissements récents. Bref, la croissance urbaine des deux derniers siècles et ses dégâts collatéraux… Continuer la lecture de Lire une carte topographique, c’est aussi apprendre un peu l’histoire d’un territoire

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Un air de famille : la paix, l’anarchie, l’harmonie… et l’homme

paixSigne de la Paix ou Peace and love inventé le 21 février 1958 par Gerald Holtom, le designer britannique membre de la Campagne pour le désarmement nucléaire. Il s’est inspiré de l’alphabet sémaphore pour représenter un N et un D, les initiales de Nuclear Disarmament. Continuer la lecture de Un air de famille : la paix, l’anarchie, l’harmonie… et l’homme

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La Première guerre mondiale en images d’archives colorisées « comme vous ne l’avez jamais vu »… Vraiment ?

Je pense que vous étiez nombreux hier à regarder pour France 2 les deux premiers épisodes d’Apocalypse, la Première guerre mondiale, captivante série documentaire de l’historien Daniel Costelle et la réalisatrice Isabelle Clarke (plus d’infos) déjà bien connus pour Apocalypse, la Seconde guerre mondiale en 2009 et Apocalypse Hitler en 2011. Réalisée en partenariat avec entre autre la Mission du centenaire, l’Imperial War Museum de Londres, la Bundesarchiv de Berlin, l’ECPAD… elle est fort intéressante et incite à regarder les épisodes suivants.

Une remarque cependant. Ce n’est pas la première fois que des documentaristes abordent ce sujet en utilisant des images d’archives colorisées, comme  l’attestent entre autres

en 2003 World War 1 in Colour, sorti en France en 2005 sous le titre 1914-1918 la Grande Guerre,

en 2008 le film de Jean-François Delassus 14-18 : le bruit et la fureur,

moult documentaires vidéos postés sur Youtube ou Dailymotion, lesquelles sont souvent extraites de ces deux films…

Alors la phrase la guerre de 14-18 comme vous ne l’avez jamais vu que l’on retrouve un peu trop souvent pour parler d’Apocalypse… commence à sentir le slogan ressassé…

_________

Autres chroniques sur la Première guerre mondiale

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (8) Figures ambigües et jeux d’ombres

En complément de ma chronique sur les caricatures de Napoléon, je voudrais m’intéresser ici à ces images si particulières que sont les figures ambigües.  Mais en fait, le site Figures ambigües consacre déjà un long article à cette question. Que puis-je y ajouter ? Simplement qu’il ne faut pas se limiter à ce seul texte, mais explorer ce site où vous trouverez d »autres images de Buonaparte ici et . Continuer la lecture de Napoléon (8) Figures ambigües et jeux d’ombres

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Détournements d’images

J’ai vu l’été dernier à Arbois une exposition de Plonk et replonk, artistes helvétiques spécialistes détournement d’images, notamment à travers de vieilles cartes postales et leur blog Zbrablog Hevetus IV. J’avais pris connaissance de leurs travaux dans Le Tigre. Cette excellente revue entrée récemment en hibernation provisoire (?), proposait entre autres choses fort intéressantes, ce type d’illustrations décalées comme l’étiqueteuse à poisson

Ceci pour dire que j’étais plutôt sensibilisé au sujet avant que l’atelier de Marc-Antoine Mathieu à l’université de Tours (voir chronique précédente) ne me donne envie de  vous proposer quelques liens sur ce thème. J’en connaissais déjà certains et j’ai glané les autres à la suite de la conférence inaugurale du 4 octobre dernier. Il ne peut s’agir que d’une ébauche, tant le domaine est vaste.

Un domaine protéiforme

Ce qui concerne le détournement et la manipulation d’images est très présent sur Internet à l’heure où Photoshop et autres logiciels font de chacun d’entre nous un créateur potentiel.qui devra être complétée. En fait, aujourd’hui tout artiste plasticien détourne les images, d’une manière ou d’une autre, détourne, manipule, utilise des images préexistantes pour en tirer du neuf.

Colagene, clinique d’illustration témoigne de cette réalité. Cette agence propose les réalisations de plusieurs artistes et une rapide exploration du site montre l’importance des procédés de manipulation d’image ; collage vintage ou moderne ; photomontage ; mix media ; numérique

Une forme de résistance ?

Le détournement  d’images est parfois une forme de résistance volontariste et virulente

  • à un régime politique, comme le nazisme visé par John Heartfield dans ses photomontages contre Hitler ;
  • à une société prise dans sa globalité, telle la France gaullienne et pompidolienne moquée par le professeur Choron au temps d’Hara Kiri ou par les situationnistes, véritables spécialistes en la matière (mise à jour du 17 décembre 2010) ;
  • à un aspect particulier du monde moderne, par exemple avec la lutte anti-pub des  Adbusters.

Même sous sa forme ludique et/ou onirique, il s’agit souvent d’une forme de refus de la pesanteur du réel. Cependant il est facilement récupéré par la logique économique, notamment publicitaire (cf. exemples glanés sur Colagene).

Le collage

Le grand procédé du détournement d’images reste le collage, hérité des pratiques surréalistes. Parmi les précurseurs figurent Max Ernst avec notamment Une semaine de bonté (cf. livre ; exposition au musée d’Orsay) et Jacques Prévert (cf.collages visibles ici et , ailleurs et plus loin).

Aujourd’hui, les collages de Philippe Lemaire dans la Nouvelle revue moderne se situent dans la lignée de Max Ernst. Cependant le collage est très présent sur la Toile et les sites de Michelle Caplan, Alejandro ChavettaJean David, Scot Hacker, Eva Lake, Jean-Jacques Lebon, Winston Smith en montrent la grande variété et richesse artistique.

Parmi tant de ressources possibles, outre celles déjà citées, j’en retiendrai encore deux, réalisées par des artistes, où vous pourrez trouver des réalisations originales et des liens.

Le détournement des icônes de la culture populaire

Une des cibles privilégiées du détournement d’images sont les icônes de la culture populaire, qu’il s’agisse

Les deux derniers exemples touchent à la bande-dessinée. Il faut dire que ce média est particulièrement touché par le détournement. J’y reviendrai ultérieurement…

Mise à jour du 27 octobre 2010 : Bandes dessinées détournées (1) Pastiches

Mise à jour du 17 décembre 2010 : Bandes dessinées détournées (2) Substitutions

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts